Archives de catégorie : Les révolutions du corps

Sujet du séminaire des Doctoriales de la SERD pour 2018-2020.

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 15 juin 2019 : Choix du sujet pour la journée d’études des Doctoriales du printemps 2020

Il s’agit de notre dernière séance de l’année 2018/2019, avant reprise à l’automne !

Nous vous proposons donc de nous retrouver pour une séance spéciale au cours de laquelle, après discussion, nous choisirons le prochain thème de la journée d’études des Doctoriales, qui clôt traditionnellement les deux années de séminaire. D’ici samedi, vous pouvez préparer des idées de sujets, avec un petit argumentaire pour les défendre, et nous les envoyer à l’adresse habituelle. Ils doivent être liés à la problématique générale (“Les révolutions du corps au XIXe siècle”) et aborder un thème qui n’a pas fait l’objet d’une séance jusque-là.

Rendez-vous samedi, à 10h, dans la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-VII-Diderot.

Compte rendu de la séance du 25 mai 2019 : « Les révolutions épistémologiques du corps au XIXe siècle »

Étaient présents : Manon Amandio, Paul Brocart, Fanny Drouot, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Edouard Garancher, Yeon Jeong, Hélène Köll, Mathilde Leichlé, Lucie Nizard, Anne Orset.

La séance s’est ouverte sur une introduction d’Anne Orset et Romain Enriquez : elle portait sur la manière dont la littérature du XIXe siècle contribue à une révolution épistémologique sur le corps, de façon à la fois concurrentielle et alternative aux discours scientifiques.

A l’appui de cette idée, se sont ensuite succédé trois communications dont voici les résumés :

Fanny Drouot (Université Bourgogne Franche-Comté), « Zola et l’anthropologie : le corps du “sauvage” »

Au cours du XIXe siècle, le processus de naturalisation de l’homme amorcé par Buffon trouve une forme de conclusion avec les publications de Darwin, L’Origine des espèces en 1859 puis La Filiation de l’homme en 1871. Dès lors est actée l’origine simienne de l’homme qui remet radicalement en cause le dogme biblique et la vision d’un homme créé par Dieu. Ce bouleversement, perçu par Darwin lui-même comme un « meurtre », engendre des résistances fortes et son onde de choc se répercute aussi bien dans la vulgarisation scientifique que dans la littérature. C’est à cette révolution épistémologique que nous nous intéressons, à l’occasion d’un parcours pluridisciplinaire reliant l’anthropologie préhistorique et l’œuvre d’Émile Zola. Il s’agira de montrer comment la naturalisation de l’homme et l’affirmation de son animalité orientent les préoccupations de l’anthropologie préhistorique et trouvent une expression littéraire dans la description des corps des « sauvages » zoliens.

Romain Enriquez (Université d’Artois), « Une révolution épistémologique du corps : l’hystérie traitée par la littérature »

Pendant une grande partie du XIXe siècle, l’hystérie est presque unanimement regardée comme un mal féminin et organique, d’origine utérine, suivant son étymologie. Nous cherchons cependant comment le roman du second XIXe siècle (Flaubert, Zola, Mirbeau, Daudet et Villiers de l’Isle-Adam) dialogue avec les sciences (médecine, anatomie, physiologie, psychologie) sur la représentation, voire sur le « traitement » de l’hystérie et des hystériques. Non content d’attaquer les discours sociaux, médicaux, moraux en vogue, le récit de fiction parvient en effet à formuler des contre-théories ou des contre-pratiques de l’hystérie, des traitements concurrents et alternatifs qui contribuent à infléchir la façon dont on considère l’hystérique. Il s’agit ainsi de mettre à l’épreuve la capacité de la littérature à formuler une nouvelle épistémologie. 

Anne Orset (Paris Sorbonne Université), « Le Lavater des savants romanesques, ou l’art de connaître les scientifiques de la seconde moitié du xixe siècle d’après les traits de leur physionomie »

« Science du rapport qui lie l’intérieur et l’extérieur, la surface visible à ce qu’elle couvre d’invisible », la physiognomonie, théorisée dès la fin du XVIIIe siècle par Johann Kaspar Lavater, produit « un ensemble de figures-types, reconnaissables et facilement identifiables[ », dont l’étude des particularités physiques garantit le parfait déchiffrement des qualités morales. Nous souhaitons montrer que ce pseudo-savoir, introduit dans la fiction par Balzac dès l’Avant-propos de La Comédie humaine, est à la fois mobilisé et remodelé dans les portraits romanesques de savants de la seconde moitié du XIXe siècle, et qu’il contribue, malgré son apparente obsolescence épistémologique, à l’élaboration d’un personnage moderne, reflétant à sa manière la « crise des élites] » qui éclate au lendemain de la Révolution. En étudiant successivement le modèle physiognomonique archétypal du savant, sa dégradation en type « physiologiste », ainsi que sa transmutation en figure symboliste, à travers des exemples empruntés principalement à Bourget, Flammarion et Villiers de l’Isle-Adam, nous nous proposons de mettre au jour les ambivalences de l’autorité scientifique dans les fictions de l’époque.

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 25 mai 2019 : “Les révolutions épistémologiques du corps au XIXe siècle”

La prochaine séance des Doctoriales est organisée par Romain Enriquez et Anne Orset à l’université Paris-VII-Diderot samedi 25 mai, exceptionnellement dans la salle 579F du bâtiment Halle aux Farines, de 10h à 13h.
Elle abordera les révolutions épistémologiques du corps à travers une présentation générale du thème, suivie de trois communications dont voici les résumés :

Fanny Drouot (Université Bourgogne Franche-Comté), « Zola et l’anthropologie : le corps du “sauvage” »

Au cours du XIXe siècle, le processus de naturalisation de l’homme amorcé par Buffon trouve une forme de conclusion avec les publications de Darwin, L’Origine des espèces en 1859 puis La Filiation de l’homme en 1871. Dès lors est actée l’origine simienne de l’homme qui remet radicalement en cause le dogme biblique et la vision d’un homme créé par Dieu. Ce bouleversement, perçu par Darwin lui-même comme un « meurtre », engendre des résistances fortes et son onde de choc se répercute aussi bien dans la vulgarisation scientifique que dans la littérature. C’est à cette révolution épistémologique que nous nous intéressons, à l’occasion d’un parcours pluridisciplinaire reliant l’anthropologie préhistorique et l’œuvre d’Émile Zola. Il s’agira de montrer comment la naturalisation de l’homme et l’affirmation de son animalité orientent les préoccupations de l’anthropologie préhistorique et trouvent une expression littéraire dans la description des corps des « sauvages » zoliens.

Romain Enriquez (Université d’Artois), « Une révolution épistémologique du corps : l’hystérie traitée par la littérature »

Pendant une grande partie du XIXe siècle, l’hystérie est presque unanimement regardée comme un mal féminin et organique, d’origine utérine, suivant son étymologie. Nous cherchons cependant comment la littérature du second XIXe siècle dialogue avec les sciences sur la représentation, voire sur le « traitement » de l’hystérie et des hystériques. Non content d’attaquer les discours sociaux, médicaux, moraux en vogue, le récit de fiction parvient en effet à formuler des contre-théories ou des contre-pratiques de l’hystérie, des traitements concurrents et alternatifs qui contribuent à infléchir la façon dont on considère l’hystérique. Il s’agit ainsi, plus globalement, de mettre à l’épreuve la capacité de la littérature à formuler une nouvelle épistémologie. 

Anne Orset (Paris Sorbonne Université), « Le Lavater des savants romanesques, ou l’art de connaître les scientifiques de la seconde moitié du xixe siècle d’après les traits de leur physionomie »

« Science du rapport qui lie l’intérieur et l’extérieur, la surface visible à ce qu’elle couvre d’invisible », la physiognomonie, théorisée dès la fin du XVIIIe siècle par Johann Kaspar Lavater, produit « un ensemble de figures-types, reconnaissables et facilement identifiables[ », dont l’étude des particularités physiques garantit le parfait déchiffrement des qualités morales. Nous souhaitons montrer que ce pseudo-savoir, introduit dans la fiction par Balzac dès l’Avant-propos de La Comédie humaine, est à la fois mobilisé et remodelé dans les portraits romanesques de savants de la seconde moitié du XIXe siècle, et qu’il contribue, malgré son apparente obsolescence épistémologique, à l’élaboration d’un personnage moderne, reflétant à sa manière la « crise des élites] » qui éclate au lendemain de la Révolution. En étudiant successivement le modèle physiognomonique archétypal du savant, sa dégradation en type « physiologiste », ainsi que sa transmutation en figure symboliste, à travers des exemples empruntés principalement à Bourget, Flammarion et Villiers de l’Isle-Adam, nous nous proposons de mettre au jour les ambivalences de l’autorité scientifique dans les fictions de l’époque.




Compte rendu de la séance du 13 avril 2019 : « Le corps dansant » au XIXe siècle

Etaient présents : Fanny Arama, Romain Enriquez, Bénédicte Jarrasse, Yeon Jeong, Loïc Le Sayec, Vannina Olivesi, Grégoire Tavernier.

Nous avons eu le plaisir d’entendre, dans le cadre du séminaire sur Les Révolutions du corps, deux très belles communications dont voici les résumés :

Bénédicte Jarrasse : « Donner à voir le corps de la danse au XIXe siècle : du corps idéal de l’élue à la fétichisation du corps de ballet »

Le succès du ballet romantique sur les scènes européennes est indissociable d’un phénomène de médiatisation des spectacles et des artistes chorégraphiques, lui-même propice à la représentation des corps. Cette médiatisation s’exprime à travers des supports écrits, mais aussi, et surtout peutêtre, à travers des supports visuels, tels que la lithographie, la gravure, ou, peu plus tard, la photographie. Nous nous proposons de réfléchir aux représentations du corps dansant à partir des productions photographiques du premier portraitiste officiel des artistes du ballet de l’Opéra de Paris sous le Second Empire, Eugène Disdéri, inventeur bien connu du procédé de la photo-carte. Nous reviendrons d’abord sur la tradition lithographique du portrait d’artiste en ce qu’il nous paraît fonder un imaginaire proprement romantique du corps dansant, dont on trouve un écho dans les discours contemporains sur le spectacle chorégraphique. Le médium photographique offre, à sa suite, une image inédite du corps dansant : il ne donne pas seulement à voir le corps idéal de « l’étoile », entre terre et ciel, attaché au ballet romantique, mais bien la réalité d’un corps de ballet, ressaisi dans son ensemble – sa ressemblance comme sa dissemblance. Les usages, mémoriel ou commercial, de la photo-carte contribuent ainsi à mettre à jour, voire à exacerber, les tensions inhérentes à l’art chorégraphique – entre quête de légitimité et fétichisation du corps des interprètes.

Vannina Olivesi : « Une révolution radicale dans la danse classique : féminisation et construction de l’être artiste dans les galeries de célébrités contemporaines (1812-1862) »

À l’égal du théâtre chanté et récité, la danse théâtrale parisienne est l’objet, au fil du premier dixneuvième siècle, d’une intense médiatisation qui participe à construire les imaginaires sociaux définissant le corps professionnel des « artistes de la danse » de l’Opéra. Les galeries de célébrités et leur sous-genre, les galeries théâtrales que nous proposons ici d’étudier, sont des
« panthéons de papier » qui donnent à voir et à lire des séries de portraits gravés ou lithographiés, chacun faisant face à une notice biographique. L’artiste dramatique est ainsi représenté en pied, dans une pose remarquable, interprétant un rôle marquant de sa carrière tandis que la notice reconstitue sa trajectoire professionnelle en une sorte d’hagiographie. Il s’agira d’analyser images et textes, corps et carrières individuelles en ce que leur dialogue révèle certaines des mutations qui affectent le groupe des danseurs au sein de l’entreprise de spectacle. La féminisation des emplois hautement qualifiés, l’émergence d’un vedettariat spécifiquement féminin – et leur corollaire, l’affirmation de femmes chorégraphes – sont autant de facteurs qui « révolutionnent » le ballet dans un contexte où son statut d’art de la scène demeure sujet à débats. Notre communication, qui s’appuie sur un corpus de quinze galeries publiées entre 1812 et 1862, propose enfin d’articuler cette médiatisation de la célébrité féminine avec la fabrication, par les hommes de lettres, de représentations légitimantes de « l’être artiste » en danse – moralisation des moeurs, exaltation de la singularité et inscription dans le modèle vocationnel.

Prochaine séance des Doctoriales : samedi 9 mars 2019

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD est organisée par Hélène Dubail. Elle s’intitule “Formes convexes, formes concaves : la littérature face à l’invention de la silhouette”. Elle donnera lieu à une introduction d’Hélène Dubail (université Paris Nanterre) puis à deux communications :

Amélie de Chaisemartin (université Paris Sorbonne) : “Portraits de silhouettes : l’art du coup d’oeil dans le roman et la caricature des années 1830”.

Cyril Barde (université Paris VIII) : “Corps arabesques : silhouettes fantastiques autour de 1900”.

La séance aura lieu de 10h à 13h dans la bibliothèque Seebacher de l’université Paris VII. Tout Doctorant ou jeune chercheur qui travaille sur le dix-neuvième siècle peut y assister.

Communication aux Doctoriales de la SERD (séance du 26 janvier 2019) de Lucie Nizard

Dans le cadre de la séance “Regards sur la sexualité féminine”, Lucie Nizard a donné une communication sur “Les âges du désir féminin au XIXe siècle” dont nous avons le plaisir de donner le texte complet ici :

https://doct19serd.hypotheses.org/files/2019/02/Lucie-Nizard_Les-âges-du-désir-féminin.pdf

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure et agrégée de lettres modernes, Lucie Nizard est actuellement en deuxième année de thèse à l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, sous la direction d’Eléonore Reverzy. Son sujet de thèse est : « Poétique du désir sexuel féminin dans les textes narratifs en prose du second XIXe siècle ».

Compte-rendu de la séance du 26 janvier 2019 : « Regards sur la sexualité féminine au XIXe siècle »

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Vincent Berthelier, Carole Bourlé, Antonin Coduys, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Paul Faggianelli-Brocart, Azélie Fayolle, Yeon Jeong, Loïc Le Sayec, Mathilde Leïchlé, Lucie Nizard, Anne Orset, Marie-Agathe Tilliette, Erika Wicky.

Cette séance a donné lieu à deux communications dont voici les résumés :

Lucie Nizard (Université Sorbonne Nouvelle) : « Les âges du désir féminin »
Le XIXe siècle établit une stricte distinction entre le désir des jeunes filles, le désir des mères et le désir des femmes ménopausées. C’est cette temporalité du désir inscrite dans les évolutions physiologiques d’un corps de femme qui nous intéresse : il s’agit de montrer comment le XIXe siècle a créé à travers les discours religieux, médicaux et romanesques un imaginaire du corps désirant féminin déterminé par des cycles temporels. Cette physiologie fantasmée justifie une morale très stricte relayée par tous ces récits qui imposent des âges de désir (de la puberté à la ménopause) et des âges sans désir pour les femmes.

Mathilde Leichlé (École du Louvre) : « L’assimilation des courtisanes à Marie-Madeleine »
Bien que Marie-Madeleine ne soit jamais identifiée comme une prostituée dans la Bible, elle connaît une grande fortune dans la tradition chrétienne (vies de saints…) et particulièrement au XIXe siècle comme la figure de la pécheresse rachetée, à qui il sera beaucoup pardonné parce qu’elle a beaucoup aimé. De nombreux artistes (Paul Baudry, Jean Béraud, Alfred Stevens, Jules Lefebvre…) représentent Marie-Madeleine en courtisane, et elle inspire La Dame aux camélias de Dumas fils. Des actrices et des romancières se trouvent prises à cette représentation qui exprime la fascination du XIXe siècle pour le corps (la chevelure, le parfum…).

Nous vous donnons rendez-vous le samedi 9 mars pour une séance sur la silhouette.

Si vous souhaitez intervenir lors d’une prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD, n’hésitez pas à nous envoyer une proposition de communication d’environ 400 mots à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com


Prochaine séance des Doctoriales : samedi 26 janvier 2019

La prochaine séance des doctoriales de la SERD aura lieu le samedi 26 janvier 2019 à l’université Paris Diderot à partir de 10h, en salle 253E (bâtiment Halle aux Farines).

Organisée par Lucie Nizard, cette séance porte sur les représentations de la sexualité féminine. Nous entendrons deux communications : la première, de Lucie Nizard (Université Sorbonne Nouvelle), porte sur “Les âges du désir féminin” et la seconde, de Mathilde Leïchlé (École du Louvre), s’intitule « L’assimilation des courtisanes du XIXe siècle à Marie-Madeleine ».

Le séminaire est ouvert à tout doctorant ou jeune chercheur qui travaille sur le XIXe siècle.

Appel à communication

La séance des Doctoriales du samedi 9 mars 2019 aura lieu à la bibliothèque Jacques Seebacher de l’université Paris VII. Organisée par Hélène Dubail, cette séance est encore ouverte à des propositions de communication. Dans le cadre de notre séminaire sur “Les Révolutions du corps au XIXe siècle”, elle portera sur la notion de silhouette et est intitulée “Formes convexes, formes concaves : la littérature face à l’invention de la silhouette”.

Argumentaire 

Parmi les révolutions du corps qui s’opèrent au XIXe siècle, l’invention de la silhouette marque une étape importante. Georges Vigarello y voit « un moment précis de la culture occidentale : celui où l’individualisation spécifique du paraître est soumise à investigation, celui où le corps, plus que jamais, se donne comme le corps d’un sujet » (2012, p. 22). Le mot, né quelques décennies plus tôt pour désigner une technique particulière de dessin, semble en effet rapidement témoigner d’un regard nouveau porté sur les corps lorsqu’il quitte le domaine du seul graphisme pour passer dans le langage courant. On prend conscience, au XIXe siècle, que les contours sont parlants. La forme générale des corps peut être révélatrice de caractères ou de sentiments ; elle dévoile l’identité et fonctionne comme un assemblage d’indices à déchiffrer pour qui sait les observer.

Loin des corps idéalisés de la peinture académique, loin également des études qui se centrent sur les cas de difformité, l’intérêt pour la silhouette correspond d’abord à une attention portée au corps banal. On prend conscience de la diversité des morphologies – un autre néologisme du siècle – et on tâche ainsi, en s’attardant sur les détails des contours de chacun, à faire ressortir la singularité des individus. Parallèlement, comme le note l’historien, la silhouette opère une nouvelle classification. Tout en soulignant les particularités de chaque corps, la notion permet de rétablir une hiérarchie sociale mise à mal dans les premières décennies du siècle. Les corps ne sont plus, en effet, aussi lisibles qu’ils l’étaient avant la Révolution française car les habits se sont uniformisés ; les distinctions de morphologies vont donc remplacer les distinctions de vêtements pour juger, au premier coup d’œil, de l’appartenance d’un individu à telle classe sociale.

Or, dans ce nouvel uniforme qu’est la silhouette, ce sont d’abord les formes convexes et concaves qui servent de critères. À l’opposition que l’on faisait déjà entre grand et petit –question de taille – ou gros et maigre – question d’épaisseur – s’ajoute une distinction, plus nuancée, concernant la répartition des formes entre le haut et le bas du corps. La notion de silhouette invite à raisonner, avant tout, en termes d’équilibre. Courbure du dos, proéminence du ventre ou de la poitrine, arc des jambes et creux de la taille sont autant de formes convexes et concaves qui attirent désormais l’œil car elles se prêtent à une lecture sociologique. L’inflexion du corps par rapport à un hypothétique axe vertical devient signifiante, que l’on pense à la posture voûtée du mendiant, à la forme en poire du bourgeois profiteur dont la silhouette semble couler ou au redressement fier du torse du dandy, sans oublier la cambrure féminine qui se teinte d’érotisme.

Avec la notion de silhouette est donc apparu un nouvel état d’esprit, qui mènera à la naissance de la culture physique – pour « garder la ligne » – et aux grandes évolutions de lamode au début du XXe siècle. Mais si Georges Vigarello démontre bien comment les images –vignettes, caricatures et autres affiches publicitaires – ont influencé les mentalités, il n’aborde que très peu les effets qu’a pu avoir ce nouvel état d’esprit sur la littérature. Ne trouve-t-on pas, dans les écrits de l’époque, des procédés similaires à ceux des caricaturistes ? Les écrivains n’ont-ils pas cherché, eux aussi, à faire une lecture sociologique des morphologies ?

Il serait dès lors intéressant d’étudier la manière dont le concept a pu être transposé des arts graphiques à la littérature :

Retrouve-t-on sous la plume des écrivains un équivalent du tracé cursif des dessinateurs ? Les représentations littéraires des corps se simplifient-elles comme c’est le cas pour les représentations visuelles ? Comment relève-t-on, en littérature, le défi de l’économie de moyens ? Les genres littéraires marqués par la brièveté, d’ailleurs, font-ils un usage privilégié de la silhouette ? Tel est le type de questions que l’on peut se poser.

On s’interrogera également, bien entendu, sur la signification donnée aux formes des corps dans la littérature, quel que soit le genre littéraire abordé. Les formes convexes et concaves des personnages sont-elles données à lire comme des faisceaux d’indices ? Les postures élancées, affaissées ou cambrées traduisent-elles des caractères, des sentiments ? Les écrivains mettent-ils en évidence des silhouettes nouvelles qui n’auraient pas existé avant le XIXe siècle ? Créent-ils des types morphologiques à la manière des physiologistes et des caricaturistes ? Est-il d’ailleurs possible de décrire à grands traits des personnages sans tomber dans la caricature ? Enfin, quelles idéologies se cachent derrière la réduction d’êtres humains à des formes géométriques permettant de les classer ?

Bibliographie indicative

CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire du corps, t. II, De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, coll. Points, 2005.

LE MEN Ségolène (dir.), Pour rire ! Daumier, Gavarni, Rops, L’invention de la silhouette, Paris, Somogy, 2010.

VIGARELLO Georges, La Silhouette. Naissance d’un défi du XVIIIe siècle à nos jours,Paris, Seuil, coll. Point, 2012.

Afin de proposer une communication d’environ 400 mots, accompagnée d’une bio-bibliographie, vous pouvez nous écrire à l’adresse contact.doctoriales.serd@gmail.com

Compte-rendu de la séance du 10 novembre 2018 : « Souffrance et dégoût au XIXe siècle : les émotions face aux corps »

Étaient présents : Manon Amandio, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Paul Faggianelli Brocart, Édouard Garancher, Yeon Jeong, Hélène Köll, Loïc Maille, Anne Orset, Loïc Le Sayec, Grégoire Tavernier, Marie-Agathe Tilliette, Anna Hanotte-Zawiscak.

Cette séance à donné lieu à deux communications. Les résumés sont disponibles ici :

Manon Amandio : “Ce que le corps souffrant met en lumière : le cas de Bérénice d’Edgar Allan Poe”

À partir de la représentation du corps féminin dans la nouvelle “Bérénice” d’Edgar Allan Poe, cette communication propose d’étudier les modalités de lecture du corps dans la nouvelle fantastique à une période de développement du discours médical dans les oeuvres littéraires. La nouvelle Bérénice nous semble être un bon exemple pour cette étude, car elle met en scène une tentative de diagnostic du narrateur, qui s’improvise médecin pour tenter d’exercer du contrôle sur le corps souffrant de Bérénice. Mais cette tentative d’une analyse rationnelle du corps souffrant est à l’origine d’une autre forme de pathologie pour le narrateur : une obsession pour les dents de la jeune épouse, qui finira par mener le narrateur à sa perte. Nous verrons que les modalités de la représentation de ces mécanismes changent lorsque l’on inscrit la nouvelle dans un système plus vaste, celui de la réception de l’auteur américain en France et de la constitution d’un corpus national. 

Loïc le Sayec : “Dégoût et des couleurs (on ne dispute pas?)”. A propos de quelques corps dégoûtants chez Octave Mirbeau.

En étudiant différents passages des nouvelles et des romans d’Octave Mirbeau, cette communication se propose d’apporter des éléments de compréhension de la description du corps dégoûtant. Qu’est-ce qui rend un corps dégoûtant et pourquoi ? Il semble qu’un certain nombre de « lois » du dégoût président à la description des corps dégoûtants qui jalonnent les récits de Mirbeau. Loin d’être de simples passages sensationnalistes ou des évocations de spécimens tératologiques, les descriptions de corps dégoûtants semblent répondre à une poétique concertée, comme le montre l’existence d’en certain nombre d’archétypes. C’est souvent le même type de corps qui dégoûte, toujours décrit avec le même vocabulaire : Mirbeau semble avoir ses obsessions. À y regarder de plus près cependant, les choses se compliquent. Des corps semblables semblent ne pas dégoûter. Comment comprendre de telles différences ? Il semble que l’écriture du corps dégoûtant relève de lois plus complexes que celles de la simple perception des corps, révélant des enjeux politiques et moraux. Le narrateur qui prend en charge la description d’un corps porte aussi un jugement moral sur son propriétaire. Le corps dégoûtant s’inscrit dans une série de dispositifs littéraires dépendant de l’axiologie du récit ou visant à la construire. Ces rapports feront l’objet d’une interrogation visant à dégager quelques pistes pour comprendre les lois du dégoût à l’œuvre dans les textes.

Prochain rendez-vous le 7 décembre pour l’atelier d’Amandine Lebarbier, puis le 26 janvier pour une séance sur la représentation de la sexualité féminine.

Si vous souhaitez communiquer lors d’une prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD, n’hésitez pas à nous envoyer une proposition de communication d’environ 400 mots à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com

Séance du 10 novembre 2018

Bonjour à toutes et à tous, 

Nous nous réunissons samedi 10 novembre 2018 pour une nouvelle séance des Doctoriales, intitulée “Souffrance et dégoût au XIXe siècle : les émotions face aux corps”, et organisée par Manon Amandio.

Le séminaire aura lieu à l’Université Paris Diderot (Paris VII), dans la Halle aux Farines, en salle 280 F.

Notre rencontre se déroulera en deux temps. La première partie de la séance donnera lieu aux deux communications suivantes : 
– Manon Amandio : “Ce que le corps souffrant met en lumière : le cas de Bérénice d’Edgar Allan Poe”
– Loïc Le Sayec : “Dégoût et des couleurs (on ne dispute pas ?). A propos de quelques corps dégoûtants chez Octave Mirbeau”
En deuxième partie de séance, Hélène Dubail fera une présentation de l’outil Lipotexte, une bibliothèque thématique collaborative qui a pour objectif de numériser plusieurs thèmes littéraires et de suggérer des interprétations nouvelles.

Nous espérons vous y retrouver nombreux. Pour toute question, n’hésitez pas à nous écrire à l’adresse habituelle :

contact.doctoriales.serd@gmail.com

Compte rendu du 6 octobre et agenda des prochaines séances

Étaient présents : Manon Amandio, Fanny Arama, Nicolas Aude, Jordi Brahamcha-Marin, Paul Brocart Faggianelli, Antonin Coduys, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Edouard Garancher, Anna Hanotte-Zawislak, Yeon Jeong, Hélène Köll, Loïc Le Sayec, Anne Orset, Grégoire Tavernier, Marie-Agathe Tilliette.

Cette séance inaugurale pour le thème qui nous occupera jusqu’en 2020, Les révolutions du corps, a d’abord été l’occasion de se rencontrer et d’échanger, entre tous les participants et participantes, sur les thèmes et questions qui pourront être abordés lors des prochaines séances. La discussion a donné lieu à beaucoup d’idées stimulantes sur les révolutions du corps au XIXe siècle : la danse, le corps dans les colonies, les caricatures, les corps au théâtre, la tératologie…

Les membres du comité d’organisation – Manon Amandio, Fanny Arama, Romain Enriquez, Anne Orset et Marie-Agathe Tilliette – sont revenus sur différents points de l’argumentaire en proposant des pistes de réflexion et de problématisation sur le sujet. Un point a également été fait par Fanny Arama sur les ressources physiques (bibliothèques, centres dédiés à la recherche…) de la recherche dix-neuviémiste, et par Romain Enriquez sur les ressources numériques.

Cette séance a permis de fixer certaines dates du calendrier pour les prochaines séances, qui auront lieu aux dates suivantes : 10 novembre, 26 janvier, 9 mars, 13 avril, 25 mai et 15 juin.

Enfin, nous rappelons qu’il est possible, en assistant à une séance de séminaire des Doctoriales, de faire valider sa présence au titre de crédits ECTS pour la formation du doctorant. Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse habituelle: contact.doctoriales.serd@gmail.com

Rentrée des Doctoriales de la SERD

La séance de rentrée des Doctoriales de la SERD aura lieu ce samedi 6 octobre, de 10h à 13h. Elle se tiendra dans la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-Diderot (bâtiment des Grands Moulins, aile A, deuxième étage).

Elle sera consacrée à la présentation des Doctoriales, ainsi qu’à une introduction au thème choisi pour les deux années qui viennent : « Les Révolutions du corps au XIXe siècle ». Il sera également proposé un point méthodologique sur l’accès aux sources, physiques et numériques, du XIXe siècle.

N’hésitez pas à nous écrire pour toute demande d’information supplémentaire : 

contact.doctoriales.serd@gmail.com

Appel à contribution pour les prochaines séances des Doctoriales

LES RÉVOLUTIONS DU CORPS AU XIXe SIÈCLE

Placé dès le XVIIIe siècle sur la scène esthétique et politique, le corps se trouve au coeur des innovations littéraires, artistiques et scientifiques qui se développent au XIXe siècle.
De plus en plus visible dans le champ de l’analyse critique, il est toutefois pris après 1789 dans un écheveau de paradoxes. Voyant se succéder romantisme, naturalisme et idéalisme, la littérature du XIXe siècle oscille en effet entre exaltation du sentiment et exhibition des corps. La science, de son côté, est partagée entre célébration de l’objet artificiel et fascination pour les corps naturels, entre spiritualisme et matérialisme dans l’étude de la psyché. Face à un individualisme croissant, la société post-révolutionnaire contracte quant à elle une forme de nostalgie à l’égard des communautés organiques traditionnelles.
Au XIXe siècle, le corps est donc tout à la fois mis à nu, mis en valeur et mis en cause. Ce sont les enjeux esthétiques et critiques de cette « révolution corporelle » que nous nous proposons d’étudier lors des rencontres des Doctoriales de la SERD.

Objet d’étude pluridisciplinaire, concept plastique dont les virtualités métaphoriques ont été activées dès le XIXe siècle, le corps offre plusieurs pistes d’analyse que nous pourrons explorer au cours de nos deux années de séminaire (2018-2020).

Lire les corps

Au XIXe siècle, la médecine connaît une révolution épistémologique sans précédent, qui met le déchiffrement du corps au centre de ses préoccupations. À l’ère de la « naissance de la clinique1 », le physique dans toutes ses manifestations fait l’objet d’une véritable lecture, censée dégager les caractères de la norme à partir de l’observation des phénomènes pathologiques. La fièvre physiologique qui s’empare de la science contribue en outre à l’émergence et à la formalisation d’une psychologie matérialiste : souhaitant se défaire de l’emprise spiritualiste et dualiste des siècles précédents, les savants de l’époque tentent de « corporiser » l’étude de la psyché, que ce soit à travers la phrénologie, la physiognomonie ou encore la neurologie. Quels sujets d’étude inédits (corps souffrants, blessés, déformés) émergent de ces savoirs ? Comment la littérature et les arts s’approprient-ils le mode de présentation scientifique de ces corps nouvellement déchiffrés ?

Dans le sillage de cette lecture « indiciaire » des corps, se développent également de nouvelles disciplines (tératologie, médecine légale, anthropologie raciale et criminelle) qui dotent les instances politiques et scientifiques d’un véritable « biopouvoir ». Comme Michel Foucault l’a montré, les corps doivent se plier à une discipline institutionnelle, tout en étant soumis à un contrôle étatique et statistique de plus en plus marqué. On s’intéressera aux enjeux idéologiques et esthétiques soulevés dans le discours littéraire et social de l’époque par cette appropriation politique des corps, en faisant un usage critique des concepts de normes, de races et de genres.

Les corps en représentation

Le corps est un sujet esthétique majeur au XIXe siècle. Progressivement dévoilé, dénudé et exposé dans la peinture ou le dessin, il est également placé au centre des arts du spectacle qui se développent à cette époque, et il suscite un intérêt nouveau à travers l’émergence de la culture sportive. Dans la lignée des visual studies, il s’agit d’étudier les différents types de  supports (peinture, gravures, photographies, cinématographe, etc.) utilisés par les écrivains, les artistes et les publicistes de l’époque pour représenter le corps, sans oublier l’expansion sans précédent de l’image satirique et de la caricature du corps dans les journaux à grande diffusion (succès de Cham et de Daumier). On pourra également se demander comment les théories esthétiques formalisées au XIXe siècle renouvellent les genres mimétiques traditionnels (que ce soit à travers des blasons, des portraits ou encore des croquis anatomiques).

Dans la seconde moitié du siècle, la tendance est également à la célébration d’un physique « augmenté ». À l’exemple de Barbey (Du dandysme et de Georges Brummel) ou de Baudelaire (« Éloge du maquillage »), on pare les corps, on les sublime par l’artifice, on les dissimule par l’ajout de costumes et d’accessoires, de coiffures et de tatouages. Comment le corps cristallise-t-il les débats entre nature et culture, entre machines et organismes et comment redéfinit-il les rapports sociaux ?

Faire corps

Aux lendemains de la Révolution, la société du XIXe siècle passe d’un modèle « communautaire » (monarchie de droit divin reposant sur une forme de communion au corpus Christi) à un modèle « sociétaire » (démocratie bâtie sur le principe de la liberté individuelle) qui aboutit à « la déchirure du lien social ». Marquée par la disparition des corps anciens (états et corporations entre autres), elle se sent alors « menacée par les périls de “défédération”, de “dissociation” ou de “désagrégation” ». De surcroît, le corps des figures d’autorité traditionnelles, qui bénéficiait auparavant d’une aura particulière (en particulier à travers l’onction du monarque et la vénération des reliques), tend à se désacraliser et à se banaliser.

La sociologie naissante, qu’Auguste Comte appelle d’abord « la physique sociale », est alors fortement marquée par une pensée organiciste : malade, blessé ou amputé, le corps social a besoin d’être guéri et reconstruit. Comment ces réflexions sociologiques sont-elles prises en charge en littérature ? Quelles nouvelles instances individuelles (artistes, écrivains, sociologues) ou collectives (associations, partis politiques, sociétés savantes, cénacles littéraires) se mettent en place pour tenter de mettre fin à ce qui est vécu à l’époque comme un démembrement du corps social ?

À partir de l’analyse de Pierre Bourdieu qui décrit les « effet de corps dont les groupes littéraires et artistiques les plus fameux ont tiré d’immenses profits symboliques, jusque dans et par les ruptures plus ou moins éclatantes qui y ont mis fin8 », on étudiera les enjeux littéraires de ces reconfigurations sociales. La fondation de la Société des gens de lettres par Louis Desnoyers et Honoré de Balzac en 1838, mais également l’éclosion de groupes, d’écoles, de mouvements, souvent réunis et exposés au sein de revues très identifiables, façonne l’identité de l’écrivain désormais lié au corps de ses pairs. Il conviendra d’interroger les causes, l’évolution et les enjeux de ces mouvements qui « corporisent » l’arène littéraire et artistique tout au long du siècle.

Corpus d’auteurs, corps de lecteurs

Dans une perspective métalittéraire, on abordera enfin la présence physique de l’auteur dans ses oeuvres. Certains genres littéraires (comme les confessions, les pamphlets, ou encore les poèmes lyriques) accordent une importance toute particulière à l’incarnation de l’écrivain, en donnant une épaisseur matérielle à sa parole. Quel rôle joue la description du corps dans la construction d’un éthos auctorial ? Par le biais de l’analyse pragmatique et de l’histoire des sens, on pourra observer l’engagement physique et émotionnel du lecteur. Comment l’auteur parvient-il à lui ménager une place dans le corps de son texte ?
D’un point de vue plus métaphorique, on peut se demander comment une oeuvre parvient à « faire corps », soit par la volonté de son auteur (rédaction de préfaces et de manifestes, ou retour des personnages), soit par construction rétrospective de son éditeur (publications posthumes, éditions intégrales, etc.).

Les Doctoriales de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes (SERD) sont ouvertes à tous les doctorants et jeunes docteurs, dans toute la France et à l’étranger, dont les recherches portent sur l’histoire, les arts et la littérature du XIXe siècle. Nos rencontres sont conçues comme un espace d’échanges et de discussions entre jeunes chercheurs d’une même discipline. Elles se déroulent au sein de l’Université Paris-Diderot, une fois par mois, le samedi de 10h à 13h. Chaque séance porte sur un sujet précis en rapport avec la thématique générale du séminaire, et choisi préalablement par l’un des participants.
Nous invitons tout jeune chercheur dix-neuviémiste à proposer des thèmes de séances ou des communications en rapport avec « les révolutions du corps au XIXe siècle » pour le second semestre (janvier à juin 2019). Vous pouvez nous soumettre vos propositions à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com.