Compte-rendu de la séance du 25 février 2017

Étaient présents : Manon Amandio, Nicolas Aude, Charlotte Berkery, Claire Bonet Moison, Jordy Brahamcha-Marin, Azélie Fayolle, Fleur Hopkins, Clément Hummel, Stéphanie Lallinec, Mathilde Leïchlé, Magalie Myoupo, Kathy Nayou, Anne Orset, Guillaume Peynet, Émilie Pézard, Yohann Ringuedé, Jean-Luc Rivera, Marie-Agathe Tilliette.

Organisée par Émilie Pézard, la séance des Doctoriales du 25.02.2017 s’intitulait “Croire au merveilleux scientifique ?”. Elle a donné lieu à une introduction d’Émilie Pézard sur les liens entre croyance, science et merveille, ainsi qu’à trois interventions, dont voici les résumés :

  • Manon Amandio : « Représenter l’irreprésentable : la question du magnétisme animal dans Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe.”

    En s’appuyant sur la notion de « croyance », cette communication a interrogé le rôle des Nouvelles d’Edgar Allan Poe traitant du magnétisme animal dans la fondation du merveilleux scientifique. Le magnétisme animal, ou mesmérisme, selon le nom de son théoricien, est représenté dans trois nouvelles de l’auteur américain : « La vérité sur le cas de M. Valdemar », « Révélation magnétique » et « Les souvenirs de M. Auguste Bedloe ». Il s’agissait de voir dans quelle mesure ces Nouvelles interrogent le rapport de la croyance en la théorie de Mesmer, tout en proposant une réflexion sur l’adhésion du lecteur à l’univers merveilleux, selon la double étymologie latine, credere, qui signifie à la fois « croire » et « faire confiance ». La représentation du discours médical dans ces Nouvelles d’Edgar Allan Poe permet d’établir différents degrés d’ambiguïté entre article scientifique et récit fictionnel. La vertu thérapeutique du magnétisme, promue par le discours médical, n’est ici qu’un prétexte à l’objectif essentiel d’Edgar Allan Poe : faire de la fiction le lieu où une parole est donnée à l’invisible. Il ne s’agit pas de guérir les symptômes de la phtisie, mais d’explorer la question de l’infini. La scène magnétique mise en fiction permet ainsi de rendre visible un espace spirituel à partir d’une réalité matérielle. Seul l’espace fictionnel, par le réinvestissement du discours médical, peut représenter ce phénomène extraordinaire. Edgar Allan Poe emporte ainsi l’émerveillement du lecteur. En présentant le magnétisme dans tout son imaginaire scientifique, dans une narration qui repousse les limites entre les espaces matériels et métaphoriques, par la représentation d’une science vectrice d’émerveillement, Edgar Allan Poe annonce le merveilleux scientifique, ce qui permit à Maurice Renard d’affirmer, dans « Du roman merveilleux-scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès » : « Edgar Allan Poe […] fonda le roman merveilleux scientifique pur[1] ».

    [1] Maurice Renard, « Du roman merveilleux scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès », Romans et contes fantastiques, édition établie par Francis Lacassin et Jean Tulard, coll. « Bouquins », Robert Laffon, Paris, 1990, p.1205-1206.

  • Anne Orset : “La profession de foi des Rougon-MacquartDu « merveilleux physiologique » à l’œuvre dans le naturalisme de Zola.”

    En cherchant à décrire « la lente succession des accidents nerveux et sanguins qui se déclarent dans une race », Zola propose une forme inédite de merveilleux scientifique, qu’on pourrait qualifier de « physiologique ». Les Rougon-Macquart contiennent en effet quelques grandes scènes consacrées à la description d’accidents corporels spectaculaires mais médicalement explicables. On a ainsi souhaité explorer les rapports ambigus que le naturalisme entretient avec le merveilleux scientifique à travers trois études de cas. Dans L’Assommoir, la mise en scène dramatique du delirium tremens de Coupeau, mais également sa reproduction et sa dégradation populaires par Gervaise, conduisent à transformer la merveille physiologique inexpliquée en dangereux mirage psychologique. Dans Le Docteur Pascal, Zola subvertit les motifs traditionnels du miracle (celui de la relique en particulier) à travers la combustion spontanée d’Antoine Macquart, afin de mettre en cause les croyances eschatologiques catholiques. Dans ce même roman, l’innéité de Pascal Rougon, qui constitue une exception aux lois héréditaires présentées par Zola à l’appui des théories de Prosper Lucas, contribue quant à elle à faire du savant une merveille génétique rendant compte de la puissance d’invention des forces naturelles à l’œuvre dans la génération des êtres. Au terme de cette étude, le naturalisme zolien pourrait ainsi s’envisager comme un credo reposant sur une double croyance : certitude de la merveilleuse diversité des phénomènes naturels, confiance en la merveilleuse capacité de l’homme à les déchiffrer scientifiquement.

  • Clément Hummel : “Derrière les légendes et les superstitions, le rationalisme scientifique de Rosny aîné” : Bien qu’ayant consacré une part importante de sa production littéraire à l’écriture de romans sociaux, hérités des démarches balzacienne et naturaliste, J.-H. Rosny aîné a développé son esthétique littéraire en faisant rentrer les Sciences dans la littérature. Il ne s’agit pas seulement d’intégrer des faits scientifiques comme autant d’objets romanesques, mais d’y développer une méthode scientifique rationnelle. Ainsi ses héros sont imprégnés de cette démarche et se crée dans les récits de l’auteur de L’Enigme de Givreuse et de La Mort de la Terre le schéma d’une quête de la Vérité. En effet, Rosny aîné croit à la merveille naturelle plus qu’à la merveille scientifique car pour lui c’est la découverte empirique de choses qui nous sont encore inconnues qui pourra conduire à une épiphanie. Celui qui aura été pour Maurice Renard le chantre du merveilleux-scientifique, un « Wells français » dépassant d’originalité l’écrivain britannique, rationalise à l’excès l’étrange et le fantastique qu’il considère comme des manifestations non pas d’une « réalité supérieure » mais d’une vérité encore inaccessible. Ainsi, le surnaturel est pour Rosny aîné l’expression de ce qui pourra être plus que ce qui pourrait être. Afin de montrer cette particularité du récit rosnyien, nous proposerons une lecture de plusieurs de ses récits fantastiques, romans comme nouvelles, en analysant la façon dont le romancier du merveilleux-scientifique soulève le voile du spiritisme à l’aide de la science et du rationalisme pour faire apparaître la vérité.
  1. L’épisode de divination de Nell Horn : vaincre la crédulité grâce à l’esprit scientifique
  2. L’explication rationnelle de faits surnaturels
  3. Dans l’océan des probabilités

Nous nous retrouvons le samedi 25 mars 2017 pour une nouvelle séance des Doctoriales, qui portera sur les rapports entre science et croyance, organisée par Yohann Ringuedé. En deuxième partie de séance, Magalie Myoupo nous présentera les différentes bourses doctorales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.