Archives de catégorie : Incapacités

[AAC JOURNÉE D’ÉTUDES ] :  LE DÉFI AU XIXe SIÈCLE

Doctoriales de la SERD

Appel à communication pour la journée d’études — 15 juin 2024

Université Paris Cité — Bibliothèque Jacques-Seebacher

Les Doctoriales de la SERD organisent une journée d’études samedi 15 juin 2024 pour clôre sa deuxième année de séminaire sur les incapacités au XIXe siècle. La thématique privilégiée pour cette journée d’études est celle du défi, prise dans l’acception large du terme. Elle a été suggérée par Rose-Lucie Cahoua. Vous pouvez nous soumettre vos propositions, d’une longueur maximale de 300 mots, à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com jusqu’au 30 avril 2024. Elles seront complétées par une notice bio-bibliographique indiquant notamment le laboratoire et l’université de rattachement.

Comité d’organisation : Victor Kolta, Guilhem Pousson, Florelle Isal et Laurène Sinnappu.

Quelques pistes de réflexion :

Philosophique

« Mettre au défi » ou encore « défier », cela suppose un rapport à l’altérité et à plus forte raison à l’adversité qui s’éprouve dans le conflit ou dans l’émulation. 

Est d’abord défi ce qui pose problème, ce qui constitue une forme d’adversité et ce à quoi, traditionnellement, le héros doit se confronter. Le héros cependant n’en est plus nécessairement un, il n’est plus celui qui relève le défi, celui qui répond à la provocation (ex : Frédéric Moreau dans L’Éducation sentimentale, Flaubert). Dès le début du siècle, l’héroïsme est à envisager sous un nouveau jour, l’exceptionnalité n’est plus celle du statut social ou de l’exploit guerrier et le héros romantique, inadapté au monde qui est le sien, est d’ailleurs condamné à l’échec. La nature du défi elle-même a changé. Celui qui adhère au monde n’est plus porté par de hautes valeurs aristocratiques mais il est celui qui s’adapte à une reconfiguration sociale du monde que le Dieu argent régit.

D’autre part et dans le contexte d’émancipation des autorités spirituelles de l’Aufklärung, le défi est plutôt celui de la connaissance. Ludique, il peut servir l’apprentissage, voire l’élévation. Il pose la question d’une nouvelle approche dans la recherche de la vérité : scientifique et rationnelle, comme celle de Schelling (qui prétend à une vérité fondée sur des données factuelles et vérifiables) ou sinon intuitive au moins poétique, à l’instar d’Hölderlin ou encore de Novalis. L’homme souverain, à l’heure de la révolution kantienne, est mis au défi de penser le monde, par la critique et la Raison, hors du donné obligeant, en acceptant la part d’insaisissable et d’impensable qu’il contient. 

 

Études de genre

La logique du défi sous-tend la confrontation voire l’affrontement, elle suppose un adversaire, un esprit de compétition ou autant de schémas et de conditions propices au développement de qualités viriles. Que l’on pense à la pratique de compétitions sportives ou à celle du duel, le défi s’inscrit d’abord dans des pratiques réservées aux masculinités et donc dans une histoire de la virilité que le XIXe siècle fait triompher. Il questionne en un sens les nouvelles formes d’intégration de l’idéal viril, ses codes et ses normes. Il soulève la question de l’affirmation de soi en donnant à la virilité les moyens de s’exprimer et de faire ses preuves dans le cadre d’un entre-soi masculin.

La notion soulève aussi et a contrario la possibilité de l’échec : l’incapacité à relever un défi et avec elle, la paralysie et l’angoisse (ex : « Un lâche » de Maupassant). En même temps que l’hégémonie d’une masculinité, le « triomphe » de la virilité produit en effet un « en-dehors » viril. La honte et le tabou apparaissent alors sous-jacents à ce qui dès lors devient une impuissance, à la faiblesse physique ou morale, à l’effémination, à l’homosexualité ou autant de transgressions que dessine la norme au négatif.

Ces transgressions interrogent la norme genrée qui se défie alors elle aussi et il est possible d’aborder la question du point de vue de la contestation, franche ou détournée, d’une autorité, d’une voix majoritaire ou dominante, ainsi d’un certain dandysme ou des minorités, comme ces voix de femmes qui échappent au silence, personnages féminins ou autrices mêmes : de celles qu’on appelle les « bas-bleu » à celles qu’on affuble du nom de « pétroleuses ».

 

Esthétique

Le domaine de l’esthétique, défini comme « science de la connaissance sensible »,(A. G. Baumgarten, Esthétique, Paris, L’Herne, 1988) pose d’emblée un défi inhérent à cette discipline, celui de la conciliation entre savoir et sensations, raison et émotions.

Si au début du XIXe siècle, la pluralité des arts offre la possibilité de suggérer une œuvre totale, il s’ensuit une époque de matérialisme galopant et de désacralisation qui modifie la place des artistes. Face aux nouvelles techniques de reproduction qui marquent le progrès, quelle position adopter dans une société qui s’industrialise ? La rencontre de l’art et de l’industrie est un axe à étudier car elle conditionne les transformations matérielles et sociales du monde en modifiant inéluctablement les finalités, les valeurs et les moyens d’action des artistes. Quelles solutions trouver pour éviter une véritable déshumanisation du monde et de l’art, un triomphe de la matérialité sur l’homme ? Cette question s’inscrit dans le grand débat de l’utilité de l’Art et des critères de beauté.

Avec l’essor de la grande presse, le journal et la caricature, considérée comme « cri de l’artiste », (Champfleury, Histoire de la caricature moderne, Ressouvenances, 2010. La caricature comme “cri du citoyen”) sont des armes esthétiques qu’il pourra être pertinent d’observer. La naissance de la photographie modifie, quant à elle, considérablement les rapports entre la réalité et l’art et devient l’objet de polémiques entre artistes et écrivains dans sa fonction de représentation du monde. À une échelle plus globale, on pourra s’intéresser aux limites que la mimésis semble avoir atteintes puis dépassées au XIX siècle, ce qui se manifeste par des réflexions critiques sur le style, des recherches d’innovation, ou encore des tentatives de collaboration entre les arts.

L’observation de la vie artistique en France au XIXe siècle peut être une autre porte d’entrée pour comprendre les défis nouveaux que les artistes vont devoir relever. En se référant le moins possible à des individus ou à des courants artistiques particuliers, il s’agira d’évoquer un « système des beaux-arts », en grande partie hérité de l’Ancien Régime, mais profondément transformé par la Révolution et le premier Empire, en même temps que sa contestation grandissante jusqu’à sa désintégration finale au tournant des XIXe et XXe siècles. Marchands, galeries, collectionneurs : l’émergence d’un nouveau système de l’art moderne modifie la place de l’artiste dans la société. Sur les ruines du système du Salon unique se dessine peu à peu une nouvelle configuration du marché de l’art. Elle repose sur le développement des galeries privées, le marchand d’art, à la fois fin connaisseur et commerçant avisé, devenant l’intermédiaire privilégié entre les artistes, dont les plus novateurs, et un nouveau public d’amateurs et de collectionneurs dont le goût s’est émancipé de l’académisme des expositions officielles.

C’est ainsi qu’il pourra être abordé le domaine de la réception. Au gré du scandale suscité par telle ou telle œuvre, chacun prend parti, s’engage, se situant dans un des « camps » en présence, celui des « conservateurs » ou celui de l’ « avant-garde », métaphore militaire qui commence à s’appliquer au domaine des arts dès les années 1840-50. La réception est également à envisager dans sa dimension affective. L’artiste, qu’il propose un art engagé, collectif ou un art plus personnel pour exposer ses tiraillements existentiels, a toujours pour mission d’avoir un effet sur son public. La question du défi au goût du public pourra être abordée (« La gifle au goût du public », 1912). L’enjeu est alors du côté d’une réception sensible, la question du plaisir esthétique et de la place de l’imagination sera une piste de réflexion possible à considérer. Un défi réside alors dans la capacité de créer une œuvre destinée à émouvoir, mais aussi capable d’être un outil efficace de connaissance du monde et de soi.

 

Défi et Récit

Dans cet axe, le défi pourra d’abord être considéré en tant qu’élément de la diégèse. Il s’agit alors d’événements, de postures ou d’invites ressentis par les personnages comme des défis, soit qu’ils enfreignent les normes et les dogmes du monde diégétique (ex : réquisitoire de Julien Sorel contre la monarchie, monologue de Hernani) ; soit qu’ils soient explicitement identifiés comme « défis » par le texte ou le paratexte (ex : défi de Rastignac). Il nous a semblé pertinent d’explorer les fonctions narratives de ces passages, en les rapprochant de catégories bien établies comme la scène de reconnaissance ou les ruptures d’espace induites par la trajectoire du « personnage mobile » lotmanien. Dans cette perspective, il serait par exemple possible d’étudier la coordination récurrente de certaines scènes, comme le duel suivi de la disparition ou du départ du vainqueur : Pierre Bezoukhov dans Guerre et Paix, Stavroguine dans Les Démons. Nous soulignons également le fait que le défi comme épreuve imposée et possiblement « qualifiante » (A. J. Greimas), semble jouer un rôle dans la construction des intrigues et la maturation des subjectivités fictionnelles. 

Le défi pourra également être envisagé à un niveau métadiégétique. Il s’agit alors de passer du substantif au verbe pour en explorer l’étymologie (diffidere : « ne pas se fier à », « douter de la capacité à ») et aborder la question de l’adresse. Plus que d’un défi, il sera question d’une défiance pouvant marquer l’interaction entre auteurs et lecteurs, influencer la façon dont les textes sont reçus, interprétés et discutés. Il peut s’agir, d’une part, de discours émanant d’un public qui éprouve une réticence devant la transformation des usages de la fiction et des modalités de sa circulation (massification) au XIXe siècle. Il pourra, d’autre part, être question des réserves de l’écrivain quant à son lectorat et sa capacité à “bien recevoir” les œuvres. Ce dernier peut produire dans certains cas un discours sur le lecteur idéal et le lecteur défaillant, opposer « bonne » et « mauvaise » lecture, décliner toute une gamme de réflexes appropriatifs, préventifs, défensifs voire offensifs, visant à s’arroger le monopole herméneutique de ses œuvres.

 

Social et sociologique

Le défi, au XIXe siècle, répond à un certain nombre de codes inhérents à un certain statut social mais qui se démocratisent en même temps que l’éducation militaire et avec elle, ses valeurs et ses effets sur les consciences et les corps. La pratique du duel en témoigne, elle est en effet un rituel raffiné et codifié opposant deux individus mus par un reste de valeurs aristocratiques : « Mais le duel n’est qu’une cérémonie. Tout en est su d’avance, même ce que l’on doit dire en tombant. » (Stendhal, Le Rouge et le noir). De même, l’activité sportive, de plus en plus répandue et dont les compétitions sont de plus en plus populaires au cours du siècle, en entrant dans un processus de civilisation, supplante la violence et, comme le défend Norbert Elias, la maîtrise (ex : le duel d’escrime dans « Le Bonheur dans le crime » in Les Diaboliques de Barbey d’Aurevilly).

Parce qu’il renvoie à la confrontation, le défi soulève cependant également la question du rapport de force, voire du rapport de domination, social ou économique. Le terme prend alors un sens plus actif, il dit le refus de se soumettre à la force ou à l’action. Le champ de la contestation sociale et politique s’ouvre ici : il s’agit de défier l’ordre établi ou de s’y conformer. Dès lors, il est également question de penser la place de l’individu à l’heure d’une atomisation de la masse et de la perte de l’intérêt collectif. Quelle nouvelle place pour le défi quand les cartes du déterminisme sont rebattues ? La notion pourrait être envisagée à l’aune de la perte de l’idée d’un destin, conséquence d’une structure religieuse affaiblie et de la disparition progressive d’un ordre passé dès le début du siècle.

 

D’autres axes d’étude pourront être envisagés et approfondis, tels que le lien entre histoire et politique, dans la mesure où l’instabilité politique constitue un défi majeur.

 

Bibliographie

  • ARIÈS, Philippe, « Réflexions sur l’histoire de l’homosexualité », Communications, 1982.
  • CHARRETON, Pierre, Les Fêtes du corps : histoire et tendances de la littérature à thème sportif en France 1870-1970, Saint-Etienne, CIEREC, 1985.
  • CHKLOVSKI Viktor, « L’art comme procédé », in TODOROV Tzvetan (ed.), Théorie de la littérature. Texte des formalistes russes [1965], Point, 2001.
  • COMPAGNON, Antoine, Les Chiffonniers de Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires, Série illustrée », 2017.
  • CORBIN, Alain, COURTINE, Jean-Jacques, VIGARELLO, Georges, Histoire de la virilité, t. 2, Seuil, 2011.
  • DENIZEAU, Gérard, Le Dialogue des arts (architecture, peinture, sculpture, littérature, musique, Larousse, 2008. 
  • EISENZWEIG, Uri, Le Duel introuvable. La fascination du duel dans la littérature du XIXe siècle, PU Vincennes, « Culture et Société », 2017.
  • ELIAS, Norbert, DUNNING, Eric, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Fayard, 1994.
  • FERRY, Luc, L’invention de la vie de bohème : 1830-1900, Éditions Cercle d’art, 2012.
  • GUILLET, François, La mort en face. Histoire du duel de la Révolution à nos jours. Aubier, coll. « Historique », 2008.
  • GREIMAS, Algirdas Julien, « Éléments pour une théorie de l’interprétation du récit mythique », Communications, vol. 8, no 8,‎ 1966, p. 28-59
  • HARKNESS, Nigel, « Le Roman Bâtard : Femmes Auteurs et illégitimité sous la Monarchie de Juillet », Romantisme, 2006/2 (n° 132).
  • HELIOS, Jaime, Le défi de la créativité dans la littérature, la musique, l’art et la science, Paris, Fauves éditions, 2019.
  • HERITIER, Françoise, Masculin/Féminin I. La pensée de la différence, Odile Jacob, 1995, 2012.
  • KREMER, Nathalie, « Diderot, Balzac, Michon : la création par la destruction », Fabula-LhT, N° 13, « La Bibliothèque des textes fantômes », novembre 2014.
  • LACOSTE, Jean, L’Esthétique romantique en France. Une anthologie, prés. par Claude Millet, Romantisme, N°89, Critique venue d’ailleurs, 1995.
  • LEJEUNE, Dominique, Histoire du sport : XIXe-XXe siècles, Editions Christian, 2001.
  • LEJEUNE, Philippe, « Autobiographie et homosexualité en France au XIXe siècle. », Romantisme, 1987.
  • LUKACS, Georg, Théorie du roman, trad. de Jean Clairevoye, Gallimard, 1989.
  • MAAG, Georg, « Les machines ne sont rien sans l’art. De l’union des arts et de l’industrie du comte de Laborde, et les réactions de la presse », Romantisme, n° 41, 1983, pp. 41-56. 
  • MAÏAKOVSKI, Vladimir, « La gifle au goût du public », 1912 in : ROBEL, Léon, Manifestes futuristes russes, Les éditeurs français réunis, 1972.
  • MARCEL, Gabriel, Être et Avoir, Aubier, coll. « Philosophie de l’esprit », 1935.
  • MARTIN-FUGIER, Anne Martin-Fugier, La vie d’artiste au XIXe siècle, L. Audibert, 2007.
  • MONOD, Jean-Claude, La querelle de la sécularisation, De Hegel à Blumenberg, Vrin, coll. « Problèmes et controverses », 2002.
  • MOSSE, George Lachman, L’image de l’homme. l’invention de la virilité moderne, Agora, 1999.
  • NAHON, Pierre, Les marchands d’art en France, XIXe et XXe siècles, La Différence, coll. « Les Essais » , 1998.
  • NANCY, Jean Luc, LACOUE-LABARTHE, Philippe, L’absolu littéraire, Théorie de la littérature du romantisme allemand, Seuil, coll. « Poétique », 1978.
  • PASSERON, René, « Pour une approche “poïétique” de la création », Encyclopaedia Universalis, Vol. Symposium, 1985.
  • PLANTÉ, Christine, « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique ? », Revue d’histoire littéraire de la France, 2003/3 (Vol. 103).
  • REID, Martine (dir.), Femmes et littérature. Une histoire culturelle, II, Gallimard, 2020.
  • SANCHEZ, Pierre, Dictionnaire de l’Union des femmes peintres et sculpteurs : répertoire des artistes et liste de leurs œuvres : 1882- 1965 ; introd. historique de Chantal Beauvalot, Dijon, l’Échelle de Jacob, 2010, 3 Vol.
  • SOURIAU, Paul, La beauté rationnelle. Nouvelle édition, Rennes, P.U.R, 2023.
  • TERRET, Thierry, Histoire du sport, P.U.F, coll. « Que sais-je ? », 2023. 

 

Incapacité et incapacités au XIXe siècle / Calendrier des séances de 2024

Samedi 10h-13h, Bibliothèque Jacques-Seebacher, Université Paris Cité.

20 janvierSophie Bros & Paule Faggianelli (Université Paris Nanterre), « Les ratés de l’aventure »

3 févrierLaëtitia Bertrand (CERCC, ENS de Lyon), « (In)capacités d’un “paresseux à effusions gracieuses” : Musset ou la poétique de l’imperfection »Coralie Roser (Université de Rouen Normandie), « Auprès de quelque Pierre sourd un silencieux torrent de larmes et de joie »Juliette Le Gall (Université Rennes 2), « De l’incapacité artistique à l’incapacité existentielle préfigurant l’inetto italien »

9 marsBaptiste Dumas-Piro (Sorbonne Université), « L’impossible grand décor : la mise en échec des peintres d’histoire au XIXe siècle »Manuel Ferré (Université Rennes 2), « Thomas Hardy et l’impossible préservation : poétique de la ruine »

27 avrilSalomé Paulé (Université d’Artois), « Paul Gauguin et l’imaginaire du « bon sauvage ». Inapte, inadapté, incapable ? »Mathilde Castanié, « Interpréter l’incapacité sexuelle dans les viols au XIXe siècle »

25 maiGuilhem Pousson (Sorbonne Université), « L’incapacité au travail physique chez Léon Tolstoï : des écrits théoriques à la représentation poétique »Coline Mathet (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis), « L’Idiot de Dostoïevski : l’homme parfaitement beau ou le Christ incapable »

15 juin : journée d’études conclusive

Incapacité et incapacités au XIXe siècle / Calendrier des séances de 2023

Samedi 10h-13h, Bibliothèque Jacques-Seebacher, Université Paris Cité.

7 janvier 2023. L’impuissance de la création

Céline Duverne (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Conjurer l’impuissance du créateur. Balzac et Flaubert, chantres d’une prose virile »

Céline Te-Hui Li-Arpillère (Université Sorbonne Nouvelle) : « L’incapacité des intellectuels du xixe siècle : le cas de l’“homme de trop” de Tourguéniev et son influence sur Yu Dafu »

11 février 2023. L’incapacité vue par l’histoire de l’art

Thibaud Dapremont (Sorbonne-Université) : « L’artiste amateur, un artiste sans qualités ? »

Alessandro Grelli  (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le panorama au XIXe siècle : art et industrie face à l’(in)capacité de recréer le réel »

18 mars 2023.  

Clarisse Neau (Université de Poitiers) : « Bug-jargal et Atar Gull, les esclaves du romantisme frénétique »

Yvonne Saaybi (chercheuse indépendante) : « L’incapacité au carrefour entre discours médical et discours littéraire dans l’Europe fin de siècle : corps mutilé et féminin souffrant »

15 avril 2023.   

Laurène Sinnappu (Université Paris Cité) : « Une pudeur à préserver ou la santé mentale des femmes : le cas pathologique dans Germinie Lacerteux et La Fille Elisa, des frères Goncourt »

Anne-Caroline Lissoir (Sorbonne Université) : « Victor Hugo exilé ou le théâtre empêché : les impossibles reprises des drames romantiques hugoliens sur les scènes parisiennes (1852-1870) »

13 mai 2023. Les incapacités mises en perspective

Loup Belliard (Université de Grenoble-Alpes) : « De Rose à Lélia : incapacités sexuelles féminines chez George Sand » 

Adrián Valenzuela Castelletto (Sorbonne Université) : « Paul Bourget ou la psychologie de l’incapacité : entre le malheur du dilettantisme et le désir de l’énergie »

10 juin 2023. L’incapacité en politique

Quentin Arifon (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Annihilation et avilissement du militantisme politique féminin par les discours dominants : le cas de Sophie Kropotkine (1882-1886) »

Elisa Puntarello (Université Lumière Lyon 2)  : « Républicains ineptes : figurations d’une incapacité politique dans la fiction de la monarchie de Juillet. »

[AAC] : INCAPACITÉ, INCAPACITÉS AUX XIXE SIÈCLE

Vincent Van Gogh, À la porte de l’éternité, 1890, huile sur toile, Musée Kröller-Müller d’Otterlo, Pays-Bas.

Incapacité, incapacités au XIXe siècle

Les Doctoriales de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes sont ouvertes à tous.tes les doctorant.e.s et jeunes docteurs dont les recherches portent sur la littérature du XIXe siècle, en France et à l’étranger. En collaboration étroite avec les activités de la SERD, les Doctoriales de la SERD participent à l’organisation de l’Atelier du XIXe siècle. Les Doctoriales de la SERD mènent également un projet de recherche indépendant, qui donne lieu à des publications en ligne ainsi qu’à l’organisation d’un colloque. Pour s’inscrire sur la liste de diffusion : contact.doctoriales.serd@gmail.com

Le séminaire a pour vocation de donner la parole aux jeunes chercheurs et chercheuses. Le séminaire est organisé autour d’un thème choisi pour deux ans mais porte également sur des questions d’ordre méthodologique. Il a lieu une fois par mois, le samedi matin de 10h à 13h pour des communications de 20 à 30 minutes.

Nous invitons tout.e jeune chercheur.se dix-neuviémiste (en littérature française et comparée, histoire, histoire de l’art, etc.) à proposer des thèmes de séances ou des communications en rapport avec cet argumentaire, pour l’année universitaire 2023-2024 (la première séance de ce cycle de séminaires aura lieu à l’automne). Vous pouvez nous soumettre vos propositions, d’une longueur maximale de 300 mots, à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com jusqu’au 15 septembre 2023. Elles seront complétées par une notice bio-bibliographique indiquant notamment le laboratoire et l’université de rattachement.

Le séminaire des Doctoriales de la SERD revient pour sa deuxième année sur les incapacités au XIXe siècle. Après avoir abordé le cas de l’artiste-créateur et de l’artiste-amateur, l’incapacité devient emblématique des personnages romanesques en proie aux questionnements identitaires, qu’ils soient sexuels et/ou genrés. Elle s’avère également présente au cœur des perspectives socio-historiques, partagées entre ruptures et continuités politiques[1].


« M. du Châtelet possédait toutes les incapacités exigées par sa place. » 

Balzac, Illusions perdues.

L’incapacité désigne avant tout un manque, un défaut, le versant négatif d’une situation par rapport à son potentiel positif. Est dans l’incapacité celui ou celle qui n’a pas les qualités, les aptitudes requises pour une activité, un état, une fonction, qui est dans l’impossibilité de faire quelque chose. C’est principalement et originellement dans le domaine juridique que le terme se voit défini comme « le défaut des qualités légales requises pour l’exercice de certains droits ou l’accomplissement de certains actes ». L’incapacité juridique peut d’ailleurs être absolue ou relative, civile ou politique et recouvre donc un spectre varié de situations qui nécessitent d’envisager le terme au pluriel pour le saisir dans sa globalité. Synonyme d’inaptitude, d’incompétence, d’impossibilité, d’invalidité, d’insuffisance, d’impotence, d’infirmité ou de minorité, l’incapacité est également à mettre en relation avec ses antonymes tels que capacité, habileté, compétence ou faculté. L’incapacité peut se rapprocher de l’impuissance à la différence près que là où l’impuissance, privation de pouvoir, apparaît comme absolue, l’incapacité est davantage relative, à lier à une aptitude, une compétence qui pourrait être acquise. De plus, envisagée principalement dans sa dimension sexuelle, l’impuissance se distingue de l’incapacité, qui apparaît davantage sur les plans juridique, social et politique. L’impuissance, jugée créatrice[2], invite cependant à questionner le partage de ce même potentiel créateur de l’incapacité. 

Le cas des femmes, placées sous l’autorité légale et financière d’un père ou d’un mari, considérées comme hystériques, frigides ou nymphomanes, jugées incapables de créer (et condamnées à procréer) ou de maîtriser leurs émotions, montre que l’incapacité touche tous les aspects de la vie individuelle et collective. Aussi proposons-nous quelques pistes de réflexion :

  • Politique et juridique 

Au XIXe siècle, les révolutions successives ont débouté un pouvoir politique jugé incapable de gouverner, et ce dès la Révolution française qui fit de Louis XVI un incapable face aux prérogatives du royaume. Dans un contexte troublé, les révolutions politiques n’entraînent pas seulement une destitution du pouvoir en place ; elles confortent également la répétition d’un discours sur l’incapacité politique (entendue comme inaction) que le roman représente diversement selon les époques et les courants, de Flaubert à Zola. Au carrefour du politique et du judiciaire, on pourra étudier le cas de l’incapacité électorale, qui frappe les citoyens à la suite d’un délit ou d’un crime. On s’intéressera aussi, plus largement, à l’incapacité juridique que le droit français définit comme l’impossibilité pour un individu d’exercer ses droits et ses obligations par lui-même, qu’il n’en soit pas capable (l’enfant), qu’il n’en soit plus capable (les personnes sous tutelle, les marginaux) – les stratégies de contrôle des institutions pour enfermer ces incapables étant mises en lumière par Michel Foucault dans Surveiller et punir. La représentation des minorités semble féconde pour dresser les contours de l’incapacité au sens juridique et politique.

Indissociable de la représentation des sexes, la question de l’incapacité semble prioritairement toucher le statut des femmes reléguées au rang d’épouse par le Code civil de 1804. Ce dernier leur interdit de participer à la vie politique et les prive de divorce, avant que celui-ci soit rétabli en 1884. Dans cet étroit carcan du mariage, elles semblent incapables de s’extraire de leur condition, et le roman des femmes devient le lieu où représenter diverses tentatives – plus ou moins heureuses – pour y parvenir. Dans cette perspective pourront être étudiés les récits dénonçant cette incapacité juridique comme ceux de Claire de Duras (Ourika, 1823) ou George Sand (Lélia, 1833 ; Gabriel, 1839). En regard de ces représentations il convient de placer celles qui destituent l’homme de son piédestal, tantôt le jugeant incapable juridiquement de disposer de son argent (L’Interdiction de Balzac), tantôt le rabaissant à une fonction d’objet (les romans de Rachilde ou de Colette). Enfin, l’incapacité juridique des femmes touche le domaine de la création littéraire et artistique. Jugées incapables de créer, certaines figures telles Germaine de Staël, George Sand, Malvina Blanchecotte entonnent alors un discours frondeur, propre à neutraliser la misogynie ambiante.

  • Social et anthropologique

L’incapacité au sens social recouvre un vaste spectre de situations. Des mineurs aux femmes, en passant par les personnes atteintes de maladie mentale ou en situation de handicap, sans oublier les délinquants (actifs ou ayant purgé leur peine, qu’on pense à la figure de l’ancien bagnard qui reste stigmatisé par la marque qu’il porte sur son corps), les invalides et les « débris de l’empire », de nombreux individus sont privés de leur capacité d’agir dans la société et se trouvent donc marginalisés. La littérature entend donner voix à des personnages issus de ces sphères, notamment dans la seconde moitié du XIXe siècle avec des romans comme Les Misérables (1862) ou Germinie Lacerteux (1865) et sa préface dans laquelle les Goncourt affirment leur volonté de faire entrer « les basses classes » dans le roman. Plus récemment, le champ d’études anglo-saxonnes des « Disability Studies[3] » jette un éclairage nouveau sur le droit des personnes en situation de handicap, tandis que les travaux de l’historien aveugle Augustin Thierry (1795-1856) sont disponibles en ligne et invitent à repenser l’écriture de l’histoire[4].

Mais un discours fait aussi entendre les voix de personnages issus de la bourgeoisie ou de l’aristocratie qui se trouvent incapables d’agir, soit parce que velléitaires, à la manière de Frédéric Moreau dans L’Éducation sentimentale (1869), soit parce que le siècle ne leur donne plus la capacité d’agir, à la façon des personnages en proie au mal du siècle dans les oeuvres de la première moitié du XIXe. L’incapacité sociale n’est donc pas seulement le fait d’une privation juridique de moyens d’agir, elle peut aussi être envisagée comme le résultat d’un environnement, d’une époque, d’un penchant, qui rendent difficile l’action.

  • Philosophique 

Sur le plan philosophique, le sujet romantique, « animal malade par excellence » (F. Nietzsche, Généalogie de la morale, III, 13), devient à la fois l’objet de sa propre pensée ainsi que le support de réalités infinies. L’archétype du héros incapable a recours à son imagination créatrice qui donne naissance à un parfait alter-ego, sur lequel il projette ses désirs et ses fantasmes impossibles, tel Des Esseintes se vautrant dans la peinture de Gustave Moreau (Huysmans, À Rebours, V). Cependant, il est confronté au dépassement de soi, à une forme d’incapacité inhérente à sa conscience pensante en quête de puissance et de maîtrise de soi. La réaction face à cette souffrance culpabilisatrice est une insatisfaction permanente, une irritabilité et une incapacité à affronter cette même souffrance qui nie la vie. Dès lors, l’incapacité du sujet romantique se transforme en exaltation irrationnelle du réel qui est réduit à une apparition vouée à disparaître et à sombrer dans le nihilisme. Parallèlement, sur le plan éthique, il essaie de combler son incapacité en se tournant vers autrui qui est censé satisfaire un manque impossible à combler de part ses attentes irréalisables. Cela le met dans un état de dépendance faillible, à l’instar de Pierre Gringoire, à la fin de Notre-Dame de Paris (XI, I), dans l’irrésolution de sauver soit la chèvre, soit Esmeralda. À cette aune-là, l’incapacité devient un appel humanisant, inscrit dans le but d’instaurer une responsabilité sociale et politique, établissant une phénoménologie de « l’homme capable » (P. Ricœur, Parcours de la reconnaissance).

Dans une perspective de philosophie politique, la question des réformateurs sociaux pourrait constituer un terrain d’étude très intéressant par rapport à la question de l’incapacité, antonyme d’un des mots-clef du saint-simonisme (« à chacun selon ses capacités, à chaque capacité selon ses œuvres »).

  • Médical et sexuel 

Dès le début du XIXe siècle, la médecine se met au défi d’apporter une réponse au mystère du corps et à l’opacité de la chair, non plus seulement en l’observant, mais en le sondant, le pénétrant et l’explorant. Les corps malades, mutilés ou handicapés fascinent. Ainsi voit-on apparaître, dans la fiction, des personnages aveugles (Michel Strogoff dans le roman éponyme (1876) de Jules Verne, par exemple) ou sourds (pensons au père Bricolin dans Le Meunier d’Angibault (1845) ou au père Brulet dans Les Maîtres Sonneurs (1853) de George Sand). Les travaux sur la démence et l’hystérie féminine participent par ailleurs à la diffusion d’idées reçues sur l’incapacité congénitale des femmes à maîtriser leurs propres émotions, angoisses et pulsions. Sur le plan sexuel, la notion d’incapacité réapparaît a contrario à travers les questions de la frigidité et de l’impuissance qui structurent les imaginaires et les impératifs liés à la féminité et à la virilité au XIXe siècle. Dans « Le Rideau cramoisi » (Les Diaboliques, 1874), l’attitude soldatesque du vicomte de Brassard est quelque peu problématisée par le soupçon d’impuissance physique qui plane sur lui. Sand, quant à elle, dépeint le corps inopérant de Lélia (1833), en proie à une souffrance « froide, pâle, paralytique » qui l’empêche de réaliser pleinement les attentes liées à sa condition de femme. 

  • Poétique et esthétique

Sur le plan poétique, la conception romantique de l’artiste génial et inspiré s’est accompagnée de son envers : la figure de l’artiste incapable de créer. Que ce soit dans des écrits intimes ou dans ses œuvres, de Balzac aux frères Goncourt en passant par Flaubert, l’artiste – écrivain, peintre, sculpteur ou musicien –, est représenté en proie aux affres de la création ou incapable de réaliser le chef-d’œuvre auquel il aspire ; il se rapproche alors de l’impuissant au sens sexuel, image répandue qui contribue à exclure la femme de la sphère créatrice, en dépit même de la forme épicène du nom artiste. Au-delà de l’artiste, c’est le héros lui-même, parfois perçu comme son double, qui devient incapable de passer à l’action dans la seconde moitié du siècle, de Frédéric Moreau à Des Esseintes. Sur le plan esthétique, l’on pourra s’interroger sur la réception des œuvres par le public et sa capacité à les comprendre et les apprécier : cela peut aller de Stendhal, qui, dans les marges du Rouge et le Noir (1830), déplore l’impossibilité de toute comédie dans un siècle bourgeois et rongé par l’Ennui, à la réception différée d’un poète comme Mallarmé qui ne commence à être apprécié qu’au XXe siècle. À une échelle plus globale, on pourra s’intéresser aux limites que la mimésis semble avoir atteintes puis dépassées au XIXe siècle, ce qui se manifeste par des réflexions critiques sur le style, des recherches d’innovation, ou encore des tentatives de collaboration entre les arts, comme l’alliance de la plume et du crayon dans la caricature, trouvant son aboutissement dans le livre illustré. Dans une perspective comparatiste, on pourra s’intéresser aux différentes postures et représentations des écrivains européens, en s’appuyant sur les textes de Leopardi ou de Keats. 

Bibliographie

BENOÎT, Eric & SFAXI, Hafedh (dir.), Impuissance(s) de la littérature ?, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011

BENOÎT, Éric (dir.). Apories, paradoxes et autocontradictions : La littérature de l’impossible, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2013.

BOURGET, Paul, Essais de psychologie contemporaine, Paris, Lemerre, 1883 et 1885.

BRISSETTE, Pascal, La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2005.

CABANÈS, Jean-Louis, Le Négatif. Essai sur la représentation littéraire au XIXe siècle, Classiques Garnier, 2011. 

DOLFI, Anna (dir.), Malinconia, Malattia malinconica e letteratura moderna, Rome, Bulzoni, 1991. 

DUFOUR, Philippe, Flaubert ou la prose du silence, Paris, Nathan, coll. « Le texte à l’œuvre », 1997. 

FEUILLEBOIS, Victoire, « “Deformity is daring” Le stigmate physique à l’épreuve de la scène dans Le Difforme transformé (1824) de Byron », Feuillebois-Pierunek, Ève et Ben Lagha, Zaïneb (dir.), Étrangeté de l’autre, singularité du moi. Les figures du marginal dans la littérature, Classique Garnier, 2015, pp. 459-475.

JONARD, Norbert, L’Ennui dans la littérature européenne des origines à l’aube du XXe siècle, Paris, Champion, 1998.

PLANTÉ, Christine, La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Lyon, PU de Lyon, 2015.

ROUSSEL, Céline & VENNETIER Soline (dir.), Discours et représentations du handicap. Perspectives culturelles, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2019.

TORTONESE, Paolo, « L’artiste sans oeuvre », conférence du 25 mars 2011 au musée d’Orsay : https://www.musee-orsay.fr/fr/agenda/evenements/approches-sociologiques-de-lart-au-xixe-siecle-ii?tx_ttnews[backPid]=221&cHash=e5beee6327

WALLER, Margaret, The Male Malady. Fictions of Impotence in the French Romantic Novel, New Brunswick, Rutgers University Press, 1993.

[1] Durant la première année de notre séminaire, ces approches variées ont donné lieu à plusieurs études sur différents auteures et auteurs du XIXe siècle. Sans reprendre le programme, nous les mentionnons ci-après, à titre purement indicatif : Honoré de Balzac, Gustave Flaubert, Ivan Tourgueniev, Yu Dafu, Paul Bourget, les frères Goncourt, Victor Hugo, Eugène Sue et George Sand.

[2] Éric Benoît, Hafedh Sfaxi (dir.), Impuissance(s) de la littérature ?, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011.

[3] Céline Roussel, Soline Vennetier (dir.), Discours et représentations du handicap. Perspectives culturelles, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2019.

[4] Voir les archives disponibles en cliquant sur le lien suivant : https://archat.irht.cnrs.fr/