Compte-rendu de la séance du 21 janvier 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Marie Daouda, Alexandra Delattre, Amandine Lebarbier, Magalie Myoupo, Anne Orset, Marie-Clémence Régnier, Yohann Ringuedé, Élise Sorel.

La séance, intitulée “croire et faire croire au dogme catholique dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle” était organisée par Fanny Arama. Elle a donné lieu à deux interventions :

  • Fanny Arama : “Léon Bloy pamphlétaire catholique : croire et faire croire contre le Bourgeois et ses valeurs”

    Cette communication vise d’une part, à présenter les relations que tisse le pamphlétaire avec son public et d’autre part, à comprendre comment Léon Bloy (1846-1917) se représente lui-même, se met en scène, dans son texte. Autrement dit, il s’agit de décrire son inscription dans le champ social, en tant que pamphlétaire catholique, héritier de la pensée contre-révolutionnaire, anti-moderne dans la France libérale et progressiste de la seconde moitié du XIXème siècle ; ainsi que son inscription dans le champ proprement littéraire afin de « faire croire » : convertir, ou du moins, éveiller les consciences contemporaines aux enjeux moraux de la cause catholique. L’enjeu principal de son discours polémique, dans ses ouvrages comme dans ses écrits journalistiques, sera de militer pour l’Eglise – jusqu’à un certain point de rupture – et ses valeurs, contre ceux qui proclament son déclin. Son usage de la langue illustre sa défense du droit de la littérature à transposer le réel – en le pliant à ses vœux, en l’exagérant, en l’idéalisant ou en l’allégorisant – pour mieux emporter l’adhésion du lecteur, contre le naturalisme et le réalisme qui combattent la rhétorique et ses effets au nom d’une vérité qui parlerait d’elle-même et engagerait à l’action politique. Ses textes dénoncent les valeurs utilitaristes prônées par le naturalisme et le réalisme, qui limitent le déploiement de l’imagination et de la spiritualité en réduisant la part accordée à la vie morale dans leurs œuvres. Entre conviction et provocation, nous montrerons que l’« antirationalisme littéraire » que Bloy contribue à édifier au fil de ses œuvres a pour finalité de réintroduire une autorité sacrée dans le discours, à l’éthos fougueux et intransigeant, qui fut le propre de l’autorité religieuse accordée au prêtre dans les sociétés chrétiennes des premiers âges.

  • Alexandra Delattre : « Le roman catholique : un coup de force idéologique »

Le point méthodologique sur les bourses doctorales sera finalement abordé lors de la séance du 25 mars 2017, organisée par Yohann Ringuedé.

La prochaine séance des Doctoriales aura lieu le 25 février, et sera consacrée aux liens entre croyance et merveilleux scientifique. Elle sera organisée par Émilie Pézard.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.