Archives de l’auteur : Émilie Pezard

Atelier du XIXe siècle : Écrire l’objet d’art

Atelier organisé par Cyril Barde et Audrey Gay-Mazuel

3 juin 2016 – Musée des Arts décoratifs

En 1891, pour la première fois, une section des « Objets d’art » est créée au salon de la Société nationale des beaux-arts. Cette promotion des arts décoratifs dans le cadre officiel du salon est l’aboutissement d’un long mouvement qui, depuis le milieu du XIXe siècle, contestait  la distinction arts majeurs/arts mineurs au nom de l’unité de l’art. Ces objets d’art, pièces uniques ou exemplaires d’une série, réservés à la contemplation ou destinés à l’usage quotidien, n’ont cessé d’attirer l’attention des écrivains tout au long d’un siècle marqué par l’éclectisme décoratif, la pratique de la collection, la conjugaison problématique du beau et de l’utile.

Cet Atelier réunit historiens de l’art et spécialistes de la littérature pour examiner ces mises en forme textuelles d’œuvres relevant des arts décoratifs (mobilier, bronzes, bijoux…). Il interrogera ce que la littérature fait des arts décoratifs, comment elle se les approprie, les métamorphose, les insère dans ses trames, comment elle les enrôle dans des stratégies qui lui sont propres.  Il s’agira aussi d’examiner ce que les arts décoratifs font à la littérature, comment ils l’informent, soit qu’ils l’aident à formuler un imaginaire (historique, esthétique, socio-politique…), soit qu’ils l’incitent à renouveler ses formes. C’est dans cette relation dynamique entre la matérialité des objets d’art et leurs usages littéraires qu’un dialogue fructueux entre disciplines semble possible.

Illustration Atelier

Programme

13h30 : Accueil des participants

14h : Introduction (Cyril Barde, Audrey Gay-Mazuel)

14h 15 – 15h 45

  • Marta Caraion (Université de Lausanne) : « Objets d’art, objets de série, objets narratifs au XIXe siècle »
  • Anne Dion (Musée du Louvre) : « Théophile Gautier, de la critique des expositions de l’industrie à la description de l’objet romanesque »
  • Audrey Gay-Mazuel (Musée des Arts Décoratifs) et Mathilde Buaillon (Paris-Sorbonne) : « “Un lit comme il n’en existait pas” (Nana, Zola) : Les intérieurs de courtisanes »

15h 45 : Discussion

16h : Pause

16h 15 – 17h 45

  • Élodie Voillot (Université Paris X) : « Le bronze comme alter ego : de l’usage de la petite statuaire et du bibelot dans la littérature »
  • Cyril Barde (Université Paris VIII) : « Des verres polychromes au vers libre : les arabesques critiques de Gustave Kahn »
  • Sophie Basch (Université Paris IV) : « Marcel Proust, du Salon d’automne de 1911 à la chambre de Balbec »

17h 45 – 18h : Discussion et conclusion

Compte rendu de la séance du 20 février 2016

Étaient présents : Manon Amandio, Nicolas Aude, Cyril Barde, Marie Bat, Jordi Brahamcha-Marin, Alice de Charentenay, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé, Amandine Lebarbier, Lise Manin, Magalie Myoupo, Emilie Pézard, Yohann Ringuedé, Solène Sazio, Marcela Scibiorska.

L’exploration des rapports entre l’intime et le biographique a donné lieu à deux communications :
Marcela Scibiorska (KU Leuven):  La représentation de l’intimité des écrivains du XIXe dans les Albums de la Pléiade
Mathilde Labbé (Université Paris-Sorbonne): Intimité et discours biographique dans les collections de monographies illustrées: le modèle des Grands écrivains français

La réflexion sur une approche historique de l’intime aura également été nourrie par une troisième communication :

Lise Manin (Paris 1): Propositions pour une chronologie de l’intime

Agenda février-juin

Les dates des prochains événements des Doctoriales ont été fixées. À vos agendas!

20 février, 10h-13h, Université Paris VII, salle 681C : Séance du séminaire « Représentations de l’intime au XIXe siècle »
Deux communications sont prévues :
– Lise Manin: « Propositions pour une chronologie de l’intime »
– Mathilde Labbé et Marcela Scibiorska : « Les rapports entre l’intime et le biographique à travers l’étude de collections éditoriales (XIXe-XXe siècles) »

8 avril, Paris VII : Journée d’études “Espaces et lieux de l’intime au XIXe siècle”, organisée par Marie-Clémence Régnier, Romain Enriquez, Nicolas Aude et Alice de Charentenay

28 mai, Paris VII : Séance du séminaire « Représentations de l’intime au XIXe siècle »
Séance de conclusion et choix du thème du séminaire pour les deux années à venir. Toutes les propositions sont les bienvenues: vous pouvez nous faire part de vos idées avant la séance par mail, ou proposer votre projet le jour même.

3 juin, Musée des Arts Décoratifs : L’Atelier du XIXe siècle « Écrire l’objet d’art », organisé par Cyril Barde et Audrey Gay-Mazuel.

Compte rendu de la séance du 28 novembre 2015

Tyrannies de l’intérieur

Présents : Manon Amandio, Cyril Barde, Jordi Brahamcha-Marin, Alice de Charentenau, Capucine Echiffre, Marion Glaumaud-Carbonnier, Mathilde Labbé, Amandine Lebarbier, Magali Myoupo, Hermeline Pernoud, Emilie Pézard, Yohann Ringuedé.

Entre littérature, sociologie et esthétique, les « tyrannies de l’intérieur » ont donné lieu à deux communications :

  • Alice de Charentenay : « Tyrannie domestique et tyrannie des domestiques »
  • Cyril Barde : « De l’harmonie d’ensemble à l’emprise totalitaire. Intérieurs Art Nouveau dans quelques récits et chroniques autour de 1900 »

Le résumé de la communication de Cyril Barde est accessible ici.

BARDE Assiette au beurre 1

Appel à candidatures : prix de thèse sur le XIXe siècle

Prix du Comité de Liaison des Associations Dix-Neuviémistes

Désireux de récompenser et promouvoir les travaux de chercheurs portant sur le XIXe siècle, le Comité de Liaison des Associations Dix-neuviémistes (CL 19) a créé un prix annuel destiné à couronner une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle portant sur le XIXe siècle (1789-1914). Ce prix est décerné pour la première fois en 2016, dans l’esprit du CL 19, qui réunit sociétés savantes, groupes de recherche, musées, bibliothèques et institutions culturelles concernées par l’étude du XIXe siècle.

ARTICLE 1 – Modalités d’attribution
Le Prix sera attribué tous les ans par le Président du jury du Prix de recherche des associations dix-neuviémistes, sur proposition du jury réuni pour examiner les travaux soumis.
Le jury peut proposer de ne pas attribuer le Prix si aucune des thèses déposées ne lui paraît avoir les qualités requises.

ARTICLE 2  – Conditions d’attribution
Les candidats, de nationalité française ou étrangère, devront avoir soutenu avec succès, au cours des deux années précédant la date de son dépôt auprès du jury, une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle rédigé(e) en français et portant sur le XIXe siècle (1789-1914).

ARTICLE 3  – Montant
Le montant du Prix est fixé chaque année par le jury du Prix. Ce Prix est destiné à aider à la publication de la thèse et à la poursuite des travaux de recherche du lauréat. Outre le Prix de thèse, des accessits pourront être attribués à deux autres candidats au plus, afin de récompenser la qualité de leurs travaux et de favoriser par des moyens non-financiers la publication et la diffusion de leur recherche.

ARTICLE 4  – Jury
Le jury du Prix de thèse du CL 19 est présidé par M. Jérôme Farigoule, directeur du Musée de la Vie romantique. Le jury est composé, en plus du président, de douze à quinze membres issus des différentes associations représentées au sein du CL 19, sur la base du volontariat. La liste des membres du jury est publiée chaque année. Le jury se réserve le droit de faire appel à des experts indépendants pour exprimer leur avis sur les thèses proposées.

ARTICLE 5 – Modalités de candidature
Les candidats au Prix de thèse doivent fournir, en format .pdf exclusivement, la thèse de doctorat ou le mémoire de troisième cycle soumis au jury, la copie d’une pièce d’identité, une attestation de l’obtention du diplôme de troisième cycle et un C.V. sans liste de publications : ce dossier sera adressé par mail à l’adresse suivante : bureaudeliaisonxix@gmail.com avant le 31 décembre 2015.

Atelier du XIXe siècle : Les intérieurs de l’homme de lettres en vitrine

Organisé par Marie-Clémence Régnier et Margot Favard le vendredi 9 octobre 2015 au Salon de musique de l’Arsenal (Paris IVe), cet atelier a pour sujet :

« Les intérieurs de l’homme de lettres en vitrine :
la vie littéraire sous l’angle du mobilier et de l’immobilier »

Dans son dernier ouvrage sur la célébrité moderne, Antoine Lilti fait remarquer que « la curiosité qu[e la célébrité] suscite porte avec une vivacité particulière sur la vie privée des personnes célèbres, devenue l’objet de l’attention collective ». De cela témoigne la passion des lecteurs pour le quotidien de Voltaire à Ferney et de Rousseau à Montmorency, que les deux écrivains contribuent, chacun à sa façon, à alimenter. Ainsi, dès le dernier tiers du XVIIIe siècle, puis tout au long du siècle suivant, l’intérêt que manifestent les contemporains à l’égard des gens de lettres dépasse de loin le seul auteur pour viser en eux l’homme. On les visite, on leur écrit, on cherche à avoir des autographes, on veut connaître leur apparence physique, on guette le moindre écho de leur vie de tous les jours, on surveille les anecdotes qui les concernent, on s’intéresse jusqu’aux « minuties » (abbé Trublet). On cherche à entrer dans leur intimité, à les connaître de l’intérieur, mais aussi, au sens propre, dans leur intérieur. Parmi les centres d’intérêt divers que mobilise la curiosité biographique, l’« Atelier du XIXe siècle » s’attachera à l’attention portée aux meubles et immeubles de la classe littéraire, croissante tout au long du siècle.

On assiste de ce fait, à titre de déclinaison populaire du « sacre de l’écrivain », à une sorte d’exposition médiatique des intérieurs d’écrivains tout au long du XIXe siècle, dont l’atelier cherchera à établir les procédures et à suivre les phases successives.

Programme :
– Manuel Charpy (CNRS / Université Lille III) : « Du texte au commerce. Intérieurs d’hommes de l’art et intérieurs bourgeois au xixe siècle »
– José-Luis Diaz (Université Paris-Diderot) : « Quelques gens de lettres dans leur intérieur (1835-1866) »
– Marie-Clémence Régnier (Paris-Sorbonne), « Chez Flaubert, Zola et Goncourt. Guy de Maupassant : cheval de Troie ou miroir critique de la vogue des reportages à domicile ? (1876-1890) »
– Margot Favard (Université Paris-Diderot) : « Au “salon vide” du “Prince des Poètes” : chez M. Stéphane Mallarmé »

La rencontre se terminera par un pot amical à la Brasserie Le Sully (6, bvd Henri IV, sur la place de l’Arsenal).

Compte rendu de la séance du 19 septembre

Victor Hugo et l’intime

La rentrée des Doctoriales de la SERD s’est faite sous le signe de Victor Hugo, auquel deux communications ont été consacrées.

Les jeunes chercheurs présents étaient : Nicolas Aude, Yannick Balland, Marie Bat, Jordi Brahamcha, Alice de Charentenay, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Lola Kheyar-Stibler, Mathilde Labbé, Amandine Lebarbier, Hermeline Pernoud, Emilie Pézard, Marie-Clémence Régnier. Ils ont pu écouter :

  • Yannick Balant: « L’intime dans les carnets de Hugo de 1870 à 1885 »
  • Jordi Brahamcha-Marin: « La réception de Victor Hugo comme poète de la famille, 1914-1944 »         La réception de Hugo en France entre 1914 et 1944 assimile volontiers le Hugo poète de l’enfance au Hugo poète de la famille. Ce Hugo-là est surtout un Hugo scolaire, de pédagogues : l’université s’y intéresse peu (du moins l’université française), comme si l’idée d’un Hugo grand poète des enfants était déjà un cliché trop éculé pour être vraiment digne d’intérêt. Cette image, en effet, est bien propre à nourrir une vision rassurante et conformiste de l’œuvre de Hugo, en phase avec les conceptions nouvelles de la famille bourgeoise telles qu’elles se développent au XIXe siècle, exaltant notamment la tendresse due aux enfants. Les textes clés qui permettent cette lecture sont quelques poèmes des recueils de la monarchie de Juillet (notamment « Lorsque l’enfant paraît… » des Feuilles d’automne), certaines des « Pauca Meae… » (Les Contemplations) ou certains poèmes de L’Art d’être grand-père. Sont écartées, au contraire, les familles lacunaires et pathologiques des romans ou des drames, ou encore les figures d’enfants sans famille ou trop politiques (comme l’enfant grec des Orientales, ou certains personnages d’enfants dans La Légende des siècles). Même le modèle familial lacunaire de L’Art d’être grand-père (où est la génération intermédiaire, entre le « Papapa » et ses petits-enfants ?) pose problème. Quant à l’insistance sur la famille, plutôt que sur l’enfance, elle témoigne souvent d’une posture réactionnaire plus directement militante.

    On peut donc définir quelques caractéristiques récurrentes de la famille hugolienne telle que la donnent à voir les textes que privilégient nos auteurs : il s’agit essentiellement de poèmes autobiographiques, concernant la famille réelle du poète ; il s’agit plutôt d’une famille complète, et heureuse parce que complète ; il s’agit d’une famille mise en scène, selon un modèle pictural ou photographique, avec souvent Hugo lui-même dans le rôle du régisseur (« Regardez : les enfants se sont assis en rond… », dans Les Voix intérieures…) ; il s’agit enfin d’une famille située dans un cadre privilégié, celui de la maison ou du foyer.

Compte rendu de la séance du samedi 20 juin

Étaient présents : Cyril Barde, Marie Bat, Julie Billaud, Jordi Brahamcha-Marin, Alice de Charentenay, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Natalia G. de S. Santos, Hélène Heyraud, Lola Kheyar-Stibler, Mathilde Labbé, Amandine Lebarbier, Renaud Oulié, Marie-Clémence Régnier

La séance a été consacrée à un bilan de l’année et à la préparation de l’année 2015-2016, en vue de l’organisation d’une journée d’études qui aura lieu au printemps 2016 : le thème de l’intime restera au centre de ces futurs travaux.

Rendez-vous le 19 septembre prochain pour la séance de rentrée, et excellent été à tous!

Atelier du 5 juin 2015 – Littérature et psychanalyse

Le prochain Atelier du XIXe siècle aura lieu le vendredi 5 juin, de 14h à 17h, à l’Université Paris (site des Grands Moulins), Escalier C, 6e étage, salle 677C.

Organisateurs : Romain Enriquez, Antonia Fonyi, Lola Kheyar Stibler (discutante, éditrice des actes en ligne)

Cet Atelier propose de remettre en lumière l’approche psychanalytique de la littérature, en purgatoire ces derniers temps dans la recherche littéraire. Les rapports entre les deux domaines seront évoqués dans diverses perspectives, historique, thématique, méthodologique, avec recours aussi bien à la réflexion théorique qu’à l’examen de textes du XIXe siècle. Reformuler une interrogation, c’est rouvrir une voie.

14h – Antonia Fonyi, Introduction
14h10 – Paul-Laurent Assoun, « L’inconscient romantique : Freud et le romantisme »
14h50 – Discussion
15h10 – Romain Enriquez, « L’invention de la “séance” de psychanalyse par le récit de fiction (1830-1895) »
15h5 – Discussion
16h10 – Antonia Fonyi, « De la lecture psychanalytique des textes littéraires. Quelques amorces méthodologiques »
16h40 – Discussion et conclusion de l’Atelier
L’Atelier sera suivi d’un apéritif amical.

Compte rendu de la séance du samedi 16 mai

Cette séance du séminaire des Doctoriales de la SERD a eu lieu à la Maison de la recherche de Paris-Sorbonne, en salle D 116.

Étaient présents : Concetta Angelone, Nicolas Aude, Isaure de Benque, Julie Billaud, Jordi Brahamcha-Marin, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Malek Khbou, Marie-Clémence Régnier.

Communications :

  • Malek Khbou :  » Maurice et Eugénie de Guérin : l’écriture de l’intime à quatre mains »
  • Julie Billaud : « L’expérience musicale de Consuelo dans Consuelo et La Comtesse de Rudolstadt : un révélateur d’intimités. »
  • Amandine Lebarbier : « L’extase musicale dans quelques nouvelles et romans du XIXe siècle: un moment privilégié pour une poétique de l’intime? »

Compte rendu de la séance du 21/03/15

Les lieux de l’intime

Etaient présents : Cyril Barde, Alice de Charentenay, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Margot Favard, Victoire Feuillebois, Hélène Heyraud, Lola Kheyar Stibler, Mathilde Labbé,  Emilie Pezard, Marie-Clémence Régnier, Natalia G. S. Santos.

Communications :

  • Hélène Heyraud : Des portraits d’intérieur aux maisons d’artistes : panorama non exhaustif des lieux de l’intime en art
    Le XIXe siècle marque l’essor des espaces privés. Avec celui-ci une attention particulière est portée aux intérieurs : l’architecture et la décoration d’intérieur se développent au cours du siècle de façon exponentielle, tandis que les artistes s’intéressent de plus près à ce que l’on pourrait qualifier de « lieux de l’intime ». Des espaces passant du public au privé comme la chambre, ou du privé au public comme la cuisine, sont explorés à travers des médiums artistiques divers (aquarelle, peinture à l’huile, gravure, etc.). Quelques artistes, tels les Nabis, s’adonnent même à la décoration d’intérieur avec la confection de grands panneaux décoratifs pour la chambre ou le séjour. Des genres picturaux spécifiques apparaissent, tel le portrait d’intérieur (connu sous d’autres formes dès la fin du XVIIe siècle), les vues architecturales. Les impressionnistes en particulier s’attachent à dépeindre leurs espaces domestiques et intimes (chambre, boudoir, jardin, toilette). D’autres, tels Henri de Toulouse-Lautrec ou Edgar Degas, représentent les maisons closes parisiennes et le quotidien des prostitués (attente, scènes érotiques, toilette). L’apogée des lieux de l’intime en art peut se trouver incarner par la maison ou l’atelier d’artiste dont les exemples se multiplient au XIXe siècle (Fernand Khnopff, Gustave Moreau, etc.).
    Le diaporama qui a accompagné la communication est en ligne, ainsi qu’une bibliographie.
  • Marie-Clémence Régnier : La maison de l’écrivain sous l’angle des intérieurs et de la presse 1870-1890
    Les années 1870-1910 voient fleurir sur le marché éditorial les témoignages et souvenirs des hommes de lettres consacrés à la vie littéraire et artistique sous la forme de récits mêlant (auto-)biographie, essai et confidences. Ces textes abordent de façon privilégiée l’intimité de l’écrivain dans son cadre domestique. En cela, ils s’inscrivent dans le plein essor des récits des initiés au sanctuaire de l’écrivain mais aussi des reportages de presse qui se plaisent à dévoiler les mœurs domestiques et les intérieurs des célébrités littéraires d’hier et d’aujourd’hui.
    La communication propose de remettre en perspective cette tendance générale avec l’étude d’un cas particulier : celui d’Émile Zola, « l’homme le plus interviewé de France », au prisme de quatre témoignages :
    – Paul Alexis  Émile Zola : notes d’un ami. Avec des vers inédits de Émile Zola, Paris, Charpentier, 1882.
    – Guy de Maupassant, «  Émile Zola », La Revue politique et littéraire, 10 mars 1883, repris dans « Émile Zola », Paris, A. Quantin, Célébrités contemporaines, 1883.
    – Henry Céard, « Zola intime », La Revue Illustrée, volume 3, n° 29, 15 février 1887
    – G. Lenotre, « M. Emile Zola », Le Monde Illustré, article tiré de la série « Nos contemporains chez eux », 1890.
    Ainsi, on s’interrogera sur la nature des représentations de l’intimité en jeu dans la constitution d’un imaginaire et d’une imagerie plurielle de l’ « ermite de Médan ».
    L’exemplier est en ligne ici.

Atelier du 4 avril 2015 – La photographie au XIXe siècle : le rituel du portrait

Le prochain Atelier du XIXe siècle aura lieu le samedi 4 avril 2015, au Musée de la vie romantique (Paris IX), de 9h à 13h.

Présentation

Les publications récentes consacrées au portrait photographique élargissent considérablement son approche : moins souvent considérée pour elle seule, l’image s’y révèle médiatisée par des instances collectives multiples. Empreinte lumineuse du réel, la photo semble n’avoir été au contact que d’un seul élément : l’individu célèbre ou inconnu qui figure sur l’épreuve ; en réalité, à travers tel client photographié par Disdéri, Nadar ou Nadar-fils, de multiples scènes s’ouvrent : discussion préalable entre l’opérateur et le sujet photographié ; rituel de la prise de vue, qui inspire maint caricaturiste du Charivari ; scène sociale dont l’inconnu, « artiste » ou « bourgeois », présente un échantillon, a fortiori quand on ignore tout de son identité ; environnement médiatique de l’image enfin, quand elle est publiée dans la presse (ainsi de l’interview de Chevreul par Nadar, père et fils, pour Le Journal illustré en 1886). Comme l’a récemment montré Adeline Wrona (Face au portrait. De Sainte-Beuve à Facebook), le portrait est un art relationnel : le visage ne tire pas son sens ou sa valeur de sa seule présence sur le cliché mais des liens « métonymiques » qu’il noue avec son environnement. C’est donc en mouvement que cet atelier tentera de saisir le portrait photographique, qu’il s’agisse du moment ritualisé de sa production, de sa migration dans les médias ou de sa métamorphose en motif littéraire.

Programme

Marta Caraion (Lausanne), « Le portrait carte-de-visite de Disdéri »
Martine Lavaud (Paris IV), « Esprit, es-tu là ? Portrait photographique et spiritisme au XIXe siècle »
Adeline Wrona (Paris IV), « Quand le portrait photographique devient médiatique : autour des “Contemporains célèbres” »
Basile Pallas (Bordeaux III), « Soupçons sur les procédures : la ressemblance trompeuse du portrait photographique »
Philippe Ortel (Bordeaux III), « Le rituel de la pose dans la caricature »

Compte rendu de la séance du 7/02/15

L’intime en régime naturaliste

Étaient présents : Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Laetitia Hanin, Hélène Heyraud, Lola Kheyar Stibler, Marine Le Bail, Amandine Lebarbier, Juan Miao, Renaud Oulié.

Communications  :
Lola Kheyar Stibler : « L’intime et l’intensif dans La Joie de vivre (1884) de Zola »
Cette communication se propose d’analyser les propriétés stylistiques d’une écriture de l’intime dans La Joie de vivre. Influencé par l’essor du roman d’analyse, Zola ambitionne d’écrire « un roman “psychologique”, c’est-à-dire l’histoire intime d’un être, de sa volonté, de sa sensibilité, de son intelligence ». L’émiettement psychique et physiologique de Lazare prend la forme d’une torpeur, à son comble au moment du deuil, qui invite à des effets pathétiques puissants. Néanmoins, la représentation du style zolien en termes d’énergie puissante, courante dans la critique de l’époque, doit être infléchie : ce n’est plus un « élan oratoire », une « ivresse » sans bornes, une outrance démesurée qui le caractérisent dans La Joie de vivre mais bien une retenue, produite par la neutralisation des marqueurs d’intensité. L’énergie se dégrade. Ainsi, le roman fait l’histoire d’une dissolution psychique par une dévitalisation du style.

Renaud Oulié : « L’intime dégradé dans L’Accident de M. Hébert, roman naturaliste de Léon Hennique »
Léon Hennique est injustement méconnu. Membre du groupe de Médan, avec Maupassant, Huysmans, Alexis et Céard autour de Zola dans les années 1877-1880, il a contribué au recueil fondateur des Soirées de Médan (1880), autour de la défaite de 1870, qui a fait grand bruit, et lancé Maupassant avec « Boule-de-suif ». Ces jeunes gens de lettres se lancent dans la « bataille naturaliste » avec autant d’enthousiasme que les gilets rouges dans la bataille d’Hernani au début du siècle. Hennique occupe une position intéressante au sein du groupe, en raison de sa production éclectique (romans et pièces historiques et naturalistes, un roman spirite), et de son rapprochement de Daudet et de Goncourt, au moment de l’affaire Dreyfus, alors qu’il s’éloigne de Zola ; à tel point qu’il devient exécuteur testamentaire de Goncourt, et à ce titre fondateur de l’Acamédie Goncourt, dont il est le second président. Il est l’auteur notamment de L’accident de M. Hébert, roman naturaliste, très audacieux dans ses expositions de l’intime. Il s’avère que le traitement spécifique du thème de l’intime permet de faire des distinctions intéressantes au sein du mouvement naturaliste, entre Zola et les « petits naturalistes », sur les plans thématique et stylistique. A cet égard, trois scènes du roman sont exemplaires, et leur étude stylistique révélatrice : la « chute » conventionnelle de Mme Hébert dans les bras de son amant, traitée sur un mode satirique corrosif et original, une scène truculente de partie de campagne de la bonne société versaillaise mise en déroute par le passage de paysannes goguenardes, et enfin les excès obscènes du récit d’un avortement.

Compte rendu de la séance du 24 janvier 2015

Sociologies de l’intime

Étaient présents : Nicolas Aude, Jordi Brahamcha, Alice de Charentenay, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Hélène Heyraud, Florelle Isal, Marine Le Bail, Amandine Lebarbier, Renaud Oulié, Marie-Clémence Régnier, Liu Ruojing, Natalia Santos.

Communications :

  • Alice de Charentenay : Qui écrit son journal intime ?
    Né avec le XIXe siècle en plein triomphe des valeurs libérales, le journal intime joue de fait un rôle idéologique fort, puisqu’il change l’accès au loisir et à la solitude, privilège de classe, en besoin naturel. Mais l’évolution du genre le mène vers d’autres effets, notamment grâce aux premières publications de journaux et à l’éclosion d’une parole féminine, qui l’ont aussi changé en instrument d’émancipation. Au XXe siècle, la financiarisation de l’économie et l’éclosion de la condition néolibérale (au sens de Michel Feher) délaissent de plus en plus le journal intime, secret et privé, au profit de l’autoportrait public et de l’affirmation de soi.
  • Nicolas Aude : Généalogie des études sur la sociologie de l’intime : Simmel – Goffman –  Sennett
    La Sociologie de Georg Simmel, The Presentation of the Self d’Irwing Goffman et The Fall of Public Man de Richard Sennett constituent trois jalons importants dans le développement de la microsociologie, une discipline qui semble s’être donné pour objet l’étude de phénomènes sociaux microscopiques, de cet infime qui compose l’expérience du sujet social sans jamais tout à fait se confondre avec l’intime. L’étude de cette généalogie de penseurs montre néanmoins que le discours sociologique s’est également construit contre la proclamation de l’intimité en tant que valeur-clé de la modernité.

 

 

Compte rendu de la séance du 13/12/14

Style et genres de l’intime II : les écritures du moi

Etaient présents : Concetta Angelone, Marie Bat, Stéphanie Bertrand, Marie Busson, Alice de Charentenay, Gheorghe Derbac, Capucine Echiffre, Romain Enriquez, Victoire Feuillebois, Laetitia Hanin, Malek Khbou, Mathilde Labbé, Stéphanie Mc Carthy, Renaud Oulié, Marie-Clémence Régnier

Communications :

Laetitia Hanin : « L’inconscience des sentiments dans les romans de G. Sand »

Concetta Angelone : « Corinne ou Mme de Staël. Le roman de la vie et de la pensée de la baronne »

Stéphanie Bertrand : « L’aphorisme dans le journal intime : repenser l’écriture (im)personnelle »