Compte rendu de la séance du 21/03/15

Les lieux de l’intime

Etaient présents : Cyril Barde, Alice de Charentenay, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Margot Favard, Victoire Feuillebois, Hélène Heyraud, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé,  Emilie Pezard, Marie-Clémence Régnier, Natalia G. S. Santos.

Communications :

  • Hélène Heyraud : Des portraits d’intérieur aux maisons d’artistes : panorama non exhaustif des lieux de l’intime en art
    Le XIXe siècle marque l’essor des espaces privés. Avec celui-ci une attention particulière est portée aux intérieurs : l’architecture et la décoration d’intérieur se développent au cours du siècle de façon exponentielle, tandis que les artistes s’intéressent de plus près à ce que l’on pourrait qualifier de « lieux de l’intime ». Des espaces passant du public au privé comme la chambre, ou du privé au public comme la cuisine, sont explorés à travers des médiums artistiques divers (aquarelle, peinture à l’huile, gravure, etc.). Quelques artistes, tels les Nabis, s’adonnent même à la décoration d’intérieur avec la confection de grands panneaux décoratifs pour la chambre ou le séjour. Des genres picturaux spécifiques apparaissent, tel le portrait d’intérieur (connu sous d’autres formes dès la fin du XVIIe siècle), les vues architecturales. Les impressionnistes en particulier s’attachent à dépeindre leurs espaces domestiques et intimes (chambre, boudoir, jardin, toilette). D’autres, tels Henri de Toulouse-Lautrec ou Edgar Degas, représentent les maisons closes parisiennes et le quotidien des prostitués (attente, scènes érotiques, toilette). L’apogée des lieux de l’intime en art peut se trouver incarner par la maison ou l’atelier d’artiste dont les exemples se multiplient au XIXe siècle (Fernand Khnopff, Gustave Moreau, etc.).
    Le diaporama qui a accompagné la communication est en ligne, ainsi qu’une bibliographie.
  • Marie-Clémence Régnier : La maison de l’écrivain sous l’angle des intérieurs et de la presse 1870-1890
    Les années 1870-1910 voient fleurir sur le marché éditorial les témoignages et souvenirs des hommes de lettres consacrés à la vie littéraire et artistique sous la forme de récits mêlant (auto-)biographie, essai et confidences. Ces textes abordent de façon privilégiée l’intimité de l’écrivain dans son cadre domestique. En cela, ils s’inscrivent dans le plein essor des récits des initiés au sanctuaire de l’écrivain mais aussi des reportages de presse qui se plaisent à dévoiler les mœurs domestiques et les intérieurs des célébrités littéraires d’hier et d’aujourd’hui.
    La communication propose de remettre en perspective cette tendance générale avec l’étude d’un cas particulier : celui d’Émile Zola, « l’homme le plus interviewé de France », au prisme de quatre témoignages :
    – Paul Alexis  Émile Zola : notes d’un ami. Avec des vers inédits de Émile Zola, Paris, Charpentier, 1882.
    – Guy de Maupassant, «  Émile Zola », La Revue politique et littéraire, 10 mars 1883, repris dans « Émile Zola », Paris, A. Quantin, Célébrités contemporaines, 1883.
    – Henry Céard, « Zola intime », La Revue Illustrée, volume 3, n° 29, 15 février 1887
    – G. Lenotre, « M. Emile Zola », Le Monde Illustré, article tiré de la série « Nos contemporains chez eux », 1890.
    Ainsi, on s’interrogera sur la nature des représentations de l’intimité en jeu dans la constitution d’un imaginaire et d’une imagerie plurielle de l’ « ermite de Médan ».
    L’exemplier est en ligne ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.