Séance des Doctoriales, samedi 4 décembre 2021 : Maxime Deblander et Laetitia Saintes

La séance des Doctoriales du mois de décembre s’est tenue le samedi 4 décembre prochain, de 10h à 13h, dans la bibliothèque Jacques Seebacher (Université de Paris, Grands Moulins, bâtiment A, 2ème étage). Cette séance s’est déroulée en mode “hybride” ; elle était donc accessible à distance, via Zoom.
 

La séance était composée des deux interventions suivantes : 

  • Maxime Deblander (Université catholique de Louvain), « Que sont les marges d’un courant ? Huysmans et le “naturalisme spiritualiste” ». 

Est-il pertinent de parler des marges d’un courant, c’est-à-dire de ses bordures, de ses œuvres limites, celles qui s’en détachent, mais continuent d’y appartenir par certains aspects ? Peut-on concevoir les marges du naturalisme comme une extension de son programme à des genres non romanesques tels que la poésie ? Ces marges sont-elles analysables sur le plan des œuvres ou sont-elles tributaires uniquement des positionnements médiatiques des écrivains ou encore du discours des critiques qui ne savent que faire des trajectoires dites « inclassables » ?

Ces problématiques, nous entendons contribuer à les éclairer en étudiant ce « naturalisme spiritualiste » que propose Joris-Karl Huysmans dans Là-Bas1. Comme le note Jean-Marie Seillan, l’écrivain n’a jamais abandonné la méthode expérimentale, compilant archives et notes préparatoires2. L’identification d’une telle continuité au sein du projet huysmansien invite à reconsidérer la rupture qu’aurait opérée la publication d’À rebours (1884) tant du point de vue de la trajectoire personnelle de l’écrivain que de celui de « la crise du roman »3, dont elle serait un signe particulier. D’autant plus que d’autres publications des années 1880 ont revendiqué une prise de distance avec le naturalisme (notamment La Faustin de Goncourt). Après avoir longtemps défendu qu’À rebours était le clivage de l’œuvre, la critique, quant à elle, invite plutôt à concevoir la carrière de Huysmans sur fond de continuité4. Telle est, par exemple, la perspective de Stéphanie Guérin-Marmigère qui considère que « le naturalisme constitue un invariant de la poétique huysmansienne »5.

Prenant appui sur les développements récents de la critique, on montrera comment Huysmans rompt moins avec le naturalisme qu’il en explore les marges afin de le renouveler. Dès ses débuts, il a exploité sa position singulière dans le champ artistique, ce que Dominique Maingueneau nomme sa « paratopie »6, en rendant visible son ascendance néerlandophone et sa filiation artistique. À cet égard, on pourrait étendre à Huysmans ce que Jean-Pierre Bertrand écrit au sujet d’un « naturalisme typiquement belge » qui « déjoue les catégories esthétiques reçues et fait se rejoindre des courants improbables »7. Ceci permettrait d’insister sur la force d’innovation dont l’œuvre de Huysmans a fait preuve et ainsi de nuancer l’idée selon laquelle son naturalisme serait une copie de celui de Zola. Pour preuve, notons que le motif de la « prostituée-actrice » n’a pas été introduit par Zola, mais par Huysmans qui fait paraître Marthe en 1876, quatre années avant Nana (1880). En définitive, à travers ces analyses, l’ambition de cette contribution est d’éclairer ce processus par lequel un écrivain explore les marges du courant auquel il appartient afin de se ménager une position singulière dans le champ littéraire de son temps.

1 Joris-Karl Huysmans, Là-Bas, préface de Yves Hersant, Gallimard, coll. « folio », 1985, p. 31.

2 Jean-Marie Seillan, « Introduction » à Joris-Karl Huysmans, Interviews, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 74.

3 Michel Raimond, La Crise du roman. Des lendemains du Naturalisme aux années vingt, Paris, José Corti, 1966.

4 C’était déjà la thèse de Pierre Cogny, en 1953, dans J.-K. Huysmans. À la recherche de l’unité, Paris, Nizet.

5 Stéphanie Guérin-Marmigère, La Poétique romanesque de Joris-Karl Huysmans, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 19.

6 Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire : paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Académia, coll « Au cœur des textes », 2017.

7 Jean-Pierre Bertrand, « Les deux Émile : Verhaeren naturaliste (à propos des Flamandes), dans Cahiers naturalistes : Bulletin officiel de la Société littéraire des amis d’Émile Zola, vol. 90, 2016, p. 63.

  • Laetitia Saintes (Université du Luxembourg), « Être et se penser en marge : le pamphlet, lieu paradoxal du discours sur le politique sous la Restauration et la monarchie de Juillet ». 

Qu’il tente ou non de la soumettre, le politique transforme nécessairement la forme littéraire qui le prend pour objet. Or, loin d’être simplement le lieu où la pensée politique s’énonce, la forme fait partie intégrante de cette pensée, la littérature d’idées ne transmettant son message que dans et par le langage ; ce constat est particulièrement avéré lorsque l’on se penche sur le discours pamphlétaire.

En effet, le concept de marge permet de penser à la fois la parole pamphlétaire et la forme littéraire qu’elle adopte, le support dans lequel elle s’énonce. Relégué hors de la chose littéraire, le pamphlet est dès la première moitié du XIXe siècle le lieu d’une mise en scène, d’une représentation du discours polémique qui subvertit la position marginale qu’il occupe sur la scène littéraire pour en faire un atout. C’est ainsi à Paul-Louis Courier, auteur de pamphlets publiés entre 1816 et 1825, que l’on doit d’avoir constitué le pamphlet en genre littéraire doté d’une forme fixe, tout en faisant du pamphlétaire une figure-type d’auteur articulant son propos autour de sa manière de dire « je » – un « je » en marge, indépendant de tout parti et de toute doctrine, et susceptible à ce titre d’énoncer sur le politique un discours doté de la distance critique nécessaire, justifié par la prérogative éthique qui guide la plume du pamphlétaire.

C’est dès lors au rôle structurel de la marge (politique, sociale, esthétique) dans le discours pamphlétaire sur le politique que je consacrerai notre propos. Je tenterai de mettre en exergue la manière dont le discours pamphlétaire de Courier et celui de Claude Tillier – auteur entre 1840 et 1844 de vigoureux pamphlets républicains – intègrent, se réapproprient et réinventent la marge pour mieux formuler, dans une forme informant nécessairement leur auctorialité, leur critique des modalités du politique sous la Restauration et la monarchie de Juillet.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.