Séance des Doctoriales, samedi 19 mars 2022 : Rose-Lucie Cahoua et Alice Mugierman

La séance des Doctoriales du samedi 19 mars 2022 s’est tenue à Université Paris Cité et en ligne.

Elle était composée des interventions suivantes :

  • Rose-Lucie Cahoua (Université de Reims Champagne-Ardenne / CRIMEL), « Joseph Prudhomme : la norme à l’épreuve de la marge ». 

A première vue, rien de plus éloigné de la marge que la figure de Joseph Prudhomme, petit-bourgeois emblématique du XIXe siècle. Né en 1830 de la plume et du crayon de Henri Monnier en même temps que la Monarchie de Juillet, Joseph Prudhomme incarne cette large part de la société ralliée au pouvoir et vectrice des discours dominants à travers des textes littéraires, des saynètes et des caricatures. Henri Monnier lui fait revendiquer son statut de « type du bourgeois » dans le préambule des Mémoires de Monsieur Joseph Prudhomme en 18571 :

On a dit que j’étais le type du bourgeois ; je ne repousse pas cette qualification, bien au contraire : qui donc a plus le droit de parler à ce siècle bourgeois que le bourgeois lui-même ?

Car vous avez beau dire et beau faire, tout est bourgeois aujourd’hui.

[…] En attendant, vous n’êtes que des bourgeois, des bourgeois fieffés, tout ce qu’il y a de plus bourgeois au monde ; fils de monsieur Prudhomme !

Il est tentant de glisser du type au stéréotype et de s’en tenir à la figure de Joseph Prudhomme comme cible de satire. A cause de l’antagonisme du bourgeois de l’artiste, souvent représenté sous les traits d’un rapin mystificateur, Prudhomme se fige en bourgeois prétentieux, bête et dépourvu de bon goût, ce qui est sous-tendu par l’emploi assez libre de l’adjectif dérivé de son antonomase, prudhommesque ou un poème tel que « Monsieur Prudhomme » de Verlaine.

Pourtant, les diverses occurrences de M. Prudhomme et de ses avatars (César Birotteau, Jérôme Paturot, M. Homais, Bouvard et Pécuchet, Tribulat Bonhomet) révèlent une grande plasticité voire une trajectoire socio-économique, esthétique et poétique qui met en relation, voire en contact, le centre et la marge. Prudhomme, parangon de cette bourgeoisie en pleine ascension, est souvent représenté en présence de figures marginales, soit pour leur être opposé, soit, de manière plus étonnante, pour manifester une forme de fascination pour elles, propre à se muer en attraction. Aussi des déplacements de curseur s’opèrent-ils dans les deux sens : tantôt, MM. Prudhomme et consorts sont menacés d’être marginalisés au gré de soubresauts économiques, sociaux et politiques ; tantôt, le type semble mettre à distance la norme bourgeoise au profit d’autres figures marginales, notamment l’artiste, le saltimbanque (pensons à Bilboquet) ou le brigand (pensons à Robert Macaire). La poétique même du type Prudhomme invite à penser le couple entre marge et norme et à pratiquer un renversement dialectique suggéré par Balzac lorsqu’il écrit à propos de Minoret-Levrault qu’il était « original à force d’être commun »2.

Cette communication se propose donc d’étudier la figure de Joseph Prudhomme sous l’angle de la marge en relation avec les notions de norme, de centre et de modèle. Elle vise à battre en brèche le stéréotype de Monsieur Prudhomme et mettre en lumière certaines ambiguïtés inhérentes à ce type qui transcende les frontières socio-économiques, esthétiques et poétiques.

 

  • Alice Mugierman (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / CRP19), « Héroïnes marginales chez les Goncourt : déplacement du regard et redéfinition de l’espace des valeurs ».

Au seuil de Germinie Lacerteux (1865), Edmond et Jules de Goncourt signent une préface vindicative réclamant que « ce monde sous un monde, le peuple », soit placé au centre des préoccupations du genre romanesque et des auteurs « qui ont fait jusqu’ici le silence sur l’âme et le cœur qu’il peut avoir3. » Poursuivant ainsi leur projet d’une histoire « à côté » des grands événements et personnages, ils explorent des espaces périphériques peu arpentés – l’hôpital, la prison, les bas-fonds… – et les êtres qui y évoluent. Considérant en effet que les romanciers sont les « historien[s] des gens qui n’ont pas d’histoire4, » les deux frères s’intéressent aux vies minuscules, loin de la scène publique et historique – comme celles de la domestique Germinie ou de la bonne sœur Philomène dans leur roman de 1862 – et aux anormaux et aux bizarres, comme les prostituées et les prisonnières de La Fille Elisa (1877).

Victimes de l’incompréhension et de la surdité du public, les deux hommes focalisent leur attention sur des figures marginales car ils s’y identifient avec « des entrailles émues et fraternelles pour […] tout ce qui est écrasé sous la conspiration des idées et des sentiments du moment5. » Reconnaître aux marges une place considérable dans le roman contribue à réévaluer les notions de conformisme et d’exclusion pour mieux s’opposer à une vision bourgeoise consacrant les opinions majoritaires, ce que Tocqueville considère comme le propre de l’ère démocratique. Réactionnaires exilés dans ce monde postrévolutionnaire, les Goncourt écrivent le destin de personnages réduits au silence par leurs interactions sociales ou par les institutions pour affirmer l’existence des bannis, leur dignité et leur représentativité.

Nous montrerons donc comment le projet goncourtien de revalorisation des marges se matérialise à travers un « style artiste », antiacadémique et personnel, qui se définit par le goût d’une vérité originale et faite de détails plutôt que par un récit vraisemblable et généralisant, autant dans les événements décrits et dans leur organisation que dans le lexique. Cette langue vise à retranscrire au mieux la complexité psychologique et la parole des personnages, ainsi que la profondeur de leur réalité quotidienne. Notre étude nous conduira à analyser la façon dont s’opère leur légitimation sociale et historique, notamment à travers une représentation sublimée mais réaliste de la marginalité, construisant des valeurs qui questionnent les normes extratextuelles issues de l’idéologie bourgeoise : utilitarisme et théâtralisation des rapports humains, primauté de l’intérêt individuel, prompte condamnation à partir de préjugés.

Bibliographie indicative :

CABANES, Jean-Louis, et DUFIEF, Pierre, Les Frères Goncourt, Paris, Fayard, 2020.

GIRAUD, Barbara, L’héroïne goncourtienne. Entre hystérie et dissidence, Berne, Peter Lang, 2009.

GONCOURT (de), Edmond et Jules, Sœur Philomène, Paris, Charpentier, 1889 [1861]. GONCOURT (de), Edmond et Jules, Germinie Lacerteux, Paris, Flammarion, 1990 [1865].

GONCOURT (de), Edmond, La Fille Élisa, Paris, Flammarion, 2015 [1877].

GONCOURT (de), Edmond, Préfaces et manifestes littéraires, Paris, G. Charpentier, 1888.

GRENOUILLET, Corinne (dir.) et REVERZY, Éléonore (dir.), Les voix du peuple dans la littérature des XIXe et XXe siècles, Presses Universitaires de Strasbourg, 2006.

HAMON, Philippe, Le Personnel du roman. Le Système des personnages dans les Rougon- Macquart, Genève, Droz, 1983.

JOUVE, Vincent, Poétique des valeurs, Paris, PUF, 2001.

TOCQUEVILLE (de), Alexis, De la démocratie en Amérique, Paris, Pagnerre, 1848 [1835- 1840].



Citer ce billet
Mathilde Leïchlé (2022, 21 juillet). Séance des Doctoriales, samedi 19 mars 2022 : Rose-Lucie Cahoua et Alice Mugierman. Les Doctoriales de la SERD. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvdd

  1. Henri Monnier, Mémoires de Monsieur Joseph Prudhomme, tome 1, Paris, Jacottet, Bourdillat et Cie, 1858 [1857], p.2. []
  2. Balzac, Ursule Mirouët, présentation, notes, bibliographie et annexes par Philippe Berthier, Paris, GF Flammarion, 2013, p. 32. []
  3. Edmond et Jules de Goncourt, Préface de Germinie Lacerteux, 1864, in Préfaces et manifestes littéraires, Paris, G. Charpentier, 1888, p. 20-21. []
  4. Edmond de Goncourt, Préface de La Faustin, in Préfaces et manifestes littéraires, op.cit., p. 59. []
  5. Edmond et Jules de Goncourt, Journal des Goncourt : Mémoires de la vie littéraire (t.I), Paris, Robert Laffont, 1989, 25 mai 1860, p. 565. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.