Séance des Doctoriales, samedi 19 février 2022 : « Sexualités, normes et marginalités »

La séance des Doctoriales du samedi 19 février 2022 sur le thème « Sexualités, normes et marginalités » s’est tenue à la bibliothèque Seebacher et en ligne.

Elle était composée des deux interventions suivantes :

  • Betty Zeghdani (Université Paul-Valéry, Montpellier 3 / RIRRA 21), « Filles de joies musulmanes (Théophile Gautier, Constantinople [1853], Paris, Fasquelle, 1899, p. 160.), courtisanes du désert (Guy de Maupassant, Au soleil [1884], dans Écrits sur le Maghreb, Paris, Minerve, 1988, p. 69.) et nobles prostituées (Op. cit., p. 70.) : prostitution et marginalité dans les récits de voyage en Orient au XIXe siècle ».

 « Après avoir passé un mois à Constantinople et avoir admiré cent mille yeux presque autant maquillés que ceux qui font l’ornement des bois de Boulogne, je suis parti sans savoir comment un nez de Turquesse est fait1. » ainsi Mérimée déplore-t-il l’inaccessibilité des femmes orientales, sans toutefois résister à une comparaison ironique aux célèbres « truqueuses du Bois2 ». Femmes-fantômes et captives enchaînées aux moucharabieh sont autant de métaphores de cette féminité orientale invisibilisée par les obstacles physiques et moraux que constituent, aux yeux des voyageurs, le voile et le harem. Au Caire ou à Constantinople, la religion et les mœurs musulmanes ont érigé en norme sociale et morale le retrait des femmes de la sphère publique. Dans cette insoluble dialectique entre le visible et l’invisible, le voilement et le dévoilement, ou encore la présence et l’absence, celles qui s’offrent au regard font figure d’exception, de marginales.

Rendues paradoxalement visibles par leur marginalité, les femmes publiques ((Ida Saint-Elme, La Contemporaine en Égypte, Paris, Ladvocat, 1831, t. III, p. 284.)) occupent une place centrale dans les récits de voyage et ont envahi les imaginaires occidentaux de la féminité orientale. Dans un siècle où l’amour vénal est devenu nécessité sociale ou antidote sentimental3, ces filles du soleil, apparemment « plus chaudes que les blanches4 », font réagir les voyageurs européens. Sonnini de Manoncourt note qu’en Égypte les courtisanes « sont les seules femmes qui marchent le visage découvert et parlent aux hommes en public », ce qui est, aux yeux des musulmans, « le comble de l’effronterie5 ». En faisant le choix du célibat, elles ont acquis une certaine indépendance qui les autorise à jouir plus librement de leur corps, et, au-delà, à en faire commerce. Lors d’une fantasia, Fromentin constate qu’Haouâ, jeune courtisane saharienne qu’il a rencontrée quelques jours plus tôt, est contrainte de se tenir à l’écart, telle une « fille[s] de parias ». Son ami Vandell lui explique qu’en raison de son statut, elle ne sera jamais admise dans la tente des mères de famille : « […] l’une ouvre sa maison, les autres ferment la leur. Toute la différence est dans un rideau : baissé, la femme est honnête ; levé, la femme ne l’est plus6. » Parmi les différents « profils » de prostituées figurent les danseuses. Maupassant décrit comment les danses des Ouled-Naïl du désert7 se prolongent sous les huttes, où ces « nobles prostituées » s’abandonnent à « leur[s] amant[s] d’une minute8 ». Les lieux de la prostitution sont ces « espaces marginaux du désir9 » que Guy Ducrey oppose à l’espace publique de la danse : des tréfonds d’un appartement du vieux Caire aux tentes plantées au milieu du désert.

Cette étude propose d’observer comment sont représentées, dans les récits de voyage en Orient du XIXe siècle, ces figures marginalisées par le genre, la race et la classe. Selon le profil du voyageur, les réactions divergent. Beaucoup rejettent catégoriquement ces femmes jugées indécentes, ces « objets déplaisants, en comparaison desquels la plupart des courtisanes d’Europe pourraient passer pour des divinités10. » Le discours des voyageuses sur les prostituées orientales est notamment construit sur la revendication d’une supériorité morale et civilisationnelle. Pourtant, la prostituée fascine. La distance culturelle éveille des fantasmes réprimés, inavoués. Certains ont des aventures avec des prostituées, et en font la matière piquante et scabreuse de leurs récits. En témoigne « Koutchouk-Hanem, l’almée de Flaubert » rendue célèbre par un article d’Auriant dans le Mercure de France11. D’autres feront de « ce[s] charmante[s] créature[s] » des objets de contemplation, à l’instar de Gautier dessinant Ayscha pendant son sommeil12.

La place importante accordée à ces femmes marginales, dont le mode d’existence se heurte aux principes moraux qui régissent la société française du XIXe siècle, semble permise par la liberté et la plasticité génériques du récit de voyage. Ce geste littéraire a pourtant une lourde portée idéologique qui amène à interroger l’impact de cet ancrage de la figure de la prostituée dans l’imaginaire occidental de la femme exotique.

Éléments provisoires de bibliographie :

Les textes proposés à l’étude sont des récits de voyageurs et de voyageuses français en Orient du XIXe siècle. Parmi eux, certains sont très célèbres (Flaubert, Gautier ou encore Nerval), d’autres sont moins connus (Joseph Michaud, Sonnini de Manoncourt ou encore Ida Saint- Elme). 

ALLOULA, Malek, Le harem colonial, Images d’un sous-érotisme, Paris, Éditions Séguier, 2001.

AUROUSSEAU, Patrick, « Le regard porté sur les prostituées en Algérie, un modèle de domination occidental ? », Viatica [En ligne], n°5. URL : https://revuesmsh.uca.fr:443/viatica/index.php?id=964 Dernière consultation : 29/10/21.

BOULOUMIÉ, Arlette (éd.), Figures du marginal dans la littérature française et francophone, Recherches sur l’imaginaire, n°29, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2003.

BRAHIMI, Denise, Maghrébines, Portraits littéraires, Paris, Awal/L’Harmattan, 1995.

CORBIN, Alain, Histoire de la virilité, 2. Le triomphe de la virilité, le XIXème siècle, Paris, Éditions du Seuil, 2011.

—, Histoire du corps, 2. De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

DUCREY, Guy, Corps et graphies : poétique de la danse et de la danseuse à la fin du XIXème siècle, Paris, Honoré Champion, 1996.

EL MELNASSI, Asmaa, L’Orientale des Romantiques, entre voilement et dévoilement où l’ambiguïté de l’identité, Astrolabe [En ligne], n°45, mai/juin 2014. URL : https://astrolabe.msh.uca.fr/mai-juin-2014/dossier/l-orientale-des-romantiques Dernière consultation : 29/10/21.

HENTSCH, David, L’Orient imaginaire, la vision occidentale de l’Est méditerranéen, Paris, Éditions de Minuit, 1988.

JUILLIARD, Colette, Imaginaire et Orient : l’écriture du désir, Paris, L’Harmattan, 1996. SAÏD, Edward, L’Orientalisme, L’Orient crée par l’Occident [1978], trad. fr. par Catherine Malamoud, Claude Wauthier et Sylvestre Meininger, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points histoires », 2005.

PARENT-DUCHÂTELET, Alexandre, La prostitution à Paris au XIXème siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1981.

ROUSSEAU, Marjorie, « La prostituée au XIXème siècle : vers une vacance du personnage romanesque », Les chantiers de la création [En ligne], n°4 « La vacance », 2011. URL : https://journals.openedition.org/lcc/365 Dernière consultation : 29/10/21.

TARAUD, Christelle, « La prostituée indigène à l’époque coloniale », Quasimodo [En ligne] n°6 « Fictions de l’étranger », Montpellier, printemps 2000. URL : http://www.revue- quasimodo.org Dernière consultation : 29/10/21.

Professeur agrégée de Lettres modernes, enseignante au département de Lettres de l’université Paul-Valéry, Montpellier 3. Doctorante contractuelle en deuxième année de thèse sous la codirection de Corinne Saminadayar-Perrin et de Sarga Moussa au sein du RIRRA 21, Université Paul-Valéry, Montpellier 3.

 

  • Loup Belliard (Université Grenoble-Alpes / Litt&Arts), « Aux marges de l’intime : Personnages sans sexualité dans les romans de Victor Hugo ».

Michel Foucault l’a démontré, la fin du XVIIIe siècle, et plus encore le XIXe siècle, s’est caractérisé par une production grandissante de discours et d’analyses sur la sexualité. De la médecine à la littérature, en passant par le domaine juridique, on cherche à catégoriser tous les comportements, et surtout à questionner ceux qui sortent de la norme. Jamais l’homosexualité, l’onanisme, l’hystérie ou la bestialité n’ont été autant considérés, examinés, problématisés ; et les effets de cette véritable fascination se ressentent, dans une certaine mesure, au cœur de la production romanesque de l’époque, qui met en scène des personnages aux prises avec une socialisation sexuelle et sensuelle toujours plus complexe et explicite.

Pourtant, dans cette période encore empreinte d’une part d’une certaine morale révolutionnaire encourageant l’oubli de ses pulsions personnelles au profit d’une cause commune, et témoin d’autre part d’un renouveau de l’attachement aux valeurs religieuses, on trouve au détour des œuvres des auteurs du premier XIXe siècle des personnages sans désir, se tenant en marge de ces scénarios sexuels. C’est particulièrement le cas chez Victor Hugo, qui met régulièrement en scène des protagonistes montrant une vie intime singulière, en dehors de la socialisation et des scénarios sexuels. Du « mouchard vierge » Javert des Misérables au révolutionnaire ascète Cimourdain dans Quatrevingt-treize, les figures sans sexualité jalonnent les romans hugoliens, personnages ambigus, toujours marginaux d’une manière ou d’une autre, et surtout étrangement magnifiés. Là où Balzac, dans la Comédie Humaine, fustige les « célibataires » qu’il considère comme contraires au bon fonctionnement social, et où plus tard les naturalistes traiterons le manque de désir en pathologies de la dégénérescence, Hugo marque plutôt un respect profond pour la chasteté de ses personnages, laquelle s’exprime toujours comme le symptôme d’un tempérament d’exception.  

Pourquoi cette récurrence de personnages pensés comme en marge du dispositif de sexualité, dans un contexte d’écriture où la société problématise toujours davantage le sexe ? Il s’agit de se demander à quelles valeurs cette non-sexualité peut être rattachée : qu’il s’agisse de vertus chrétiennes, alors même que les personnages de notre corpus ne sont en aucun cas des religieux, ou d’un idéal d’abnégation se rattachant peut-être à une certaine mythologie post-révolutionnaire du surhomme.

  1. Prosper Mérimée, « Lettre à Lise Przezdziecka du 14 juillet 1867 », Correspondance Gérénale, Toulouse, Privat, 1953-1964, vol. 11, tome 7, p. 545. []
  2. Référence au titre de Jean Lorrain, La Truqueuse du bois, dans Une femme par jour, Paris, Éditions Guillaume, Lotus Bleu, 1896, p. 73-81. []
  3. D’après Alain Corbin, Histoire de la virilité, Paris, Seuil, 2011. []
  4. Gustave Flaubert, Dictionnaire des Idées reçues, Paris, L. Conard, 1910, p. 438. []
  5. Charles-Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt, Voyage dans la Haute et Basse Égypte, Paris, F. Buisson, 1798, t. III, p. 148. []
  6. Eugène Fromentin, Une Année dans le Sahel, Paris, Michel Lévy frères, 1859, p. 321. []
  7. Patrick Aurousseau a étudié, dans « Le regard porté sur les prostituées en Algérie, un modèle de domination occidental ? », l’exemple des Ouled-Naïl chez Fromentin, Maupassant et Gide. []
  8. Guy de Maupassant, Au soleil, op. cit., p. 70. []
  9. Guy Ducrey, Corps et graphies : Poétique de la danse et de la danseuse à la fin du XIXe siècle, Paris, Honoré Champion, 1996, p. 53. Il parle notamment de la symbolique des coulisses. []
  10. Charles-Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt, Voyage dans la Haute et Basse Égypte, op. cit., p. 147. []
  11. Alexandre Hadjivassiliou dit Auriant, Koutchouk-Hanem, l’Almée de Flaubert, in « Le Mercure de France », Paris, 1943. []
  12. Théophile Gautier, Voyage pittoresque en Algérie, Paris, La Boîte à Documents, 1989, p. 100-103. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.