Archives de catégorie : Agenda

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 13 mars 2021 : « Perspectives ethnocritiques sur la marginalité »

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD, intitulée « Perspectives ethnocritiques sur la marginalité », aura lieu en ligne le samedi 13 mars 2021, de 10h00 à 12h30. Elle s’intéresse à une branche de la critique littéraire, l’ethnocritique, que n’ont que peu exploré les Doctoriales jusqu’à présent et nous nous réjouissons beaucoup de cette séance inédite pour nous.

Deux interventions sont prévues :

– Simon Lanot (Université de Lorraine / Université de Caen Normandie), « René, un itinéraire dans les marges du monde moderne. Pour une approche ethnocritique de René de Chateaubriand ».

– Marion Caudebec (Université Toulouse Jean Jaurès / UQAM), « Devenir homme, devenir réfractaire : embrasser la marginalité dans L’Enfant et Le Bachelier de Jules Vallès ».

À cause de la situation sanitaire, la séance aura lieu à distance, via la plateforme Zoom. Pour y participer, il suffit de nous envoyer un message à contact.doctoriales.serd@gmail.com et nous vous ferons suivre le lien de connexion. La séance ne sera pas enregistrée, mais nous en publierons un compte rendu sur ce site.

Doctoriales de la SERD / Marges et marginalités au XIXe siècle (2020-2022) / Calendrier des séances de la première année

Samedi 10 octobre 2020, Paris, musée d’Orsay : « Artistes et femmes au XIXe siècle :  visite des collections du Musée d’Orsay », visite guidée de Mathilde Leïchlé (Université de Paris / CERILAC).

Samedi 12 décembre 2020, en ligne : « Marginalité du / dans le spectacle vivant, en pratique et en représentation romanesque », communications de Léa de Truchis (Université Paul Valéry Montpellier 3) et Hélène Thil (Sorbonne Université).

Samedi 13 février 2021, en ligne : « Figurations de l’auteur en marginal : entre mythes et réalités littéraires », communications de Silvia Giudice (Université Paris Nanterre) et Loïc Le Sayec (Université Picardie Jules Verne), point méthodologique de Fanny Arama (Université de Paris).

Samedi 13 mars 2021, en ligne : « Perspectives ethnocritiques sur la marginalité », communications de Simon Lanot (Université de Lorraine / Université de Caen Normandie) et Marion Caudebec (Université Toulouse Jean Jaurès / UQAM).

Samedi 17 avril 2021, en ligne : « Personnages secondaires et figurants dans le roman français au XIXe siècle », communications de Marie-Agathe Tilliette (Université Paris Nanterre) et Eva Le Saux (Université Sorbonne Nouvelle).

Samedi 29 mai 2021, en ligne : « Marginalités des “genres” : artistes femmes et genres mineurs », communications d’Aliénor Asselinot (Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle) et Eva Belgherbi (Ecole du Louvre / Université de Poitiers), point méthodologique par Claire Dupin de Beyssat (Univeristé de Tours).

Samedi 19 juin 2021, Paris, bibliothèque Jacques Seebacher et en ligne : « Le marginal et le pathologique : représentations littéraires de la déviance au XIXe siècle », communications de Clara Joubert (ENS Paris-Saclay) et Ye Xu (ENS Paris).

Séance des Doctoriales, samedi 10 octobre 2020 : « Figurations de l’auteur en marginal – entre mythes et réalités littéraires »

Silvia Giudice (Université Paris Nanterre) : « Leopardi et Baudelaire marginaux ? Déconstruction sociale, philosophique et poétique de la marginalité. » 
 
La comparaison entre Leopardi et Baudelaire dans une étude sur les marges et la marginalité peut paraître curieuse, voire artificieuse, si l’on songe à leur place dans le canon littéraire occidental. C’est ce qui m’a amenée à approfondir la question, et à vouloir interroger les possibilités et les limites d’un discours sur trois sortes de marges qui les rapprochent. Tous deux, en tant que hommes, ont vécu partiellement à l’écart ; ils ont revendiqué, en tant que penseurs, une posture marginale par rapport aux modes et aux convictions de leur temps ; et enfin, en tant que poètes, ils ont choisi de se situer à l’intérieur de la tradition pour en remodeler les marges.

L’histoire littéraire a gardé de Leopardi le portrait d’un poète malade, bossu, solitaire, à l’écart de la vie et du bonheur. En effet, avant de pouvoir timidement s’aventurer dans quelques milieux intellectuels urbains, le poète était isolé au milieu des États pontificaux et des livres de la bibliothèque paternelle. En comparaison, la situation de Baudelaire relève plutôt d’une automarginalisation, d’une construction : sa conduite que l’on a définie bohémienne ressemble plus à un choix, comme sa prédilection pour les milieux en marge de la société.

De tels portraits, peints par les contemporains des deux poètes et relayés – bien volontiers – par l’histoire littéraire, semblent apparemment très différents. Pourtant, la figure du poète en marge de la société est commune aux deux.

Cette marginalité, plus ou moins construite, est d’autant plus intéressante que les penseurs Leopardi et Baudelaire l’exploitent de manière comparable. La mise à l’écart devient prise de position indignée, emblème d’une certaine supériorité intellectuelle par rapport au siècle des gazettes et des illusions progressistes. Les deux poètes se retrouvent coincés dans un cercle vicieux intrinsèque au rapport entre écrivain et société au XIXe siècle : tantôt suffoqués par la paralysie du mélancolique marginalisé, tantôt fiers de leur isolement les opposant à la crédulité et à l’aveuglement ambiants.

Difficile d’affirmer qui, entre la société et le poète, a rejeté l’autre en premier. Il est sans doute plus intéressant de nous questionner sur la pertinence même du concept de marginalité dans ce contexte. Lorsqu’elle est revendiquée, voire construite, la marginalité garde-t-elle sa portée sociale ? Et si la marginalité devient un phénomène historique – comme pourrait l’être l’abandon progressif, dans la société du XIXe siècle, du statut de vates du poète – ne deviendrait-elle pas une marginalité mainstream ?

Le concept de marginalité appliqué dans sa polysémie à Leopardi et à Baudelaire me semble tout aussi complexe et ambigu lorsqu’on l’interroge à propos de leur création poétique. Ce dernier aspect glisse de la marginalité vers les marges : tout en revendiquant leur opposition par rapport au courant dominant du siècle, les deux poètes se gardent bien de démanteler la tradition poétique. Ils choisissent plutôt de se placer à l’intérieur de celle-ci pour en renouveler les marges : de la canzone libera aux « sonnets libertins1  », du « miracle d’une prose poétique2 », à « certe prosette satiriche3 », les deux poètes semblent partager une nécessité intrinsèque à leur poétique d’intégrer et assumer la tradition pour en étirer les marges.
 
Ma communication propose donc un approfondissement qui questionne plus qu’il n’affirme, en analysant trois étapes de la polysémie et de l’ambiguïté de la marginalité à travers la comparaison des postures sociale, philosophique et poétique de deux poètes au centre du canon littéraire occidental.
 
Loïc Le Sayec (Université de Picardie Jules Verne – CERCLL) : « Octave Mirbeau : le plus central des marginaux ? Quelques réflexions sur la construction d’une posture auctoriale. » 
 
Si les termes « marge » et « marginalité » ainsi que leurs dérivés ne font guère partie du vocabulaire d’Octave Mirbeau, ils n’en sont pas moins féconds pour penser l’œuvre et la carrière de l’auteur, tant du point de vue de sa situation réelle dans le champ littéraire de son temps que de celui de la construction réfléchie d’une posture auctoriale singulière. En mêlant des considérations de l’ordre de l’histoire littéraire et de la poétique, la communication se propose d’étudier la pertinence de ces concepts dans l’étude de l’œuvre de l’écrivain-journaliste. 
 
Il s’agira d’abord d’analyser rapidement la situation littéraire de Mirbeau dans le champ littéraire contemporain. Compagnon de route des naturalistes, critique attitré des impressionnistes et publiant dans les plus grands quotidiens du temps, l’auteur semble loin de la marginalité qu’on pourrait se figurer en constatant par exemple son absence des programmes et manuels scolaires actuels. Il refusa cependant d’être considéré comme membre d’une école ou thuriféraire d’une esthétique particulière, faisant valoir son indépendance, voire sa marginalité au regard de modes et de camaraderies littéraires toujours critiquées.
 
Ce positionnement qu’il ne fut pas le seul à exhiber est indissociable de la construction d’un ethos d’écrivain indépendant et à la marge d’un certain nombre d’hommages ou de circuits officiels. On s’intéressera donc à la manière dont Mirbeau, en bon pamphlétaire, revendique une certaine marginalité pour mieux asseoir sa parole contestataire. Cette posture n’est cependant pas sans ambiguïté puisque l’auteur cherche par ailleurs à créer une certaine complicité avec ses lecteurs et à faire communauté autour d’un certain nombre de valeurs tout en revendiquant les pouvoirs de la marge et en insistant sur son irréductible solitude.
 
Tout en dégageant un certain nombre d’invariants rhétoriques et poétiques témoignant de l’affirmation constante de la position marginale de l’auteur, on tentera enfin de questionner les mutations de sa posture auctoriale accompagnant son apparente évolution idéologique. Il s’agira en effet d’interroger la pérennité de la revendication de la marginalité et sa compatibilité avec la naissance d’un nouveau statut d’écrivain : l’intellectuel. L’engagement dans l’affaire Dreyfus et les combats libertaires de l’auteur le poussent en effet à participer à des actions communes et à s’associer avec d’autres, si ce n’est à renoncer à une certaine forme de marginalité jusqu’alors revendiquée.
 
Ces deux communications ont été suivies d’un point méthodologique sur la soutenance de thèse, développé par Fanny Arama (Université de Paris)
  1. Charles Baudelaire, « Théophile Gautier », L’Artiste, 13 mars 1859, p. 161-170. []
  2. Id., « À Arsène Houssaye », La Presse, 26 août 1862, p. 1. []
  3. Lettre de Giacomo Leopardi à Pietro Giordani du 4 septembre 1820. [« Certaines petites proses satiriques ».] []

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 12 décembre 2020 : Marginalité du / dans le spectacle vivant, en pratique et en représentation romanesque

La prochaine séance des Doctoriales se tiendra sur Zoom et sur inscription (en écrivant à contact.doctoriales.serd@gmail.com) le samedi 12 décembre de 10h30 à 12h30.

Elle sera composée de deux communications : “Le cirque entre marginalité et culture de masse” de Léa de Truchis (Université Paul Valéry Montpellier 3) et “‘D’un côté l’univers et de l’autre cette baraque’ : La marginalité comme espace utopique dans les romans de comédiens” d’Hélène Thil (Sorbonne Université).

Léa de Truchis (Université Paul Valéry Montpellier 3), “Le cirque entre marginalité et culture de masse”

Parmi les formes marginales qui divertissent le public durant les XVIIIème et XIXème siècles, il y a celle du cirque, qui apparaît à cette période. A la naissance de cette forme de spectacle, que l’on date à 1768 avec la première représentation de Philip Astley à Londres, le cirque est un art d’extérieur, et Astley est le premier à faire payer ses représentations en instituant l’espace de la piste. Ainsi, même s’il né dans un espace de spectacles marginalisé – les foires –, le cirque tente dès ses débuts d’entrer dans un modèle culturel. D’ailleurs, les spectacles d’Astley sont des représentations de voltige et de dressage équestre (une culture et un savoir-faire bourgeois) qu’il les édulcore grâce aux exploits forains (jonglage, danse sur corde etc.).

Cependant, en faisant du cirque un espace de représentation payant, Astley et ses concurrents doivent faire face aux impératifs dus aux privilèges des théâtres. La parole étant interdite sur la piste, Astley se retrouve plusieurs fois en prison pour non-respect de cette consigne. Ces passages devant la justice permettront d’obtenir gain de cause, et de se voir accorder le droit à la parole, à travers la reconnaissance du cirque comme un « théâtre équestre ». La mise en place d’un lieu et la popularisation du cirque malgré sa position marginale ont donc de fortes répercussions sur l’économie de cet art : on passe à une reconnaissance de la forme et à une économie du divertissement de masse.

Le cirque oscille entre une contre-culture, qui inspire les avant-gardes du théâtre, et un art de masse qui se construit des lieux dignes des temples de théâtre. Des montreurs de foire et des alchimistes dans leurs baraques, on est passé aux acrobates et aux magiciens dans les cabarets et les cirques-théâtres en dur. Si les side shows, les attractions, sont toujours très présents pour montrer les bizarreries et les raretés, la monstration de la marginalité s’est déplacée avec le convoi de caravanes américaines, et non dans les cirques en dur qui naissent partout en Europe. Aux Etats-Unis, les convois de cirque développent une nouvelle économie, celle du nomadisme sous chapiteau. Or même si le système médiatique du cirque crée une starification des artistes qui se joue sur la bienséance de leur vie et sur leurs qualités athlétiques, le nomadisme reste l’apanage du marginal. C’est une image qui contribuera à rendre les caravanes de cirque des lieux peu fréquentables à mesure que le cirque perdra de sa superbe.

La marginalité des monstruosités montrées dans les side shows finit par contaminer toute la caravane, comme on peut le voir dans le film Freaks de Tod Browning (1932). Le cirque reste donc pendant toute cette période le spectacle de la marginalité attirante, quelle que soit sa reconnaissance dans l’industrie du spectacle. Cette communication aura pour but de déployer l’oscillement du cirque entre marginalité et culture de masse tout au long de la période, dans ses formes européenne et américaine. Cependant, la richesse du sujet peut aussi se prêter à devenir une thématique de séances pour approfondir les perspectives sociales, institutionnelles ou artistiques de la marginalité du cirque au XIXème siècle.

Léa de Truchis, doctorante en arts du spectacle à l’université Paul Valéry Montpellier 3, pratique le cirque amateur depuis toujours. Après des études universitaires de théâtre, elle commence en 2017 une thèse questionnant les arts du cirque actuels sous le prisme de la notion de dramaturgie, sous la direction de Philippe Goudard. Elle fait ses recherches en parcourant la France de festival en festival, en tant que bénévole ou stagiaire (avec des pôles nationaux cirque ou des compagnies), pour aller à la rencontre des artistes de cirque. En parallèle, elle donne des cours d’histoire du cirque et d’analyse de spectacles à l’université Toulouse Jean Jaurès.

Hélène Thil (Sorbonne Université), “‘D’un côté l’univers et de l’autre cette baraque1 ’ : La marginalité comme espace utopique dans les romans de comédiens”

La seconde moitié du XIXe siècle est marquée par la fascination des romanciers pour le motif de la troupe ambulante. Dans la lignée du Roman comique de Scarron et des Années d’apprentissage de Wilhelm Meister de Goethe, des œuvres comme Le Capitaine Fracasse de Théophile Gautier (1863), L’Homme qui rit (1869) de Victor Hugo, Pierre qui roule (1869) et Le Beau Laurence (1870) de George Sand, ou encore César Cascabel (1890) de Jules Verne, mettent en scène les tribulations d’une compagnie théâtrale. Dans Portrait de l’artiste en saltimbanque, Jean Starobinski analyse l’intérêt des écrivains et des peintres du XIXe siècle pour l’univers forain et la figure du saltimbanque : « le monde du cirque et de la fête foraine représentait dans l’atmosphère charbonneuse d’une société en voie d’industrialisation, un îlot chatoyant de merveilleux, un morceau demeuré intact du pays d’enfance2 ». La troupe ambulante, qui appartient à cet univers, est porteuse d’une dimension fantasmatique parce qu’elle renvoie aux motifs du voyage, de l’errance et de l’aventure. La marginalité apparaît donc, dans ces romans de comédiens, comme une possibilité d’échapper à une société incapable de répondre aux aspirations des personnages.

Dans Pierre qui roule de George Sand, la troupe, appelée le « bercail ambulant3 », est présentée comme un « sanctuaire, ouvert à tous les vents4 », une microsociété idéale qui, par son fonctionnement égalitaire et républicain, oppose à la société du Second Empire un modèle proche de l’idéal socialiste rêvé par Sand. Ainsi, les comédiennes et comédiens de la troupe se « partag[ent] intégralement par portions égales les bénéfices5 ». Leur existence « extra-social[e]6 », « en dehors de toutes les conventions7 », leur permet de mettre en pratique un mode de vie collective qui prend le contre-pied du modèle social dominant. De la même façon, la « Green-Box » de L’Homme qui rit apparaît comme un sanctuaire qui échappe à la violence et à l’inégalité de la société anglaise du début du XVIIIe siècle : « Sitôt le spectacle fini, […] la Green-Box redressait son panneau comme une forteresse son pont-levis, et la communication avec le genre humain était coupée. D’un côté l’univers, et de l’autre cette baraque ; et dans cette baraque il y avait la liberté, la bonne conscience, le courage, le dévouement, l’innocence, le bonheur, l’amour, toutes les constellations8. » C’est donc cet isolement, cette séparation avec le monde extérieur, caractéristique de l’espace utopique, qui préserve l’harmonie du groupe. Celle-ci sera rompue à l’instant même où Gwynplaine sera arraché à son existence marginale.

Nous nous proposons d’interroger la représentation de la marginalité dans ces romans de comédiens pour mettre au jour le lien entre cet écart, à la fois social et géographique, avec la société dans son ensemble et la possibilité d’inventer d’autres modes de vie collective, d’autres formes de sociabilité.

Au terme de sa scolarité à l’École normale supérieure, Hélène Thil a obtenu l’agrégation de Lettres modernes en 2017, puis un poste de doctorante contractuelle à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Sa thèse, qu’elle prépare sous la direction de Florence Naugrette, porte sur « L’aventure collective : la troupe théâtrale comme utopie sociale dans la fiction française, du Capitaine Fracasse de Gautier au Molière de Mnouchkine ». Les œuvres qu’elle se propose d’étudier dans cette communication appartiennent à son corpus.

Trois articles sont à paraître dans les actes des colloques auxquels elle a participé :  « Le motif du chariot dans la représentation littéraire de la troupe de Molière » (colloque « Si Molière m’était conté9 », Sorbonne Université), « Du “sanctuaire” au “bercail ambulant” : la troupe comme utopie sociale dans les romans de comédiens de George Sand » (22e colloque international George Sand10, Universités de Berne et Lausanne) et « La troupe ambulante dans les romans de comédiens : une aventure collective ? » (colloque « L’aventure au-delà de l’aventure11 , Université de Bucarest). Elle a également publié un article dans les actes du colloque George Sand comique12  : « De Paul Scarron à Maurice Sand : les sources du comique dans Pierre qui roule et Le Beau Laurence de George Sand ».

  1. Victor Hugo, L’Homme qui rit (1869), in Œuvres complètesRomans, tome 3, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2002, p. 565. []
  2. Jean Starobinski, Portrait de l’artiste en saltimbanque, Paris, Éditions Gallimard, 2004, p. 7. []
  3. George Sand, Pierre qui roule (1869) suivi du Beau Laurence, Paris, Paradigme, coll. Hologrammes, 2007, p. 129. []
  4. Ibid. p. 66. []
  5. Ibid. p. 142. []
  6. Ibid. p. 251. []
  7. Ibid. []
  8. Victor Hugo, op. cit., p. 565. []
  9. « Si Molière m’était conté… », colloque international organisé par Georges Forestier, Florence Naugrette, Élodie Bénard et Marc Douguet, 8-10 novembre 2017, Sorbonne Université. []
  10. « Mondes et sociabilité du spectacle autour de George Sand », 22e colloque international George Sand, organisé par Corinne Fournier Kiss et Valentina Ponzetto, 24-27 juin 2019, Universités de Berne et de Lausanne. []
  11. « L’aventure au-delà de l’aventure », colloque international organisé par Le Centre de Recherche HETEROTOPOS et le CEREFREA de l’Université de Bucarest, 7-8 novembre 2019, Université de Bucarest. » []
  12. Olivier Bara, François Kerlouégan (dir.), George Sand comique, Grenoble, UGA Éditions, 2020 []

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 21 mars 2020 : Sport et littérature du XIXe siècle

—–IMPORTANT —–

Compte tenu de la fermeture de tous les établissements et notamment de l’université Paris-VII-Diderot, nous sommes contraints de REPORTER (non pas d’annuler) la séance des Doctoriales du samedi 21 mars prochain à une date indéterminée. 


La prochaine séance des Doctoriales de la SERD, organisée par Lucie Nizard, se tiendra à la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-VII-Diderot, le samedi 21 mars. 

Elle proposera deux communications dont voici les résumés :

Grégoire Tavernier (Université d’Orléans) : « Des corps à cheval : autour de quelques promenades équestres chez Stendhal » 

Dans Stendhal homme de cheval, court essai qu’il publie en 1928, le comte de Comminges souligne l’importance de l’imaginaire équestre chez le romancier, dont la riche expérience personnelle en ce domaine se transpose sur un plan littéraire. Nombre d’épisodes stendhaliens représentent en effet le corps en mouvement du héros, porté par une monture, en déambulation dans un espace ouvert, représentations que l’on associerait volontiers aujourd’hui à une activité sportive individuelle où l’effort physique est inséparable d’une mise en scène de soi. Un emploi littéraire traditionnel du corps à cheval hante Stendhal : la scène militaire (tournoi, duel, bataille), manifestation violente et spectaculaire d’une mobilité épique, qui construit un corps d’assaut, auquel recourt encore le roman de cape et d’épée de l’âge romantique. Que devient ce corps épique à cheval dans les romans stendhaliens de la paix civile, du repos forcé ? C’est aux métamorphoses de ce corps pacifié que nous serons attentifs dans notre communication, à travers le double exemple de Julien Sorel et de Lucien Leuwen. Ces deux hussards en puissance, contraints à une sorte de chômage technique, se livrent moins à des promenades centrifuges, à des échappées hors du monde, qu’à des exhibitions physiques qui les placent au coeur d’un public à conquérir. La promenade à cheval chez Stendhal, loin de constituer un temps mort romanesque, reste au contraire un point dramatique, le lieu d’une mise à l’épreuve ou d’une compétition, un carrefour axiologique, où la valeur du héros dépend d’une esthétique du corps équestre, objet de spectacle tour à tour grotesque, séducteur et triomphant. On s’attachera ainsi à voir comment nos héros démilitarisés (malgré l’uniforme qu’ils portent ponctuellement) conservent une attitude offensive qui choisit le terrain équestre comme terrain d’expression, de mise en jeu et de légitimation de soi. 

Lucie Nizard (Université Sorbonne nouvelle) – « Érotisme des femmes à bicyclette dans le roman du tournant du siècle : les exemples de Voici des ailes (1898) de Maurice Leblanc, Paris (1897) et Fécondité (1899) de Zola » 

Dans les années 1890, la bicyclette moderne, équipée de freins, de pneumatiques, et d’un dérailleur, entre dans le quotidien des Français. L’engin est perçu comme une prouesse technique, et la littérature s’empare immédiatement de cette machine qui fait pousser des ailes, et permet une liberté de mouvement et un rapport au paysage inédits. Toutefois, la « petite reine » ne laisse pas d’inquiéter : peut-on laisser les jeunes filles et les femmes respectables enfourcher une monture de métal qui ne peut guère se monter en amazone, oblige au port de jupes-culottes, et, surtout, libère les corps, augmente la force, et permet de folles échappées en compagnie de jeunes garçons vigoureux ? Maurice Leblanc et Zola lient étroitement, à deux ans d’intervalle, la question du désir féminin et de la bicyclette, dans des romans qui sont de véritables plaidoyers pour le vélo, mais aussi, en creux, pour une relative libération sexuelle féminine et un nouveau rapport au corps, moins genré et moins corseté.

Calendrier des Doctoriales de la SERD (2019-2020)

 
Samedi 21 septembre 2019 : séance “hors les murs” au musée Fragonard de
Maisons-Alfort

• Samedi 19 octobre 2019 : « Le corps et ses autres : antagonismes, construction et transformations du corps dans le roman d’aventures », séance proposée par Paul Brocart

• Samedi 23 novembre 2019 : « Le corps masculin au XIXe siècle », séance proposée par Loïc Le Sayec

• Samedi 25 janvier 2020 : « Révolutions de la chair : les enjeux du nu et de la nudité », séance proposée par Mathilde Leïchlé

Samedi 21 mars 2020 : « Le sport – l’érotisme des bicyclettes chez Zola », séance proposée par Lucie Nizard

• Jeudi 23 avril 2020 : Journée d’études des Doctoriales, organisée par Fanny Arama, Paul Brocart, Hélène Dubail, Romain Enriquez et Loïc Le Sayec.
Appel à contribution disponible sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/la-partie-et-le-tout-partitions-et-recompositions-des-corps-au-xixe-s-journee-d-etudes-des_93543.php   

Samedi 13 juin 2020 : séance de clôture du séminaire « Les révolutions du corps ».

Rentrée des Doctoriales

En ce début d’année académique, nous sommes heureux de vous annoncer que les Doctoriales font leur rentrée le samedi 21 septembre, à 14h.

Cette séance d’ouverture se fera “hors les murs”, au Musée Fragonard, à Maisons-Alfort (7, avenue du Général de Gaulle, 94700 Maisons-Alfort).

Nous vous attendons à 14h devant le musée pour une visite des collections, en lien avec notre thématique des “révolutions du corps au XIXe siècle”.

Tous les renseignements pratiques à cette adresse : https://www.vet-alfort.fr/domaine-d-alfort/musee-fragonard/visiter-le-musee/se-rendre-au-musee .

Venez nombreuses et nombreux !

 

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 15 juin 2019 : Choix du sujet pour la journée d’études des Doctoriales du printemps 2020

Il s’agit de notre dernière séance de l’année 2018/2019, avant reprise à l’automne !

Nous vous proposons donc de nous retrouver pour une séance spéciale au cours de laquelle, après discussion, nous choisirons le prochain thème de la journée d’études des Doctoriales, qui clôt traditionnellement les deux années de séminaire. D’ici samedi, vous pouvez préparer des idées de sujets, avec un petit argumentaire pour les défendre, et nous les envoyer à l’adresse habituelle. Ils doivent être liés à la problématique générale (“Les révolutions du corps au XIXe siècle”) et aborder un thème qui n’a pas fait l’objet d’une séance jusque-là.

Rendez-vous samedi, à 10h, dans la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-VII-Diderot.

Journée d’Étude “Le personnage romanesque au miroir du lecteur. Procédés et formes de l’identification”

Voici un appel à communication qui pourrait intéresser les jeunes chercheurs et chercheuses dix-neuviémistes : il s’agit d’une journée d’étude, organisée par Émilie Pézard et Antonia Zagamé, intitulée “Le personnage romanesque au miroir du lecteur. Procédés et formes de l’identification”. Elle aura lieu à l’Université de Poitiers le 13 décembre 2019 et la date limite pour les propositions est fixée au 15 juin prochain.

Argumentaire

Depuis les années 1990, l’essor des théories de la fiction a permis la réhabilitation d’une conception mimétique du personnage, selon laquelle l’« existence » du personnage aux yeux du lecteur doit moins être pensée comme la «superstition littéraire» que dénonçait Paul Valéry, que comme une illusion structurante de la lecture. « L’être romanesque, pour peu qu’on oublie sa réalité textuelle, se donne à lire comme un autre vivant susceptible de maints investissements(1) », écrit Vincent Jouve dans L’Effet-personnage. Cette projection du lecteur dans le personnage, qui assure son immersion dans l’univers fictionnel, peut être perçue, non comme une modalité de lecture naïve à opposer à la lecture savante, mais comme la manifestation de cette «suspension volontaire de l’incrédulité » où se combinent illusion et lucidité, ainsi que l’analysait déjà R. L. Stevenson : « Les personnages ne sont que des pantins. Le poing osseux du marionnettiste les anime très visiblement, leurs ressorts n’ont rien de secret, leurs figures sont de bois, leurs ventres bourrés de son, et malgré cela nous partageons le cœur battant leurs aventures(2). »

Pour penser les formes que prend ce « partage » entre lecteur et personnage, la théorie littéraire s’appuie sur deux concepts: l’empathie, c’est-à-dire le fait d’éprouver les sentiments du personnage, et l’identification. On peut supposer que si, comme l’écrit Françoise Lavocat, « le concept d’empathie a largement supplanté celui d’identification(3) », c’est notamment parce que celui-ci, dans le spectre large d’attitudes qu’il embrasse, peut davantage prêter le flanc à l’accusation de naïveté : la notion d’identification peut en effet impliquer que le lecteur partage, non seulement les émotions, mais aussi les valeurs, le caractère et le comportement du personnage ; elle suggère que ce partage déborde le temps de la lecture pour infuser l’existence du lecteur. En ce sens, l’identification semble glisser vers l’horizon psychopathologique du bovarysme, défini par Jules de Gaultier comme « la faculté de se concevoir autrement qu’on n’est ». Longtemps accusée d’être le signe d’une abolition de toute distance entre le lecteur et le texte, l’identification peut pourtant également se situer du côté du jeu et de l’émancipation. La circulation entre la littérature et la vie suggérée par l’identification croise la notion d’exemplarité pour mettre en valeur la puissance pragmatique de la littérature.

1 Vincent Jouve, L’Effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, coll. Écriture, 1992, p. 108.
2 Robert Louis Stevenson, « À bâtons rompus sur le roman » [1882], Essais sur l’art de la fiction, Paris, Payot, 2007, p. 222.
3 Françoise Lavocat, Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, coll. Poétique, 2016, p. 348.

En s’appuyant sur les acquis des théories de la fiction et de la lecture, cette journée d’études, organisée par l’équipe B2 du FoReLLIS (Université de Poitiers) vise à apporter un éclairage historique à la question de l’identification, nourri par l’analyse des lectures réelles qui ont été faites des fictions romanesques. Il s’agira d’aborder dans une perspective littéraire cette notion déjà examinée par les sociologues, les experts des sciences de l’éducation, les psychologues et psychanalystes, les spécialistes d’arts du spectacle (projet IdEm).

Les propositions de communication (environ 2000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 15 juin 2019 aux adresses suivantes : emilie.pezard[at]univ-poitiers.fr et antonia.zagame[at]gmail.com. La réponse sera envoyée à la fin du mois de juin.

Plus d’informations sur le carnet de recherche du FoReLLIS B2 : https://anranticip.hypotheses.org

Quant à la prochaine séance des Doctoriales de la SERD, elle aura lieu le samedi 15 juin à partir de 10h à l’université Paris Diderot. Elle sera l’occasion de voter pour le prochain thème de la Journée d’Études des Doctoriales, qui aura lieu au printemps 2020. Tout jeune chercheur qui assiste au séminaire peut proposer un sujet et faire partie du Comité Organisateur de cet événement.

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 25 mai 2019 : “Les révolutions épistémologiques du corps au XIXe siècle”

La prochaine séance des Doctoriales est organisée par Romain Enriquez et Anne Orset à l’université Paris-VII-Diderot samedi 25 mai, exceptionnellement dans la salle 579F du bâtiment Halle aux Farines, de 10h à 13h.
Elle abordera les révolutions épistémologiques du corps à travers une présentation générale du thème, suivie de trois communications dont voici les résumés :

Fanny Drouot (Université Bourgogne Franche-Comté), « Zola et l’anthropologie : le corps du “sauvage” »

Au cours du XIXe siècle, le processus de naturalisation de l’homme amorcé par Buffon trouve une forme de conclusion avec les publications de Darwin, L’Origine des espèces en 1859 puis La Filiation de l’homme en 1871. Dès lors est actée l’origine simienne de l’homme qui remet radicalement en cause le dogme biblique et la vision d’un homme créé par Dieu. Ce bouleversement, perçu par Darwin lui-même comme un « meurtre », engendre des résistances fortes et son onde de choc se répercute aussi bien dans la vulgarisation scientifique que dans la littérature. C’est à cette révolution épistémologique que nous nous intéressons, à l’occasion d’un parcours pluridisciplinaire reliant l’anthropologie préhistorique et l’œuvre d’Émile Zola. Il s’agira de montrer comment la naturalisation de l’homme et l’affirmation de son animalité orientent les préoccupations de l’anthropologie préhistorique et trouvent une expression littéraire dans la description des corps des « sauvages » zoliens.

Romain Enriquez (Université d’Artois), « Une révolution épistémologique du corps : l’hystérie traitée par la littérature »

Pendant une grande partie du XIXe siècle, l’hystérie est presque unanimement regardée comme un mal féminin et organique, d’origine utérine, suivant son étymologie. Nous cherchons cependant comment la littérature du second XIXe siècle dialogue avec les sciences sur la représentation, voire sur le « traitement » de l’hystérie et des hystériques. Non content d’attaquer les discours sociaux, médicaux, moraux en vogue, le récit de fiction parvient en effet à formuler des contre-théories ou des contre-pratiques de l’hystérie, des traitements concurrents et alternatifs qui contribuent à infléchir la façon dont on considère l’hystérique. Il s’agit ainsi, plus globalement, de mettre à l’épreuve la capacité de la littérature à formuler une nouvelle épistémologie. 

Anne Orset (Paris Sorbonne Université), « Le Lavater des savants romanesques, ou l’art de connaître les scientifiques de la seconde moitié du xixe siècle d’après les traits de leur physionomie »

« Science du rapport qui lie l’intérieur et l’extérieur, la surface visible à ce qu’elle couvre d’invisible », la physiognomonie, théorisée dès la fin du XVIIIe siècle par Johann Kaspar Lavater, produit « un ensemble de figures-types, reconnaissables et facilement identifiables[ », dont l’étude des particularités physiques garantit le parfait déchiffrement des qualités morales. Nous souhaitons montrer que ce pseudo-savoir, introduit dans la fiction par Balzac dès l’Avant-propos de La Comédie humaine, est à la fois mobilisé et remodelé dans les portraits romanesques de savants de la seconde moitié du XIXe siècle, et qu’il contribue, malgré son apparente obsolescence épistémologique, à l’élaboration d’un personnage moderne, reflétant à sa manière la « crise des élites] » qui éclate au lendemain de la Révolution. En étudiant successivement le modèle physiognomonique archétypal du savant, sa dégradation en type « physiologiste », ainsi que sa transmutation en figure symboliste, à travers des exemples empruntés principalement à Bourget, Flammarion et Villiers de l’Isle-Adam, nous nous proposons de mettre au jour les ambivalences de l’autorité scientifique dans les fictions de l’époque.




Appels, atelier et prochaine séance

Voici deux appels à communication qui pourraient intéresser certain.e.s d’entre vous :

Nous avons également le plaisir de vous annoncer la tenue du deuxième volet de l’Atelier du XIXe siècle organisé par Amandine Lebarbier sur “Les chefs-d’œuvre inconnus”. Il aura lieu le vendredi 29 mars 2019 à la maison de Balzac.

Concernant la prochaine séance des Doctoriales, nous nous retrouvons le 13 avril pour une séance intitulée “Le corps dansant” et organisée par Bénédicte Jarrasse, à l’université Paris Diderot. Tout Doctorant ou jeune chercheur qui travaille sur le XIXe siècle peut y assister.

Prochaine séance des Doctoriales : samedi 9 mars 2019

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD est organisée par Hélène Dubail. Elle s’intitule “Formes convexes, formes concaves : la littérature face à l’invention de la silhouette”. Elle donnera lieu à une introduction d’Hélène Dubail (université Paris Nanterre) puis à deux communications :

Amélie de Chaisemartin (université Paris Sorbonne) : “Portraits de silhouettes : l’art du coup d’oeil dans le roman et la caricature des années 1830”.

Cyril Barde (université Paris VIII) : “Corps arabesques : silhouettes fantastiques autour de 1900”.

La séance aura lieu de 10h à 13h dans la bibliothèque Seebacher de l’université Paris VII. Tout Doctorant ou jeune chercheur qui travaille sur le dix-neuvième siècle peut y assister.

Compte-rendu de la séance du 26 janvier 2019 : « Regards sur la sexualité féminine au XIXe siècle »

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Vincent Berthelier, Carole Bourlé, Antonin Coduys, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Paul Faggianelli-Brocart, Azélie Fayolle, Yeon Jeong, Loïc Le Sayec, Mathilde Leïchlé, Lucie Nizard, Anne Orset, Marie-Agathe Tilliette, Erika Wicky.

Cette séance a donné lieu à deux communications dont voici les résumés :

Lucie Nizard (Université Sorbonne Nouvelle) : « Les âges du désir féminin »
Le XIXe siècle établit une stricte distinction entre le désir des jeunes filles, le désir des mères et le désir des femmes ménopausées. C’est cette temporalité du désir inscrite dans les évolutions physiologiques d’un corps de femme qui nous intéresse : il s’agit de montrer comment le XIXe siècle a créé à travers les discours religieux, médicaux et romanesques un imaginaire du corps désirant féminin déterminé par des cycles temporels. Cette physiologie fantasmée justifie une morale très stricte relayée par tous ces récits qui imposent des âges de désir (de la puberté à la ménopause) et des âges sans désir pour les femmes.

Mathilde Leichlé (École du Louvre) : « L’assimilation des courtisanes à Marie-Madeleine »
Bien que Marie-Madeleine ne soit jamais identifiée comme une prostituée dans la Bible, elle connaît une grande fortune dans la tradition chrétienne (vies de saints…) et particulièrement au XIXe siècle comme la figure de la pécheresse rachetée, à qui il sera beaucoup pardonné parce qu’elle a beaucoup aimé. De nombreux artistes (Paul Baudry, Jean Béraud, Alfred Stevens, Jules Lefebvre…) représentent Marie-Madeleine en courtisane, et elle inspire La Dame aux camélias de Dumas fils. Des actrices et des romancières se trouvent prises à cette représentation qui exprime la fascination du XIXe siècle pour le corps (la chevelure, le parfum…).

Nous vous donnons rendez-vous le samedi 9 mars pour une séance sur la silhouette.

Si vous souhaitez intervenir lors d’une prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD, n’hésitez pas à nous envoyer une proposition de communication d’environ 400 mots à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com


Prochaine séance des Doctoriales : samedi 26 janvier 2019

La prochaine séance des doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 26 janvier 2019 à l’université Paris Diderot à partir de 10h, en salle 253E (bâtiment Halle aux Farines).

Organisée par Lucie Nizard, cette séance porte sur les représentations de la sexualité féminine. Nous entendrons deux communications : la première, de Lucie Nizard (Université Sorbonne Nouvelle), porte sur “Les âges du désir féminin” et la seconde, de Mathilde Leïchlé (École du Louvre), s’intitule « L’assimilation des courtisanes du XIXe siècle à Marie-Madeleine ».

Le séminaire est ouvert à tout doctorant ou jeune chercheur qui travaille sur le XIXe siècle.