Archives de catégorie : Billets

Actualités dix-neuviémistes

Deux journées d’études sont organisées par le Groupe d’Études Balzaciennes et le Groupe international de Recherches Balzaciennes à propos du Cousin Pons : elles ont lieu les 23 et 24 novembre 2018, à l’École Normale Supérieure de Paris. 

Programme 

Vendredi 23 novembre 2018
Matin
(45, rue d’Ulm, salle des Actes, esc. A, 1er étage)

9h : accueil et ouverture par Thomas Conrad, Bernard Gendrel et Jacques-David Ebguy. Les romans d’un roman

Présidence : Michel Lichtlé.
9h 30 : Gérard Gengembre, « Le Cousin Pons, roman parisien ».

10h: Françoise Gaillard,«LeCousinPons,leromandequelletransgression?».10h30 : discussion et pause.

Spleen et Idéal
11h : Mireille Labouret, « Les Deux Casse-noisettes ou le détour par l’enfance ».

12h : discussion et pause.

Vendredi 23 novembre 2018

Après-midi
(29, rue d’Ulm, salle 236, 2e étage)

Les liaisons dangereuses

14h 30 : Céline Duverne, « L’Éros balzacien dans Le Cousin Pons ».

Présidence : Jacques-David Ebguy.
11h 30 : Sylvie Thorel, « Le laid idéal dans Le Cousin Pons ».

Présidence : Françoise Gaillard.
15h : Jacques-David Ebguy, « “La fin de l’homme” : la question du lien social dans Le Cousin Pons ».

15h 30 : discussion et pause.

In et ex fabula

Présidence : Thomas Conrad.

16h : Bernard Gendrel, « Balzac fabuliste dans Le Cousin Pons ».
16h 30 : Christèle Couleau, « “Renverser les faux dieux de cette littérature bâtarde” : Balzac, le roman et lefeuilleton ».

17h : discussion.

Samedi 24 novembre 2018

Matin
(45, rue d’Ulm, salle Dussane, rez-de-chaussée)

Invention sous bénéfice d’inventaire

9h 30 : Laélia Véron, « Les discours du narrateur dans Le Cousin Pons ».

10h 30 : discussion et pause.

Un roman à la limite ?

Présidence : Mireille Labouret.
11h: Aude Déruelle, « Le Cousin Pons, roman de la mort ».

11h 30 : Thomas Conrad, « Petites gens et petites choses dans Le Cousin Pons ».

12h : discussion et conclusions.

Compte-rendu de la séance du 10 novembre 2018 : « Souffrance et dégoût au XIXe siècle : les émotions face aux corps »

Étaient présents : Manon Amandio, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Paul Faggianelli Brocart, Édouard Garancher, Yeon Jeong, Hélène Köll, Loïc Maille, Anne Orset, Loïc Le Sayec, Grégoire Tavernier, Marie-Agathe Tilliette, Anna Hanotte-Zawiscak.

Cette séance à donné lieu à deux communications. Les résumés sont disponibles ici :

Manon Amandio : “Ce que le corps souffrant met en lumière : le cas de Bérénice d’Edgar Allan Poe”

À partir de la représentation du corps féminin dans la nouvelle “Bérénice” d’Edgar Allan Poe, cette communication propose d’étudier les modalités de lecture du corps dans la nouvelle fantastique à une période de développement du discours médical dans les oeuvres littéraires. La nouvelle Bérénice nous semble être un bon exemple pour cette étude, car elle met en scène une tentative de diagnostic du narrateur, qui s’improvise médecin pour tenter d’exercer du contrôle sur le corps souffrant de Bérénice. Mais cette tentative d’une analyse rationnelle du corps souffrant est à l’origine d’une autre forme de pathologie pour le narrateur : une obsession pour les dents de la jeune épouse, qui finira par mener le narrateur à sa perte. Nous verrons que les modalités de la représentation de ces mécanismes changent lorsque l’on inscrit la nouvelle dans un système plus vaste, celui de la réception de l’auteur américain en France et de la constitution d’un corpus national. 

Loïc le Sayec : “Dégoût et des couleurs (on ne dispute pas?)”. A propos de quelques corps dégoûtants chez Octave Mirbeau.

En étudiant différents passages des nouvelles et des romans d’Octave Mirbeau, cette communication se propose d’apporter des éléments de compréhension de la description du corps dégoûtant. Qu’est-ce qui rend un corps dégoûtant et pourquoi ? Il semble qu’un certain nombre de « lois » du dégoût président à la description des corps dégoûtants qui jalonnent les récits de Mirbeau. Loin d’être de simples passages sensationnalistes ou des évocations de spécimens tératologiques, les descriptions de corps dégoûtants semblent répondre à une poétique concertée, comme le montre l’existence d’en certain nombre d’archétypes. C’est souvent le même type de corps qui dégoûte, toujours décrit avec le même vocabulaire : Mirbeau semble avoir ses obsessions. À y regarder de plus près cependant, les choses se compliquent. Des corps semblables semblent ne pas dégoûter. Comment comprendre de telles différences ? Il semble que l’écriture du corps dégoûtant relève de lois plus complexes que celles de la simple perception des corps, révélant des enjeux politiques et moraux. Le narrateur qui prend en charge la description d’un corps porte aussi un jugement moral sur son propriétaire. Le corps dégoûtant s’inscrit dans une série de dispositifs littéraires dépendant de l’axiologie du récit ou visant à la construire. Ces rapports feront l’objet d’une interrogation visant à dégager quelques pistes pour comprendre les lois du dégoût à l’œuvre dans les textes.

Prochain rendez-vous le 7 décembre pour l’atelier d’Amandine Lebarbier, puis le 26 janvier pour une séance sur la représentation de la sexualité féminine.

Si vous souhaitez communiquer lors d’une prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD, n’hésitez pas à nous envoyer une proposition de communication d’environ 400 mots à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com

Séance du 10 novembre 2018

Bonjour à toutes et à tous, 

Nous nous réunissons samedi 10 novembre 2018 pour une nouvelle séance des Doctoriales, intitulée “Souffrance et dégoût au XIXe siècle : les émotions face aux corps”, et organisée par Manon Amandio.

Le séminaire aura lieu à l’Université Paris Diderot (Paris VII), dans la Halle aux Farines, en salle 280 F.

Notre rencontre se déroulera en deux temps. La première partie de la séance donnera lieu aux deux communications suivantes : 
– Manon Amandio : “Ce que le corps souffrant met en lumière : le cas de Bérénice d’Edgar Allan Poe”
– Loïc Le Sayec : “Dégoût et des couleurs (on ne dispute pas ?). A propos de quelques corps dégoûtants chez Octave Mirbeau”
En deuxième partie de séance, Hélène Dubail fera une présentation de l’outil Lipotexte, une bibliothèque thématique collaborative qui a pour objectif de numériser plusieurs thèmes littéraires et de suggérer des interprétations nouvelles.

Nous espérons vous y retrouver nombreux. Pour toute question, n’hésitez pas à nous écrire à l’adresse habituelle :

contact.doctoriales.serd@gmail.com

Rencontres Frankenstein: 23-24 novembre 2018

Les deuxièmes Rencontres Dix-neuviémistes du CL19 (Comité de Liaison des Associations dix-neuviémistes), sont consacrées cette année à Frankenstein. Elles se dérouleront les 23 et 24 novembre à la Fondation Thiers, 27 place Saint Georges, 75009 Paris. 

Programme 

Vendredi 23 novembre 2018
9h30 : Accueil des participants et ouverture du colloque par
M. François d’Orcival, président délégué de la Fondation Dosne-Thiers, conservateur de l’Hôtel Thiers,
Mme Sandrine Folpini, Administratrice de la Fondation Dosne-Thiers
et Mme Antonia Fonyi, présidente du CL 19

Premier axe : postérités d’un mythe
9h45-10h25 : Béatrice Didier (École Normale Supérieure de Paris, Société des Amis de Chateaubriand) « Mary Shelley et le roman féminin »
10h25-11h05 : Daniel Compère (Université Paris III, laboratoire CRP19) « Frankenstein et le mythe polaire »
11h15-11h55 : Michel Faucheux (Institut National des Sciences Appliquées de Lyon / Institut Gaston Berger) « Frankenstein, machine littéraire »
11h55-12h35 : Ada Ackerman (CNRS, laboratoire THALIM) « Retour sur l’exposition Golem ! Avatars d’une légende d’argile du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (2017) »

Second axe : enjeux de représentation
14h-14h40 : Shane Lillis (Université de Nantes, laboratoire LAMO) « Voir et montrer l’informe et l’innommable dans Frankenstein de Mary Shelley »
14h40-15h20 : Jacqueline Razgonnikoff (Comédie Française) « Avatars d’une poupée – Mary Shelley et Jacques Audiberti »
16h-16h40 : Jean-François Peyret, metteur et scène : présentation du spectacle La Fabrique du monstre, avec Jeanne Balibar et Jacques Bonnaffé, commande de l’IRCAM pour la MC Montreuil, 2018
17h30-18h : Présentation du film Frankenstein de Thomas Edison par Ada Ackerman

Samedi 24 novembre


Troisième axe : enjeux éthiques contemporains
9h30-10h10 : Ugo Batini (Université de Poitiers, laboratoire MAPP) « Frankenstein, symptôme monstrueux »
10h10-10h50 : Alexandre Moatti (Mines, Université Paris VII-Paris Diderot, laboratoire SPHERE) « Du vitalisme au transhumanisme : science, technique et représentation de la science dans Frankenstein »
11h-11h40 : Jean-François Chassay (UQAM) : « Frankenstein et l’animalité »

Conférence de clôture
11h45-12h30 : Mme Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences, « Frankenstein dans les discours scientifiques et l’imaginaire des sciences »

Parution : “La Découverte scientifique dans les arts”

La nouvelle collection en ligne du laboratoire LISAA (Littérature, Savoirs et Arts) fait paraître son premier volume, consacré au XIXe siècle, La Découverte scientifique dans les arts, actes d’un colloque international du même nom, dirigé par Azélie Fayolle et Yohann Ringuedé :

http://lisaa.u-pem.fr/plateforme-dedition-electronique/collections-numeriques-du-lisaa/savoirs-en-textes/#c70204

Présentation du volume


Depuis les analyses de Karl Popper et de Thomas Kuhn, la découverte scientifique est considérée comme un processus inscrit dans une temporalité longue, et dont la paternité ne peut jamais être imputable à une personnalité : la découverte est un fait insaisissable. Toutefois, ce moment clé de la mythologie scientifique et de ses représentations est largement imaginé et reconstitué par la littérature et les arts d’un dix-neuvième siècle marqué par l’idéologie scientiste. Quoique problématique, cet instant décisif, qui permet d’éclairer un aspect du monde jusque-là ignoré, devient un motif récurrent. Cet ouvrage collectif, issu d’un colloque international, réunit des articles qui aboutissent à un constat analogue : la découverte scientifique est mise en scène grâce à de multiples dispositifs relevant du décalage. Ces études permettent de développer une réflexion sur les stratégies déployées par des auteurs et des artistes qui cherchent à rendre compte d’un moment trop fugace, trop intime et trop incertain pour pouvoir être décrit avec certitude dans un contexte réaliste.

Très bonne lecture ! 

Compte rendu du 6 octobre et agenda des prochaines séances

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Nicolas Aude, Jordi Brahamcha-Marin, Paul Brocart Faggianelli, Antonin Coduys, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Edouard Garancher, Anna Hanotte-Zawislak, Yeon Jeong, Hélène Köll, Loïc Le Sayec, Anne Orset, Grégoire Tavernier, Marie-Agathe Tilliette.

Cette séance inaugurale pour le thème qui nous occupera jusqu’en 2020, Les révolutions du corps, a d’abord été l’occasion de se rencontrer et d’échanger, entre tous les participants et participantes, sur les thèmes et questions qui pourront être abordés lors des prochaines séances. La discussion a donné lieu à beaucoup d’idées stimulantes sur les révolutions du corps au XIXe siècle : la danse, le corps dans les colonies, les caricatures, les corps au théâtre, la tératologie…

Les membres du comité d’organisation – Manon Amandio, Fanny Arama, Romain Enriquez, Anne Orset et Marie-Agathe Tilliette – sont revenus sur différents points de l’argumentaire en proposant des pistes de réflexion et de problématisation sur le sujet. Un point a également été fait par Fanny Arama sur les ressources physiques (bibliothèques, centres dédiés à la recherche…) de la recherche dix-neuviémiste, et par Romain Enriquez sur les ressources numériques.

Cette séance a permis de fixer certaines dates du calendrier pour les prochaines séances, qui auront lieu aux dates suivantes : 10 novembre, 26 janvier, 9 mars, 13 avril, 25 mai et 15 juin.

Enfin, nous rappelons qu’il est possible, en assistant à une séance de séminaire des Doctoriales, de faire valider sa présence au titre de crédits ECTS pour la formation du doctorant. Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse habituelle: contact.doctoriales.serd@gmail.com

Rentrée des Doctoriales de la SERD

La séance de rentrée des Doctoriales de la SERD aura lieu ce samedi 6 octobre, de 10h à 13h. Elle se tiendra dans la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-Diderot (bâtiment des Grands Moulins, aile A, deuxième étage).

Elle sera consacrée à la présentation des Doctoriales, ainsi qu’à une introduction au thème choisi pour les deux années qui viennent : « Les Révolutions du corps au XIXe siècle ». Il sera également proposé un point méthodologique sur l’accès aux sources, physiques et numériques, du XIXe siècle.

N’hésitez pas à nous écrire pour toute demande d’information supplémentaire : 

contact.doctoriales.serd@gmail.com

Du changement dans les Doctoriales de la SERD

Nous vous informons que l’équipe organisatrice des Doctoriales a changé. La nouvelle équipe prendra en charge le séminaire 2018-2020 sur le corps au XIXe siècle.

Voici les nouvelles personnes en charge du séminaire :
– Manon Amandio (renouvellement) : doctorante à Paris-Ouest-Nanterre La Défense sous la direction de Karen Haddad,
– Fanny Arama : doctorante à l’université Paris-VII Diderot sous la direction de Paule Petitier,
– Romain Enriquez (renouvellement) : docteur de Paris-Sorbonne, thèse sous la direction de Bertrand Marchal,
– Anne Orset : doctorante à l’université Paris-Sorbonne sous la direction de Pierre Glaudes,
– Marie-Agathe Tilliette : doctorante à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense sous la direction de Karen Haddad.

Nous tenons également à remercier de tout cœur les trois membres de l’ancienne équipe – Amandine Lebarbier et Magalie Myoupo qui officiaient depuis 2016, Marie-Clémence Régnier depuis 2014 – pour leur travail et leur investissement continus pendant toutes ces années.

Prochaine séance des Doctoriales : samedi 23 juin 2018

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 23 juin 2018, de 10h à 13h. Il s’agit de notre dernière séance de l’année 2017/2018 mais également du cycle “Croire” qui nous occupe depuis septembre 2016. Nous vous proposons donc de nous retrouver pour une séance spéciale au cours de laquelle, après discussion, nous pourrons décider du prochain thème pour la période 2018-2020.

A titre indicatif, voici les propositions qui ont été faites :

– Le Corps au XIXe siècle
– L’Artifice

– Communauté(s)
– Mémoires
– Publier

Cette liste n’est pas exhaustive et nous accueillons toute autre suggestion, qui peut d’ailleurs être indiquée à l’équipe organisatrice du séminaire, avant la séance du 23 juin 2018. Si possible, ces propositions seront explicitées (esquisse de quelques pistes de réflexions).

Nous vous proposons également de clôturer cette dernière séance de l’année par un pot amical.

Comme à notre habitude, nous nous retrouverons pour cette séance à l’université Paris VII. Attention, petit changement de salle : nous serons en salle 381F, bâtiment de la halle aux farines.

Journée d’Étude : “Le musée du Louvre et les écrivains entre deux siècles (1874-1926)”

Le 20 juin 2018 aura lieu une journée d’étude organisée par Jessica Desclaux dans le cadre du partenariat scientifique entre Sorbonne Université et le musée du Louvre. La Journée aura lieu en salle 80 au musée du Louvre et s’intitule “Le musée du Louvre et les écrivains entre deux siècles (1874-1926)”.

Argumentaire

La journée d’étude s’inscrit dans le cadre des travaux menés par le Centre de recherches Dominique-Vivant Denon sur l’histoire du Louvre. Elle se donne pour objectif d’analyser les liens entre le musée du Louvre et les écrivains dans le prolongement des articles fondateurs de Philippe Hamon et d’Antoine Compagnon, et de l’essor actuel des études muséales dans la recherche littéraire. Il s’agit de ressaisir le rapport des écrivains à l’art en tenant compte de l’intermédiaire que constitue l’institution muséale : mesurer la place du Louvre dans la géographie artistique des écrivains, à une époque où la concurrence des musées étrangers, des galeries d’art et des expositions universelles est grande ; analyser la manière dont le musée constitue un lieu d’inspiration ; retracer l’intervention des écrivains dans les débats sur le musée ; étudier la réception de quelques œuvres et artistes, en lien avec l’histoire des collections.  

PROGRAMME

9h15  Ouverture

 Pascal Aquien, Vice-doyen Recherche (Sorbonne Université)

 Françoise Mardrus, responsable du Centre Dominique-Vivant Denon (Musée du Louvre)

9h30  Présentation de la journée

PARCOURS D’ÉCRIVAIN – Présidence : Dominique de Font-Réaulx (Musée Eugène-Delacroix)

9h45  « Georges Lafenestre, le poète conservateur »

Géraldine Masson (Musée d’Orsay)

10h20  « Le musée du Louvre dans la cartographie artistique et idéologique de Maurice Barrès »

Jessica Desclaux (Sorbonne Université-Musée du Louvre)

10h55 Discussion et pause

11h15  « “Imaginer le visage absent de la déesse” : au musée avec Henri de  Régnier”

Franck Javourez (Université Grenoble Alpes)

11h50  « Apollinaire et ses amis : le Louvre en ses ambivalences »

Laurence Campa (Université Paris Nanterre)

12h30 Discussion et pause déjeuner

QUESTIONS ESTHÉTIQUES – Présidence :  Sophie Basch (Sorbonne Université)

14h15  « La dissémination du Louvre dans la littérature réaliste »

Philippe Hamon (Université Sorbonne nouvelle

14h50  « Le Louvre des objets fantastiques. Jean Fanfare de Paul d’Ivoi (1897) et quelques romans contemporains »

Guy Ducrey (Université de Strasbourg)

15h25   Discussion et pause

RÉCEPTION D’ŒUVRES ET D’ARTISTES – Présidence : Françoise Mardrus (Musée du Louvre)

15h45  « La Victoire de Samothrace de Simon Gantillon (1911) »

Sophie Basch (Sorbonne Université)

16h20  « Ingres au Louvre. La construction de la grandeur par les salles du musée (1875-1929) »

François-René Martin (École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris)

16h55  « La révélation de Delacroix écrivain, Paul Flat (1864-1918), essayiste, romancier et philosophe, éditeur de Delacroix »

Dominique de Font-Réaulx (Musée Eugène-Delacroix)

17h30  Discussion et conclusion

 

Prochain atelier du XIXe siècle : “autour de “Jean Sbogar”, de Charles Nodier

Le prochain « Atelier du XIXe siècle » aura lieu vendredi 1er juin à la Bibliothèque de l’Arsenal, de 9h30 à 17h30. La journée s’adresse aux lecteurs de Nodier comme à ceux qui, moins familiers de son œuvre, souhaiteraient la découvrir.
Programme 

9h30    Café d’accueil

10h      Émilie Pézard et Marta Sukiennicka – Introduction

Session 1 : Poétique et politiques

Présidence de session : Patrick Berthier

10h30  Roselyne de Villeneuve (Sorbonne Université) – Jean Sbogar, la voix et le style

11h      Katia Hayek (Université de Lille, ALITHILA / Université Masaryk de Brno) – Quand la fiction se mêle d’historicité : Jean Sbogar de Charles Nodier

11h30  Marta Sukiennicka (Université Adam Mickiewicz, Poznań) – Jean Sbogar en « Gracchus de Spalato » : l’éloquence politique d’un brigand

12h15 Déjeuner

Session 2 : Un roman européen

Présidence de session : Marta Sukiennicka

14h      Jacques-Remi Dahan – Les épigraphes de Jean Sbogar : un itinéraire européen

14h30 Virginie Tellier (Université Lyon 1 / IHRIM) – Jean Sbogar en Russie

15h      Pause

Session 3 : Postérité romantique

Présidence de session : Émilie Pézard

15h30  Marine Le Bail (Université Toulouse II) – Métamorphoses de Jean Sbogar : parcours éditorial d’un roman marginal

16h      Amélie de Chaisemartin (Université Paris Descartes) – Jean Sbogar, le modèle des bandits-justiciers romantiques

16h30  Caroline Raulet-Marcel (Université de Bourgogne-Franche-Comté) – De Jean Sbogar à Han d’Islande : ironie auctoriale et jeu de piste littéraire

17h30  Fin de la journée

Plan vigipirate oblige, les personnes intéressées sont invitées à se pré-inscrire auprès des organisatrices, Émilie Pézard (emiliepezard[at]yahoo.fr) et Marta Sukiennicka (martas[at]amu.edu.pl)

Remerciements et prochaine séance des Doctoriales

Nous tenons à remercier chaleureusement les intervenants et le public de leur venue vendredi 25 mai 2018 à la Journée d’Étude des Doctoriales de la SERD.
Notre prochain rendez-vous aura lieu le samedi 23 juin 2018 à partir de 10h pour la dernière séance du séminaire. Pendant cette séance, nous choisirons le thème des deux prochaines années. Tout membre des Doctoriales peut proposer un thème et toutes les idées sont les bienvenues ! N’hésitez pas à préparer un petit argumentaire pour appuyer votre projet devant le groupe.

Rappel : Journée d’Étude “Les “folles croyances” du XIXe siècle” et séance de juin

La date de la journée d’études sur les “folles croyances” du XIXe siècle, journée qui clôturera notre séminaire pour la période 2016-2018, approche! Nous en profitons pour vous rappeler les informations principales concernant cet évènement : la journée d’études aura lieu le vendredi 25 mai 2018 à l’université Paris VII, dans la Bibliothèque Jacques Seebacher (bâtiment des Grands Moulins, aile A, 2e étage).

Les deux demi-journées seront introduites par des conférences. Bertrand MARQUER (maître de conférences HDR à l’université de Strasbourg) évoquera les « territoires de la croyance » et Nicole EDELMAN (maître de conférences HDR à l’université Paris Nanterre) proposera une conférence intitulée « La science face aux folles croyances ».
La Journée est ouverte à tout Doctorant ou jeune chercheur dont le travail concerne le XIXe siècle.
Nous nous retrouvons ensuite le 23 juin à partir de 10h pour voter pour le prochain thème du séminaire des Doctoriales. Tout membre des Doctoriales peut soumettre une idée de thème en lien avec le XIXe siècle. Pour cela, n’hésitez pas à nous écrire.
À très bientôt !

Journée d’Étude : révolte et réaction : la littérature face à l’événement

Le 17 mai 2018 aura lieu la Journée d’Étude des Doctoriales comparatistes de Paris Nanterre (collectif LiPothétique), intitulée “Révolte et réaction, la littérature face à l’événement”. La Journée aura lieu dans le bâtiment Pierre Grappin, ancien bâtiment B., en salle des conférences, à partir de 9h30. Elle sera inaugurée par une conférence de Claude Millet (Université Paris VII) et comportera plusieurs sessions sur la relation entre littérature et événement au XIXe siècle. Le programme est disponible ici.