Archives de catégorie : Appels

Appel à contribution pour les prochaines séances des Doctoriales | 2020-2022 « Marges et marginalités au XIXe siècle »

Marges et marginalités au XIXe siècle

Doctoriales de la SERD – années 2020-2022

            De l’ancien français jusqu’à la langue actuelle, le terme « marges » a une longue histoire polysémique. Issu du latin margo, « bord, bordure », il s’emploie surtout, à partir du XIIIe siècle, dans le vocabulaire technique de l’imprimerie, « espace blanc autour d’un texte écrit ». À côté de cette signification principale, le terme fait l’objet d’emplois métaphoriques (sens abstrait, vocabulaire commercial et économique) jusqu’à acquérir, dans la seconde moitié du XXe siècle, le sens socio-topologique qui nous est aujourd’hui familier. De telles notions permettent donc de développer une réflexion large, qui peut s’appliquer à de nombreux domaines, tout en conservant une cohérence propre : penser les marges, c’est s’efforcer de caractériser et d’analyser les espaces frontières, les zones d’entre-deux ou de périphérie, c’est encore poser la question de la productivité spécifique de ces espaces, de leurs particularités culturelles et épistémologiques.

Dans le contexte du XIXe siècle, plusieurs domaines s’avèrent particulièrement productifs et demandent à être analysés dans les représentations littéraires et artistiques qui leur sont liées. Si le XIXe siècle n’emploie pas le terme « marginaux » au sens social aujourd’hui dominant, il multiplie les appellations pour les désigner, depuis la plèbe jusqu’aux « damnés de la terre », en passant par le terme ambigu de « barbares », qui peut désigner aussi bien le prolétariat industriel que les populations colonisées. Notre vocabulaire actuel recoupe donc bien une réalité proprement dix-neuviémiste, qui invite à faire jouer toute la plurivocité sémantique des « marges » et « marginalités » :

(1) Au sens littéral : les marges recouvrent au moins deux réalités concrètes, lorsque l’on s’inscrit dans l’histoire du livre et de l’édition. Elles désignent avant tout les illustrations (calligraphies, gravures, dessins) qui parent les ouvrages populaires et les éditions de luxe qui se répandent avec l’invention de la lithographie dès la fin du XVIIIe siècle. Pensons par exemple aux célèbres frontispices qui accompagnent la parution de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo ou Les Fleurs du Mal de Baudelaire. Mais les marges font également référence à ce que l’on appelle les « marginalia », c’est-à-dire les notes et commentaires rédigés par des lecteurs, en « marge » des textes. Au XIXe siècle, on en trouve entre autres dans les keepsakes, ces petites anthologies illustrées, souvent offertes en cadeau aux femmes, et qui font chez Flaubert les délices d’Emma Bovary. La pratique se généralise par ailleurs chez les grands écrivains de l’époque. Stendhal, par exemple, se plaît à composer des fragments décousus dans les marges de ses lectures et de ses manuscrits. Ces notes seront réunies dans des Mélanges intimes et Marginalia. Edgar Allan Poe, de son côté, publie sous le titre de Marginalia des notes de lecture et des réflexions littéraires dans plusieurs revues américaines.

(2) Au sens géographique : au XIXe siècle, le mot « marge » est avant tout synonyme de « bord » et de « bordure ». Si elles ne sont pas encore désignées en ces termes, apparaît néanmoins à cette époque un intérêt pour de nouvelles zones reculées, le plus souvent hors des centres urbains, qui amène à s’interroger sur l’opposition, exacerbée au XIXe siècle, entre nature et culture, civilisation et sauvagerie. Certains romanciers conçoivent la littérature comme le conservatoire d’un folklore et d’une tradition locale (songeons par exemple au Cotentin fantasmé des romans de Barbey d’Aurevilly, au Berry de George Sand ou encore à la Bretagne merveilleuse de Paul Féval), qui ont de plus en plus nettement tendance à se retirer du paysage mental de l’époque. D’autres laissent entrevoir dans leurs écrits les contours de nouveaux espaces urbains, en marge des centres historiques, modernes et effrayants. C’est par exemple le cas de Baudelaire, qui, dans Le Spleen de Paris, donne une visibilité nouvelle aux « plis sinueux des vieilles capitales ». Par ailleurs, les savants et les penseurs de l’époque se penchent sur les cas d’enfants sauvages (tel le docteur Itard auprès de Victor de l’Aveyron) qui mettent à l’épreuve leurs catégories mentales. En outre, se pose tout au long du XIXe siècle la question coloniale, qui oppose les centres de pouvoir métropolitains et les espaces périphériques dominés, autre forme de marge, non pas tant géographique ou démographique que politique. Les récits de voyage (Chateaubriand, Gautier, Maxime Du Camp…), la littérature exotique (Pierre Loti ou Jules Verne), ou encore la peinture orientaliste (Delacroix) proposent des représentations des colonisé.e.s qui contribuent à leur marginalisation tant idéologique qu’artistique et culturelle.

(3) Au sens social : il s’agit avant tout d’étudier la représentation littéraire et artistique des marginaux, figures situées à la lisière de toute appartenance sociale et nationale : mendiants, vagabonds, Bohémiens, prostituées occupent dans les champs littéraire et artistique une place ambiguë, entre rejet et fascination. Plus généralement, la question des marginalités invite à considérer également les groupes minoritaires et les comportements déviants qui peuvent avoir pour conséquence une forme de discrimination voire d’exclusion (définie, avec Robert Castel, comme un processus qui renvoie à un jugement prononcé par une instance officielle). Il convient alors de rappeler que la marginalité n’est pas seulement un état, mais aussi le résultat d’un parcours, d’un processus. Enfin, en examinant ces représentations et situations à la lumière des sciences humaines actuelles, il est intéressant de penser l’agentivité des marginalisé.e.s. Comment les personnes marginalisées par le genre, la race, la classe peuvent-elles accepter ou remettre en question ces classifications et notamment les distinctions binaires ? Dans le cas des femmes, marginales non par leur nombre mais par les places qui leur sont assignées, comment la tension se joue-t-elle entre la marge et le centre chez les romancières, poétesses, peintres et sculptrices, penseuses et figures de l’ésotérisme qui reprennent certains mythes et imaginaires, en inventent de nouveaux – des académiciennes du début du XIXe siècle aux femmes recevant la Légion d’honneur, de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne à l’organisation de mouvements féministes ?

(4) Au sens poétique et esthétique, la marginalité invite à interroger la création à différents niveaux. À l’échelle la plus large, la question de la reprise de certaines formes désuètes telles que le sonnet ou des formes poétiques plus anciennes peut être lue comme un phénomène de retour ou de revendication des marges. De manière plus générale, on peut se demander si toute tentative de « singularisation » esthétique ne revendique pas une forme de marginalité s’opposant à des esthétiques conformistes ou sclérosées. Sur le plan poétique on peut se demander dans quelle mesure le concept de marginalité s’applique à la dynamique des récits et aux personnages, notamment en ce qui concerne les personnages secondaires du roman réaliste, ces figures qui restent à la limite de l’intrigue. Le lien entre trajectoires narrative et sociale des personnages mérite également d’être interrogé. Les parcours des personnages romanesques impliquent constamment le passage de la marginalité à la consécration ou l’inverse, mettant souvent en question ces deux notions, qu’on pense par exemple à Julien Sorel ou à Jean Valjean. Poser la question de la marginalité ou du conformisme des personnages par rapport à un certain nombre de normes invite à interroger l’axiologie et la construction de la valeur dans les textes, par exemple à l’aune du concept de héros problématique défini par Georg Lukács. L’adéquation et la dissonance entre les représentations littéraires et la réalité sociale méritent enfin d’être questionnées. Certains personnages omniprésents et valorisés dans les textes sont en effet des marginaux dans la société du XIXe siècle et vice-versa.

(5) Au sens institutionnel : la production littéraire et artistique est marquée par une hiérarchie formalisée par des institutions (académies, salons, prix, etc.), qui prennent une importance particulière au XIXe siècle. On peut alors s’interroger sur la spécificité (sujets, genres, etc.) des œuvres produites à la marge de ces cadres normatifs et parfois regroupées en contre-institutions à l’instar du Salon des refusés de 1863. Au-delà de la stricte question institutionnelle doit également être examinée la revendication explicite d’une esthétique anti-conformiste, à l’instar de la Bohème parisienne ou de la Scapigliatura milanaise, qui illustrent bien comment des postures artistiques excentriques peuvent s’inscrire à leur tour dans un programme attendu. Enfin, l’histoire littéraire du XIXe siècle est marquée par un recours fréquent à l’idée de littérature mineure, comme le souligne l’expression de « petits romantiques », catégorie d’auteurs voués à rester à la marge du canon littéraire et dont les frontières fluctuantes demandent à être questionnées.

Une telle liste n’a aucune prétention à l’exhaustivité, mais vise simplement à montrer la richesse des domaines sémantiques des marges et des marginalités, présents dans les champs littéraires et artistiques et qui pourront donner lieu à des séances de séminaire portant sur l’ensemble du spectre épistémologique du XIXe siècle.

* * * * * * * * * * * *

Nous invitons tout.e jeune chercheur.se dix-neuviémiste (en littérature française et comparée, histoire, histoire de l’art, etc.) à proposer des thèmes de séances ou des communications en rapport avec cet argumentaire, pour l’année universitaire 2020-2021 (la première séance de ce cycle de séminaires aura lieu à l’automne). Vous pouvez nous soumettre vos propositions, d’une longueur maximale de 600 mots, à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com.

Le comité organisateur des Doctoriales, composé de Fanny Arama (Université Paris Diderot), Mathilde Leïchlé (Université PSL / École Pratique des Hautes Études), Loïc Le Sayec (Université de Picardie Jules Verne), Anne Orset (Sorbonne Université) et Marie-Agathe Tilliette (Université Paris Nanterre), se tient à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Vous trouverez de plus amples informations sur le site des Doctoriales : https://doct19serd.hypotheses.org/. Vous pouvez également nous rejoindre sur Facebook : https://fr-fr.facebook.com/people/Doctoriales-de-la-Serd/100005950157187.

 

Bibliographie indicative

BECKER, Howard, Outsiders. Studies in the Sociology of Deviance, London, The Free Press, 1966.

BENNHOLDT-THOMSEN, Anke, GUZZONI, Alfredo, Der « Asoziale » in der Literatur um 1800, Königstein im Ts., Athenäum, 1979.

BOULOUMIÉ, Arlette (éd.), Figures du marginal dans la littérature française et francophone, Recherches sur l’imaginaire, n°29, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2003.

CASTEL, Robert, « Les marginaux dans l’histoire », dans PAUGAM, Serge (dir.), L’Exclusion. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1996, p. 32-41.

DAUNAIS, Isabelle, « Le personnage secondaire comme modèle : réflexions sur un déplacement”, Fabula / Les colloques, Le personnage, modèle à vivre. En ligne : https://www.fabula.org/colloques/document5080.php.

DIAZ, José-Luis, « Grotesques, illuminés, excentriques : le spleen des fantaisistes », dans Jean-Louis Cabanès et Jean-Pierre Saïdah (éd.), La Fantaisie post-romantique, actes du colloque « La fantaisie post-romantique de 1845 à 1860 » tenu à Bordeaux en novembre 1999, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, coll. « Cribles », 2003, p. 171-190.

L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, coll. « Romantisme et modernités », 2007.

FEUILLEBOIS-PIERUNEK, Ève et BEN LAGHA, Zaïneb (éd.), Étrangeté de l’autre, singularité du moi : les figures du marginal dans les littératures, Paris, Classiques Garnier, 2015.

FOUCHER-ZARMANIAN, Charlotte, Créatrices en 1900 : femmes artistes en France dans les milieux symbolistes, Paris, Mare & Martin, 2015.

FRAISSE, Luc (éd.), Pour une esthétique de la littérature mineure, actes du colloque « Littérature majeure, littérature mineure », Strasbourg, 16-18 janvier 1997, Paris, Honoré Champion, 2000.

GARB, Tamar, Sisters of the Brush: Women’s Artistic Culture in Late Nineteenth-Century Paris, New Haven, Londres, Yale University press, 1994.

GONNARD, Catherine et LEBOVICI, Élisabeth, Femmes artistes, artistes femmes : Paris, de 1880 à nos jours, Paris, Hazan, 2007.

HAMON, Philippe, Imageries. Littérature et image au XIXe siècle, Paris, José Corti, 2001.

HOHNSBEIN, Axel, « Pittoresques magasins : représenter la science dans les frontispices de la presse de vulgarisation scientifique du second XIXe siècle », 2020. En ligne : https://serd.hypotheses.org/6095.

KALIFA, Dominique, Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

LAFONT, Anne, Une Africaine au Louvre en 1800. La place du modèle, Paris, Éd. de l’INHA, 2019.

LE BAIL, Marine « George Sand, au cœur des marges : Mauprat et Consuelo », Cycle « Romancières » de l’Université Populaire de Bordeaux, mars 2017, Bordeaux, France.

LEROY-TERQUEM, Mélanie, « L’envers du canon littéraire : le cas des petits romantiques français », dans José-Luis Diaz (dir.), Le XIXe siècle face aux canons littéraires Persistance, remises en cause, transformations, Revue d’histoire littéraire de la France, 114/1, janv-mars 2014, p. 123-130.

MAYER, Hans, Außenseiter, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1975.

MÉNARD, Sophie, « Le “personnage liminaire” : une notion ethnocritique », Litter@ Incognita, Toulouse, Université Toulouse Jean Jaurès, n°8 « Entre-deux : Rupture, passage, altérité », automne 2017, disponible en ligne, http://blogs.univ-tlse2.fr/littera-incognita-2/2017/09/24/le-personnage-liminaire-une-notion-ethnocritique/.

MICHEL, Pierre, Un mythe romantique : les barbares, 1789-1848, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981.

MILNER, Max, « Romantics on the fringe (Les Romantiques marginaux) » dans D. G. Charlton (éd.), The French Romantics, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, t. ii, p. 382-422.

MOUSSA, Sarga (dir.), Littérature et esclavage (XVIIIe-XIXe siècle), actes de colloque, Institut des sciences de l’Homme de Lyon, 18-20 juin 2009, Paris, Desjonquères, 2010.

NOCHLIN, Linda, Femmes, art et pouvoir et autres essais, Paris, Éditions Jacqueline Chambion, 1993.

Misère: The Visual Representation of Misery in the 19th Century, London, Thames and Hudson, 2018.

PARKER, Rozsika et POLLOCK, Griselda, Old Mistresses : Women, Art, and Ideology, Londres, Pandora Press, 1995.

PLANTÉ, Christine, La Petite sœur de Balzac : essai sur la femme auteur, Presses Univ. de Lyon, 1985.

SAMOYAULT, Tiphaine, « La banlieue du roman : l’espace du personnage secondaire », texte initialement paru dans l’Agenda de la pensée contemporaine, 10, printemps 2008. Disponible en ligne : http://www.fabula.org/atelier.php?Espace_du_personnage_secondaire.

SANGSUE, Daniel, Le Récit excentrique : Gautier, de Maistre, Nerval, Nodier, Paris, J. Corti, 1997.

SCARPA, Marie, « Le personnage liminaire », Romantisme, 2009/3, n°145, p. 25-35.

— « Figures du sauvage », dans B. Laville et F. Pellegrini (dir.), La Fortune des Rougon. Lectures croisées, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2015, p. 203-216.

SEILLAN, Jean-Marie, Aux sources du roman colonial. L’Afrique à la fin du XIXe siècle, Paris, Karthala, 2006.

SOFIO, Séverine, Artistes femmes. La parenthèse enchantée XVIIIe-XIXe siècles, Paris, CNRS Editions, 2016.

STEINMETZ, Jean-Luc, « Jeune-France, bousingos, marginaux », dans l’édition illustrée de l’Histoire littéraire de la France, t. viii, éd. sociales, 1977.

STOICHITA, Victor I., L’Image de l’Autre. Noirs, juifs, musulmans et « gitans » dans l’art occidental des temps modernes, Paris, Hazan / Louvre Éditions, 2014.

WOLOCH, Alex, The One vs. the Many: Minor Characters and the Space of the Protagonist in the Novel, Princeton, Princeton University Press, 2003.

 

Appel à communications pour la séance des Doctoriales (23 novembre) : « Splendeurs et misères du corps masculin au XIXe siècle »

Les propositions de communication sont à envoyer d’ici au 15 octobre, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, à contact.doctoriales.serd@gmail.com et à  lesayec_loic@yahoo.fr.

Argumentaire

Les études historiques et littéraires ont montré que le XIXe siècle était obsédé par le corps féminin, sur lequel les hommes portent un regard à la fois admirateur et apeuré, empreint d’une longue misogynie, culturellement encouragée par la religion et bientôt renforcée par les discours médicaux. Or, comme l’écrit Alain Corbin, « le masculin et le féminin bien qu’historiquement variables, dépendent toujours l’un de l’autre pour avoir un sens » (préface à Révenin (dir.), p. 9). On cherchera donc à s’intéresser aux spécificités de la représentation du corps masculin au XIXe siècle, caractérisé selon Alain Corbin par « l’emprise maximale de la vertu de virilité » (Corbin, 2011, p. 7). La virilité impose à l’homme ses injonctions, elle codifie tout un système de « représentations, de valeurs et de normes » (ibid.) qui s’imposent avec force à l’individu masculin et que cette séance aimerait interroger en se centrant particulièrement sur le corps son corps.
Le corps est d’autant plus important pour comprendre la construction de l’identité masculine que, comme le rappelle Anne-Marie Sohn, « la masculinité est une notion étrangère aux hommes du XIXe siècle. Ces derniers ne connaissent qu’une  « virilité » réduite à ses fondements biologiques. Pour Pierre Larousse, les « apparences masculines », les « signes de la virilité », la « capacité d’engendrer » surtout, « signe irrécusable de la virilité », sont à eux seuls constitutifs du sexe masculin » (Sohn, p. 11). L’homme viril devrait tenir son rang en prouvant sa conformité à des critères physiques qui se traduisent aussi dans la personnalité. L’injonction à la virilité lui impose une attention particulière à son corps et à ses performances, elle est source de constantes inquiétudes. L’homme doit toujours s’affirmer face à ses pairs, mais aussi face à la gent féminine, qu’il faudrait tout à la fois séduire et dominer (Maugue, p. 19).
La séance se propose donc d’examiner les différentes représentations du corps masculin, ses imaginaires et ses figurations dans le long XIXe siècle, qui commence avec la Révolution française – présentée par certains comme le triomphe d’une virilité populaire régénérant la Nation et chassant du pouvoir des aristocrates fatigués, au corps abâtardi et efféminé – et qui s’achève dans une crise de la masculinité fin-de-siècle puis dans la Grande guerre et ses « gueules cassées », figures emblématiques d’une virilité sacrifiée.

À titre indicatif, les communications pourront envisager les thématiques suivantes :

  • Comment est décrit le corps masculin dans les différents textes, notamment littéraires, et quelle(s) vision(s) de la virilité révèlent ils ? Comment les représentations du corps masculin peuvent-elles influencer l’organisation des textes fictionnels, notamment dans les récits réalistes, centrés sur des figures d’ambitieux et/ou de séducteurs, ou dans les récits naturalistes, qui, sous l’influence des discours scientifiques et/ou philosophiques, accordent une place importante au corps et à ses besoins (sexualité, nourriture) ?
  • Comment le corps masculin est-il défini par rapport au corps féminin ? Fonctionne-t-il différemment dans certains discours, et si oui, comment expliquer de telles différences ? Comment les discours médicaux sur le corps masculins constituent-ils un vecteur de diffusion de la « domination masculine » (Bourdieu, 1998) ?
  • Selon Alain Corbin, la masculinité est « un lieu où les différences de classe, de religion et de race se dessinent » (Révenin, 2007, p. 19). Dans cette perspective, on voudrait montrer comment le corps masculin est le réceptacle de discours idéologiques et sociaux variés, dessinant différents régimes de masculinité. Le corps de l’ouvrier est-il celui du bourgeois, et celui de l’occidental est-il celui du « sauvage » ou du « colonisé », et comment penser la virilité de chacun d’eux ? Quel corps masculin nourrit les discours décadentistes parcourant le siècle et déplorant la perte d’une virilité ?
  • On pourra aussi étudier des figures emblématiques et fantasmatiques de la masculinité et la manière dont elles construisent des mythes et archétypes du corps masculin. Du « garçon » au vieux célibataire (Borie, 1976), du dandy au canotier, en passant par le prêtre, qui, fascine les romanciers naturalistes, on pourra interroger différentes figures emblématiques de la masculinité, dont les corps particuliers, aux besoins différenciés, occupent les textes et les imaginaires du temps.

Bibliographie indicative

Borie Jean, Le Célibataire français, Paris, Le Sagittaire, 1976.
Corbin Alain (dir.), Histoire de la virilité, t. 2, Le triomphe de la virilité. Le XIXe siècle, Paris, Seuil, 2011.
Maugue Annelise, L’identité masculine en crise au tournant du siècle : 1870-1914, Paris, Rivages, 1987.
Révenin Régis (dir.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours : contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement, 2007.
Sohn Anne-Marie, Sois un homme ! : la construction de la masculinité au XIXème siècle, Paris, Seuil, 2009.

 

 

 

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 15 juin 2019 : Choix du sujet pour la journée d’études des Doctoriales du printemps 2020

Il s’agit de notre dernière séance de l’année 2018/2019, avant reprise à l’automne !

Nous vous proposons donc de nous retrouver pour une séance spéciale au cours de laquelle, après discussion, nous choisirons le prochain thème de la journée d’études des Doctoriales, qui clôt traditionnellement les deux années de séminaire. D’ici samedi, vous pouvez préparer des idées de sujets, avec un petit argumentaire pour les défendre, et nous les envoyer à l’adresse habituelle. Ils doivent être liés à la problématique générale (« Les révolutions du corps au XIXe siècle ») et aborder un thème qui n’a pas fait l’objet d’une séance jusque-là.

Rendez-vous samedi, à 10h, dans la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-VII-Diderot.

Journée d’Étude « Le personnage romanesque au miroir du lecteur. Procédés et formes de l’identification »

Voici un appel à communication qui pourrait intéresser les jeunes chercheurs et chercheuses dix-neuviémistes : il s’agit d’une journée d’étude, organisée par Émilie Pézard et Antonia Zagamé, intitulée « Le personnage romanesque au miroir du lecteur. Procédés et formes de l’identification ». Elle aura lieu à l’Université de Poitiers le 13 décembre 2019 et la date limite pour les propositions est fixée au 15 juin prochain.

Argumentaire

Depuis les années 1990, l’essor des théories de la fiction a permis la réhabilitation d’une conception mimétique du personnage, selon laquelle l’« existence » du personnage aux yeux du lecteur doit moins être pensée comme la «superstition littéraire» que dénonçait Paul Valéry, que comme une illusion structurante de la lecture. « L’être romanesque, pour peu qu’on oublie sa réalité textuelle, se donne à lire comme un autre vivant susceptible de maints investissements(1) », écrit Vincent Jouve dans L’Effet-personnage. Cette projection du lecteur dans le personnage, qui assure son immersion dans l’univers fictionnel, peut être perçue, non comme une modalité de lecture naïve à opposer à la lecture savante, mais comme la manifestation de cette «suspension volontaire de l’incrédulité » où se combinent illusion et lucidité, ainsi que l’analysait déjà R. L. Stevenson : « Les personnages ne sont que des pantins. Le poing osseux du marionnettiste les anime très visiblement, leurs ressorts n’ont rien de secret, leurs figures sont de bois, leurs ventres bourrés de son, et malgré cela nous partageons le cœur battant leurs aventures(2). »

Pour penser les formes que prend ce « partage » entre lecteur et personnage, la théorie littéraire s’appuie sur deux concepts: l’empathie, c’est-à-dire le fait d’éprouver les sentiments du personnage, et l’identification. On peut supposer que si, comme l’écrit Françoise Lavocat, « le concept d’empathie a largement supplanté celui d’identification(3) », c’est notamment parce que celui-ci, dans le spectre large d’attitudes qu’il embrasse, peut davantage prêter le flanc à l’accusation de naïveté : la notion d’identification peut en effet impliquer que le lecteur partage, non seulement les émotions, mais aussi les valeurs, le caractère et le comportement du personnage ; elle suggère que ce partage déborde le temps de la lecture pour infuser l’existence du lecteur. En ce sens, l’identification semble glisser vers l’horizon psychopathologique du bovarysme, défini par Jules de Gaultier comme « la faculté de se concevoir autrement qu’on n’est ». Longtemps accusée d’être le signe d’une abolition de toute distance entre le lecteur et le texte, l’identification peut pourtant également se situer du côté du jeu et de l’émancipation. La circulation entre la littérature et la vie suggérée par l’identification croise la notion d’exemplarité pour mettre en valeur la puissance pragmatique de la littérature.

1 Vincent Jouve, L’Effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, coll. Écriture, 1992, p. 108.
2 Robert Louis Stevenson, « À bâtons rompus sur le roman » [1882], Essais sur l’art de la fiction, Paris, Payot, 2007, p. 222.
3 Françoise Lavocat, Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, coll. Poétique, 2016, p. 348.

En s’appuyant sur les acquis des théories de la fiction et de la lecture, cette journée d’études, organisée par l’équipe B2 du FoReLLIS (Université de Poitiers) vise à apporter un éclairage historique à la question de l’identification, nourri par l’analyse des lectures réelles qui ont été faites des fictions romanesques. Il s’agira d’aborder dans une perspective littéraire cette notion déjà examinée par les sociologues, les experts des sciences de l’éducation, les psychologues et psychanalystes, les spécialistes d’arts du spectacle (projet IdEm).

Les propositions de communication (environ 2000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 15 juin 2019 aux adresses suivantes : emilie.pezard[at]univ-poitiers.fr et antonia.zagame[at]gmail.com. La réponse sera envoyée à la fin du mois de juin.

Plus d’informations sur le carnet de recherche du FoReLLIS B2 : https://anranticip.hypotheses.org

Quant à la prochaine séance des Doctoriales de la SERD, elle aura lieu le samedi 15 juin à partir de 10h à l’université Paris Diderot. Elle sera l’occasion de voter pour le prochain thème de la Journée d’Études des Doctoriales, qui aura lieu au printemps 2020. Tout jeune chercheur qui assiste au séminaire peut proposer un sujet et faire partie du Comité Organisateur de cet événement.

Appels, atelier et prochaine séance

Voici deux appels à communication qui pourraient intéresser certain.e.s d’entre vous :

Nous avons également le plaisir de vous annoncer la tenue du deuxième volet de l’Atelier du XIXe siècle organisé par Amandine Lebarbier sur « Les chefs-d’œuvre inconnus ». Il aura lieu le vendredi 29 mars 2019 à la maison de Balzac.

Concernant la prochaine séance des Doctoriales, nous nous retrouvons le 13 avril pour une séance intitulée « Le corps dansant » et organisée par Bénédicte Jarrasse, à l’université Paris Diderot. Tout Doctorant ou jeune chercheur qui travaille sur le XIXe siècle peut y assister.

Appel à contribution pour les prochaines séances des Doctoriales

LES RÉVOLUTIONS DU CORPS AU XIXe SIÈCLE

Placé dès le XVIIIe siècle sur la scène esthétique et politique, le corps se trouve au coeur des innovations littéraires, artistiques et scientifiques qui se développent au XIXe siècle.
De plus en plus visible dans le champ de l’analyse critique, il est toutefois pris après 1789 dans un écheveau de paradoxes. Voyant se succéder romantisme, naturalisme et idéalisme, la littérature du XIXe siècle oscille en effet entre exaltation du sentiment et exhibition des corps. La science, de son côté, est partagée entre célébration de l’objet artificiel et fascination pour les corps naturels, entre spiritualisme et matérialisme dans l’étude de la psyché. Face à un individualisme croissant, la société post-révolutionnaire contracte quant à elle une forme de nostalgie à l’égard des communautés organiques traditionnelles.
Au XIXe siècle, le corps est donc tout à la fois mis à nu, mis en valeur et mis en cause. Ce sont les enjeux esthétiques et critiques de cette « révolution corporelle » que nous nous proposons d’étudier lors des rencontres des Doctoriales de la SERD.

Objet d’étude pluridisciplinaire, concept plastique dont les virtualités métaphoriques ont été activées dès le XIXe siècle, le corps offre plusieurs pistes d’analyse que nous pourrons explorer au cours de nos deux années de séminaire (2018-2020).

Lire les corps

Au XIXe siècle, la médecine connaît une révolution épistémologique sans précédent, qui met le déchiffrement du corps au centre de ses préoccupations. À l’ère de la « naissance de la clinique1 », le physique dans toutes ses manifestations fait l’objet d’une véritable lecture, censée dégager les caractères de la norme à partir de l’observation des phénomènes pathologiques. La fièvre physiologique qui s’empare de la science contribue en outre à l’émergence et à la formalisation d’une psychologie matérialiste : souhaitant se défaire de l’emprise spiritualiste et dualiste des siècles précédents, les savants de l’époque tentent de « corporiser » l’étude de la psyché, que ce soit à travers la phrénologie, la physiognomonie ou encore la neurologie. Quels sujets d’étude inédits (corps souffrants, blessés, déformés) émergent de ces savoirs ? Comment la littérature et les arts s’approprient-ils le mode de présentation scientifique de ces corps nouvellement déchiffrés ?

Dans le sillage de cette lecture « indiciaire » des corps, se développent également de nouvelles disciplines (tératologie, médecine légale, anthropologie raciale et criminelle) qui dotent les instances politiques et scientifiques d’un véritable « biopouvoir ». Comme Michel Foucault l’a montré, les corps doivent se plier à une discipline institutionnelle, tout en étant soumis à un contrôle étatique et statistique de plus en plus marqué. On s’intéressera aux enjeux idéologiques et esthétiques soulevés dans le discours littéraire et social de l’époque par cette appropriation politique des corps, en faisant un usage critique des concepts de normes, de races et de genres.

Les corps en représentation

Le corps est un sujet esthétique majeur au XIXe siècle. Progressivement dévoilé, dénudé et exposé dans la peinture ou le dessin, il est également placé au centre des arts du spectacle qui se développent à cette époque, et il suscite un intérêt nouveau à travers l’émergence de la culture sportive. Dans la lignée des visual studies, il s’agit d’étudier les différents types de  supports (peinture, gravures, photographies, cinématographe, etc.) utilisés par les écrivains, les artistes et les publicistes de l’époque pour représenter le corps, sans oublier l’expansion sans précédent de l’image satirique et de la caricature du corps dans les journaux à grande diffusion (succès de Cham et de Daumier). On pourra également se demander comment les théories esthétiques formalisées au XIXe siècle renouvellent les genres mimétiques traditionnels (que ce soit à travers des blasons, des portraits ou encore des croquis anatomiques).

Dans la seconde moitié du siècle, la tendance est également à la célébration d’un physique « augmenté ». À l’exemple de Barbey (Du dandysme et de Georges Brummel) ou de Baudelaire (« Éloge du maquillage »), on pare les corps, on les sublime par l’artifice, on les dissimule par l’ajout de costumes et d’accessoires, de coiffures et de tatouages. Comment le corps cristallise-t-il les débats entre nature et culture, entre machines et organismes et comment redéfinit-il les rapports sociaux ?

Faire corps

Aux lendemains de la Révolution, la société du XIXe siècle passe d’un modèle « communautaire » (monarchie de droit divin reposant sur une forme de communion au corpus Christi) à un modèle « sociétaire » (démocratie bâtie sur le principe de la liberté individuelle) qui aboutit à « la déchirure du lien social ». Marquée par la disparition des corps anciens (états et corporations entre autres), elle se sent alors « menacée par les périls de “défédération”, de “dissociation” ou de “désagrégation” ». De surcroît, le corps des figures d’autorité traditionnelles, qui bénéficiait auparavant d’une aura particulière (en particulier à travers l’onction du monarque et la vénération des reliques), tend à se désacraliser et à se banaliser.

La sociologie naissante, qu’Auguste Comte appelle d’abord « la physique sociale », est alors fortement marquée par une pensée organiciste : malade, blessé ou amputé, le corps social a besoin d’être guéri et reconstruit. Comment ces réflexions sociologiques sont-elles prises en charge en littérature ? Quelles nouvelles instances individuelles (artistes, écrivains, sociologues) ou collectives (associations, partis politiques, sociétés savantes, cénacles littéraires) se mettent en place pour tenter de mettre fin à ce qui est vécu à l’époque comme un démembrement du corps social ?

À partir de l’analyse de Pierre Bourdieu qui décrit les « effet de corps dont les groupes littéraires et artistiques les plus fameux ont tiré d’immenses profits symboliques, jusque dans et par les ruptures plus ou moins éclatantes qui y ont mis fin8 », on étudiera les enjeux littéraires de ces reconfigurations sociales. La fondation de la Société des gens de lettres par Louis Desnoyers et Honoré de Balzac en 1838, mais également l’éclosion de groupes, d’écoles, de mouvements, souvent réunis et exposés au sein de revues très identifiables, façonne l’identité de l’écrivain désormais lié au corps de ses pairs. Il conviendra d’interroger les causes, l’évolution et les enjeux de ces mouvements qui « corporisent » l’arène littéraire et artistique tout au long du siècle.

Corpus d’auteurs, corps de lecteurs

Dans une perspective métalittéraire, on abordera enfin la présence physique de l’auteur dans ses oeuvres. Certains genres littéraires (comme les confessions, les pamphlets, ou encore les poèmes lyriques) accordent une importance toute particulière à l’incarnation de l’écrivain, en donnant une épaisseur matérielle à sa parole. Quel rôle joue la description du corps dans la construction d’un éthos auctorial ? Par le biais de l’analyse pragmatique et de l’histoire des sens, on pourra observer l’engagement physique et émotionnel du lecteur. Comment l’auteur parvient-il à lui ménager une place dans le corps de son texte ?
D’un point de vue plus métaphorique, on peut se demander comment une oeuvre parvient à « faire corps », soit par la volonté de son auteur (rédaction de préfaces et de manifestes, ou retour des personnages), soit par construction rétrospective de son éditeur (publications posthumes, éditions intégrales, etc.).

Les Doctoriales de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes (SERD) sont ouvertes à tous les doctorants et jeunes docteurs, dans toute la France et à l’étranger, dont les recherches portent sur l’histoire, les arts et la littérature du XIXe siècle. Nos rencontres sont conçues comme un espace d’échanges et de discussions entre jeunes chercheurs d’une même discipline. Elles se déroulent au sein de l’Université Paris-Diderot, une fois par mois, le samedi de 10h à 13h. Chaque séance porte sur un sujet précis en rapport avec la thématique générale du séminaire, et choisi préalablement par l’un des participants.
Nous invitons tout jeune chercheur dix-neuviémiste à proposer des thèmes de séances ou des communications en rapport avec « les révolutions du corps au XIXe siècle » pour le second semestre (janvier à juin 2019). Vous pouvez nous soumettre vos propositions à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com.

Colloque international : « La nation littéraire et l’épreuve du comparatisme »

Vous n’avez plus que quelques jours pour proposer une communication pour le colloque « La nation littéraire et l’épreuve du comparatisme (XIXe-XXIe) » qui fera une large place aux Doctorants et jeunes chercheurs, et qui porte en partie sur la Russie mais fait aussi une place à d’autres aires culturelles. Le colloque aura lieu les 30 et 31 mai 2018 à l’Université Paris Nanterre.

L’appel est disponible sur fabula.

 

Appel à communications : « L’impressionnisme face aux idées »

La Journée d’Étude « L’impressionnisme face aux idées », organisée par Brice AMEILLE, (Ater à Paris-Sorbonne) et Adrien GOETZ, (Maître de conférences à Paris-Sorbonne) aura lieu à l’INHA, avec le soutien du centre Chastel, le 26 avril 2018.

Cette Journée d’Étude fera une large place aux chercheurs issus d’autres disciplines que l’histoire de l’art.

L’appel est en ligne ici.

Les propositions de communication (environ 300 mots), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer à limpressionnismefaceauxidees@gmail.com avant le 15 janvier 2018.

 

Prix Ary Scheffer – 2018

Désireux de récompenser et promouvoir les travaux de chercheurs portant sur le XIXe siècle, le Comité de Liaison des Associations Dix-neuviémistes (CL 19) a créé un prix annuel destiné à couronner une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle portant sur le XIXe siècle (1789-1914). Ce prix est décerné pour la seconde fois en 2017, dans l’esprit du CL 19, qui réunit sociétés savantes, groupes de recherche, musées, bibliothèques et institutions culturelles concernées par l’étude du XIXe siècle.

ARTICLE 1 – Modalités d’attribution

Le Prix sera attribué tous les ans par le Président du jury du Prix de recherche des associations dix-neuviémistes, sur proposition du jury réuni pour examiner les travaux soumis. Le jury peut proposer de ne pas attribuer le Prix si aucune des thèses déposées ne lui paraît avoir les qualités requises.

ARTICLE 2 – Conditions d’attribution

Les candidats, de nationalité française ou étrangère, devront avoir soutenu avec succès, au cours des deux années précédant la date de son dépôt auprès du jury, une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle rédigé(e) en français et portant sur le XIXe siècle (1789-1914).

ARTICLE 3 – Montant

Le montant du Prix est fixé chaque année par le jury du Prix. Ce Prix est destiné à aider à la publication de la thèse et à la poursuite des travaux de recherche du lauréat. Outre le Prix de recherche, des accessits pourront être attribués à deux autres candidats au plus, afin de récompenser la qualité de leurs travaux et de favoriser par des moyens non-financiers la publication et la diffusion de leur recherche.

ARTICLE 4 – Jury

Le jury du Prix de recherche du CL 19 est présidé par M. Jérôme Farigoule, directeur du Musée de la Vie romantique. Le jury est composé, en plus du président, de douze à quinze membres issus des différentes associations représentées au sein du CL 19, sur la base du volontariat. La liste des membres du jury est publiée chaque année. Le jury se réserve le droit de faire appel à des experts indépendants pour exprimer leur avis sur les thèses proposées.

ARTICLE 5 – Modalités de candidature

Les candidats au Prix de recherche doivent fournir, en format .pdf exclusivement, la thèse de doctorat ou le mémoire de troisième cycle soumis au jury, la copie d’une pièce d’identité, une attestation de l’obtention du diplôme de troisième cycle, le rapport de soutenance et un C.V. sans liste de publications : ce dossier sera adressé par mail à l’adresse suivante : bureaudeliaisonxix(at)gmail.com avant le 31 décembre 2017.

NB : pour l’édition 2018, on acceptera les travaux soutenus entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2017.

Il est demandé aux candidats de limiter la taille des fichiers, en particulier de la thèse et du rapport de soutenance, à 5Mo par document maximum.

Les candidats qui n’auraient pas reçu leur rapport de soutenance à la date de clôture de l’appel pourront compléter leur dossier de candidature en l’adressant par courriel dans les premiers jours de janvier, en mentionnant dans le mail de candidature que la pièce sera envoyée plus tard.

Le Prix récompense un travail de troisième cycle (thèse ou doctorat) : les travaux de Master ne sont pas admis à concourir.

 

Journée d’Étude 2018 des Doctoriales de la SERD : Les « folles croyances » du XIXe siècle

Dans son ouvrage La Fin des terroirs. La Modernisation de la France rurale, 1870–1914, l’historien américain Eugen Weber évoque les « folles croyances » (« the mad beliefs ») du monde rural, considéré par les citadins comme un monde sauvage, opposé à la civilisation. Ces « folles croyances » désignent les superstitions qui structurent la représentation du monde des paysans : croyance aux fantômes, aux sorcières, aux loups-garous, mais aussi au pouvoir des amulettes, à la protection de l’eau bénite contre la foudre, ou encore à la vertu de certaines sources pour trouver l’amour. Tous ces éléments sont dévalorisés et dépréciés par les citadins, et en particulier par les lettrés, parce qu’ils entrent en conflit avec leur mode rationnel d’appréhension des phénomènes. Et pourtant, comme l’explique Eugen Weber, ces croyances ne sont pas insensées ; elles s’inscrivent dans la réalité quotidienne du monde rural et y ont une véritable force pragmatique. Ainsi, lorsque les paysans sont impuissants devant l’orage et la grêle qui risquent de ruiner leurs récoltes, le recours au surnaturel apparaît comme la seule compensation possible à l’angoisse que provoquent les insoutenables épreuves du réel.
Engager une réflexion sur les « folles croyances » du xixe siècle consistera ainsi à prendre en compte ces deux dimensions : d’une part, l’origine des croyances, inscrites dans un certain ordre du monde ; d’autre part, le point de vue de celles et ceux qui, en les examinant de l’extérieur, les considèrent comme irrationnelles.
Il s’agira donc, en ayant soin d’éviter tout regard condescendant sur ces diverses croyances, de comprendre pourquoi elles ont été qualifiées de « folles » et dans quel contexte elles ont été soumises à la question au xixe siècle. Située au carrefour de questionnements socio-historiques et épistémocritiques, notre réflexion s’inscrira tout particulièrement dans l’espace littéraire, qui offre un reflet à la fois enthousiaste et critique des « folles croyances » de l’époque.

À titre indicatif, les communications pourront s’inscrire dans les axes suivants :

1. La science face aux « folles croyances »

Eugen Weber constate que les superstitions se réduisent lorsque la science parvient à répondre aux problèmes de la vie quotidienne (progrès de la médecine, emploi d’engrais chimiques, consultation des bulletins météorologiques, etc.). La science viendrait ainsi résorber les « folles croyances » des siècles précédents.
Or, dans le même temps, on observe l’apparition de pratiques nouvelles, se réclamant de la science, mais s’éloignant du savoir officiel et institutionnel, comme le magnétisme de Mesmer, la phrénologie de Le Gall ou encore le spiritisme d’Allan Kardec. Pierre-Georges Castex l’a bien noté : « En 1770, l’esprit scientifique et positif a gagné une grande partie du public éclairé. Or, précisément vers la même date, les recherches occultes, qu’ils ont si âprement dénoncées, bénéficient d’une faveur nouvelle ». Selon lui, la coïncidence n’est pas fortuite : « Plus s’acharne l’esprit critique et plus s’affirme le besoin de croire ». L’« Avant-propos » de La Comédie humaine en témoigne : en même temps qu’il met au jour les soubassements scientifiques de son œuvre, bâtie sur l’histoire naturelle de Cuvier et de Geoffroy Saint-Hilaire, Balzac, pétri des théories illuministes de la fin du xviiie siècle, proclame sa volonté de populariser dans ses romans « les prodiges de l’électricité qui se métamorphose chez l’homme en une puissance incalculée », « le magnétisme animal », ou encore « les belles recherches de Le Gall ».
En outre, la littérature et les arts montrent un intérêt croissant pour des phénomènes médicaux situés au cœur des recherches neurologiques et psychologiques naissantes mais dont l’existence ne cesse de faire débat (chlorose, hystérie et hypocondrie, conséquences de la masturbation, etc.). C’est dans ces maladies aux contours lâches et aux symptômes flous que puisent les écrivains réalistes et naturalistes pour composer de véritables études de cas. Ainsi dans Germinie Lacerteux des frères Goncourt.
Les communications pourront donc s’interroger sur l’articulation entre science et « folles croyances » (accréditation, rejet, anticipation, etc.). Elles pourront également étudier les modalités de représentation de cas médico-psychologiques sujets à caution ou bien de phénomènes scientifiques imaginaires.

2. Registres et genres des « folles croyances »

Le positivisme et les diverses réactions qu’il suscite ouvrent la voie à plusieurs tendances génériques dans lesquelles s’épanouissent préférentiellement les « folles croyances » à l’œuvre au xixe siècle. D’un côté, les écrivains cherchent à développer les potentialités imaginatives de la science : comptant sur la découverte future de ce que Camille Flammarion appelle des « forces surnaturelles inconnues », physiques ou psychiques, ils composent des œuvres reposant sur des présomptions qui font l’objet de folles croyances scientifiques. C’est la naissance du « merveilleux scientifique », dont l’amplitude générique peut englober aussi bien la littérature magnétique et spirite que le roman d’anticipation ou la féérie. De l’autre, l’ébranlement progressif des certitudes positivistes conduit à l’émergence du genre fantastique, qui exploite les failles de la science pour faire surgir au sein d’un monde prétendument rationnel des phénomènes mystérieux et inquiétants sur lesquels achoppent les enquêtes savantes. C’est dans ce mouvement que s’inscrivent par exemple les Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe. Littérature d’imagination scientifique et récit fantastique se situent ainsi de part et d’autre du registre merveilleux, qui suscite tantôt la surprise et l’émerveillement, tantôt l’effroi et l’angoisse. Dans les deux cas, il s’agit pour l’écrivain de « faire croire », c’est-à-dire d’engager le lecteur à adhérer à l’existence de phénomènes scientifiquement indémontrables.
L’invasion de la science conduit en outre, par réaction, à la résurgence de genres littéraires anciens : contes de fées, mythes antiques, récits hagiographiques, et légendes folkloriques sont en effet utilisés par les écrivains romantiques tout autant que par la littérature fin-de-siècle comme réservoirs de croyances capables de réenchanter un monde désormais privé de poésie et de magie. C’est le cas de George Sand, qui conjugue les ressources du conte de fées et des croyances paysannes dans son roman champêtre La Petite Fadette. C’est contre toutes ces « folles croyances », qu’elles soient merveilleuses, fantastiques ou légendaires, que se forgent le réalisme puis le naturalisme, qui mobilisent à leur encontre un registre satirique et sceptique destiné à mettre fin aux superstitions nostalgiques qui appartiennent à une époque révolue.
Selon qu’ils se livrent à la défense et à l’illustration de folles croyances, légendaires ou scientifiques, ou bien qu’ils en font le procès, poètes, romanciers et dramaturges assument alternativement la mission du mage ou bien celle du savant. En fonction de ses convictions idéologiques, l’écrivain peut être considéré comme un prophète ou un censeur de la science, il se fait défenseur ou inquisiteur du surnaturel.
Les communications pourront se consacrer à l’étude d’un genre littéraire né de la mise en fiction de ces « folles croyances ». Elles pourront également étudier les ressources littéraires employées pour créer une illusion référentielle à même de « faire croire ». Les travaux pourront par ailleurs s’intéresser aux différents éthè adoptés par les écrivains de l’époque pour restituer littérairement ces « folles croyances ».

3. Encourager ou rationaliser les « folles croyances » : religion et superstitions

On le sait – des travaux comme ceux de l’historien Gérard Cholvy l’ont montré – l’Église tente elle aussi durant tout le siècle de lutter contre les « folles croyances ». Face aux superstitions se dresserait en effet le dogme catholique, croyance autorisée et officielle. À l’intérieur même de l’espace religieux s’opposent toutefois ceux qui veulent donner une vision rationnelle du catholicisme susceptible de plaire à la bourgeoisie et ceux pour qui les miracles et les mystères doivent préserver l’authenticité et la grandeur de la foi chrétienne. Barbey d’Aurevilly n’aura ainsi de cesse de répéter que « le Catholicisme, cette sublime synthèse qui peut embrasser tout, n’explique pas tout, car tout ne peut pas, et ne doit pas être expliqué ».
Par ailleurs, si les croyances religieuses semblent encore bien établies, des écrivains anticléricaux, exploitant « la zone incertaine entre magie et religion » (« the uncertain ground between religion and magic » comme l’écrit Eugen Weber), tentent de saper le pouvoir temporel de l’Église en exhibant la part d’irrationnel qui la sous-tend. C’est par exemple le cas d’Ernest Renan, qui réduit les pouvoirs thaumaturgiques du Christ à de simples miracles psychologiques dans La Vie de Jésus. Pour reprendre l’image évangélique, plus de « vierges sages » ! L’histoire de la religion chrétienne serait jalonnée de leurs consœurs, les « vierges folles » et de leurs pendants masculins.
Les propositions pourront s’interroger sur la réversibilité de la représentation des croyances démentes en lien avec le religieux. Elles pourront également s’intéresser aux modalités littéraires de représentation des « folles croyances » catholiques (miracles, extases, visions).

4. Se souvenir des « folles croyances » : le travail de l’Histoire

En inventant l’historiographie moderne, la première moitié du xixe siècle suscite un regain d’intérêt pour l’Histoire, comme en témoigne le succès des cours de Guizot et de Michelet, en même temps qu’elle encourage le goût déjà prononcé du public pour les grands récits. S’installe dès lors un engouement durable pour les romans historiques, dont Walter Scott se fait le chef de file, et qui font resurgir de grandes figures héroïques cristallisant les fantasmes d’une époque. Le xixe siècle est également propice à l’apparition d’une forte tendance médiévaliste, qui conduit à l’évocation répétée d’un « Moyen Âge de carton et de terre cuite », fustigé dès 1835 par Théophile Gautier dans sa préface à Mademoiselle de Maupin.
La « fabrique du Moyen Âge » à laquelle se livrent les écrivains de l’époque, ainsi que la résurrection d’âges d’or largement réinventés contribuent à faire des « folles croyances » des siècles passés l’objet d’une fascination ambivalente. Les écrivains de l’époque se partagent en effet entre indignation devant des convictions considérées comme contraires à la raison et nostalgie pour de belles illusions perdues. Ainsi, Ivanhoé, best-seller européen de Walter Scott, hésite entre la critique véhémente de l’obscurantisme d’un Moyen Âge pétri de violence et de superstitions, et l’admiration pour des vertus morales et guerrières disparues au xixe siècle.
Les travaux pourront s’interroger sur les différences de représentation des « folles croyances » selon qu’on se trouve dans l’historiographie ou dans la fiction historique. Ils pourront également se demander à quelles histoires de l’Histoire croient les écrivains et historiographes du xixe siècle.

Les propositions de communication, de 400 mots maximum, accompagnées d’une notice bio-bibliographique, doivent être envoyées à contact.doctoriales.serd@gmail.com avant le 31 décembre 2017. Les réponses seront communiquées courant janvier.

La Journée d’Étude aura lieu le 25 mai 2018.

Bibliographie indicative

Bénichou, Paul, Romantismes français, Paris, Gallimard, « Quarto », 2004.
Bernard-Griffiths, Simone, Glaudes, Pierre, et Vibert, Bertrand, (dir.), La Fabrique du Moyen Âge, Représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature françaises du xixe siècle, Paris, Honoré Champion, 2006.
Bernard-Griffiths, Simone, et Bricault, Céline (dir.), Magie et magies dans la littérature et les arts du xixe siècle, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2011.
Blondel, Christine, et Bensaude-Vincent, Bernadette (dir.), Des savants face à l’occulte, 1870 -1940, Paris, Éditions la Découverte, 2002.
Carroy, Jacqueline, Hypnose, suggestion et psychologie. L’Invention de sujets, Paris, Presses universitaires de France, 1991.
Castex, Pierre-Georges, Le Conte fantastique en France de Nodier à Maupassant, Paris, José Corti, 1951.
Charle, Christophe, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 1991.
Cholvy, Gérard, Christianisme et société en France au XIXe siècle (1790-1914), Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 2001.
Darnton, Robert, La Fin des Lumières. Le Mesmérisme et la révolution [1968], Paris, Perrin, 1984.
Durand de Gros, Joseph-Pierre, Le Merveilleux scientifique, Paris, Alcan, 1894.
Edelman, Nicole, Les Métamorphoses de l’hystérique, Paris, La Découverte, 2003.
Edelman, Nicole, Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France. 1785-1914, Paris, Albin
Michel, « Histoire », 1995.
Kendrick, Laura, Mora, Francine, et Reid, Martine (dir.), Le Moyen Âge au miroir du xixe siècle, Paris, L’Harmattan, 2003.
Michel, Pierre, Un mythe romantique. Les Barbares, 1789-1848, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981.
Weber, Eugen, La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Pluriel, 2011.

VIIIe Congrès de la SERD : L’Oeil du XIXe siècle, 26-29 mars 2018

Le VIIIe Congrès de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes aura lieu du 26 au 29 mars 2018, à la Fondation Singer-Polignac, Paris.

Les propositions de communications (d’environ 2000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à adresser à Erika Wicky (erika.wicky@gmail.com) avant le 5 septembre 2017.

Argumentaire

L’œil désigne un organe, mais aussi, par métonymie, une action (le regard) et une production (la vision). C’est donc, au sens plus large, sur la manière propre qu’a eue le XIXe siècle d’investir le champ du visuel, d’en remodeler l’action et les formes à sa mesure, que portera le VIIIe Congrès de la SERD. Il s’agira d’inviter les participants à définir les caractériques d’un autre period eye que celui dont traitait Michael Baxandall lorsqu’il se demandait quelles étaient les « dispositions visuelles vernaculaires qui relient les tableaux [du XVe siècle ita lien] à la vie sociale, religieuse et commerciale » (Painting and Experience in Fifteenth-Century Italy: A Primer in the Social History of Pictorial Style ; traduction française : L’Œil du Quattrocento, 1985).

Siècle de progrès techniques en matière d’optique, d’instruments de vision, de physiologie de la vue et de médecine ophtalmologique, le XIXe siècle est aussi, de manière plus générale, le « siècle du regard » (Ph. Hamon), le « siècle de l’observateur » (J. Crary), le siècle du « panoptique » (M. Foucault). Le privilège du visuel s’y manifeste, de manière elle-même spectaculaire, par des inventions et pratiques culturelles en série ayant trait à la vision. C’est le siècle des –scopes : kaléidoscope (Brewster, 1817), phénakistiscope (Plateau, 1832), stéréoscope (Wheatstone, 1838), ophtalmoscope (Helmholtz, 1851), télestéréoscope, bioscope ou stério-fantascope, pseudoscope, etc. C’est le siècle des –ramas (panorama, diorama, cosmorama, néorama, etc.). C’est aussi le siècle des perfectionnements des instruments d’optique, du microscope et du télescope, des lorgnettes et des longues vues. Soit donc le siècle de la médiatisation du regard au travers d’instruments de plus en plus perfectionnés, qui, censés en accroître la portée ou l’acuité, en transforment de fond en comble les conditions. Ce qui se produit selon des moments de rupture, tant épistémologiques qu’optiques, qui scandent l’histoire des modèles visuels, qu’on situe tantôt dès le début du siècle (J. Crary), tantôt en son mitan, avec l’invention de la photographie (1839) et la révolution picturale des années 1860, tandis que d’autres analystes insistent sur les révolutions qu’apportent en la matière la fin du siècle et le siècle suivant (Martin Jay, Downcast Eye. The Denigration of Vision in XXth-Century French Thought, 1993).

Ces nouvelles focales influent sur la perception mais aussi sur les modalités d’ensemble de la vie sociale. C’est ce que le suggère le vicomte de Launay lorsqu’il écrit : « La réalité parisienne est toute dans l’aspect. Nous avons des yeux de Diorama, de Panorama, de Néorama ; les effets d’optique suffisent à la légèreté de nos regards » (1837). C’est aussi le siècle où, dans les arts plastiques, la question du point de vue s’impose avec acuité, d’autant que l’invention de la photographie vient confirmer le primat du visuel et invite à un nouveau dialogue entre les arts de la vue, littérature comprise. C’est le siècle où, à propos de Courbet, Ingres s’exclame : « C’est un œil », l’accusant ainsi de n’être pas un artiste complet, mais seulement un peintre virtuose. En revanche, c’est aussi le siècle où Flaubert remarque que « pour qu’une chose devienne intéressante, il suffit de la regarder longtemps », et se donne pour mot d’ordre : « Fais-toi prunelle ! » (1845), valorisant ainsi une telle réduction au visible. C’est le siècle où en littérature, sous l’influence des arts visuels, les descriptions montent en puissance. C’est ce que remarquent les frères Goncourt : si elles manquent chez Saint-Simon, c’est que « les yeux n’étaient pas nés » (1862). Dans les arts de la scène la part du spectaculaire s’accroît. Mais on assiste alors aussi à une véritable « spectacularisation » de la vie sociale, à tous les niveaux : affiches, magasins, musées, expositions, passages, « fantasmagorisation de la marchandise » (Marx). Et Balzac d’énumérer tout le premier l’ensemble des prodigalités visuelles que « ‘lampe » l’« œil du Parisien » : feux d’artifice, palais en verres multicolores, féeries des théâtres, panoramas renaissants, continuelles expositions, caricatures, vignettes, lithographies, sans oublier le gaz qui illumine les boulevards et les « points de vue » que ménage la municipalité.

Les propositions attendues pourront s’inscrire dans les axes présentés ci-dessous, qui ne sont toutefois que des pistes offertes à la réflexion. Un intérêt particulier sera accordé aux propositions qui éviteront les monographies en déployant une perspective transversale ou qui manifesteront une approche interdisciplinaire (histoire, littérature, philosophie, histoire de l’art, histoire des sciences, histoire des techniques, etc.).

Le comité scientifique sélectionnera les propositions, et le résultat de son travail sera communiqué dès le début octobre.

Les axes d’étude sont disponibles sur le site de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes : http://serd.hypotheses.org/675

Université d’été : « (Dé)sacralisations : fortunes du sacré dans la littérature »

Cette Université d’été aura lieu à Reims du 3 au 7 juillet 2017.

Elle est ouverte à 15 jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) qui seront encadrés par une dizaine d’enseignants-chercheurs confirmés (venant des universités de Padoue, Prague, Louvain et Reims). Les activités scientifiques proposées seront les suivantes : leçons magistrales, communications des jeunes chercheurs et deux ateliers collaboratifs (au choix). Des visites culturelles liées à la thématique générale seront organisées, dont la visite de la Cathédrale, de la Basilique Saint Remi, de la Chapelle Foujita et du Musée des Beaux-Arts.

Pour y participer, les jeunes chercheurs doivent proposer une intervention orale de trente minutes sur un sujet clairement lié à la thématique générale : « (Dé)sacralisations : fortunes du sacré dans la littérature ». La contribution aux frais d’organisation est de 50 €. L’hébergement et une partie de la restauration sont pris en charge par les organisateurs.

Les inscriptions se font jusqu’au 24 avril directement sur le site internet Reims 2017, à l’adresse suivante : summerschool-CRIMEL-2017@univ-reims.fr

La liste des dossiers sélectionnés sera publiée début mai.

Vous pouvez demander l’argumentaire et le formulaire de candidature par mail à : contact.doctoriales.SERD@gmail.com  

Proposer une critique de film

Le site de la SERD s’est récemment doté d’une page dédiée aux critiques de films en lien avec le dix-neuvième siècle.

Tout Doctorant ou jeune chercheur travaillant sur le dix-neuvième siècle peut proposer sa critique. Pour cela, il suffit d’envoyer une proposition par mail à l’adresse des Doctoriales (contact.doctoriales.SERD@gmail.com) à l’attention de Mathilde Labbé, avec pour objet : « proposition de critique de film ».

En attendant, rendez-vous samedi à 10h, à l’Université Paris VII, salle 678C du bâtiment Grands Moulins, pour la prochaine séance du séminaire des Doctoriales !

Accès : station Bibliothèque François Mitterrand, métro ligne 14, rer C, T3 Avenue de France, bus 89, 62, 64, 132.