Séance des Doctoriales, samedi 22 janvier 2022 : Marceau Levin et Justine Richard

La séance des Doctoriales du 22 janvier 2022 s’est tenue de 10h à 13h à la bibliothèque Seebacher et en ligne.

Elle était composée des interventions suivantes :

  • Marceau Levin (ENS de Lyon, IHRIM), « Les biographies contemporaines au XIXe siècle : abolir les marges ».

Centre partout, circonférence nulle part : tel semble être le programme des biographies contemporaines au XIXe siècle, ces biographies écrites par des contemporains sur des contemporains, désignés comme « célébrités » ou « personnages du jour », dont les publications se multiplient notamment sous le Second Empire. Ces recueils de biographies des vedettes du moment, héritières des ambitions totalisantes et de l’« expositionite »1 du siècle, présentent un monde des célébrités clos sur lui-même, fini ; chaque vedette y est isolée, sa vie épuisée dans les moindres détails, réduite à un destin linéaire. La volonté de tout dire au sujet du biographié rejoint celle de cartographier la société entière en sélectionnant ses « contemporains » les plus représentatifs : la contemporanéité n’est pas un donné mais une qualité élective ; on ne naît pas contemporain, on le devient. Les biographies contemporaines, dans toute leur diversité (des séries satiriques et caricaturales de Nadar au sérieux Dictionnaire universel des contemporains, de Gustave Vapereau), exposent un monde sans marges : le seul mouvement de ces recueils est centripète, la vie de chaque vedette étant tendue vers un élément qui les unit toutes : l’appartenance au temps présent, à un groupe social donné (les journalistes, par exemple), à une époque glorieuse (l’Empire, par exemple)… Presque toutes ces séries biographiques se parent d’une ambition noble (et totalisante) : « servir à l’histoire du XIXe siècle », « faciliter la tâche des historiens futurs » : en d’autres termes, offrir aux historiens de l’avenir des documents prêts à l’emploi pour une histoire préfabriquée.

Toutefois la biographie, comme le biographe, sont marginalisés. Parasite, assimilé à un chiffonnier, à un mendiant, à un escroc voleur faisant chanter les honnêtes gens, le biographe de contemporains a mauvaise presse au XIXe siècle. Le marché des biographies contemporaines explosant, les vedettes se voient assaillies par des littérateurs minores, mandatés par des éditeurs soucieux de faire recette, à la recherche d’informations biographiques. L’un des principaux responsables de cette vision négative du biographe est Eugène de Mirecourt, dont la série des Contemporains, qui commence à paraître en 1853, défraye la chronique : les procès en diffamation (tous perdus par Mirecourt) s’enchaînent au rythme des brochures scandaleuses qui biographient à grand renfort de jugements réactionnaires et d’accusations injurieuses les vedettes du moment. La naissance de la vie privée comme catégorie intellectuelle et juridique au XIXe siècle institue le biographe, ancêtre du paparazzo, comme un voyeur cherchant à assouvir les instincts les plus vils du public, en dévoilant les dessous des célébrités. La biographie elle-même, comme genre historique, est méprisée par les historiens du temps qui privilégient une vision plus générale, moins attachée aux basses anecdotes. Toujours suspecte d’être une réclame dissimulée, un texte alimentaire écrit à la va-vite par un prolétaire des lettres2 , un dévoiement de l’histoire, une atteinte à la pudeur, la biographie contemporaine fait partie des productions marginales et marginalisées de l’époque, mais aussi de l’histoire littéraire.

C’est à l’étude de ce paradoxe d’un petit genre méconnu qui depuis la marge écrit le centre que la présente contribution souhaite s’atteler. Je chercherai à en rendre compte et à l’illustrer précisément, avant de tenter de l’interpréter.

Doctorant en littérature française, Marceau Levin prépare une thèse sous la direction d’Olivier Bara (Université Lumière Lyon 2) et d’Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) portant sur les biographies contemporaines au XIXe siècle. Agrégé de lettres modernes, il est actuellement ATER en littérature française à l’Université Lumière Lyon 2.

  • Justine Richard (Université de Caen Normandie), « Richepin bohémien : Portrait de l’artiste en hercule de foire ».

Au XIXe siècle, la figure plurielle et nébuleuse du vagabond est pour l’écrivain une heureuse et féconde source d’inspiration. Parce qu’il est marginalisé, le personnage de foire et la figure clownesque sont pour lui une source d’identification3.

Le monde forain est marginal à plus d’un titre, bien qu’il ne soit pas la forme de nomadisme connaissant l’image la plus dépréciative4. Comme l’a parfaitement illustré Starobinski, « Le monde du cirque et de la fête foraine représentait, dans l’atmosphère charbonneuse d’une société en voie d’industrialisation, un îlot chatoyant de merveilleux5 ».

Auteur bohème de la seconde moitié du XIXe siècle, Jean Richepin est à la croisée de ces différents imaginaires du nomadisme : il les compile, représenté tantôt en forain, en bohémien, en bohème ou en tzigane. Son image d’auteur est intimement liée à son apparence d’hercule de foire oriental, type original du saltimbanque et posture peu incarnée par les auteurs du XIXe siècle. La critique contemporaine à Jean Richepin utilisera à outrance cette analogie tout au long de la carrière de l’écrivain qui a la fortune de posséder, à l’instar de Monsieur de Canalis, « ces yeux d’un éclat oriental qu’on demande aux poètes6 ».

En même temps, Jean Richepin lui-même s’intéresse au nomadisme du monde forain. Le 21 décembre 1872, il publie dans La Renaissance Littéraire et Artistique un article intitulé « Le dernier des gymnastes » et ayant pour sujet la mort de Léotard. Au théâtre, il monte Le Chemineau et Miarka, la fille à l’Ourse, pièce adaptée de son roman éponyme et faisant l’éloge de la vie sur les routes.

Tandis que Starobinski insiste sur l’analogie entre l’artiste et la représentation du clown et des figures androgynes de la danseuse et de l’acrobate, on remarque que Richepin incarne davantage une figure virile de démonstration de force pure. Ainsi, la posture d’auteur de Richepin peut être considérée comme marginale également dans le sens où elle se développe à rebours des imaginaires du corps de l’auteur et notamment de ce que Daniel Fabre a appelé le « corps pathétique de l’écrivain7 ». L’immobilisme apparaît comme une condition intrinsèque à l’exercice de l’écriture en même temps que la source de la plupart des problèmes de santé des gens de lettres8. Les frères Goncourt, grands ennemis de la bohème littéraire, estiment que la dépense musculaire est incompatible avec l’exercice de l’écriture9. Jean Richepin se désolera de cette doctrine de l’homme moderne.

L’homme moderne est laid, chétif, enfiévré. Il affecte le mépris des corps qui sont beaux, forts et sains. Il pense volontiers qu’on ne peut avoir ni cervelle dans une tête d’athlète, ni cœur dans une poitrine d’hercule. L’homme moderne ressemble au renard qui a la queue coupée10..

Pour terminer, il est important de soulever que la question du corps de l’écrivain est elle- même marginale. Comme l’a bien expliqué Paul Dirkx dans son ouvrage Corpus et corps de l’écrivain, la question du corps de l’auteur n’a pas été suffisamment questionnée. S’intéresser au corps de l’écrivain, c’est donc s’intéresser à un objet marginal de la critique littéraire, qui serait pourtant « l’incarnation de la jonction entre la socialité et le produit littéraire fini11 ».

Afin d’illustrer plus clairement mon propos, je me permets de vous joindre ci-dessous trois extraits qui appuieront ma communication.

Adrien Marx, « Jean Richepin », in Silhouettes de mon temps, Librairie de la société des gens de lettres (Paris, 1889), p. 155.

L’ex-fort en thème se souvenait qu’il avait des mollets de fer et des reins indomptés, et il entrait, en qualité de lutteur appointé, dans les baraques foraines. Il eut, comme tombeur d’hommes, des heures demeurées célèbres dans les fastes du caleçon. Les journaux chantèrent ses muscles et racontèrent ses biceps. Ses parents, désolés d’avoir engendré un Hercule alors qu’ils pensaient avoir mis au monde un savant, versaient des larmes le croyant perdu pour les lettres, et maudissant sa robustesse qui le condamnait à mourir dans le maillot du saltimbanque.

Léon Roger-Milès, « Les Poètes Français contemporains », Le Monde poétique, 1887, p. 55.

Ceux qui lui plaisent, ce sont les saltimbanques, les bohémiens, tous les nomades, qui ont pour toit, le ciel bleu, et pour pays, le monde entier ; ces errants qui ne se reposent jamais et dont la vie au grand jour est pourtant toute entourée de mystère ; ces petits artisans de l’art, qui n’ont pas l’habitude du talent, mais brillent quelquefois de l’éclat du génie. Ah ! ceux-là Richepin les a étudiés, il les a suivis ; il les aime et les fait aimer.

Jules Lemaître, Les Contemporains : études et portraits littéraires, Troisième série, Société française d’imprimerie et de librairie, 1898, p. 313.

Jean Richepin est un écuyer de cirque, ou plutôt un beau saltimbanque — non pas un de ces pauvres merlifiches, hâves, décharnés, lamentables sous leurs paillons dédorés, les épaules étroites, les omoplates perçant le maillot de coton rosâtre étoilé de reprises, — mais un vrai roi de Bohême, le torse large, les lèvres rouges, la peau ambrée, les yeux de vieil or, les lourds cheveux noirs cerclés d’or, costumé d’or et de velours, fier, cambré, les biceps roulants, jonglant d’un air inspiré avec des poignards et des boules de métal ; poignards en fer-blanc et boules creuses, mais qui luisent et qui sonnent.

Bibliographie indicative :

Brissette, Pascal, et Anthony Glinoer, éd. Bohème sans frontière, Interférences, Rennes : Presses Univ. de Rennes, 2010.

Fabre, Daniel. « Le Corps pathétique de l’écrivain ». Gradhiva 1, no 25, 1999, p. 1-13.

Genevray, Françoise. « Bohême, Bohème, Bohémien : autour de George Sand ». In Université Jean Moulin Lyon 3. webmaster web-recherche, 2003. https://www.univ-lyon3.fr/boheme-boheme-bohemien-autour-de-george-sand.

Goudeau, Émile, et Trézenik, Léo, Dix ans de bohème : suivi de Les hirsutes de Léo Trézenik, Édité par Michel Golfier, Collection Dix-neuvième. Seyssel : Champ Vallon, 2000.

Goulemot, Jean Marie, et Oster, Daniel, Gens de lettres, écrivains et bohèmes : l’imaginaire littéraire, 1630-1900. Paris : Minerve, 1992.

Richepin, Jean, « Le dernier des gymnastes », La Renaissance littéraire et artistique, 18 mai 1872. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62688292/f1.image.

Starobinski, Jean, Portrait de l’artiste en saltimbanque, Les sentiers de la création 125, Genève : Skira, 1983.

Tissot, Samuel, De la santé des Gens de Lettres. F. Grasset & comp. Lausanne, 1768.

Wagneur, Jean-Didier, « BOHÈME ». Encyclopædia Universalis. Consulté le 27 novembre 2020. http://www.universalis.edu.com/encyclopedie/boheme/.

Wagneur, Jean-Didier, « L’invention de la bohème : entre bohème et bohême », In Bohème sans frontière, édité par Pascal Brissette et Anthony Glinoer, 85-102, Interférences, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2016. http://books.openedition.org/pur/40214.

Wagneur, Jean-Didier, éd. Les bohèmes : 1840 – 1870 : écrivains ; journalistes ; artistes, Les classiques de Champ Vallon, Seyssel : Champ Vallon, 2012.

Wagniart, Jean-François, Le vagabond à la fin du XIXe siècle, Socio-histoires, Paris : Belin, 1999.



Citer ce billet
Mathilde Leïchlé (2022, 21 juillet). Séance des Doctoriales, samedi 22 janvier 2022 : Marceau Levin et Justine Richard. Les Doctoriales de la SERD. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvdb

  1. Philippe Hamon, Expositions. Littérature et architecture au XIXe siècle, Paris, José Corti, 1989, p. 14. []
  2. Les grandes entreprises biographiques, comme le Vapereau mais aussi le Larousse ou les Biographies universelles (Michaud et Hoefer étant les plus connues) n’échappent pas à ces reproches. []
  3. Jean Starobinski Portrait de l’artiste en saltimbanque. Les sentiers de la création 125. Genève : Skira, 1983, 147 p. []
  4. « Si les gens de la route, saltimbanques, colporteurs, marchands et chanteurs ambulants sont inquiétés pour délit de vagabondage, il ne se développe pas autour d’eux une angoisse identique à celle que les tsiganes peuvent provoquer » dans Jean-François Wagniart, Le vagabond à la fin du XIXe siècle. Socio-histoires. Paris : Belin, 1999, p. 35. []
  5. Jean Starobinski Portrait de l’artiste en saltimbanque. Les sentiers de la création 125. Genève : Skira, 1983, p. 7. []
  6. Honoré de Balzac, Modeste Mignon [1844], Folio classique, 1982, p. 92. []
  7. Daniel Fabre, « Le Corps pathétique de l’écrivain » dans Gradhiva 1, no 25, 1999, p. 1-13. []
  8. Samuel Tissot, De la Santé des Gens de lettres, Lausanne : F. Grasset & comp., 1768, 246 p. []
  9. Stéphanie Champeau, La notion d’artiste chez les Goncourt (1852-1870). Romantisme et modernités 33. Paris : Genève : H. Champion, 2000, p. 105 []
  10. Jean Richepin, « Le dernier des gymnastes » dans La Renaissance Littéraire et artistique, p. 274. []
  11. Paul Dirkx, « Éditorial : Corpus et corps de l’écrivain » dans Sociologie de l’Art OPuS 19, no 1, 2012, p. 8. https://doi.org/10.3917/soart.019.0007. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.