Séance des Doctoriales, samedi 9 avril 2022 : Gabrielle Veillet et Rachel Green

La séance des Doctoriales du samedi 9 avril 2022 s’est tenue à la bibliothèque Seebacher et en ligne.

Elle était composée des deux interventions suivantes :

  • Gabrielle Veillet (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / CRP19), « Des frontières du rire aux marges de la littérature : le cas de Lautréamont ». 

Dans Les Chants de Maldoror, Lautréamont pratique un rire anomal et paradoxal qui joue avec le lecteur en brouillant les conditions d’intelligibilité de l’œuvre. Ambigu, ce rire ne correspond pas au rire tel que le définissent la plupart des théories de la seconde moitié du XIXème siècle : les esthéticiens de l’époque le lient encore pour beaucoup à la morale et à la raison, seules capables de laisser émerger un rire que la tradition associe fortement à une axiologie. Autorisé dans l’espace clairement défini et circonscrit du comique, le rire n’est, dans l’héritage des comédies classiques, qu’un moyen au service de la morale. Si l’existence d’un rire qui serait son propre but est relevé par les esthéticiens, des Causes du rire de Léon Dumont en 1862 au Rire de Bergson en 1900, ceux-ci s’empressent néanmoins de reléguer un tel rire, qualifié de « mauvais », au second plan, et en évacuent l’analyse. Autrement dit, ils ne pensent pas encore le rire moderne qui émerge pourtant en cette seconde moitié de siècle et que Lautréamont met en œuvre dans ses Chants de Maldoror.

Les théories des esthéticiens étant alors dominantes dans la pensée de l’époque, la première réception de l’œuvre, dans les années 1880, ne relève pas le risible qui en est pourtant aux fondements. En effet, le groupe de poètes des Jeunes Belgique, les premiers à entériner la naissance du mythe Lautréamont, tend surtout à voir dans Les Chants de Maldoror l’œuvre géniale d’un fou, et en font une « lecture sérieuse, dénuée de toute ironie1 ». Max Waller, l’un des fondateurs de la revue, est peut-être le seul à avoir compris la portée grotesque de l’emphase de Lautréamont – lors de la lecture orale qu’il fait aux autres membres du groupe, il cherche d’abord et surtout à ridiculiser une œuvre dont il juge le style mauvais. Cependant, la représentation dominante des Chants restera, en cette fin de siècle, celle forgée par Léon Bloy à la fin des années 1880 : Lautréamont est « le plus déplorable, le plus déchirant des aliénés2 », l’auteur d’une œuvre blasphématoire et pourtant sérieuse, donc « terrible3 ». Dès lors, si la lecture initiée par Max Waller ne disparaît pas complètement, elle reste minoritaire et sert les arguments de ceux qui cherchent à discréditer l’œuvre et à en contester la valeur littéraire.

Nous montrerons donc que, parce que le rire des Chants de Maldoror se situe à la frontière du rire tel que défini par la majorité des esthéticiens du XIXème siècle, l’œuvre elle-même échoue dans les marges de la littérature : peu lue, elle n’est pas appréciée à sa juste valeur par des lecteurs qui n’en ont pas compris l’aspect risible et ont pris pour un exercice sérieux et d’un style douteux ce qui était aussi, et peut-être même d’abord, une opération de mystification visant à décontenancer le lecteur. Ce retour aux théories du rire et à la réception permettra de montrer comment, des marges du rire aux marges de la littérature, le rire de Lautréamont coïncide surtout avec les premières théories du rire moderne que sont celles de Baudelaire et de Hugo, et qui trouveront leur pleine affirmation au début du XXème siècle, lorsque les avant-gardes se saisiront de cette œuvre en marge pour l’ériger en nouveau modèle littéraire pour le surréalisme et l’humour noir.

Bibliographie indicative : 

ALEXANDRE Arsène, L’Art du rire et de la caricature, Paris, Ancienne maison Quantin, Librairies- imprimeries réunies, 1892.

BAUDELAIRE Charles, De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques (1868), Éditions Sillage, 2008.

BERGSON Henri, Le Rire (1900), éd. Daniel Grojnowski et Henri Scepi, Paris, Flammarion, coll.

« GF », 2013.

BLOY Léon, « Le Cabanon de Prométhée », in La Plume, n°33, 1er septembre 1890 ; repris dans

Belluaires et porchers, Paris, Stock, 1905, p. 1-19.

CHARRAUX Charles, Essai sur le rire et le sourire, in L’Ombre de Socrate, Paris, Durand et Pedone- Lauriel, 1878.

COURDAVEAUX Victor, Études sur le comique. Le rire dans la vie et dans l’art, Paris, Didier et Cie., 1875.

DUMONT Léon, Des Causes du rire, Paris, Durand, 1862.

GROJNOWSKI Daniel, Aux commencements du rire moderne. L’esprit fumiste, José Corti, 1997. HUGO Victor, L’Homme qui rit (1869), Paris, Le Livre de Poche, coll. « Les Classiques de Poche », 2002.

LAUTRÉAMONT, Œuvres Complètes, éd. Jean-Luc Steinmetz, Gallimard, coll. « La Pléiade », 2009.

LÉVÊQUE Charles, « Le rire : le comique et le risible dans l’esprit et dans l’art », in La Revue des deux mondes, n°47, septembre 1863, p. 107-139.

MICHIELS Alfred, “Essai sur le talent de Regnard et sur le talent comique en général”, éd. des œuvres de Regnard publiées par Delahays, 1854, tome I, p. I-XXX.

MICHIELS Alfred, Tableau des formes comiques, éd. des œuvres de Regnard publiées par Delahays, 1854, tome I, p. XXXI-XXXIV.

PENJON Auguste, « Le Rire et la liberté », in Revue philosophique de la France et de l’étranger, vol. 36, juillet 1893, p. 113-140.

PHILBERT Louis, Le Rire, essai littéraire, moral et psychologique, Paris, Librairie Germer-Baillière et Cie, 1883.

SALIOU Kévin, La Réception de Lautréamont, Paris, Classiques Garnier, 2021.

 

  • Rachel Green (chercheuse indépendante), « La « souillure » morale pour sortir de la boue parisienne dans l’œuvre balzacienne ». 

Autel primitif déplacé où la rançon d’un « [dé]pucelage moral » (Berthier, 2006, p. 13) est réclamée, le seuil de l’hôtel de la vicomtesse de Beauséant dans Le Père Goriot est un locus luciférien. Entre une posture de prière à genoux, position pour « lape[r] toute la boue […] entre » deux rues (Goriot, 2006, p. 118) et debout prête à « marcher sur le corps de son père » (Goriot, 2006, p. 281), « le Christ de la Paternité » (Goriot, 2006, p. 246 ; nous soulignons), Delphine de Nucingen — l’amalgame de Judas, de Machiavel et de Tantale —, « l’esclave de de Marsay » (Goriot, 2006, p. 118) et l’amante de Rastignac, sacrifie les derniers vestiges de sa vertu sur l’autel de cet hôtel (ig)noble. Baptême immoral validé aux yeux de Delphine, femme de banquier ostracisée de la haute société, qui voit dans cette ligne vicieuse un « tournant de vie » (Bakhtine, 1978, p. 389) : seul le fait « d’être admis[e] dans c[e] salo[n] dor[é] équiva[ut] à un brevet de haute noblesse » (Goriot, 2006, p. 74). Ailleurs dans ce roman d’éducation sociale, cette même distinction de franchir « le Rubicon parisien » (Goriot, 2006, p. 253) est décernée à Eugène de Rastignac, Rappelons le « parricide » commis par cet ancien illettré qui, après avoir « l[u] le grand livre de la société » (Gengembre, 1989, p. 7), « se pouss[e] sans pitié » (Dictionnaire des personnages, 1960, p. 830), se purge de sa pureté, sacrifiant sa conscience scrupuleuse et les « dernières gouttes de sang » de ses parents (Goriot, 2006, p. 129) sur l’autel de ce micro-univers qui rime avec enfer. Fils prodigue, « mordit » « par le démon du luxe » (Goriot, 2006, p. 107), celui-ci offre son trésor trempé de sang et de sueur au « veau d’or » et ne « je[t] » que « [q]uelques larmes, derniers grains d’encens […] sur l’autel sacré de [s]a famille » (Goriot, p. 124 ; nous soulignons). Le mouvement latéral sur l’axe horizontal de franchir le seuil des hôtels aristocratiques est ostensiblement un mouvement vertical, signe d’une dépravation morale qui résulte en une descente vers l’abîme. Le calcul froid, pourtant, de ce duo du Père Goriot pour sortir de la boue parisienne, matière qui symbolise au Paris du XIXe siècle « l’infériorité sociale » (Lascar, 2009, para. 19), est éclipsé par l’affreuse vengeance privée de la cousine Bette, figure marginalisée par excellence, qui s’efforce de sortir de la boue en manigançant de pousser sa famille titrée là-dedans. En nous appuyant sur l’idée médiévale de la géo-éthique, sur la pensée balzacienne d’une architecture anthropomorphique et sur les notions bakhtiniennes du « parvenu-espion » (Bakhtine, 1978, p. 274) et du « chronotope du seuil » (Bakhtine, p. 389), nous tenterons d’analyser comment Balzac instrumentalise la marginalisation socio-spatiale pour exposer les vices de ses personnages.

S’inscrivant dans la lignée de sa thèse de maîtrise ès arts en littérature française centrée sur la porte domestique dans l’œuvre balzacienne, Rachel Green examine actuellement en tant que chercheuse indépendante la porte dans son rôle narratologique, mécanisme clé stratégiquement placé dans l’œuvre pour rythmer les récits et construire les scènes charnières.



Citer ce billet
Mathilde Leïchlé (2022, 21 juillet). Séance des Doctoriales, samedi 9 avril 2022 : Gabrielle Veillet et Rachel Green. Les Doctoriales de la SERD. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvde

  1. Kévin Saliou, La Réception de Lautréamont, Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 82. []
  2. Léon Bloy, « Le Cabanon de Prométhée », in La Plume, n°33, 1er septembre 1890 ; repris dans Belluaires et porchers, Paris, Stock, 1905, p. 1-19, p. 6. []
  3. Léon Bloy, Ibid., p. 9. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.