Compte-rendu de la séance du 15 octobre 2016

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Nicolas Aude, Marie Bat, Cyril Barde, Charlotte Berkery, Jordi Brahamcha-Marin, Marie Daouda, Hélène Heyraud, Amandine Lebarbier, Mathilde Leïchlé, Magalie Myoupo, Solène Sazio, Yohann Ringuedé.

Cette séance était organisée autour de “La légende dorée au XIXème siècle” et a donné lieu à trois communications, résumées comme suit :

« Éditions et réceptions de La Légende dorée au XIXe siècle » Amandine Lebarbier

Cette communication vise à interroger la manière dont les textes hagiographiques sont diffusés au XIXe siècle (fleurs de saints, compilations, culte des saints, fêtes des patronages), indépendamment du seul texte de La légende dorée de Voragine dont il faudra attendre 1843 pour qu’une nouvelle traduction voie le jour. Dans un deuxième temps, à partir de plusieurs textes théoriques qui paraissent dans les années 1840 sur la question des vies de saints, il s’agit de réfléchir au statut du merveilleux et du légendaire à l’œuvre dans les récits de vies de saints et de mettre à jour les débats qui ont opposé les partisans du merveilleux hagiographique au profit de l’édification du lecteur à ceux qui entendent briser cet écran imaginaire qui empêcherait d’accéder à la vérité historique du texte et à sa fonction d’exemplum. Enfin, la communication se propose de réfléchir au devenir du matériau hagiographique dans la fiction de la seconde moitié du XIXe siècle.

“La légende d’or de Michelet” Magalie Myoupo

Comme il y a plusieurs Moyen Âge de Michelet selon Jacques Le Goff (un « beau Moyen Âge » dont la richesse est une chance et un « Moyen Âge sombre » fait de bêtise, d’imitation et de misère), il y a plusieurs Légende dorée et plusieurs regards jetés par l’historien sur le légendaire au cours de sa carrière. Cette communication a dégagé trois moments intellectuels de la relation de Michelet aux saints et plus précisément au texte de Jacques de Voragines. Le premier moment est celui d’une acceptation : les saints doivent être réintégrés dans l’histoire pour que le lecteur ait une idée complète du tableau moral des siècles précédents. Cette vision positive est tempérée dans les années 1840 au moment de la résurgence d’une forme de catholicisme intransigeant : la Légende dorée apparaît alors comme le carcan dans lequel l’Église a enfermé la créativité du peuple, annihilant par ce geste le pouvoir émancipateur de ces récits. Constatant cependant que la légende reste le langage intime du peuple et qu’elle lui permet une exégèse de sa réalité, il développe en 1851 le projet d’une Légende d’or. Le léger changement de la caractérisation originale laisse transparaître un véritable désir authenticité, mais aussi le pouvoir alchimique des vrais récits exemplaires : celui de transformer les plus humbles existences en figures d’édification.


“Influence de la
Légende dorée sur les peintres du second XIXe siècle : l’exemple de Marie-Madeleine et des saintes pécheresses.” Mathilde Leïchlé 

Les peintres du second XIXe siècle, notamment du Second Empire, ont souvent puisé dans la Légende dorée. Ils y trouvent à la fois un prolongement de la Bible et des indications plus visuelles sur les évènements saints – contexte historique, descriptions, attributs… L’étude des représentations de Marie-Madeleine et des saintes pécheresses – Thaïs, Pélagie et Marie l’Egyptienne – nous permet de voir comment les artistes illustrent d’abord de manière assez littérale les épisodes des légendes saintes mais nous voyons aussi comment ils se les approprient et opèrent parfois des fusions, des mélanges ou des relectures. Ces œuvres offrent également à voir la diffusion d’un type déjà développé par Voragine, celui de la pécheresse repentie. Cette figure fait écho à l’actualité du XIXe siècle, époque où la prostitution est au cœur du débat public. Voragine participe ainsi à une appropriation plus intime des thèmes religieux par les artistes.

Un point méthodologique a ensuite été fait sur les qualifications au CNU, par Marie Daouda. On peut retenir les conseils suivants :

  • L’importance des rapports : les premiers rapports ainsi que le rapport après soutenance
  • Bien choisir les mots-clés de la thèse dans le portail Galaxie, car c’est à partir de ceux-ci que les rapporteurs au CNU sont choisis
  • La qualification dure quatre ans. Lors d’une nouvelle qualification, on réévalue la progression de la recherche : les activités d’organisations sont valorisées.
  • Les raisons de non-qualification : dossier incomplet, et questions méthodologiques

Rendez-vous le 26 novembre pour une séance sur “les religions politiques” organisée par Nicolas Aude. La partie méthodologique du séminaire sera consacrée à la soutenance de thèse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.