Séance des Doctoriales, samedi 20 novembre 2021 : « Savants à la page, savants à la marge. Paradoxes de l’éthos scientifique au XIXe siècle »

La prochaine séance des Doctoriales se tiendra le samedi 20 novembre prochain, de 10h à 13h, dans la bibliothèque Jacques Seebacher (Université de Paris, Grands Moulins, bâtiment A, 2ème étage). Cette séance nous permettra de tester la modalité “hybride”, puisqu’elle sera également accessible à distance, via Zoom : si vous êtes intéressé·e·s, il suffit d’écrire à contact.doctoriales.serd@gmail.com en demandant le lien de connexion.

Intitulée « Savants à la page, savants à la marge. Paradoxes de l’éthos scientifique au XIXe siècle », cette séance comprendra deux communications :

– Blanche Acloque (Université d’Artois), « La vie littéraire en marge de la carrière scientifique : parcours des savants écrivains ».

Au tournant du XIXe siècle, alors que la séparation des lettres et des sciences prend son point d’ancrage et que les spécialités scientifiques fleurissent, le savoir encyclopédique tend à disparaître. Pourtant, des savants de toutes catégories confondues (des médecins, des mathématiciens, des physiciens ou encore des biologistes) ont été tentés par l’écriture. Cette activité, le plus souvent inavouable, s’inscrit en marge de leur vie scientifique. En s’attardant sur les parcours de quelques personnalités scientifiques, nous tenterons de mettre en lumière les caractéristiques et les enjeux de leurs écrits. Cette étude s’appuiera sur les extraits d’un corpus de 80 scientifiques écrivains rassemblés dans le cadre d’une thèse ayant pour sujet le portrait du scientifique en littéraire contrarié (1852-1940) : analyse et exhumation d’un corpus oublié.

– Anne Orset (Sorbonne Université), « Le savant est-il maudit, lui aussi ? Scénographie du scientifique dans le roman de la seconde moitié du XIXe siècle ».

Modèle et concurrent de l’écrivain, le savant fait l’objet, à partir de 1850, de représentations ambivalentes : célébré par l’idéologie positiviste comme un prophète des temps modernes, en raison de sa capacité à expliquer les faits et à prédire les événements, il prolonge dans l’imaginaire collectif, et dans le roman singulièrement, la geste ancestrale du maudit, solitaire à la fois revendiqué et subi. Placé dans la fiction au cœur d’une scénographie réfléchie, le scientifique apparaît en marge de sa famille, de ses pairs et de la communauté en général. À l’heure où le scientisme s’applique à énoncer lois et déterminismes pour faire pièce aux théories romantiques de l’exception et du génie, cette marginalisation dissone et dérange. Est-elle une simple projection de l’écrivain sur son double savant ? Reflète-t-elle la vérité d’un état ou l’artificialité d’une posture sociale ? Réduit-elle le scientifique imaginaire à n’être que la résurgence d’un type littéraire ancien ? C’est à l’étude du savant en maudit et à l’élucidation des enjeux que cette mise en scène recouvre que nous nous consacrerons.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.