Prochaine séance des Doctoriales : samedi 18 novembre 2017

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 18 novembre 2017 à partir de 10h à l’Université Paris Diderot, salle 164E du bâtiment Halle aux farines. Organisée par Romain Enriquez, elle s’intitule : « Foi religieuse, foi en la science et mauvaise foi au XIXe siècle »

Programme 

Nicolas Aude (Université Paris Nanterre) : « Les “confesseurs des temps modernes” : Enquête sur la fécondité littéraire d’un cliché au XIXsiècle »

Extraits de la célèbre nouvelle de Barbey d’Aurevilly « Le Bonheur dans le crime » (Les Diaboliques), les propos du docteur Torty qui assimilent les médecins aux “confesseurs des temps modernes” sont loin de constituer un hapax dans la littérature du XIXe siècle. Ils révèlent au contraire l’existence, à l’échelle européenne, d’un topos inscrit au cœur d’une configuration discursive que l’on qualifiera volontiers de « médico-religieuse » (Kaufmann). Nous nous proposons de retracer brièvement la trajectoire interdiscursive de ce cliché, d’en dégager les présupposés historiques avant d’en étudier les différentes réappropriations et significations dans plusieurs œuvres de fiction écrites en français, en anglais et en russe entre 1830 et 1930.

Emilie Sermadiras (Université Paris Sorbonne) : « Le médecin : un expert en miracles ? Cas de mauvaise foi médicale dans Lourdes de Zola »

     Lourdes (1894) cristallise le rapport ambivalent des médecins à l’égard des guérisons miraculeuses. Le roman représente ainsi l’opposition entre deux approches médicales antagonistes : l’une –  spiritualiste –  convoque le savoir scientifique à des fins d’accréditation de l’extraordinaire chrétien ; l’autre – matérialiste et rationnelle – ramène les cas de guérison à une explication naturelle afin de démystifier leur origine prétendument transcendante. Dans ce débat entre médecine spiritualiste et clinique positiviste, Zola se range explicitement dans le camp des détracteurs du miracle. Il propose un portrait éminemment critique des médecins de la grotte dont le savoir et les méthodes sont remis en cause, et convoque a contrario des discours cliniques contemporains (« La foi qui guérit » de Charcot) qui soumettent les guérisons miraculeuses au filtre de l’analyse critique.

     Mais tout en dénonçant la « mauvaise foi » dont font preuve les médecins inféodés à l’Église qui infléchissent la rigueur du discours clinique afin d’attester le miracle, Zola fait lui aussi preuve d’une certaine désinvolture scientifique. La mise en regard des expertises médicales collectées dans les Annales de Lourdes – dans lesquels l’écrivain a puisé sa matière romanesque – et du traitement réservé aux miracles dans la fiction révèle la manière dont Zola infléchit et « tord » les expertises médicales, lorsque celles-ci confrontent la médecine à un noyau dur d’inexplicable. Le romancier naturaliste n’hésite pas à manipuler et moduler ses sources pour les forcer à s’inscrire dans l’argumentaire démystifiant du roman, au risque de faire preuve – lui aussi – de « mauvaise foi » scientifique.

Tout Doctorant ou jeune chercheur dont le travail porte sur le dix-neuvième siècle peut assister au séminaire des Doctoriales.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.