Archives de catégorie : Billets

[AAC JOURNÉE D’ÉTUDES ] :  LE DÉFI AU XIXe SIÈCLE

Doctoriales de la SERD

Appel à communication pour la journée d’études — 15 juin 2024

Université Paris Cité — Bibliothèque Jacques-Seebacher

Les Doctoriales de la SERD organisent une journée d’études samedi 15 juin 2024 pour clôre sa deuxième année de séminaire sur les incapacités au XIXe siècle. La thématique privilégiée pour cette journée d’études est celle du défi, prise dans l’acception large du terme. Elle a été suggérée par Rose-Lucie Cahoua. Vous pouvez nous soumettre vos propositions, d’une longueur maximale de 300 mots, à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com jusqu’au 30 avril 2024. Elles seront complétées par une notice bio-bibliographique indiquant notamment le laboratoire et l’université de rattachement.

Comité d’organisation : Victor Kolta, Guilhem Pousson, Florelle Isal et Laurène Sinnappu.

Quelques pistes de réflexion :

Philosophique

« Mettre au défi » ou encore « défier », cela suppose un rapport à l’altérité et à plus forte raison à l’adversité qui s’éprouve dans le conflit ou dans l’émulation. 

Est d’abord défi ce qui pose problème, ce qui constitue une forme d’adversité et ce à quoi, traditionnellement, le héros doit se confronter. Le héros cependant n’en est plus nécessairement un, il n’est plus celui qui relève le défi, celui qui répond à la provocation (ex : Frédéric Moreau dans L’Éducation sentimentale, Flaubert). Dès le début du siècle, l’héroïsme est à envisager sous un nouveau jour, l’exceptionnalité n’est plus celle du statut social ou de l’exploit guerrier et le héros romantique, inadapté au monde qui est le sien, est d’ailleurs condamné à l’échec. La nature du défi elle-même a changé. Celui qui adhère au monde n’est plus porté par de hautes valeurs aristocratiques mais il est celui qui s’adapte à une reconfiguration sociale du monde que le Dieu argent régit.

D’autre part et dans le contexte d’émancipation des autorités spirituelles de l’Aufklärung, le défi est plutôt celui de la connaissance. Ludique, il peut servir l’apprentissage, voire l’élévation. Il pose la question d’une nouvelle approche dans la recherche de la vérité : scientifique et rationnelle, comme celle de Schelling (qui prétend à une vérité fondée sur des données factuelles et vérifiables) ou sinon intuitive au moins poétique, à l’instar d’Hölderlin ou encore de Novalis. L’homme souverain, à l’heure de la révolution kantienne, est mis au défi de penser le monde, par la critique et la Raison, hors du donné obligeant, en acceptant la part d’insaisissable et d’impensable qu’il contient. 

 

Études de genre

La logique du défi sous-tend la confrontation voire l’affrontement, elle suppose un adversaire, un esprit de compétition ou autant de schémas et de conditions propices au développement de qualités viriles. Que l’on pense à la pratique de compétitions sportives ou à celle du duel, le défi s’inscrit d’abord dans des pratiques réservées aux masculinités et donc dans une histoire de la virilité que le XIXe siècle fait triompher. Il questionne en un sens les nouvelles formes d’intégration de l’idéal viril, ses codes et ses normes. Il soulève la question de l’affirmation de soi en donnant à la virilité les moyens de s’exprimer et de faire ses preuves dans le cadre d’un entre-soi masculin.

La notion soulève aussi et a contrario la possibilité de l’échec : l’incapacité à relever un défi et avec elle, la paralysie et l’angoisse (ex : « Un lâche » de Maupassant). En même temps que l’hégémonie d’une masculinité, le « triomphe » de la virilité produit en effet un « en-dehors » viril. La honte et le tabou apparaissent alors sous-jacents à ce qui dès lors devient une impuissance, à la faiblesse physique ou morale, à l’effémination, à l’homosexualité ou autant de transgressions que dessine la norme au négatif.

Ces transgressions interrogent la norme genrée qui se défie alors elle aussi et il est possible d’aborder la question du point de vue de la contestation, franche ou détournée, d’une autorité, d’une voix majoritaire ou dominante, ainsi d’un certain dandysme ou des minorités, comme ces voix de femmes qui échappent au silence, personnages féminins ou autrices mêmes : de celles qu’on appelle les « bas-bleu » à celles qu’on affuble du nom de « pétroleuses ».

 

Esthétique

Le domaine de l’esthétique, défini comme « science de la connaissance sensible »,(A. G. Baumgarten, Esthétique, Paris, L’Herne, 1988) pose d’emblée un défi inhérent à cette discipline, celui de la conciliation entre savoir et sensations, raison et émotions.

Si au début du XIXe siècle, la pluralité des arts offre la possibilité de suggérer une œuvre totale, il s’ensuit une époque de matérialisme galopant et de désacralisation qui modifie la place des artistes. Face aux nouvelles techniques de reproduction qui marquent le progrès, quelle position adopter dans une société qui s’industrialise ? La rencontre de l’art et de l’industrie est un axe à étudier car elle conditionne les transformations matérielles et sociales du monde en modifiant inéluctablement les finalités, les valeurs et les moyens d’action des artistes. Quelles solutions trouver pour éviter une véritable déshumanisation du monde et de l’art, un triomphe de la matérialité sur l’homme ? Cette question s’inscrit dans le grand débat de l’utilité de l’Art et des critères de beauté.

Avec l’essor de la grande presse, le journal et la caricature, considérée comme « cri de l’artiste », (Champfleury, Histoire de la caricature moderne, Ressouvenances, 2010. La caricature comme “cri du citoyen”) sont des armes esthétiques qu’il pourra être pertinent d’observer. La naissance de la photographie modifie, quant à elle, considérablement les rapports entre la réalité et l’art et devient l’objet de polémiques entre artistes et écrivains dans sa fonction de représentation du monde. À une échelle plus globale, on pourra s’intéresser aux limites que la mimésis semble avoir atteintes puis dépassées au XIX siècle, ce qui se manifeste par des réflexions critiques sur le style, des recherches d’innovation, ou encore des tentatives de collaboration entre les arts.

L’observation de la vie artistique en France au XIXe siècle peut être une autre porte d’entrée pour comprendre les défis nouveaux que les artistes vont devoir relever. En se référant le moins possible à des individus ou à des courants artistiques particuliers, il s’agira d’évoquer un « système des beaux-arts », en grande partie hérité de l’Ancien Régime, mais profondément transformé par la Révolution et le premier Empire, en même temps que sa contestation grandissante jusqu’à sa désintégration finale au tournant des XIXe et XXe siècles. Marchands, galeries, collectionneurs : l’émergence d’un nouveau système de l’art moderne modifie la place de l’artiste dans la société. Sur les ruines du système du Salon unique se dessine peu à peu une nouvelle configuration du marché de l’art. Elle repose sur le développement des galeries privées, le marchand d’art, à la fois fin connaisseur et commerçant avisé, devenant l’intermédiaire privilégié entre les artistes, dont les plus novateurs, et un nouveau public d’amateurs et de collectionneurs dont le goût s’est émancipé de l’académisme des expositions officielles.

C’est ainsi qu’il pourra être abordé le domaine de la réception. Au gré du scandale suscité par telle ou telle œuvre, chacun prend parti, s’engage, se situant dans un des « camps » en présence, celui des « conservateurs » ou celui de l’ « avant-garde », métaphore militaire qui commence à s’appliquer au domaine des arts dès les années 1840-50. La réception est également à envisager dans sa dimension affective. L’artiste, qu’il propose un art engagé, collectif ou un art plus personnel pour exposer ses tiraillements existentiels, a toujours pour mission d’avoir un effet sur son public. La question du défi au goût du public pourra être abordée (« La gifle au goût du public », 1912). L’enjeu est alors du côté d’une réception sensible, la question du plaisir esthétique et de la place de l’imagination sera une piste de réflexion possible à considérer. Un défi réside alors dans la capacité de créer une œuvre destinée à émouvoir, mais aussi capable d’être un outil efficace de connaissance du monde et de soi.

 

Défi et Récit

Dans cet axe, le défi pourra d’abord être considéré en tant qu’élément de la diégèse. Il s’agit alors d’événements, de postures ou d’invites ressentis par les personnages comme des défis, soit qu’ils enfreignent les normes et les dogmes du monde diégétique (ex : réquisitoire de Julien Sorel contre la monarchie, monologue de Hernani) ; soit qu’ils soient explicitement identifiés comme « défis » par le texte ou le paratexte (ex : défi de Rastignac). Il nous a semblé pertinent d’explorer les fonctions narratives de ces passages, en les rapprochant de catégories bien établies comme la scène de reconnaissance ou les ruptures d’espace induites par la trajectoire du « personnage mobile » lotmanien. Dans cette perspective, il serait par exemple possible d’étudier la coordination récurrente de certaines scènes, comme le duel suivi de la disparition ou du départ du vainqueur : Pierre Bezoukhov dans Guerre et Paix, Stavroguine dans Les Démons. Nous soulignons également le fait que le défi comme épreuve imposée et possiblement « qualifiante » (A. J. Greimas), semble jouer un rôle dans la construction des intrigues et la maturation des subjectivités fictionnelles. 

Le défi pourra également être envisagé à un niveau métadiégétique. Il s’agit alors de passer du substantif au verbe pour en explorer l’étymologie (diffidere : « ne pas se fier à », « douter de la capacité à ») et aborder la question de l’adresse. Plus que d’un défi, il sera question d’une défiance pouvant marquer l’interaction entre auteurs et lecteurs, influencer la façon dont les textes sont reçus, interprétés et discutés. Il peut s’agir, d’une part, de discours émanant d’un public qui éprouve une réticence devant la transformation des usages de la fiction et des modalités de sa circulation (massification) au XIXe siècle. Il pourra, d’autre part, être question des réserves de l’écrivain quant à son lectorat et sa capacité à “bien recevoir” les œuvres. Ce dernier peut produire dans certains cas un discours sur le lecteur idéal et le lecteur défaillant, opposer « bonne » et « mauvaise » lecture, décliner toute une gamme de réflexes appropriatifs, préventifs, défensifs voire offensifs, visant à s’arroger le monopole herméneutique de ses œuvres.

 

Social et sociologique

Le défi, au XIXe siècle, répond à un certain nombre de codes inhérents à un certain statut social mais qui se démocratisent en même temps que l’éducation militaire et avec elle, ses valeurs et ses effets sur les consciences et les corps. La pratique du duel en témoigne, elle est en effet un rituel raffiné et codifié opposant deux individus mus par un reste de valeurs aristocratiques : « Mais le duel n’est qu’une cérémonie. Tout en est su d’avance, même ce que l’on doit dire en tombant. » (Stendhal, Le Rouge et le noir). De même, l’activité sportive, de plus en plus répandue et dont les compétitions sont de plus en plus populaires au cours du siècle, en entrant dans un processus de civilisation, supplante la violence et, comme le défend Norbert Elias, la maîtrise (ex : le duel d’escrime dans « Le Bonheur dans le crime » in Les Diaboliques de Barbey d’Aurevilly).

Parce qu’il renvoie à la confrontation, le défi soulève cependant également la question du rapport de force, voire du rapport de domination, social ou économique. Le terme prend alors un sens plus actif, il dit le refus de se soumettre à la force ou à l’action. Le champ de la contestation sociale et politique s’ouvre ici : il s’agit de défier l’ordre établi ou de s’y conformer. Dès lors, il est également question de penser la place de l’individu à l’heure d’une atomisation de la masse et de la perte de l’intérêt collectif. Quelle nouvelle place pour le défi quand les cartes du déterminisme sont rebattues ? La notion pourrait être envisagée à l’aune de la perte de l’idée d’un destin, conséquence d’une structure religieuse affaiblie et de la disparition progressive d’un ordre passé dès le début du siècle.

 

D’autres axes d’étude pourront être envisagés et approfondis, tels que le lien entre histoire et politique, dans la mesure où l’instabilité politique constitue un défi majeur.

 

Bibliographie

  • ARIÈS, Philippe, « Réflexions sur l’histoire de l’homosexualité », Communications, 1982.
  • CHARRETON, Pierre, Les Fêtes du corps : histoire et tendances de la littérature à thème sportif en France 1870-1970, Saint-Etienne, CIEREC, 1985.
  • CHKLOVSKI Viktor, « L’art comme procédé », in TODOROV Tzvetan (ed.), Théorie de la littérature. Texte des formalistes russes [1965], Point, 2001.
  • COMPAGNON, Antoine, Les Chiffonniers de Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires, Série illustrée », 2017.
  • CORBIN, Alain, COURTINE, Jean-Jacques, VIGARELLO, Georges, Histoire de la virilité, t. 2, Seuil, 2011.
  • DENIZEAU, Gérard, Le Dialogue des arts (architecture, peinture, sculpture, littérature, musique, Larousse, 2008. 
  • EISENZWEIG, Uri, Le Duel introuvable. La fascination du duel dans la littérature du XIXe siècle, PU Vincennes, « Culture et Société », 2017.
  • ELIAS, Norbert, DUNNING, Eric, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Fayard, 1994.
  • FERRY, Luc, L’invention de la vie de bohème : 1830-1900, Éditions Cercle d’art, 2012.
  • GUILLET, François, La mort en face. Histoire du duel de la Révolution à nos jours. Aubier, coll. « Historique », 2008.
  • GREIMAS, Algirdas Julien, « Éléments pour une théorie de l’interprétation du récit mythique », Communications, vol. 8, no 8,‎ 1966, p. 28-59
  • HARKNESS, Nigel, « Le Roman Bâtard : Femmes Auteurs et illégitimité sous la Monarchie de Juillet », Romantisme, 2006/2 (n° 132).
  • HELIOS, Jaime, Le défi de la créativité dans la littérature, la musique, l’art et la science, Paris, Fauves éditions, 2019.
  • HERITIER, Françoise, Masculin/Féminin I. La pensée de la différence, Odile Jacob, 1995, 2012.
  • KREMER, Nathalie, « Diderot, Balzac, Michon : la création par la destruction », Fabula-LhT, N° 13, « La Bibliothèque des textes fantômes », novembre 2014.
  • LACOSTE, Jean, L’Esthétique romantique en France. Une anthologie, prés. par Claude Millet, Romantisme, N°89, Critique venue d’ailleurs, 1995.
  • LEJEUNE, Dominique, Histoire du sport : XIXe-XXe siècles, Editions Christian, 2001.
  • LEJEUNE, Philippe, « Autobiographie et homosexualité en France au XIXe siècle. », Romantisme, 1987.
  • LUKACS, Georg, Théorie du roman, trad. de Jean Clairevoye, Gallimard, 1989.
  • MAAG, Georg, « Les machines ne sont rien sans l’art. De l’union des arts et de l’industrie du comte de Laborde, et les réactions de la presse », Romantisme, n° 41, 1983, pp. 41-56. 
  • MAÏAKOVSKI, Vladimir, « La gifle au goût du public », 1912 in : ROBEL, Léon, Manifestes futuristes russes, Les éditeurs français réunis, 1972.
  • MARCEL, Gabriel, Être et Avoir, Aubier, coll. « Philosophie de l’esprit », 1935.
  • MARTIN-FUGIER, Anne Martin-Fugier, La vie d’artiste au XIXe siècle, L. Audibert, 2007.
  • MONOD, Jean-Claude, La querelle de la sécularisation, De Hegel à Blumenberg, Vrin, coll. « Problèmes et controverses », 2002.
  • MOSSE, George Lachman, L’image de l’homme. l’invention de la virilité moderne, Agora, 1999.
  • NAHON, Pierre, Les marchands d’art en France, XIXe et XXe siècles, La Différence, coll. « Les Essais » , 1998.
  • NANCY, Jean Luc, LACOUE-LABARTHE, Philippe, L’absolu littéraire, Théorie de la littérature du romantisme allemand, Seuil, coll. « Poétique », 1978.
  • PASSERON, René, « Pour une approche “poïétique” de la création », Encyclopaedia Universalis, Vol. Symposium, 1985.
  • PLANTÉ, Christine, « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique ? », Revue d’histoire littéraire de la France, 2003/3 (Vol. 103).
  • REID, Martine (dir.), Femmes et littérature. Une histoire culturelle, II, Gallimard, 2020.
  • SANCHEZ, Pierre, Dictionnaire de l’Union des femmes peintres et sculpteurs : répertoire des artistes et liste de leurs œuvres : 1882- 1965 ; introd. historique de Chantal Beauvalot, Dijon, l’Échelle de Jacob, 2010, 3 Vol.
  • SOURIAU, Paul, La beauté rationnelle. Nouvelle édition, Rennes, P.U.R, 2023.
  • TERRET, Thierry, Histoire du sport, P.U.F, coll. « Que sais-je ? », 2023. 

 

Incapacité et incapacités au XIXe siècle / Calendrier des séances de 2023

Samedi 10h-13h, Bibliothèque Jacques-Seebacher, Université Paris Cité.

7 janvier 2023. L’impuissance de la création

Céline Duverne (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Conjurer l’impuissance du créateur. Balzac et Flaubert, chantres d’une prose virile »

Céline Te-Hui Li-Arpillère (Université Sorbonne Nouvelle) : « L’incapacité des intellectuels du xixe siècle : le cas de l’“homme de trop” de Tourguéniev et son influence sur Yu Dafu »

11 février 2023. L’incapacité vue par l’histoire de l’art

Thibaud Dapremont (Sorbonne-Université) : « L’artiste amateur, un artiste sans qualités ? »

Alessandro Grelli  (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le panorama au XIXe siècle : art et industrie face à l’(in)capacité de recréer le réel »

18 mars 2023.  

Clarisse Neau (Université de Poitiers) : « Bug-jargal et Atar Gull, les esclaves du romantisme frénétique »

Yvonne Saaybi (chercheuse indépendante) : « L’incapacité au carrefour entre discours médical et discours littéraire dans l’Europe fin de siècle : corps mutilé et féminin souffrant »

15 avril 2023.   

Laurène Sinnappu (Université Paris Cité) : « Une pudeur à préserver ou la santé mentale des femmes : le cas pathologique dans Germinie Lacerteux et La Fille Elisa, des frères Goncourt »

Anne-Caroline Lissoir (Sorbonne Université) : « Victor Hugo exilé ou le théâtre empêché : les impossibles reprises des drames romantiques hugoliens sur les scènes parisiennes (1852-1870) »

13 mai 2023. Les incapacités mises en perspective

Loup Belliard (Université de Grenoble-Alpes) : « De Rose à Lélia : incapacités sexuelles féminines chez George Sand » 

Adrián Valenzuela Castelletto (Sorbonne Université) : « Paul Bourget ou la psychologie de l’incapacité : entre le malheur du dilettantisme et le désir de l’énergie »

10 juin 2023. L’incapacité en politique

Quentin Arifon (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Annihilation et avilissement du militantisme politique féminin par les discours dominants : le cas de Sophie Kropotkine (1882-1886) »

Elisa Puntarello (Université Lumière Lyon 2)  : « Républicains ineptes : figurations d’une incapacité politique dans la fiction de la monarchie de Juillet. »

[AAC] : INCAPACITÉ, INCAPACITÉS AUX XIXE SIÈCLE

Vincent Van Gogh, À la porte de l’éternité, 1890, huile sur toile, Musée Kröller-Müller d’Otterlo, Pays-Bas.

Incapacité, incapacités au XIXe siècle

Les Doctoriales de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes sont ouvertes à tous.tes les doctorant.e.s et jeunes docteurs dont les recherches portent sur la littérature du XIXe siècle, en France et à l’étranger. En collaboration étroite avec les activités de la SERD, les Doctoriales de la SERD participent à l’organisation de l’Atelier du XIXe siècle. Les Doctoriales de la SERD mènent également un projet de recherche indépendant, qui donne lieu à des publications en ligne ainsi qu’à l’organisation d’un colloque. Pour s’inscrire sur la liste de diffusion : contact.doctoriales.serd@gmail.com

Le séminaire a pour vocation de donner la parole aux jeunes chercheurs et chercheuses. Le séminaire est organisé autour d’un thème choisi pour deux ans mais porte également sur des questions d’ordre méthodologique. Il a lieu une fois par mois, le samedi matin de 10h à 13h pour des communications de 20 à 30 minutes.

Nous invitons tout.e jeune chercheur.se dix-neuviémiste (en littérature française et comparée, histoire, histoire de l’art, etc.) à proposer des thèmes de séances ou des communications en rapport avec cet argumentaire, pour l’année universitaire 2023-2024 (la première séance de ce cycle de séminaires aura lieu à l’automne). Vous pouvez nous soumettre vos propositions, d’une longueur maximale de 300 mots, à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com jusqu’au 15 septembre 2023. Elles seront complétées par une notice bio-bibliographique indiquant notamment le laboratoire et l’université de rattachement.

Le séminaire des Doctoriales de la SERD revient pour sa deuxième année sur les incapacités au XIXe siècle. Après avoir abordé le cas de l’artiste-créateur et de l’artiste-amateur, l’incapacité devient emblématique des personnages romanesques en proie aux questionnements identitaires, qu’ils soient sexuels et/ou genrés. Elle s’avère également présente au cœur des perspectives socio-historiques, partagées entre ruptures et continuités politiques[1].


« M. du Châtelet possédait toutes les incapacités exigées par sa place. » 

Balzac, Illusions perdues.

L’incapacité désigne avant tout un manque, un défaut, le versant négatif d’une situation par rapport à son potentiel positif. Est dans l’incapacité celui ou celle qui n’a pas les qualités, les aptitudes requises pour une activité, un état, une fonction, qui est dans l’impossibilité de faire quelque chose. C’est principalement et originellement dans le domaine juridique que le terme se voit défini comme « le défaut des qualités légales requises pour l’exercice de certains droits ou l’accomplissement de certains actes ». L’incapacité juridique peut d’ailleurs être absolue ou relative, civile ou politique et recouvre donc un spectre varié de situations qui nécessitent d’envisager le terme au pluriel pour le saisir dans sa globalité. Synonyme d’inaptitude, d’incompétence, d’impossibilité, d’invalidité, d’insuffisance, d’impotence, d’infirmité ou de minorité, l’incapacité est également à mettre en relation avec ses antonymes tels que capacité, habileté, compétence ou faculté. L’incapacité peut se rapprocher de l’impuissance à la différence près que là où l’impuissance, privation de pouvoir, apparaît comme absolue, l’incapacité est davantage relative, à lier à une aptitude, une compétence qui pourrait être acquise. De plus, envisagée principalement dans sa dimension sexuelle, l’impuissance se distingue de l’incapacité, qui apparaît davantage sur les plans juridique, social et politique. L’impuissance, jugée créatrice[2], invite cependant à questionner le partage de ce même potentiel créateur de l’incapacité. 

Le cas des femmes, placées sous l’autorité légale et financière d’un père ou d’un mari, considérées comme hystériques, frigides ou nymphomanes, jugées incapables de créer (et condamnées à procréer) ou de maîtriser leurs émotions, montre que l’incapacité touche tous les aspects de la vie individuelle et collective. Aussi proposons-nous quelques pistes de réflexion :

  • Politique et juridique 

Au XIXe siècle, les révolutions successives ont débouté un pouvoir politique jugé incapable de gouverner, et ce dès la Révolution française qui fit de Louis XVI un incapable face aux prérogatives du royaume. Dans un contexte troublé, les révolutions politiques n’entraînent pas seulement une destitution du pouvoir en place ; elles confortent également la répétition d’un discours sur l’incapacité politique (entendue comme inaction) que le roman représente diversement selon les époques et les courants, de Flaubert à Zola. Au carrefour du politique et du judiciaire, on pourra étudier le cas de l’incapacité électorale, qui frappe les citoyens à la suite d’un délit ou d’un crime. On s’intéressera aussi, plus largement, à l’incapacité juridique que le droit français définit comme l’impossibilité pour un individu d’exercer ses droits et ses obligations par lui-même, qu’il n’en soit pas capable (l’enfant), qu’il n’en soit plus capable (les personnes sous tutelle, les marginaux) – les stratégies de contrôle des institutions pour enfermer ces incapables étant mises en lumière par Michel Foucault dans Surveiller et punir. La représentation des minorités semble féconde pour dresser les contours de l’incapacité au sens juridique et politique.

Indissociable de la représentation des sexes, la question de l’incapacité semble prioritairement toucher le statut des femmes reléguées au rang d’épouse par le Code civil de 1804. Ce dernier leur interdit de participer à la vie politique et les prive de divorce, avant que celui-ci soit rétabli en 1884. Dans cet étroit carcan du mariage, elles semblent incapables de s’extraire de leur condition, et le roman des femmes devient le lieu où représenter diverses tentatives – plus ou moins heureuses – pour y parvenir. Dans cette perspective pourront être étudiés les récits dénonçant cette incapacité juridique comme ceux de Claire de Duras (Ourika, 1823) ou George Sand (Lélia, 1833 ; Gabriel, 1839). En regard de ces représentations il convient de placer celles qui destituent l’homme de son piédestal, tantôt le jugeant incapable juridiquement de disposer de son argent (L’Interdiction de Balzac), tantôt le rabaissant à une fonction d’objet (les romans de Rachilde ou de Colette). Enfin, l’incapacité juridique des femmes touche le domaine de la création littéraire et artistique. Jugées incapables de créer, certaines figures telles Germaine de Staël, George Sand, Malvina Blanchecotte entonnent alors un discours frondeur, propre à neutraliser la misogynie ambiante.

  • Social et anthropologique

L’incapacité au sens social recouvre un vaste spectre de situations. Des mineurs aux femmes, en passant par les personnes atteintes de maladie mentale ou en situation de handicap, sans oublier les délinquants (actifs ou ayant purgé leur peine, qu’on pense à la figure de l’ancien bagnard qui reste stigmatisé par la marque qu’il porte sur son corps), les invalides et les « débris de l’empire », de nombreux individus sont privés de leur capacité d’agir dans la société et se trouvent donc marginalisés. La littérature entend donner voix à des personnages issus de ces sphères, notamment dans la seconde moitié du XIXe siècle avec des romans comme Les Misérables (1862) ou Germinie Lacerteux (1865) et sa préface dans laquelle les Goncourt affirment leur volonté de faire entrer « les basses classes » dans le roman. Plus récemment, le champ d’études anglo-saxonnes des « Disability Studies[3] » jette un éclairage nouveau sur le droit des personnes en situation de handicap, tandis que les travaux de l’historien aveugle Augustin Thierry (1795-1856) sont disponibles en ligne et invitent à repenser l’écriture de l’histoire[4].

Mais un discours fait aussi entendre les voix de personnages issus de la bourgeoisie ou de l’aristocratie qui se trouvent incapables d’agir, soit parce que velléitaires, à la manière de Frédéric Moreau dans L’Éducation sentimentale (1869), soit parce que le siècle ne leur donne plus la capacité d’agir, à la façon des personnages en proie au mal du siècle dans les oeuvres de la première moitié du XIXe. L’incapacité sociale n’est donc pas seulement le fait d’une privation juridique de moyens d’agir, elle peut aussi être envisagée comme le résultat d’un environnement, d’une époque, d’un penchant, qui rendent difficile l’action.

  • Philosophique 

Sur le plan philosophique, le sujet romantique, « animal malade par excellence » (F. Nietzsche, Généalogie de la morale, III, 13), devient à la fois l’objet de sa propre pensée ainsi que le support de réalités infinies. L’archétype du héros incapable a recours à son imagination créatrice qui donne naissance à un parfait alter-ego, sur lequel il projette ses désirs et ses fantasmes impossibles, tel Des Esseintes se vautrant dans la peinture de Gustave Moreau (Huysmans, À Rebours, V). Cependant, il est confronté au dépassement de soi, à une forme d’incapacité inhérente à sa conscience pensante en quête de puissance et de maîtrise de soi. La réaction face à cette souffrance culpabilisatrice est une insatisfaction permanente, une irritabilité et une incapacité à affronter cette même souffrance qui nie la vie. Dès lors, l’incapacité du sujet romantique se transforme en exaltation irrationnelle du réel qui est réduit à une apparition vouée à disparaître et à sombrer dans le nihilisme. Parallèlement, sur le plan éthique, il essaie de combler son incapacité en se tournant vers autrui qui est censé satisfaire un manque impossible à combler de part ses attentes irréalisables. Cela le met dans un état de dépendance faillible, à l’instar de Pierre Gringoire, à la fin de Notre-Dame de Paris (XI, I), dans l’irrésolution de sauver soit la chèvre, soit Esmeralda. À cette aune-là, l’incapacité devient un appel humanisant, inscrit dans le but d’instaurer une responsabilité sociale et politique, établissant une phénoménologie de « l’homme capable » (P. Ricœur, Parcours de la reconnaissance).

Dans une perspective de philosophie politique, la question des réformateurs sociaux pourrait constituer un terrain d’étude très intéressant par rapport à la question de l’incapacité, antonyme d’un des mots-clef du saint-simonisme (« à chacun selon ses capacités, à chaque capacité selon ses œuvres »).

  • Médical et sexuel 

Dès le début du XIXe siècle, la médecine se met au défi d’apporter une réponse au mystère du corps et à l’opacité de la chair, non plus seulement en l’observant, mais en le sondant, le pénétrant et l’explorant. Les corps malades, mutilés ou handicapés fascinent. Ainsi voit-on apparaître, dans la fiction, des personnages aveugles (Michel Strogoff dans le roman éponyme (1876) de Jules Verne, par exemple) ou sourds (pensons au père Bricolin dans Le Meunier d’Angibault (1845) ou au père Brulet dans Les Maîtres Sonneurs (1853) de George Sand). Les travaux sur la démence et l’hystérie féminine participent par ailleurs à la diffusion d’idées reçues sur l’incapacité congénitale des femmes à maîtriser leurs propres émotions, angoisses et pulsions. Sur le plan sexuel, la notion d’incapacité réapparaît a contrario à travers les questions de la frigidité et de l’impuissance qui structurent les imaginaires et les impératifs liés à la féminité et à la virilité au XIXe siècle. Dans « Le Rideau cramoisi » (Les Diaboliques, 1874), l’attitude soldatesque du vicomte de Brassard est quelque peu problématisée par le soupçon d’impuissance physique qui plane sur lui. Sand, quant à elle, dépeint le corps inopérant de Lélia (1833), en proie à une souffrance « froide, pâle, paralytique » qui l’empêche de réaliser pleinement les attentes liées à sa condition de femme. 

  • Poétique et esthétique

Sur le plan poétique, la conception romantique de l’artiste génial et inspiré s’est accompagnée de son envers : la figure de l’artiste incapable de créer. Que ce soit dans des écrits intimes ou dans ses œuvres, de Balzac aux frères Goncourt en passant par Flaubert, l’artiste – écrivain, peintre, sculpteur ou musicien –, est représenté en proie aux affres de la création ou incapable de réaliser le chef-d’œuvre auquel il aspire ; il se rapproche alors de l’impuissant au sens sexuel, image répandue qui contribue à exclure la femme de la sphère créatrice, en dépit même de la forme épicène du nom artiste. Au-delà de l’artiste, c’est le héros lui-même, parfois perçu comme son double, qui devient incapable de passer à l’action dans la seconde moitié du siècle, de Frédéric Moreau à Des Esseintes. Sur le plan esthétique, l’on pourra s’interroger sur la réception des œuvres par le public et sa capacité à les comprendre et les apprécier : cela peut aller de Stendhal, qui, dans les marges du Rouge et le Noir (1830), déplore l’impossibilité de toute comédie dans un siècle bourgeois et rongé par l’Ennui, à la réception différée d’un poète comme Mallarmé qui ne commence à être apprécié qu’au XXe siècle. À une échelle plus globale, on pourra s’intéresser aux limites que la mimésis semble avoir atteintes puis dépassées au XIXe siècle, ce qui se manifeste par des réflexions critiques sur le style, des recherches d’innovation, ou encore des tentatives de collaboration entre les arts, comme l’alliance de la plume et du crayon dans la caricature, trouvant son aboutissement dans le livre illustré. Dans une perspective comparatiste, on pourra s’intéresser aux différentes postures et représentations des écrivains européens, en s’appuyant sur les textes de Leopardi ou de Keats. 

Bibliographie

BENOÎT, Eric & SFAXI, Hafedh (dir.), Impuissance(s) de la littérature ?, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011

BENOÎT, Éric (dir.). Apories, paradoxes et autocontradictions : La littérature de l’impossible, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2013.

BOURGET, Paul, Essais de psychologie contemporaine, Paris, Lemerre, 1883 et 1885.

BRISSETTE, Pascal, La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2005.

CABANÈS, Jean-Louis, Le Négatif. Essai sur la représentation littéraire au XIXe siècle, Classiques Garnier, 2011. 

DOLFI, Anna (dir.), Malinconia, Malattia malinconica e letteratura moderna, Rome, Bulzoni, 1991. 

DUFOUR, Philippe, Flaubert ou la prose du silence, Paris, Nathan, coll. « Le texte à l’œuvre », 1997. 

FEUILLEBOIS, Victoire, « “Deformity is daring” Le stigmate physique à l’épreuve de la scène dans Le Difforme transformé (1824) de Byron », Feuillebois-Pierunek, Ève et Ben Lagha, Zaïneb (dir.), Étrangeté de l’autre, singularité du moi. Les figures du marginal dans la littérature, Classique Garnier, 2015, pp. 459-475.

JONARD, Norbert, L’Ennui dans la littérature européenne des origines à l’aube du XXe siècle, Paris, Champion, 1998.

PLANTÉ, Christine, La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Lyon, PU de Lyon, 2015.

ROUSSEL, Céline & VENNETIER Soline (dir.), Discours et représentations du handicap. Perspectives culturelles, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2019.

TORTONESE, Paolo, « L’artiste sans oeuvre », conférence du 25 mars 2011 au musée d’Orsay : https://www.musee-orsay.fr/fr/agenda/evenements/approches-sociologiques-de-lart-au-xixe-siecle-ii?tx_ttnews[backPid]=221&cHash=e5beee6327

WALLER, Margaret, The Male Malady. Fictions of Impotence in the French Romantic Novel, New Brunswick, Rutgers University Press, 1993.

[1] Durant la première année de notre séminaire, ces approches variées ont donné lieu à plusieurs études sur différents auteures et auteurs du XIXe siècle. Sans reprendre le programme, nous les mentionnons ci-après, à titre purement indicatif : Honoré de Balzac, Gustave Flaubert, Ivan Tourgueniev, Yu Dafu, Paul Bourget, les frères Goncourt, Victor Hugo, Eugène Sue et George Sand.

[2] Éric Benoît, Hafedh Sfaxi (dir.), Impuissance(s) de la littérature ?, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011.

[3] Céline Roussel, Soline Vennetier (dir.), Discours et représentations du handicap. Perspectives culturelles, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2019.

[4] Voir les archives disponibles en cliquant sur le lien suivant : https://archat.irht.cnrs.fr/

Changement d’équipe d’organisation du séminaire !

Mathilde Leïchlé, de Loïc Le Sayec, de Fanny Arama, d’Anne Orset et de Marie-Agathe Tilliette (dans l’ordre d’apparition sur la diapo).

L’équipe organisatrice des Doctoriales composée de Fanny Arama, Mathilde Leïchlé, Loïc Le Sayec, Anne Orset et Marie-Agathe Tilliette passe la main à Rose-Lucie Cahoua, Victor Kolta, Eva Le Saux, Betty Zeghdani et Corentin Zurlo-Truche pour le nouveau thème du séminaire qui occupera les deux prochaines années : Incapacité(s) au XIXe siècle.

Rose-Lucie Cahoua, Eva Le Saux, Victor Kolta, Corentin Zurlo-Truche et Betty Zeghdani (dans l’ordre d’apparition sur la diapo).

Séance des Doctoriales, samedi 21 mai 2022 : Charles Plet, Arthur Ségard (reportée) et choix du prochain thème.

La séance des Doctoriales du samedi 21 mai 2022 a eu lieu à la bibliothèque Seebacher et en ligne. Elle a été l’occasion d’entendre une communication de Charles Plet (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle et Université de Montréal) et de choisir le prochain thème du séminaire : Incapacité(s) au XIXe siècle. La communication d’Arthur Ségard (New York University) initialement prévue a été reportée à la journée d’étude de clôture.

  • Charles Plet (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle et Université de Montréal), « Penser la marge en régime catholique de production romanesque (1880-1914) ».

Les romanciers catholiques du tournant des xixe et xxe siècles panthéonisés par l’histoire littéraire (d’Aurevilly, Bloy et Huysmans) sont condamnés à une double marginalité, laquelle conditionne pour une bonne part leur(s) posture(s) et leurs pratiques d’écriture : ils occupent à la fois une position dominée dans le champ littéraire (du fait du point de vue catholique qu’ils promeuvent) et une position analogue dans le sous-champ des romanciers catholiques – qui n’admet pas les libertés qu’ils prennent avec la morale d’église et la théologie catholique. Si la critique s’est longuement penchée sur l’esthétique antiréaliste et la politique antidémocratique de ces écrivains (autrement dit sur ce qui contribue à faire d’eux des marginaux dans le champ littéraire global), elle s’est en revanche intéressée de manière beaucoup moins systématique à ce qui, dans leurs stratégies d’auteurs et leurs stratégies d’écriture, constitue tout ensemble la condition et le produit de leur marginalisation à l’intérieur du sous-champ littéraire catholique tournant-de-siècle.

C’est que pour ce faire, il faut d’abord reconnaître l’existence et définir précisément la forme que revêt un tel espace de normativité, sous-champ de forces et de luttes doté d’une histoire propre et de règles distinctes de celles du champ littéraire dans lequel il s’insère ; sous-champ dont les agents luttent sans cesse pour l’imposition de la définition légitime de la littérature catholique légitime. Car c’est seulement du point de vue de la structure spécifique du sous-champ des romanciers catholiques tournant-de-siècle (c’est-à-dire du point de vue relationnel) et de son principe de domination dominant (la moralité dans l’art bienveillant) que prennent sens les prises de position successives des « romanciers catholiques marginaux1 » – entendre : « hétérodoxes », et non « situés à la marge du sous-champ ». Ainsi ne peut-on comprendre jusqu’à son extrême limite le refus par Huysmans des basses intrigues (d’éducation morale, d’« éternel[s] adultère[s]2 ») tournant autour des femmes et des jeunes filles si l’on fait fi de la dominance numérico-axiologique de ce type d’intrigues au sein du sous-champ littéraire catholique (les romans d’amour catholiques à l’usage des jeunes personnes et autres « romans spiritualistes3 ») ou de ses abords directs (le « roman idéaliste » pullulant au cours des années 1870-1880 n’élude guère la mise en scène de l’adultère). De la même manière, comment comprendre la représentation bloyenne hétérodoxe (douloureuse et mystique) de La Salette si l’on ne met pas en lumière le lien structural qu’elle entretient avec la représentation catholique-orthodoxe (doucereuse et morale ou, mieux, moralement doucereuse) de Lourdes au même moment ?

Bref, il s’agira de montrer dans quelle mesure et jusqu’où l’on peut soutenir que les prises de position esthético-thématiques des romanciers catholiques hétérodoxes (en particulier Bloy) sont déterminées par la position marginale qu’ils occupent à l’intérieur d’un sous-champ littéraire catholique lui-même dominé dans le champ littéraire. Lorsqu’ils ne constituent pas une « littérature de désespérés », en effet, leurs produits romanesques substituent néanmoins la « dangereuse pédagogie de l’Abyme4 » (la Croix, les passions, les péchés, l’horizontale mystique) à l’édification par le Haut (la Résurrection, les vertus, le très vertical catéchisme) prônée par les romanciers catholiques dominants-orthodoxes, soutenus par la hiérarchie ecclésiale. C’est dire que la marginalité catholique dirige les auteurs qui la subissent du côté du catholicisme d’intérieur (« du dedans ») et non du catholicisme d’extérieur (« du dehors »), du côté de la mystique et de la théologie et non de la morale et du sentiment.

Corpus littéraire

 Léon Bloy, Le Désespéré, Paris, Tresse & Stock, 1887.

Léon Bloy, La Femme pauvre, Paris, A. Soirat, 1897.

Mots clefs : littérature catholique, xixe siècle, marginalité, orthodoxie, hétérodoxie

 

  • Arthur Ségard (New York University), « Les « monstres humains » sont-ils des marginaux ? Histoire et littérature ».

On imagine généralement les « marginaux » comme des exclus, au sens physique et géographique du terme : exclusion de certaines personnes hors de la communauté, de l’espace public, du champ du visible. Viennent à l’esprit la cour des Miracles où, la nuit, dans les bas-fonds de la ville, se réunissaient les infirmes, les voleurs et les gueux5 ; les léproseries, les asiles et les prisons, espaces de bannissement qui trouvent une certaine continuité « dans la géographie des lieux hantés6 » ; et même la gentrification qui relègue les classes populaires en dehors des villes et concentre, dans des espaces périphériques invisibilisés, celles et ceux qui ne se conforment pas au modèle de réussite néolibéral. Le freak show du XIXe siècle, comme dispositif de gestion de l’anormalité7, s’oppose fondamentalement à ces modèles dans la mesure où il ne repose pas sur la mise à l’écart et l’invisibilisation des corps, mais au contraire sur leur intégration à l’espace public. Ces corps, qui seraient aujourd’hui décrits comme handicapés, racisés ou non conformes aux normes de genre, étaient alors spectacularisés, placés au centre de l’attention, dans une position de visibilité superlative, en particulier grâce aux premiers médias de masse, la photographie et le cinéma, largement exploités dans ce cadre. Ils étaient également valorisés dans le sens où ils étaient producteurs de valeur, puisqu’on payait pour les voir et, au cours du XIXe siècle, certains freaks se sont considérablement enrichis (on estime notamment que Joseph Merrick, qui a inspiré le film Elephant Man de David Lynch, dans lequel son personnage est exploité par tous les autres et ne tire aucun bénéfice de ses performances, gagnait environ 20£ par semaine, ce qui correspondrait à peu près à 1000£ aujourd’hui).

Cette visibilité et cette valorisation sont évidemment loin de correspondre à un empowerment univoque, et certaines situations s’assimilaient bel et bien à de l’esclavage8. Et c’est bien sûr avant tout aux personnes « normales » (blanches, valides, conformes aux normes de genre) que ces spectacles s’adressaient. Jean-Jacques Courtine reprend la fameuse phrase de Canguilhem, « au XIXe siècle, le fou est à l’asile où il sert à enseigner la raison, et le monstre est dans le bocal de l’embryologiste, où il sert à enseigner la norme », pour la compléter : « Dans le bocal de l’embryologiste, mais encore et peut-être surtout sur la scène de l’entre-sort [la baraque foraine où l’on pouvait admirer les « phénomènes »]. […] Cela a donc été l’une des formes essentielles de la formation du pouvoir de normalisation au tournant du siècle : l’extension du domaine de la norme s’est réalisée à travers un ensemble de dispositifs d’exhibition de son contraire, de mise en scène de son image inversée.9 ». Le freak show est une manifestation particulièrement intéressante et complexe du « pouvoir de normalisation », dans la mesure précisément où il fonctionne à partir de l’anormal, de son exhibition, de sa valorisation. Il y avait bien sûr une forme de dualité dans ce type de spectacles : au sein d’une société normative comme celle du XIXe siècle, on conçoit que « la non-conformité incarnée10 » puisse être particulièrement fascinante.

L’exhibition des corps « anormaux » ou « monstrueux » pose une série de questions particulièrement subtiles autour des notions de norme et de normalisation, de visibilité et d’exclusion, des rapports de pouvoir qui se nouent dans du spectacle (le spectateur domine-t-il toujours « l’objet » qu’il regarde ?) et sur la façon dont une société définit son « Autre », son contre- modèle, ce qu’elle n’est pas ou ce qu’elle refuse d’être11. Je problématiserai ces questions en étudiant une série de cas historiques (Sawtche Baartman, Radica et Doodica) et de représentations littéraires de ces spectacles (L’Homme qui rit de Victor Hugo, Les Sœurs Vatard de Huysmans). Je mentionnerai aussi les usages politiques contemporains de l’histoire des freak shows et de la pratique d’exposition de corps considérés comme non conformes, notamment par des performers, des activistes ou des théoricien•ne•s queer qui remettent en question la normativité de genre.

Arthur Ségard (arthur.segard@nyu.edu) est doctorant à New York University (French/French Studies).

  1. Nous faisons référence au titre de l’ouvrage Les écrivains catholiques marginaux, actes du colloque organisé par le Centre de recherches Hannah Arendt les 29 et 30 avril 2009, Paris, Cujas, 2010. []
  2. M. J.-K. Huysmans, cité dans G. Le Cardonnel et C. Vellay, La Littérature contemporaine (1905). Opinions des écrivains de ce temps, Paris, Société du Mercure de France, 1905, p. 17. []
  3. J.-K. Huysmans, cité dans J.-M. Seillan, « Huysmans et les censeurs », art. cit., p. 105. []
  4. L. Bloy, Le Désespéré. Présentation, notes, documents, chronologie, bibliographie par P. Glaudes, Paris, Flammarion, 2010, p. 88 et 117. []
  5. Dominique Kalifa, Les bas-fonds : histoire d’un imaginaire, Seuil, 2013. []
  6. Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Gallimard, 1976 [1961], p. 84. Surveiller et punir : naissance de la prison, Gallimard, 1975, p. 201. []
  7. Dans Déchiffrer le corps. Penser avec Foucault (2011) Jean-Jacques Courtine considère le freak show comme un dispositif au sens foucaldien du terme, c’est-à-dire comme « un ensemble résolument hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref : du dit aussi bien que du non-dit, voilà les éléments du dispositif. » Michel Foucault, « Le jeu de Michel Foucault », Dits et écrits II, Gallimard, p. 298-329. []
  8. Benjamin Reiss, The Showman and the Slave: Race, Death, and Memory in Barnum’s America, Harvard UP, 2001. []
  9. Jean-Jacques Courtine, « La désincarnation des monstres. Des entre-sorts au cinéma » in Caiozzo Anne and Demartini Anne-Emmanuelle (dir.), Monstre et imaginaire social. Approches historiques, Creaphis, p. 273. []
  10. « The disabled figure speaks to this tension between uniqueness and uniformity. On the one hand, the disabled figure is a sign for the body that refuses to be governed and cannot carry out the will to self-determination. On the other hand, the extraordinary body is nonconformity incarnate. In a sense then, the disabled figure has the potential to inspire with its irreverent individuality and to threaten with its violation of equality. Indeed, I argue […] that a part of the fascination the freak show held for nineteenth-century Americans was this doubleness inherent in the extraordinary body. », Rosemarie Garland-Thomson, Extraordinary Bodies. Figuring Disability in American Culture and Literature, Colombia University Press, 1997, p. 44. []
  11. [Joice Heth] is the direct antithesis of the able-bodied, white, male figure upon which the developing notion of the American normate was predicated. This black, disabled woman commodified as freakish amusement testifies to America’s need to ratify a dominant, normative identity by ritually displaying in public those perceived as the embodiment of what collective America took itself not to be. » Garland-Thomson, id., p. 58-59 []

Séance des Doctoriales, samedi 9 avril 2022 : Gabrielle Veillet et Rachel Green

La séance des Doctoriales du samedi 9 avril 2022 s’est tenue à la bibliothèque Seebacher et en ligne.

Elle était composée des deux interventions suivantes :

  • Gabrielle Veillet (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / CRP19), « Des frontières du rire aux marges de la littérature : le cas de Lautréamont ». 

Dans Les Chants de Maldoror, Lautréamont pratique un rire anomal et paradoxal qui joue avec le lecteur en brouillant les conditions d’intelligibilité de l’œuvre. Ambigu, ce rire ne correspond pas au rire tel que le définissent la plupart des théories de la seconde moitié du XIXème siècle : les esthéticiens de l’époque le lient encore pour beaucoup à la morale et à la raison, seules capables de laisser émerger un rire que la tradition associe fortement à une axiologie. Autorisé dans l’espace clairement défini et circonscrit du comique, le rire n’est, dans l’héritage des comédies classiques, qu’un moyen au service de la morale. Si l’existence d’un rire qui serait son propre but est relevé par les esthéticiens, des Causes du rire de Léon Dumont en 1862 au Rire de Bergson en 1900, ceux-ci s’empressent néanmoins de reléguer un tel rire, qualifié de « mauvais », au second plan, et en évacuent l’analyse. Autrement dit, ils ne pensent pas encore le rire moderne qui émerge pourtant en cette seconde moitié de siècle et que Lautréamont met en œuvre dans ses Chants de Maldoror.

Les théories des esthéticiens étant alors dominantes dans la pensée de l’époque, la première réception de l’œuvre, dans les années 1880, ne relève pas le risible qui en est pourtant aux fondements. En effet, le groupe de poètes des Jeunes Belgique, les premiers à entériner la naissance du mythe Lautréamont, tend surtout à voir dans Les Chants de Maldoror l’œuvre géniale d’un fou, et en font une « lecture sérieuse, dénuée de toute ironie1 ». Max Waller, l’un des fondateurs de la revue, est peut-être le seul à avoir compris la portée grotesque de l’emphase de Lautréamont – lors de la lecture orale qu’il fait aux autres membres du groupe, il cherche d’abord et surtout à ridiculiser une œuvre dont il juge le style mauvais. Cependant, la représentation dominante des Chants restera, en cette fin de siècle, celle forgée par Léon Bloy à la fin des années 1880 : Lautréamont est « le plus déplorable, le plus déchirant des aliénés2 », l’auteur d’une œuvre blasphématoire et pourtant sérieuse, donc « terrible3 ». Dès lors, si la lecture initiée par Max Waller ne disparaît pas complètement, elle reste minoritaire et sert les arguments de ceux qui cherchent à discréditer l’œuvre et à en contester la valeur littéraire.

Nous montrerons donc que, parce que le rire des Chants de Maldoror se situe à la frontière du rire tel que défini par la majorité des esthéticiens du XIXème siècle, l’œuvre elle-même échoue dans les marges de la littérature : peu lue, elle n’est pas appréciée à sa juste valeur par des lecteurs qui n’en ont pas compris l’aspect risible et ont pris pour un exercice sérieux et d’un style douteux ce qui était aussi, et peut-être même d’abord, une opération de mystification visant à décontenancer le lecteur. Ce retour aux théories du rire et à la réception permettra de montrer comment, des marges du rire aux marges de la littérature, le rire de Lautréamont coïncide surtout avec les premières théories du rire moderne que sont celles de Baudelaire et de Hugo, et qui trouveront leur pleine affirmation au début du XXème siècle, lorsque les avant-gardes se saisiront de cette œuvre en marge pour l’ériger en nouveau modèle littéraire pour le surréalisme et l’humour noir.

Bibliographie indicative : 

ALEXANDRE Arsène, L’Art du rire et de la caricature, Paris, Ancienne maison Quantin, Librairies- imprimeries réunies, 1892.

BAUDELAIRE Charles, De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques (1868), Éditions Sillage, 2008.

BERGSON Henri, Le Rire (1900), éd. Daniel Grojnowski et Henri Scepi, Paris, Flammarion, coll.

« GF », 2013.

BLOY Léon, « Le Cabanon de Prométhée », in La Plume, n°33, 1er septembre 1890 ; repris dans

Belluaires et porchers, Paris, Stock, 1905, p. 1-19.

CHARRAUX Charles, Essai sur le rire et le sourire, in L’Ombre de Socrate, Paris, Durand et Pedone- Lauriel, 1878.

COURDAVEAUX Victor, Études sur le comique. Le rire dans la vie et dans l’art, Paris, Didier et Cie., 1875.

DUMONT Léon, Des Causes du rire, Paris, Durand, 1862.

GROJNOWSKI Daniel, Aux commencements du rire moderne. L’esprit fumiste, José Corti, 1997. HUGO Victor, L’Homme qui rit (1869), Paris, Le Livre de Poche, coll. « Les Classiques de Poche », 2002.

LAUTRÉAMONT, Œuvres Complètes, éd. Jean-Luc Steinmetz, Gallimard, coll. « La Pléiade », 2009.

LÉVÊQUE Charles, « Le rire : le comique et le risible dans l’esprit et dans l’art », in La Revue des deux mondes, n°47, septembre 1863, p. 107-139.

MICHIELS Alfred, “Essai sur le talent de Regnard et sur le talent comique en général”, éd. des œuvres de Regnard publiées par Delahays, 1854, tome I, p. I-XXX.

MICHIELS Alfred, Tableau des formes comiques, éd. des œuvres de Regnard publiées par Delahays, 1854, tome I, p. XXXI-XXXIV.

PENJON Auguste, « Le Rire et la liberté », in Revue philosophique de la France et de l’étranger, vol. 36, juillet 1893, p. 113-140.

PHILBERT Louis, Le Rire, essai littéraire, moral et psychologique, Paris, Librairie Germer-Baillière et Cie, 1883.

SALIOU Kévin, La Réception de Lautréamont, Paris, Classiques Garnier, 2021.

 

  • Rachel Green (chercheuse indépendante), « La « souillure » morale pour sortir de la boue parisienne dans l’œuvre balzacienne ». 

Autel primitif déplacé où la rançon d’un « [dé]pucelage moral » (Berthier, 2006, p. 13) est réclamée, le seuil de l’hôtel de la vicomtesse de Beauséant dans Le Père Goriot est un locus luciférien. Entre une posture de prière à genoux, position pour « lape[r] toute la boue […] entre » deux rues (Goriot, 2006, p. 118) et debout prête à « marcher sur le corps de son père » (Goriot, 2006, p. 281), « le Christ de la Paternité » (Goriot, 2006, p. 246 ; nous soulignons), Delphine de Nucingen — l’amalgame de Judas, de Machiavel et de Tantale —, « l’esclave de de Marsay » (Goriot, 2006, p. 118) et l’amante de Rastignac, sacrifie les derniers vestiges de sa vertu sur l’autel de cet hôtel (ig)noble. Baptême immoral validé aux yeux de Delphine, femme de banquier ostracisée de la haute société, qui voit dans cette ligne vicieuse un « tournant de vie » (Bakhtine, 1978, p. 389) : seul le fait « d’être admis[e] dans c[e] salo[n] dor[é] équiva[ut] à un brevet de haute noblesse » (Goriot, 2006, p. 74). Ailleurs dans ce roman d’éducation sociale, cette même distinction de franchir « le Rubicon parisien » (Goriot, 2006, p. 253) est décernée à Eugène de Rastignac, Rappelons le « parricide » commis par cet ancien illettré qui, après avoir « l[u] le grand livre de la société » (Gengembre, 1989, p. 7), « se pouss[e] sans pitié » (Dictionnaire des personnages, 1960, p. 830), se purge de sa pureté, sacrifiant sa conscience scrupuleuse et les « dernières gouttes de sang » de ses parents (Goriot, 2006, p. 129) sur l’autel de ce micro-univers qui rime avec enfer. Fils prodigue, « mordit » « par le démon du luxe » (Goriot, 2006, p. 107), celui-ci offre son trésor trempé de sang et de sueur au « veau d’or » et ne « je[t] » que « [q]uelques larmes, derniers grains d’encens […] sur l’autel sacré de [s]a famille » (Goriot, p. 124 ; nous soulignons). Le mouvement latéral sur l’axe horizontal de franchir le seuil des hôtels aristocratiques est ostensiblement un mouvement vertical, signe d’une dépravation morale qui résulte en une descente vers l’abîme. Le calcul froid, pourtant, de ce duo du Père Goriot pour sortir de la boue parisienne, matière qui symbolise au Paris du XIXe siècle « l’infériorité sociale » (Lascar, 2009, para. 19), est éclipsé par l’affreuse vengeance privée de la cousine Bette, figure marginalisée par excellence, qui s’efforce de sortir de la boue en manigançant de pousser sa famille titrée là-dedans. En nous appuyant sur l’idée médiévale de la géo-éthique, sur la pensée balzacienne d’une architecture anthropomorphique et sur les notions bakhtiniennes du « parvenu-espion » (Bakhtine, 1978, p. 274) et du « chronotope du seuil » (Bakhtine, p. 389), nous tenterons d’analyser comment Balzac instrumentalise la marginalisation socio-spatiale pour exposer les vices de ses personnages.

S’inscrivant dans la lignée de sa thèse de maîtrise ès arts en littérature française centrée sur la porte domestique dans l’œuvre balzacienne, Rachel Green examine actuellement en tant que chercheuse indépendante la porte dans son rôle narratologique, mécanisme clé stratégiquement placé dans l’œuvre pour rythmer les récits et construire les scènes charnières.

  1. Kévin Saliou, La Réception de Lautréamont, Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 82. []
  2. Léon Bloy, « Le Cabanon de Prométhée », in La Plume, n°33, 1er septembre 1890 ; repris dans Belluaires et porchers, Paris, Stock, 1905, p. 1-19, p. 6. []
  3. Léon Bloy, Ibid., p. 9. []

Séance des Doctoriales, samedi 19 mars 2022 : Rose-Lucie Cahoua et Alice Mugierman

La séance des Doctoriales du samedi 19 mars 2022 s’est tenue à Université Paris Cité et en ligne.

Elle était composée des interventions suivantes :

  • Rose-Lucie Cahoua (Université de Reims Champagne-Ardenne / CRIMEL), « Joseph Prudhomme : la norme à l’épreuve de la marge ». 

A première vue, rien de plus éloigné de la marge que la figure de Joseph Prudhomme, petit-bourgeois emblématique du XIXe siècle. Né en 1830 de la plume et du crayon de Henri Monnier en même temps que la Monarchie de Juillet, Joseph Prudhomme incarne cette large part de la société ralliée au pouvoir et vectrice des discours dominants à travers des textes littéraires, des saynètes et des caricatures. Henri Monnier lui fait revendiquer son statut de « type du bourgeois » dans le préambule des Mémoires de Monsieur Joseph Prudhomme en 18571 :

On a dit que j’étais le type du bourgeois ; je ne repousse pas cette qualification, bien au contraire : qui donc a plus le droit de parler à ce siècle bourgeois que le bourgeois lui-même ?

Car vous avez beau dire et beau faire, tout est bourgeois aujourd’hui.

[…] En attendant, vous n’êtes que des bourgeois, des bourgeois fieffés, tout ce qu’il y a de plus bourgeois au monde ; fils de monsieur Prudhomme !

Il est tentant de glisser du type au stéréotype et de s’en tenir à la figure de Joseph Prudhomme comme cible de satire. A cause de l’antagonisme du bourgeois de l’artiste, souvent représenté sous les traits d’un rapin mystificateur, Prudhomme se fige en bourgeois prétentieux, bête et dépourvu de bon goût, ce qui est sous-tendu par l’emploi assez libre de l’adjectif dérivé de son antonomase, prudhommesque ou un poème tel que « Monsieur Prudhomme » de Verlaine.

Pourtant, les diverses occurrences de M. Prudhomme et de ses avatars (César Birotteau, Jérôme Paturot, M. Homais, Bouvard et Pécuchet, Tribulat Bonhomet) révèlent une grande plasticité voire une trajectoire socio-économique, esthétique et poétique qui met en relation, voire en contact, le centre et la marge. Prudhomme, parangon de cette bourgeoisie en pleine ascension, est souvent représenté en présence de figures marginales, soit pour leur être opposé, soit, de manière plus étonnante, pour manifester une forme de fascination pour elles, propre à se muer en attraction. Aussi des déplacements de curseur s’opèrent-ils dans les deux sens : tantôt, MM. Prudhomme et consorts sont menacés d’être marginalisés au gré de soubresauts économiques, sociaux et politiques ; tantôt, le type semble mettre à distance la norme bourgeoise au profit d’autres figures marginales, notamment l’artiste, le saltimbanque (pensons à Bilboquet) ou le brigand (pensons à Robert Macaire). La poétique même du type Prudhomme invite à penser le couple entre marge et norme et à pratiquer un renversement dialectique suggéré par Balzac lorsqu’il écrit à propos de Minoret-Levrault qu’il était « original à force d’être commun »2.

Cette communication se propose donc d’étudier la figure de Joseph Prudhomme sous l’angle de la marge en relation avec les notions de norme, de centre et de modèle. Elle vise à battre en brèche le stéréotype de Monsieur Prudhomme et mettre en lumière certaines ambiguïtés inhérentes à ce type qui transcende les frontières socio-économiques, esthétiques et poétiques.

 

  • Alice Mugierman (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / CRP19), « Héroïnes marginales chez les Goncourt : déplacement du regard et redéfinition de l’espace des valeurs ».

Au seuil de Germinie Lacerteux (1865), Edmond et Jules de Goncourt signent une préface vindicative réclamant que « ce monde sous un monde, le peuple », soit placé au centre des préoccupations du genre romanesque et des auteurs « qui ont fait jusqu’ici le silence sur l’âme et le cœur qu’il peut avoir3. » Poursuivant ainsi leur projet d’une histoire « à côté » des grands événements et personnages, ils explorent des espaces périphériques peu arpentés – l’hôpital, la prison, les bas-fonds… – et les êtres qui y évoluent. Considérant en effet que les romanciers sont les « historien[s] des gens qui n’ont pas d’histoire4, » les deux frères s’intéressent aux vies minuscules, loin de la scène publique et historique – comme celles de la domestique Germinie ou de la bonne sœur Philomène dans leur roman de 1862 – et aux anormaux et aux bizarres, comme les prostituées et les prisonnières de La Fille Elisa (1877).

Victimes de l’incompréhension et de la surdité du public, les deux hommes focalisent leur attention sur des figures marginales car ils s’y identifient avec « des entrailles émues et fraternelles pour […] tout ce qui est écrasé sous la conspiration des idées et des sentiments du moment5. » Reconnaître aux marges une place considérable dans le roman contribue à réévaluer les notions de conformisme et d’exclusion pour mieux s’opposer à une vision bourgeoise consacrant les opinions majoritaires, ce que Tocqueville considère comme le propre de l’ère démocratique. Réactionnaires exilés dans ce monde postrévolutionnaire, les Goncourt écrivent le destin de personnages réduits au silence par leurs interactions sociales ou par les institutions pour affirmer l’existence des bannis, leur dignité et leur représentativité.

Nous montrerons donc comment le projet goncourtien de revalorisation des marges se matérialise à travers un « style artiste », antiacadémique et personnel, qui se définit par le goût d’une vérité originale et faite de détails plutôt que par un récit vraisemblable et généralisant, autant dans les événements décrits et dans leur organisation que dans le lexique. Cette langue vise à retranscrire au mieux la complexité psychologique et la parole des personnages, ainsi que la profondeur de leur réalité quotidienne. Notre étude nous conduira à analyser la façon dont s’opère leur légitimation sociale et historique, notamment à travers une représentation sublimée mais réaliste de la marginalité, construisant des valeurs qui questionnent les normes extratextuelles issues de l’idéologie bourgeoise : utilitarisme et théâtralisation des rapports humains, primauté de l’intérêt individuel, prompte condamnation à partir de préjugés.

Bibliographie indicative :

CABANES, Jean-Louis, et DUFIEF, Pierre, Les Frères Goncourt, Paris, Fayard, 2020.

GIRAUD, Barbara, L’héroïne goncourtienne. Entre hystérie et dissidence, Berne, Peter Lang, 2009.

GONCOURT (de), Edmond et Jules, Sœur Philomène, Paris, Charpentier, 1889 [1861]. GONCOURT (de), Edmond et Jules, Germinie Lacerteux, Paris, Flammarion, 1990 [1865].

GONCOURT (de), Edmond, La Fille Élisa, Paris, Flammarion, 2015 [1877].

GONCOURT (de), Edmond, Préfaces et manifestes littéraires, Paris, G. Charpentier, 1888.

GRENOUILLET, Corinne (dir.) et REVERZY, Éléonore (dir.), Les voix du peuple dans la littérature des XIXe et XXe siècles, Presses Universitaires de Strasbourg, 2006.

HAMON, Philippe, Le Personnel du roman. Le Système des personnages dans les Rougon- Macquart, Genève, Droz, 1983.

JOUVE, Vincent, Poétique des valeurs, Paris, PUF, 2001.

TOCQUEVILLE (de), Alexis, De la démocratie en Amérique, Paris, Pagnerre, 1848 [1835- 1840].

  1. Henri Monnier, Mémoires de Monsieur Joseph Prudhomme, tome 1, Paris, Jacottet, Bourdillat et Cie, 1858 [1857], p.2. []
  2. Balzac, Ursule Mirouët, présentation, notes, bibliographie et annexes par Philippe Berthier, Paris, GF Flammarion, 2013, p. 32. []
  3. Edmond et Jules de Goncourt, Préface de Germinie Lacerteux, 1864, in Préfaces et manifestes littéraires, Paris, G. Charpentier, 1888, p. 20-21. []
  4. Edmond de Goncourt, Préface de La Faustin, in Préfaces et manifestes littéraires, op.cit., p. 59. []
  5. Edmond et Jules de Goncourt, Journal des Goncourt : Mémoires de la vie littéraire (t.I), Paris, Robert Laffont, 1989, 25 mai 1860, p. 565. []

Séance des Doctoriales, samedi 19 février 2022 : « Sexualités, normes et marginalités »

La séance des Doctoriales du samedi 19 février 2022 sur le thème « Sexualités, normes et marginalités » s’est tenue à la bibliothèque Seebacher et en ligne.

Elle était composée des deux interventions suivantes :

  • Betty Zeghdani (Université Paul-Valéry, Montpellier 3 / RIRRA 21), « Filles de joies musulmanes (Théophile Gautier, Constantinople [1853], Paris, Fasquelle, 1899, p. 160.), courtisanes du désert (Guy de Maupassant, Au soleil [1884], dans Écrits sur le Maghreb, Paris, Minerve, 1988, p. 69.) et nobles prostituées (Op. cit., p. 70.) : prostitution et marginalité dans les récits de voyage en Orient au XIXe siècle ».

 « Après avoir passé un mois à Constantinople et avoir admiré cent mille yeux presque autant maquillés que ceux qui font l’ornement des bois de Boulogne, je suis parti sans savoir comment un nez de Turquesse est fait1. » ainsi Mérimée déplore-t-il l’inaccessibilité des femmes orientales, sans toutefois résister à une comparaison ironique aux célèbres « truqueuses du Bois2 ». Femmes-fantômes et captives enchaînées aux moucharabieh sont autant de métaphores de cette féminité orientale invisibilisée par les obstacles physiques et moraux que constituent, aux yeux des voyageurs, le voile et le harem. Au Caire ou à Constantinople, la religion et les mœurs musulmanes ont érigé en norme sociale et morale le retrait des femmes de la sphère publique. Dans cette insoluble dialectique entre le visible et l’invisible, le voilement et le dévoilement, ou encore la présence et l’absence, celles qui s’offrent au regard font figure d’exception, de marginales.

Rendues paradoxalement visibles par leur marginalité, les femmes publiques ((Ida Saint-Elme, La Contemporaine en Égypte, Paris, Ladvocat, 1831, t. III, p. 284.)) occupent une place centrale dans les récits de voyage et ont envahi les imaginaires occidentaux de la féminité orientale. Dans un siècle où l’amour vénal est devenu nécessité sociale ou antidote sentimental3, ces filles du soleil, apparemment « plus chaudes que les blanches4 », font réagir les voyageurs européens. Sonnini de Manoncourt note qu’en Égypte les courtisanes « sont les seules femmes qui marchent le visage découvert et parlent aux hommes en public », ce qui est, aux yeux des musulmans, « le comble de l’effronterie5 ». En faisant le choix du célibat, elles ont acquis une certaine indépendance qui les autorise à jouir plus librement de leur corps, et, au-delà, à en faire commerce. Lors d’une fantasia, Fromentin constate qu’Haouâ, jeune courtisane saharienne qu’il a rencontrée quelques jours plus tôt, est contrainte de se tenir à l’écart, telle une « fille[s] de parias ». Son ami Vandell lui explique qu’en raison de son statut, elle ne sera jamais admise dans la tente des mères de famille : « […] l’une ouvre sa maison, les autres ferment la leur. Toute la différence est dans un rideau : baissé, la femme est honnête ; levé, la femme ne l’est plus6. » Parmi les différents « profils » de prostituées figurent les danseuses. Maupassant décrit comment les danses des Ouled-Naïl du désert7 se prolongent sous les huttes, où ces « nobles prostituées » s’abandonnent à « leur[s] amant[s] d’une minute8 ». Les lieux de la prostitution sont ces « espaces marginaux du désir9 » que Guy Ducrey oppose à l’espace publique de la danse : des tréfonds d’un appartement du vieux Caire aux tentes plantées au milieu du désert.

Cette étude propose d’observer comment sont représentées, dans les récits de voyage en Orient du XIXe siècle, ces figures marginalisées par le genre, la race et la classe. Selon le profil du voyageur, les réactions divergent. Beaucoup rejettent catégoriquement ces femmes jugées indécentes, ces « objets déplaisants, en comparaison desquels la plupart des courtisanes d’Europe pourraient passer pour des divinités10. » Le discours des voyageuses sur les prostituées orientales est notamment construit sur la revendication d’une supériorité morale et civilisationnelle. Pourtant, la prostituée fascine. La distance culturelle éveille des fantasmes réprimés, inavoués. Certains ont des aventures avec des prostituées, et en font la matière piquante et scabreuse de leurs récits. En témoigne « Koutchouk-Hanem, l’almée de Flaubert » rendue célèbre par un article d’Auriant dans le Mercure de France11. D’autres feront de « ce[s] charmante[s] créature[s] » des objets de contemplation, à l’instar de Gautier dessinant Ayscha pendant son sommeil12.

La place importante accordée à ces femmes marginales, dont le mode d’existence se heurte aux principes moraux qui régissent la société française du XIXe siècle, semble permise par la liberté et la plasticité génériques du récit de voyage. Ce geste littéraire a pourtant une lourde portée idéologique qui amène à interroger l’impact de cet ancrage de la figure de la prostituée dans l’imaginaire occidental de la femme exotique.

Éléments provisoires de bibliographie :

Les textes proposés à l’étude sont des récits de voyageurs et de voyageuses français en Orient du XIXe siècle. Parmi eux, certains sont très célèbres (Flaubert, Gautier ou encore Nerval), d’autres sont moins connus (Joseph Michaud, Sonnini de Manoncourt ou encore Ida Saint- Elme). 

ALLOULA, Malek, Le harem colonial, Images d’un sous-érotisme, Paris, Éditions Séguier, 2001.

AUROUSSEAU, Patrick, « Le regard porté sur les prostituées en Algérie, un modèle de domination occidental ? », Viatica [En ligne], n°5. URL : https://revuesmsh.uca.fr:443/viatica/index.php?id=964 Dernière consultation : 29/10/21.

BOULOUMIÉ, Arlette (éd.), Figures du marginal dans la littérature française et francophone, Recherches sur l’imaginaire, n°29, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2003.

BRAHIMI, Denise, Maghrébines, Portraits littéraires, Paris, Awal/L’Harmattan, 1995.

CORBIN, Alain, Histoire de la virilité, 2. Le triomphe de la virilité, le XIXème siècle, Paris, Éditions du Seuil, 2011.

—, Histoire du corps, 2. De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

DUCREY, Guy, Corps et graphies : poétique de la danse et de la danseuse à la fin du XIXème siècle, Paris, Honoré Champion, 1996.

EL MELNASSI, Asmaa, L’Orientale des Romantiques, entre voilement et dévoilement où l’ambiguïté de l’identité, Astrolabe [En ligne], n°45, mai/juin 2014. URL : https://astrolabe.msh.uca.fr/mai-juin-2014/dossier/l-orientale-des-romantiques Dernière consultation : 29/10/21.

HENTSCH, David, L’Orient imaginaire, la vision occidentale de l’Est méditerranéen, Paris, Éditions de Minuit, 1988.

JUILLIARD, Colette, Imaginaire et Orient : l’écriture du désir, Paris, L’Harmattan, 1996. SAÏD, Edward, L’Orientalisme, L’Orient crée par l’Occident [1978], trad. fr. par Catherine Malamoud, Claude Wauthier et Sylvestre Meininger, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points histoires », 2005.

PARENT-DUCHÂTELET, Alexandre, La prostitution à Paris au XIXème siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1981.

ROUSSEAU, Marjorie, « La prostituée au XIXème siècle : vers une vacance du personnage romanesque », Les chantiers de la création [En ligne], n°4 « La vacance », 2011. URL : https://journals.openedition.org/lcc/365 Dernière consultation : 29/10/21.

TARAUD, Christelle, « La prostituée indigène à l’époque coloniale », Quasimodo [En ligne] n°6 « Fictions de l’étranger », Montpellier, printemps 2000. URL : http://www.revue- quasimodo.org Dernière consultation : 29/10/21.

Professeur agrégée de Lettres modernes, enseignante au département de Lettres de l’université Paul-Valéry, Montpellier 3. Doctorante contractuelle en deuxième année de thèse sous la codirection de Corinne Saminadayar-Perrin et de Sarga Moussa au sein du RIRRA 21, Université Paul-Valéry, Montpellier 3.

 

  • Loup Belliard (Université Grenoble-Alpes / Litt&Arts), « Aux marges de l’intime : Personnages sans sexualité dans les romans de Victor Hugo ».

Michel Foucault l’a démontré, la fin du XVIIIe siècle, et plus encore le XIXe siècle, s’est caractérisé par une production grandissante de discours et d’analyses sur la sexualité. De la médecine à la littérature, en passant par le domaine juridique, on cherche à catégoriser tous les comportements, et surtout à questionner ceux qui sortent de la norme. Jamais l’homosexualité, l’onanisme, l’hystérie ou la bestialité n’ont été autant considérés, examinés, problématisés ; et les effets de cette véritable fascination se ressentent, dans une certaine mesure, au cœur de la production romanesque de l’époque, qui met en scène des personnages aux prises avec une socialisation sexuelle et sensuelle toujours plus complexe et explicite.

Pourtant, dans cette période encore empreinte d’une part d’une certaine morale révolutionnaire encourageant l’oubli de ses pulsions personnelles au profit d’une cause commune, et témoin d’autre part d’un renouveau de l’attachement aux valeurs religieuses, on trouve au détour des œuvres des auteurs du premier XIXe siècle des personnages sans désir, se tenant en marge de ces scénarios sexuels. C’est particulièrement le cas chez Victor Hugo, qui met régulièrement en scène des protagonistes montrant une vie intime singulière, en dehors de la socialisation et des scénarios sexuels. Du « mouchard vierge » Javert des Misérables au révolutionnaire ascète Cimourdain dans Quatrevingt-treize, les figures sans sexualité jalonnent les romans hugoliens, personnages ambigus, toujours marginaux d’une manière ou d’une autre, et surtout étrangement magnifiés. Là où Balzac, dans la Comédie Humaine, fustige les « célibataires » qu’il considère comme contraires au bon fonctionnement social, et où plus tard les naturalistes traiterons le manque de désir en pathologies de la dégénérescence, Hugo marque plutôt un respect profond pour la chasteté de ses personnages, laquelle s’exprime toujours comme le symptôme d’un tempérament d’exception.  

Pourquoi cette récurrence de personnages pensés comme en marge du dispositif de sexualité, dans un contexte d’écriture où la société problématise toujours davantage le sexe ? Il s’agit de se demander à quelles valeurs cette non-sexualité peut être rattachée : qu’il s’agisse de vertus chrétiennes, alors même que les personnages de notre corpus ne sont en aucun cas des religieux, ou d’un idéal d’abnégation se rattachant peut-être à une certaine mythologie post-révolutionnaire du surhomme.

  1. Prosper Mérimée, « Lettre à Lise Przezdziecka du 14 juillet 1867 », Correspondance Gérénale, Toulouse, Privat, 1953-1964, vol. 11, tome 7, p. 545. []
  2. Référence au titre de Jean Lorrain, La Truqueuse du bois, dans Une femme par jour, Paris, Éditions Guillaume, Lotus Bleu, 1896, p. 73-81. []
  3. D’après Alain Corbin, Histoire de la virilité, Paris, Seuil, 2011. []
  4. Gustave Flaubert, Dictionnaire des Idées reçues, Paris, L. Conard, 1910, p. 438. []
  5. Charles-Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt, Voyage dans la Haute et Basse Égypte, Paris, F. Buisson, 1798, t. III, p. 148. []
  6. Eugène Fromentin, Une Année dans le Sahel, Paris, Michel Lévy frères, 1859, p. 321. []
  7. Patrick Aurousseau a étudié, dans « Le regard porté sur les prostituées en Algérie, un modèle de domination occidental ? », l’exemple des Ouled-Naïl chez Fromentin, Maupassant et Gide. []
  8. Guy de Maupassant, Au soleil, op. cit., p. 70. []
  9. Guy Ducrey, Corps et graphies : Poétique de la danse et de la danseuse à la fin du XIXe siècle, Paris, Honoré Champion, 1996, p. 53. Il parle notamment de la symbolique des coulisses. []
  10. Charles-Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt, Voyage dans la Haute et Basse Égypte, op. cit., p. 147. []
  11. Alexandre Hadjivassiliou dit Auriant, Koutchouk-Hanem, l’Almée de Flaubert, in « Le Mercure de France », Paris, 1943. []
  12. Théophile Gautier, Voyage pittoresque en Algérie, Paris, La Boîte à Documents, 1989, p. 100-103. []

Séance des Doctoriales, samedi 22 janvier 2022 : Marceau Levin et Justine Richard

La séance des Doctoriales du 22 janvier 2022 s’est tenue de 10h à 13h à la bibliothèque Seebacher et en ligne.

Elle était composée des interventions suivantes :

  • Marceau Levin (ENS de Lyon, IHRIM), « Les biographies contemporaines au XIXe siècle : abolir les marges ».

Centre partout, circonférence nulle part : tel semble être le programme des biographies contemporaines au XIXe siècle, ces biographies écrites par des contemporains sur des contemporains, désignés comme « célébrités » ou « personnages du jour », dont les publications se multiplient notamment sous le Second Empire. Ces recueils de biographies des vedettes du moment, héritières des ambitions totalisantes et de l’« expositionite »1 du siècle, présentent un monde des célébrités clos sur lui-même, fini ; chaque vedette y est isolée, sa vie épuisée dans les moindres détails, réduite à un destin linéaire. La volonté de tout dire au sujet du biographié rejoint celle de cartographier la société entière en sélectionnant ses « contemporains » les plus représentatifs : la contemporanéité n’est pas un donné mais une qualité élective ; on ne naît pas contemporain, on le devient. Les biographies contemporaines, dans toute leur diversité (des séries satiriques et caricaturales de Nadar au sérieux Dictionnaire universel des contemporains, de Gustave Vapereau), exposent un monde sans marges : le seul mouvement de ces recueils est centripète, la vie de chaque vedette étant tendue vers un élément qui les unit toutes : l’appartenance au temps présent, à un groupe social donné (les journalistes, par exemple), à une époque glorieuse (l’Empire, par exemple)… Presque toutes ces séries biographiques se parent d’une ambition noble (et totalisante) : « servir à l’histoire du XIXe siècle », « faciliter la tâche des historiens futurs » : en d’autres termes, offrir aux historiens de l’avenir des documents prêts à l’emploi pour une histoire préfabriquée.

Toutefois la biographie, comme le biographe, sont marginalisés. Parasite, assimilé à un chiffonnier, à un mendiant, à un escroc voleur faisant chanter les honnêtes gens, le biographe de contemporains a mauvaise presse au XIXe siècle. Le marché des biographies contemporaines explosant, les vedettes se voient assaillies par des littérateurs minores, mandatés par des éditeurs soucieux de faire recette, à la recherche d’informations biographiques. L’un des principaux responsables de cette vision négative du biographe est Eugène de Mirecourt, dont la série des Contemporains, qui commence à paraître en 1853, défraye la chronique : les procès en diffamation (tous perdus par Mirecourt) s’enchaînent au rythme des brochures scandaleuses qui biographient à grand renfort de jugements réactionnaires et d’accusations injurieuses les vedettes du moment. La naissance de la vie privée comme catégorie intellectuelle et juridique au XIXe siècle institue le biographe, ancêtre du paparazzo, comme un voyeur cherchant à assouvir les instincts les plus vils du public, en dévoilant les dessous des célébrités. La biographie elle-même, comme genre historique, est méprisée par les historiens du temps qui privilégient une vision plus générale, moins attachée aux basses anecdotes. Toujours suspecte d’être une réclame dissimulée, un texte alimentaire écrit à la va-vite par un prolétaire des lettres2 , un dévoiement de l’histoire, une atteinte à la pudeur, la biographie contemporaine fait partie des productions marginales et marginalisées de l’époque, mais aussi de l’histoire littéraire.

C’est à l’étude de ce paradoxe d’un petit genre méconnu qui depuis la marge écrit le centre que la présente contribution souhaite s’atteler. Je chercherai à en rendre compte et à l’illustrer précisément, avant de tenter de l’interpréter.

Doctorant en littérature française, Marceau Levin prépare une thèse sous la direction d’Olivier Bara (Université Lumière Lyon 2) et d’Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) portant sur les biographies contemporaines au XIXe siècle. Agrégé de lettres modernes, il est actuellement ATER en littérature française à l’Université Lumière Lyon 2.

  • Justine Richard (Université de Caen Normandie), « Richepin bohémien : Portrait de l’artiste en hercule de foire ».

Au XIXe siècle, la figure plurielle et nébuleuse du vagabond est pour l’écrivain une heureuse et féconde source d’inspiration. Parce qu’il est marginalisé, le personnage de foire et la figure clownesque sont pour lui une source d’identification3.

Le monde forain est marginal à plus d’un titre, bien qu’il ne soit pas la forme de nomadisme connaissant l’image la plus dépréciative4. Comme l’a parfaitement illustré Starobinski, « Le monde du cirque et de la fête foraine représentait, dans l’atmosphère charbonneuse d’une société en voie d’industrialisation, un îlot chatoyant de merveilleux5 ».

Auteur bohème de la seconde moitié du XIXe siècle, Jean Richepin est à la croisée de ces différents imaginaires du nomadisme : il les compile, représenté tantôt en forain, en bohémien, en bohème ou en tzigane. Son image d’auteur est intimement liée à son apparence d’hercule de foire oriental, type original du saltimbanque et posture peu incarnée par les auteurs du XIXe siècle. La critique contemporaine à Jean Richepin utilisera à outrance cette analogie tout au long de la carrière de l’écrivain qui a la fortune de posséder, à l’instar de Monsieur de Canalis, « ces yeux d’un éclat oriental qu’on demande aux poètes6 ».

En même temps, Jean Richepin lui-même s’intéresse au nomadisme du monde forain. Le 21 décembre 1872, il publie dans La Renaissance Littéraire et Artistique un article intitulé « Le dernier des gymnastes » et ayant pour sujet la mort de Léotard. Au théâtre, il monte Le Chemineau et Miarka, la fille à l’Ourse, pièce adaptée de son roman éponyme et faisant l’éloge de la vie sur les routes.

Tandis que Starobinski insiste sur l’analogie entre l’artiste et la représentation du clown et des figures androgynes de la danseuse et de l’acrobate, on remarque que Richepin incarne davantage une figure virile de démonstration de force pure. Ainsi, la posture d’auteur de Richepin peut être considérée comme marginale également dans le sens où elle se développe à rebours des imaginaires du corps de l’auteur et notamment de ce que Daniel Fabre a appelé le « corps pathétique de l’écrivain7 ». L’immobilisme apparaît comme une condition intrinsèque à l’exercice de l’écriture en même temps que la source de la plupart des problèmes de santé des gens de lettres8. Les frères Goncourt, grands ennemis de la bohème littéraire, estiment que la dépense musculaire est incompatible avec l’exercice de l’écriture9. Jean Richepin se désolera de cette doctrine de l’homme moderne.

L’homme moderne est laid, chétif, enfiévré. Il affecte le mépris des corps qui sont beaux, forts et sains. Il pense volontiers qu’on ne peut avoir ni cervelle dans une tête d’athlète, ni cœur dans une poitrine d’hercule. L’homme moderne ressemble au renard qui a la queue coupée10..

Pour terminer, il est important de soulever que la question du corps de l’écrivain est elle- même marginale. Comme l’a bien expliqué Paul Dirkx dans son ouvrage Corpus et corps de l’écrivain, la question du corps de l’auteur n’a pas été suffisamment questionnée. S’intéresser au corps de l’écrivain, c’est donc s’intéresser à un objet marginal de la critique littéraire, qui serait pourtant « l’incarnation de la jonction entre la socialité et le produit littéraire fini11 ».

Afin d’illustrer plus clairement mon propos, je me permets de vous joindre ci-dessous trois extraits qui appuieront ma communication.

Adrien Marx, « Jean Richepin », in Silhouettes de mon temps, Librairie de la société des gens de lettres (Paris, 1889), p. 155.

L’ex-fort en thème se souvenait qu’il avait des mollets de fer et des reins indomptés, et il entrait, en qualité de lutteur appointé, dans les baraques foraines. Il eut, comme tombeur d’hommes, des heures demeurées célèbres dans les fastes du caleçon. Les journaux chantèrent ses muscles et racontèrent ses biceps. Ses parents, désolés d’avoir engendré un Hercule alors qu’ils pensaient avoir mis au monde un savant, versaient des larmes le croyant perdu pour les lettres, et maudissant sa robustesse qui le condamnait à mourir dans le maillot du saltimbanque.

Léon Roger-Milès, « Les Poètes Français contemporains », Le Monde poétique, 1887, p. 55.

Ceux qui lui plaisent, ce sont les saltimbanques, les bohémiens, tous les nomades, qui ont pour toit, le ciel bleu, et pour pays, le monde entier ; ces errants qui ne se reposent jamais et dont la vie au grand jour est pourtant toute entourée de mystère ; ces petits artisans de l’art, qui n’ont pas l’habitude du talent, mais brillent quelquefois de l’éclat du génie. Ah ! ceux-là Richepin les a étudiés, il les a suivis ; il les aime et les fait aimer.

Jules Lemaître, Les Contemporains : études et portraits littéraires, Troisième série, Société française d’imprimerie et de librairie, 1898, p. 313.

Jean Richepin est un écuyer de cirque, ou plutôt un beau saltimbanque — non pas un de ces pauvres merlifiches, hâves, décharnés, lamentables sous leurs paillons dédorés, les épaules étroites, les omoplates perçant le maillot de coton rosâtre étoilé de reprises, — mais un vrai roi de Bohême, le torse large, les lèvres rouges, la peau ambrée, les yeux de vieil or, les lourds cheveux noirs cerclés d’or, costumé d’or et de velours, fier, cambré, les biceps roulants, jonglant d’un air inspiré avec des poignards et des boules de métal ; poignards en fer-blanc et boules creuses, mais qui luisent et qui sonnent.

Bibliographie indicative :

Brissette, Pascal, et Anthony Glinoer, éd. Bohème sans frontière, Interférences, Rennes : Presses Univ. de Rennes, 2010.

Fabre, Daniel. « Le Corps pathétique de l’écrivain ». Gradhiva 1, no 25, 1999, p. 1-13.

Genevray, Françoise. « Bohême, Bohème, Bohémien : autour de George Sand ». In Université Jean Moulin Lyon 3. webmaster web-recherche, 2003. https://www.univ-lyon3.fr/boheme-boheme-bohemien-autour-de-george-sand.

Goudeau, Émile, et Trézenik, Léo, Dix ans de bohème : suivi de Les hirsutes de Léo Trézenik, Édité par Michel Golfier, Collection Dix-neuvième. Seyssel : Champ Vallon, 2000.

Goulemot, Jean Marie, et Oster, Daniel, Gens de lettres, écrivains et bohèmes : l’imaginaire littéraire, 1630-1900. Paris : Minerve, 1992.

Richepin, Jean, « Le dernier des gymnastes », La Renaissance littéraire et artistique, 18 mai 1872. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62688292/f1.image.

Starobinski, Jean, Portrait de l’artiste en saltimbanque, Les sentiers de la création 125, Genève : Skira, 1983.

Tissot, Samuel, De la santé des Gens de Lettres. F. Grasset & comp. Lausanne, 1768.

Wagneur, Jean-Didier, « BOHÈME ». Encyclopædia Universalis. Consulté le 27 novembre 2020. http://www.universalis.edu.com/encyclopedie/boheme/.

Wagneur, Jean-Didier, « L’invention de la bohème : entre bohème et bohême », In Bohème sans frontière, édité par Pascal Brissette et Anthony Glinoer, 85-102, Interférences, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2016. http://books.openedition.org/pur/40214.

Wagneur, Jean-Didier, éd. Les bohèmes : 1840 – 1870 : écrivains ; journalistes ; artistes, Les classiques de Champ Vallon, Seyssel : Champ Vallon, 2012.

Wagniart, Jean-François, Le vagabond à la fin du XIXe siècle, Socio-histoires, Paris : Belin, 1999.

  1. Philippe Hamon, Expositions. Littérature et architecture au XIXe siècle, Paris, José Corti, 1989, p. 14. []
  2. Les grandes entreprises biographiques, comme le Vapereau mais aussi le Larousse ou les Biographies universelles (Michaud et Hoefer étant les plus connues) n’échappent pas à ces reproches. []
  3. Jean Starobinski Portrait de l’artiste en saltimbanque. Les sentiers de la création 125. Genève : Skira, 1983, 147 p. []
  4. « Si les gens de la route, saltimbanques, colporteurs, marchands et chanteurs ambulants sont inquiétés pour délit de vagabondage, il ne se développe pas autour d’eux une angoisse identique à celle que les tsiganes peuvent provoquer » dans Jean-François Wagniart, Le vagabond à la fin du XIXe siècle. Socio-histoires. Paris : Belin, 1999, p. 35. []
  5. Jean Starobinski Portrait de l’artiste en saltimbanque. Les sentiers de la création 125. Genève : Skira, 1983, p. 7. []
  6. Honoré de Balzac, Modeste Mignon [1844], Folio classique, 1982, p. 92. []
  7. Daniel Fabre, « Le Corps pathétique de l’écrivain » dans Gradhiva 1, no 25, 1999, p. 1-13. []
  8. Samuel Tissot, De la Santé des Gens de lettres, Lausanne : F. Grasset & comp., 1768, 246 p. []
  9. Stéphanie Champeau, La notion d’artiste chez les Goncourt (1852-1870). Romantisme et modernités 33. Paris : Genève : H. Champion, 2000, p. 105 []
  10. Jean Richepin, « Le dernier des gymnastes » dans La Renaissance Littéraire et artistique, p. 274. []
  11. Paul Dirkx, « Éditorial : Corpus et corps de l’écrivain » dans Sociologie de l’Art OPuS 19, no 1, 2012, p. 8. https://doi.org/10.3917/soart.019.0007. []

Journée d’étude / De la marge au scandale

La journée d’étude de clôture du séminaire de deux ans des Doctoriales de la SERD portant sur les marges et la marginalité au XIXe siècle s’est tenue le 9 juin au centre Jacques Seebacher.

L’appel à communication est disponible ici.

Organisation : Fanny Arama, Claire Lépinay et Agnès Parmentier.

PROGRAMME

Matin

9h30 – Accueil des participants

10h – Mot d’introduction

10h15 – Camille Brun (Aix-Marseille Université) : « Discours préfaciels au XIXe siècle : entre marge et scandale »

11h – Blandine Lefebvre (Université Sorbonne Nouvelle) : « Journalistes, écrivains et bretteurs : le duel à la fin du XIXe siècle, entre scandale et publicité »

11h 45 – Mathilde Leïchlé (INHA et Université Paris Cité) :  « Les violeurs sont-ils des monstres comme les autres ? Norme, marginalité et scandale dans les représentations des violeurs du second dix-neuvième siècle en France. »

Questions – Discussion

12h45 – 14h : déjeuner

Après-midi

14h 30 – Claire Dupin de Beyssat (Université François Rabelais de Tours) : « Des succès de scandale ? Recherche de subversion dans la construction des réputations artistiques »

15h 15 – Louise de Sédouy (Université Bordeaux Montaigne) : « Pratiques spectaculaires à la marge au XIXe siècle : des Galeries de Durand au Théâtre des Folies bordelaises »

16h – Arthur Ségard (New York University) : « Le freak show au XIXe siècle: les monstres humains sont-ils des marginaux ? Littérature et histoire »

16h45 – Alexandre Burin (Durham University) : « Faire scandale : un dispositif littéraire et médiatique : Rachilde, Lorrain, Colette »

Questions – Discussion

Doctoriales de la SERD / Marges et marginalités au XIXe siècle (2020-2022) / Calendrier des séances de la deuxième année

Samedi 23 octobre 2021, Paris, musée d’Orsay : « Signac collectionneur : la marge et le centre dans la collection d’un artiste du tournant du XXe siècle », visite guidée de Mathilde Leïchlé (Université Paris Cité, CERILAC / INHA).

Samedi 20 novembre 2021, Université Paris Cité, bibliothèque Seebacher et en ligne : « Savants à la page, savants à la marge. Paradoxes de l’ethos scientifique au XIXe siècle », communications d’Anne Orset (Sorbonne Université) et Blanche Acloque (Université d’Artois).

Samedi 4 décembre 2021, Université Paris Cité, bibliothèque Seebacher et en ligne : communications de Maxime Dublander (UC Louvain) et Laetitia Saintes (Université du Luxembourg, chercheuse postdoctorale dans le cadre du projet FEATHER).

Samedi 22 janvier 2022, Université Paris Cité, bibliothèque Seebacher et en ligne : communications de Marceau Levin (ENS de Lyon, IHRIM) et Justine Richard (Université de Caen Normandie).

Samedi 19 février 2022, Université Paris Cité, bibliothèque Seebacher et en ligne : « Sexualités, normes et marginalités », communications de Betty Zeghdani (Université Paul-Valéry, Montpellier 3 / RIRRA 21) et Loup Belliard (Université Grenoble-Alpes / Litt&Arts).

Samedi 19 mars 2022, Université Paris Cité, bibliothèque Seebacher et en ligne : communications de Rose-Lucie Cahoua (Université de Reims Champagne-Ardenne / CRIMEL) et Alice Mugierman (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / CRP19).

Samedi 9 avril 2022, Université Paris Cité, bibliothèque Seebacher et en ligne : communications de Gabrielle Veillet (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / CRP19) et Rachel Green (chercheuse indépendante).

Samedi 21 mai 2022, Université Paris Cité, bibliothèque Seebacher et en ligne : communication de Charles Plet (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle et Université de Montréal) et choix du prochain thème. Communication d’Arthur Ségard (New York University) reportée.

Samedi 9 juin 2022, bibliothèque Seebacher : Journée d’étude « De la marge au scandale au XIXe siècle ». Appel à communication et programme.

Pour retrouver le calendrier de la première année, c’est ici !

Séance des Doctoriales, samedi 4 décembre 2021 : Maxime Deblander et Laetitia Saintes

La séance des Doctoriales du mois de décembre s’est tenue le samedi 4 décembre, de 10h à 13h, dans la bibliothèque Jacques Seebacher (Université de Paris, Grands Moulins, bâtiment A, 2ème étage). Cette séance s’est déroulée en mode “hybride” ; elle était donc accessible à distance, via Zoom.
 

La séance était composée des deux interventions suivantes : 

  • Maxime Deblander (Université catholique de Louvain), « Que sont les marges d’un courant ? Huysmans et le “naturalisme spiritualiste” ». 

Est-il pertinent de parler des marges d’un courant, c’est-à-dire de ses bordures, de ses œuvres limites, celles qui s’en détachent, mais continuent d’y appartenir par certains aspects ? Peut-on concevoir les marges du naturalisme comme une extension de son programme à des genres non romanesques tels que la poésie ? Ces marges sont-elles analysables sur le plan des œuvres ou sont-elles tributaires uniquement des positionnements médiatiques des écrivains ou encore du discours des critiques qui ne savent que faire des trajectoires dites « inclassables » ?

Ces problématiques, nous entendons contribuer à les éclairer en étudiant ce « naturalisme spiritualiste » que propose Joris-Karl Huysmans dans Là-Bas1. Comme le note Jean-Marie Seillan, l’écrivain n’a jamais abandonné la méthode expérimentale, compilant archives et notes préparatoires2. L’identification d’une telle continuité au sein du projet huysmansien invite à reconsidérer la rupture qu’aurait opérée la publication d’À rebours (1884) tant du point de vue de la trajectoire personnelle de l’écrivain que de celui de « la crise du roman »3, dont elle serait un signe particulier. D’autant plus que d’autres publications des années 1880 ont revendiqué une prise de distance avec le naturalisme (notamment La Faustin de Goncourt). Après avoir longtemps défendu qu’À rebours était le clivage de l’œuvre, la critique, quant à elle, invite plutôt à concevoir la carrière de Huysmans sur fond de continuité4. Telle est, par exemple, la perspective de Stéphanie Guérin-Marmigère qui considère que « le naturalisme constitue un invariant de la poétique huysmansienne »5.

Prenant appui sur les développements récents de la critique, on montrera comment Huysmans rompt moins avec le naturalisme qu’il en explore les marges afin de le renouveler. Dès ses débuts, il a exploité sa position singulière dans le champ artistique, ce que Dominique Maingueneau nomme sa « paratopie »6, en rendant visible son ascendance néerlandophone et sa filiation artistique. À cet égard, on pourrait étendre à Huysmans ce que Jean-Pierre Bertrand écrit au sujet d’un « naturalisme typiquement belge » qui « déjoue les catégories esthétiques reçues et fait se rejoindre des courants improbables »7. Ceci permettrait d’insister sur la force d’innovation dont l’œuvre de Huysmans a fait preuve et ainsi de nuancer l’idée selon laquelle son naturalisme serait une copie de celui de Zola. Pour preuve, notons que le motif de la « prostituée-actrice » n’a pas été introduit par Zola, mais par Huysmans qui fait paraître Marthe en 1876, quatre années avant Nana (1880). En définitive, à travers ces analyses, l’ambition de cette contribution est d’éclairer ce processus par lequel un écrivain explore les marges du courant auquel il appartient afin de se ménager une position singulière dans le champ littéraire de son temps.

1 Joris-Karl Huysmans, Là-Bas, préface de Yves Hersant, Gallimard, coll. « folio », 1985, p. 31.

2 Jean-Marie Seillan, « Introduction » à Joris-Karl Huysmans, Interviews, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 74.

3 Michel Raimond, La Crise du roman. Des lendemains du Naturalisme aux années vingt, Paris, José Corti, 1966.

4 C’était déjà la thèse de Pierre Cogny, en 1953, dans J.-K. Huysmans. À la recherche de l’unité, Paris, Nizet.

5 Stéphanie Guérin-Marmigère, La Poétique romanesque de Joris-Karl Huysmans, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 19.

6 Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire : paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Académia, coll « Au cœur des textes », 2017.

7 Jean-Pierre Bertrand, « Les deux Émile : Verhaeren naturaliste (à propos des Flamandes), dans Cahiers naturalistes : Bulletin officiel de la Société littéraire des amis d’Émile Zola, vol. 90, 2016, p. 63.

  • Laetitia Saintes (Université du Luxembourg), « Être et se penser en marge : le pamphlet, lieu paradoxal du discours sur le politique sous la Restauration et la monarchie de Juillet ». 

Qu’il tente ou non de la soumettre, le politique transforme nécessairement la forme littéraire qui le prend pour objet. Or, loin d’être simplement le lieu où la pensée politique s’énonce, la forme fait partie intégrante de cette pensée, la littérature d’idées ne transmettant son message que dans et par le langage ; ce constat est particulièrement avéré lorsque l’on se penche sur le discours pamphlétaire.

En effet, le concept de marge permet de penser à la fois la parole pamphlétaire et la forme littéraire qu’elle adopte, le support dans lequel elle s’énonce. Relégué hors de la chose littéraire, le pamphlet est dès la première moitié du XIXe siècle le lieu d’une mise en scène, d’une représentation du discours polémique qui subvertit la position marginale qu’il occupe sur la scène littéraire pour en faire un atout. C’est ainsi à Paul-Louis Courier, auteur de pamphlets publiés entre 1816 et 1825, que l’on doit d’avoir constitué le pamphlet en genre littéraire doté d’une forme fixe, tout en faisant du pamphlétaire une figure-type d’auteur articulant son propos autour de sa manière de dire « je » – un « je » en marge, indépendant de tout parti et de toute doctrine, et susceptible à ce titre d’énoncer sur le politique un discours doté de la distance critique nécessaire, justifié par la prérogative éthique qui guide la plume du pamphlétaire.

C’est dès lors au rôle structurel de la marge (politique, sociale, esthétique) dans le discours pamphlétaire sur le politique que je consacrerai notre propos. Je tenterai de mettre en exergue la manière dont le discours pamphlétaire de Courier et celui de Claude Tillier – auteur entre 1840 et 1844 de vigoureux pamphlets républicains – intègrent, se réapproprient et réinventent la marge pour mieux formuler, dans une forme informant nécessairement leur auctorialité, leur critique des modalités du politique sous la Restauration et la monarchie de Juillet.

Séance des Doctoriales, samedi 20 novembre 2021 : « Savants à la page, savants à la marge. Paradoxes de l’éthos scientifique au XIXe siècle »

La prochaine séance des Doctoriales se tiendra le samedi 20 novembre prochain, de 10h à 13h, dans la bibliothèque Jacques Seebacher (Université de Paris, Grands Moulins, bâtiment A, 2ème étage). Cette séance nous permettra de tester la modalité “hybride”, puisqu’elle sera également accessible à distance, via Zoom : si vous êtes intéressé·e·s, il suffit d’écrire à contact.doctoriales.serd@gmail.com en demandant le lien de connexion.

Intitulée « Savants à la page, savants à la marge. Paradoxes de l’éthos scientifique au XIXe siècle », cette séance comprendra deux communications :

– Blanche Acloque (Université d’Artois), « La vie littéraire en marge de la carrière scientifique : parcours des savants écrivains ».

Au tournant du XIXe siècle, alors que la séparation des lettres et des sciences prend son point d’ancrage et que les spécialités scientifiques fleurissent, le savoir encyclopédique tend à disparaître. Pourtant, des savants de toutes catégories confondues (des médecins, des mathématiciens, des physiciens ou encore des biologistes) ont été tentés par l’écriture. Cette activité, le plus souvent inavouable, s’inscrit en marge de leur vie scientifique. En s’attardant sur les parcours de quelques personnalités scientifiques, nous tenterons de mettre en lumière les caractéristiques et les enjeux de leurs écrits. Cette étude s’appuiera sur les extraits d’un corpus de 80 scientifiques écrivains rassemblés dans le cadre d’une thèse ayant pour sujet le portrait du scientifique en littéraire contrarié (1852-1940) : analyse et exhumation d’un corpus oublié.

– Anne Orset (Sorbonne Université), « Le savant est-il maudit, lui aussi ? Scénographie du scientifique dans le roman de la seconde moitié du XIXe siècle ».

Modèle et concurrent de l’écrivain, le savant fait l’objet, à partir de 1850, de représentations ambivalentes : célébré par l’idéologie positiviste comme un prophète des temps modernes, en raison de sa capacité à expliquer les faits et à prédire les événements, il prolonge dans l’imaginaire collectif, et dans le roman singulièrement, la geste ancestrale du maudit, solitaire à la fois revendiqué et subi. Placé dans la fiction au cœur d’une scénographie réfléchie, le scientifique apparaît en marge de sa famille, de ses pairs et de la communauté en général. À l’heure où le scientisme s’applique à énoncer lois et déterminismes pour faire pièce aux théories romantiques de l’exception et du génie, cette marginalisation dissone et dérange. Est-elle une simple projection de l’écrivain sur son double savant ? Reflète-t-elle la vérité d’un état ou l’artificialité d’une posture sociale ? Réduit-elle le scientifique imaginaire à n’être que la résurgence d’un type littéraire ancien ? C’est à l’étude du savant en maudit et à l’élucidation des enjeux que cette mise en scène recouvre que nous nous consacrerons.

Séance des Doctoriales, samedi 23 octobre 2021 : visite guidée de l’exposition “Signac collectionneur”

Pour la rentrée des Doctoriales de la SERD et le début de la seconde année consacrée aux marges et marginalités au XIXe siècle, Mathilde Leïchlé a proposé une visite guidée de l’exposition “Signac collectionneur” du musée d’Orsay au commissariat de laquelle elle a collaboré.

Cette visite était l’occasion de s’interroger sur la marge et le centre dans la collection d’un artiste au tournant du XXe siècle.

Henri-Edmond Cross, Les baigneuses, 1899, repris en 1902, huile sur toile / Photographie : Fanny Arama.

Maurice Denis, Jeunes femmes sur la plage, 1897, huile sur bois / Photographie : Fanny Arama.

Théo Van Rysselberghe, Portrait de Paul Signac à la barre de son bateau l’Olympia, 1897, huile sur toile / Photographie : Fanny Arama.

Paul Signac, Femmes au puits, opus 238, 1892, huile sur toile / Photographie : Fanny Arama.

De gauche à droite : Cassandre Martigny, Loïc Le Sayec, Émilie Bauduin, Éva Le Saux, Fanny Arama, Samy Lagrange, Mathilde Leïchlé et Hélène Herman.

Séance des Doctoriales, samedi 17 avril 2021 : « Personnages secondaires et figurants dans le roman français au XIXe siècle »

La séance des Doctoriales du samedi 17 avril 2021 a eu lieu en ligne, via Zoom.
 
Elle était composée de deux communications :
 
– Marie-Agathe Tilliette (Université Paris Nanterre), « Les marges du système des personnages : l’exemple du roman historique français de la première moitié du XIXe siècle ».
 
 
– Eva Le Saux (Université Sorbonne Nouvelle), « Ceux qu’on voit dans les marges du roman : les figurants dans le roman réaliste du second XIXe siècle ».
 
Comme l’a montré Philippe Hamon à propos du roman zolien, le système des personnages se construit de façon hiérarchique et établit une distinction forte entre premiers et seconds rôles. Cette hiérarchie que l’on retrouve dans le roman réaliste en général se traduit souvent par l’occupation d’un espace plus ou moins étendu en fonction de l’importance du personnage, Alex Woloch parle à ce sujet du « character-space ». Mais si les personnages principaux et secondaires, même à un degré moindre, occupent le premier plan, une multitude d’êtres qu’on peine à qualifier de « personnages », en raison de leur très faible caractérisation, se meuvent dans un « arrière-plan » qu’on associe le plus souvent au décor ou au milieu. N’intervenant pas directement dans l’action, ils se situent donc dans cet espace mi-descriptif, mi-narratif, hybride et périphérique, qui constitue la marge du récit. Ces êtres, que l’on nommera « figurants », sont privés d’identité et ne bénéficient que d’une caractérisation réduite et ponctuelle, limitée souvent à une activité, une profession, une fonction. Très peu développés dans la fiction, ils gardent une potentialité référentielle forte, mais  peuvent aussi jouer des rôles symboliques. Dans l’ambition du roman réaliste de représenter la société dans son ensemble, les figurants jouent un rôle essentiel en élargissant les bornes du récit et en enrichissant la représentation.

Qui sont ces figurants ? À quelles classes sociales appartiennent-ils ? Quels rôles ces éléments effacés parviennent-ils tout de même à jouer ? En portant notre attention sur cette marge du récit, nous souhaiterions en étudier la composition et la fonction dans une perspective sociocritique. La marginalité au sein du roman est-elle le reflet d’une marginalité sociale ? Les choses semblent se passent différemment dans l’espace des figurants. Il se peut en effet que le roman réaliste, en opérant un certain brassage de la population, offre une forme d’égalité devant la marginalité romanesque.

Bibliographie indicative :

DAUNAIS, Isabelle, « Le personnage secondaire comme modèle : réflexions sur un déplacement », Fabula / Les colloques : Le personnage, un modèle a vivre [en ligne].

HAMON, Philippe, Texte et idéologie, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 1997.

HAMON, Philippe, Le Personnel du roman. Le système des personnages dans les Rougon-Macquart d’Émile Zola, Droz, 1998.

PIERRE-GNASSOUNOU, Chantal, « Séquestrations et quarantaines : aux frontières des Rougon-Macquart », Romantisme, n°95, 1997, p. 5-16.
 
PIERRE-GNASSOUNOU, Chantal, « ̈Je ne suis pas un personnage secondaire ou les soupirs de Mlle Remanjou », Poétique, n°161, Le Seuil, 2010, p. 3-20.

REVERZY, Eléonore, « Zola : territoires du roman », Poétique, Le Seuil, 2014, n°176, p. 179-192.

SAMOYAULT, Tiphaine, « Les trois lingères de Kafka. L’espace du personnage secondaire », Études françaises, n°41, 2005, p. 43-54.

SAMOYAULT, Tiphaine, « La banlieue du roman : l’espace du personnage secondaire », texte  initialement paru dans l’Agenda de la pensée contemporaine, 10, printemps 2008. Disponible en ligne : http://www.fabula.org/atelier.php?Espace_du_personnage_secondaire.

WOLOCH, Alex, The one vs the many : Minor Characters and the Space of the Protagonist in the Novel, Princeton University Press, 2003.