Prochaine séance des Doctoriales : 25 février 2017

Intitulée “Croire au merveilleux scientifique ?”, la prochaine séance des Doctoriales de la SERD, organisée par Émilie Pézard, aura lieu le 25 février 2017, de 10h à 13h, à l’Université Paris Diderot (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris. Métro ligne 14, RER C, bus 62, 64, 89, 325, tram T3a). La séance sera centrée sur les rapports entre science, croyance et merveilleux. Elle se déroulera comme suit :

Manon Amandio (Université Paris-Nanterre) : Représenter l’irreprésentable : la question du magnétisme dans les Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe

Parfois qualifiées de « fictions scientifiques[1] », certaines nouvelles d’Edgar Allan Poe représentent des événements extraordinaires rendus compréhensibles par une explication rationnelle. C’est notamment le cas de trois des nouvelles des Histoires extraordinaires, « La vérité sur le cas de M. Valdemar », « Révélation magnétique » et « Les souvenirs de M. Auguste Bedloe », dont le magnétisme est le sujet principal.

Pratique controversée reposant sur la croyance en des fluides universels invisibles, le magnétisme mis en fiction, représenté tant par les réflexions du narrateur-personnage sur le sujet que par la scène magnétique, pose la question de la croyance du lecteur face à une fiction qui exprime un savoir lié à des phénomènes extraordinaires. Cette communication interrogera donc la capacité de la représentation du magnétisme à articuler, par le biais du rapport à la croyance, les notions de merveilleux et de scientifique dans les nouvelles d’Edgar Allan Poe.

Anne Orset (Université Paris-Sorbonne) : La profession de foi des Rougon-Macquart : du « merveilleux physiologique » à l’œuvre dans le naturalisme de Zola

La série des Rougon-Macquart contient quelques faits extraordinaires (delirium tremens de Coupeau, combustion spontanée de Macquart, innéité du docteur Pascal) qui font surgir le merveilleux au cœur du roman naturaliste, pourtant conçu par Zola comme une stricte observation du réel. En examinant les différents régimes de croyances (superstition du profane, dogmatisme du savant, convictions du romancier) auxquels sont soumises ces scènes qu’on pourrait qualifier de « merveilleux physiologique » on se propose de réinterpréter le naturalisme zolien comme le credo en un pouvoir merveilleux des forces vitales à l’œuvre dans la nature, à la lumière du Traité d’hérédité naturelle dans lequel Lucas, l’inspirateur de Zola, confesse une « foi profonde » en « la magie de la nature ». C’est aux interférences entre les partis-pris esthétiques du romancier et ses convictions épistémiques qu’on voudrait ici s’intéresser.

Clément Hummel (Université de Caen) : Au-delà des légendes et des superstitions : le rationalisme scientifique de Rosny aîné

« J.-H. Rosny ne dit pas “Dieu”, mais « la nature » », écrivait Maurice-Verne en 1917. Encore faudrait-il ajouter avec Dominique Warfa qu’à ses yeux « seule compte la Nature (avec une majuscule !), et corollairement la science qui peut la décrire ». Si l’auteur de La Mort de la Terre et des Navigateurs de l’Infini se caractérise par une imagination débridée et l’invention de « créatures faites d’une autre matière que notre matière » qui ont fait de lui la figure tutélaire du merveilleux-scientifique, il est nécessaire de rappeler que Rosny aîné est avant tout le « poète du cosmos », des sciences et du rationalisme. Se conjuguent chez Rosny une « passion poétique [pour les sciences] » et la recherche du vrai, de l’authentique, du factuel. En effet, l’individu n’a pas besoin de croire en la potentialité d’éléments extraordinaires, mais en un « océan de probabilités » (« La Goule », 1900) offert par la Nature : c’est la seule merveille qui pourra produire une épiphanie. La majorité des récits estampillés « merveilleux-scientifique » de Rosny aîné illustrent l’hésitation propre au fantastique : ainsi cette infirmière sur un champ de bataille en 1914 qui, voyant deux soldats absolument identiques, se croit « dans une réalité supérieure » (L’Enigme de Givreuse, 1917) ou la rationalisation à l’excès du vampirisme, traité comme le symptôme à soigner d’une maladie liée au magnétisme (La Jeune Vampire, 1911). Nous proposerons une lecture des récits fantastiques de Rosny aîné en analysant la façon dont le romancier du merveilleux-scientifique soulève le voile du spiritisme à l’aide de la science et du rationalisme pour faire apparaître la vérité.

Cette séance de séminaire bénéficie du soutien de l’ANR Anticipation :  http://anranticip.hypotheses.org/

[1] Jean-François Chassay, « Revenir d’entre les morts : Poe et le magnétisme animal », Edgar Allan Poe, une pensée de la fin, sous la direction de Jean-François Chassay, Jean-François Côté, Berrtand Gervais, Montréal, Liber, 2001, p. 91.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.