Archives de catégorie : Marges et marginalités

Séance des Doctoriales, samedi 20 novembre 2021 : « Savants à la page, savants à la marge. Paradoxes de l’éthos scientifique au XIXe siècle »

La prochaine séance des Doctoriales se tiendra le samedi 20 novembre prochain, de 10h à 13h, dans la bibliothèque Jacques Seebacher (Université de Paris, Grands Moulins, bâtiment A, 2ème étage). Cette séance nous permettra de tester la modalité “hybride”, puisqu’elle sera également accessible à distance, via Zoom : si vous êtes intéressé·e·s, il suffit d’écrire à contact.doctoriales.serd@gmail.com en demandant le lien de connexion.

Intitulée « Savants à la page, savants à la marge. Paradoxes de l’éthos scientifique au XIXe siècle », cette séance comprendra deux communications :

– Blanche Acloque (Université d’Artois), « La vie littéraire en marge de la carrière scientifique : parcours des savants écrivains ».

Au tournant du XIXe siècle, alors que la séparation des lettres et des sciences prend son point d’ancrage et que les spécialités scientifiques fleurissent, le savoir encyclopédique tend à disparaître. Pourtant, des savants de toutes catégories confondues (des médecins, des mathématiciens, des physiciens ou encore des biologistes) ont été tentés par l’écriture. Cette activité, le plus souvent inavouable, s’inscrit en marge de leur vie scientifique. En s’attardant sur les parcours de quelques personnalités scientifiques, nous tenterons de mettre en lumière les caractéristiques et les enjeux de leurs écrits. Cette étude s’appuiera sur les extraits d’un corpus de 80 scientifiques écrivains rassemblés dans le cadre d’une thèse ayant pour sujet le portrait du scientifique en littéraire contrarié (1852-1940) : analyse et exhumation d’un corpus oublié.

– Anne Orset (Sorbonne Université), « Le savant est-il maudit, lui aussi ? Scénographie du scientifique dans le roman de la seconde moitié du XIXe siècle ».

Modèle et concurrent de l’écrivain, le savant fait l’objet, à partir de 1850, de représentations ambivalentes : célébré par l’idéologie positiviste comme un prophète des temps modernes, en raison de sa capacité à expliquer les faits et à prédire les événements, il prolonge dans l’imaginaire collectif, et dans le roman singulièrement, la geste ancestrale du maudit, solitaire à la fois revendiqué et subi. Placé dans la fiction au cœur d’une scénographie réfléchie, le scientifique apparaît en marge de sa famille, de ses pairs et de la communauté en général. À l’heure où le scientisme s’applique à énoncer lois et déterminismes pour faire pièce aux théories romantiques de l’exception et du génie, cette marginalisation dissone et dérange. Est-elle une simple projection de l’écrivain sur son double savant ? Reflète-t-elle la vérité d’un état ou l’artificialité d’une posture sociale ? Réduit-elle le scientifique imaginaire à n’être que la résurgence d’un type littéraire ancien ? C’est à l’étude du savant en maudit et à l’élucidation des enjeux que cette mise en scène recouvre que nous nous consacrerons.

Séance des Doctoriales, samedi 23 octobre 2021 : visite guidée de l’exposition “Signac collectionneur”

Pour la rentrée des Doctoriales de la SERD et le début de la seconde année consacrée aux marges et marginalités au XIXe siècle, Mathilde Leïchlé a proposé une visite guidée de l’exposition “Signac collectionneur” du musée d’Orsay au commissariat de laquelle elle a collaboré.

Cette visite était l’occasion de s’interroger sur la marge et le centre dans la collection d’un artiste au tournant du XXe siècle.

Henri-Edmond Cross, Les baigneuses, 1899, repris en 1902, huile sur toile / Photographie : Fanny Arama.

Maurice Denis, Jeunes femmes sur la plage, 1897, huile sur bois / Photographie : Fanny Arama.

Théo Van Rysselberghe, Portrait de Paul Signac à la barre de son bateau l’Olympia, 1897, huile sur toile / Photographie : Fanny Arama.

Paul Signac, Femmes au puits, opus 238, 1892, huile sur toile / Photographie : Fanny Arama.

De gauche à droite : Cassandre Martigny, Loïc Le Sayec, Émilie Bauduin, Éva Le Saux, Fanny Arama, Samy Lagrange, Mathilde Leïchlé et Hélène Herman.

Séance des Doctoriales, samedi 17 avril 2021 : « Personnages secondaires et figurants dans le roman français au XIXe siècle »

La séance des Doctoriales du samedi 17 avril 2021 a eu lieu en ligne, via Zoom.
 
Elle était composée de deux communications :
 
– Marie-Agathe Tilliette (Université Paris Nanterre), « Les marges du système des personnages : l’exemple du roman historique français de la première moitié du XIXe siècle ».
 
 
– Eva Le Saux (Université Sorbonne Nouvelle), « Ceux qu’on voit dans les marges du roman : les figurants dans le roman réaliste du second XIXe siècle ».
 
Comme l’a montré Philippe Hamon à propos du roman zolien, le système des personnages se construit de façon hiérarchique et établit une distinction forte entre premiers et seconds rôles. Cette hiérarchie que l’on retrouve dans le roman réaliste en général se traduit souvent par l’occupation d’un espace plus ou moins étendu en fonction de l’importance du personnage, Alex Woloch parle à ce sujet du « character-space ». Mais si les personnages principaux et secondaires, même à un degré moindre, occupent le premier plan, une multitude d’êtres qu’on peine à qualifier de « personnages », en raison de leur très faible caractérisation, se meuvent dans un « arrière-plan » qu’on associe le plus souvent au décor ou au milieu. N’intervenant pas directement dans l’action, ils se situent donc dans cet espace mi-descriptif, mi-narratif, hybride et périphérique, qui constitue la marge du récit. Ces êtres, que l’on nommera « figurants », sont privés d’identité et ne bénéficient que d’une caractérisation réduite et ponctuelle, limitée souvent à une activité, une profession, une fonction. Très peu développés dans la fiction, ils gardent une potentialité référentielle forte, mais  peuvent aussi jouer des rôles symboliques. Dans l’ambition du roman réaliste de représenter la société dans son ensemble, les figurants jouent un rôle essentiel en élargissant les bornes du récit et en enrichissant la représentation.

Qui sont ces figurants ? À quelles classes sociales appartiennent-ils ? Quels rôles ces éléments effacés parviennent-ils tout de même à jouer ? En portant notre attention sur cette marge du récit, nous souhaiterions en étudier la composition et la fonction dans une perspective sociocritique. La marginalité au sein du roman est-elle le reflet d’une marginalité sociale ? Les choses semblent se passent différemment dans l’espace des figurants. Il se peut en effet que le roman réaliste, en opérant un certain brassage de la population, offre une forme d’égalité devant la marginalité romanesque.

Bibliographie indicative :

DAUNAIS, Isabelle, « Le personnage secondaire comme modèle : réflexions sur un déplacement », Fabula / Les colloques : Le personnage, un modèle a vivre [en ligne].

HAMON, Philippe, Texte et idéologie, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 1997.

HAMON, Philippe, Le Personnel du roman. Le système des personnages dans les Rougon-Macquart d’Émile Zola, Droz, 1998.

PIERRE-GNASSOUNOU, Chantal, « Séquestrations et quarantaines : aux frontières des Rougon-Macquart », Romantisme, n°95, 1997, p. 5-16.
 
PIERRE-GNASSOUNOU, Chantal, « ̈Je ne suis pas un personnage secondaire ou les soupirs de Mlle Remanjou », Poétique, n°161, Le Seuil, 2010, p. 3-20.

REVERZY, Eléonore, « Zola : territoires du roman », Poétique, Le Seuil, 2014, n°176, p. 179-192.

SAMOYAULT, Tiphaine, « Les trois lingères de Kafka. L’espace du personnage secondaire », Études françaises, n°41, 2005, p. 43-54.

SAMOYAULT, Tiphaine, « La banlieue du roman : l’espace du personnage secondaire », texte  initialement paru dans l’Agenda de la pensée contemporaine, 10, printemps 2008. Disponible en ligne : http://www.fabula.org/atelier.php?Espace_du_personnage_secondaire.

WOLOCH, Alex, The one vs the many : Minor Characters and the Space of the Protagonist in the Novel, Princeton University Press, 2003.

Séances des Doctoriales, samedi 29 mai 2021 : « Marginalités des “genres” : artistes femmes et genres mineurs »

La séance des Doctoriales du 29 mai 2021 a eu lieu en ligne et portait sur les marginalités des genres : artistes femmes et genres mineurs.

Elle a été composée de deux communications et d’un point méthodologique proposé par Claire Dupin de Beyssat :

– Aliénor Asselot (Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle), “Une marginalité au carré : le cas d’albums de chromos confectionnés par des femmes (Espagne, années 1870-1880).”

Dans le cadre de la thématique “Marges et marginalités au XIXe siècle”, je propose une séance qui adapte ces concepts aux objets originaux que j’étudie à l’occasion de ma thèse : les “albums de chromos”, confectionnés par des jeunes femmes dont on sait relativement peu de choses, si ce n’est qu’elles appartiennent à la bourgeoisie espagnole de la seconde moitié du XIXe siècle. Situés à la croisée de l’expression personnelle et de codes sociaux stricts, ces albums obéissent à un cahier des charges singulier, puisque leur principe est le découpage et le collage créatifs de chromos et d’éphémères, ces images “pauvres” et plurielles répandues dans l’espace public sous la forme de cartes commerciales, d’étiquettes de boîtes d’allumettes ou encore d’almanachs de poche. Ces albums sont le résultat ce que l’on désignerait aujourd’hui comme une forme de “scrapbooking” ou de “collimage”.

Parler de “marginalité” me semble particulièrement pertinent pour l’analyse de tels albums, d’abord par le matériau dont ils sont composés, les éphémères illustrés, que Bertrand Tillier qualifie d’objets “à la lisière de l’histoire de l’art”. En effet, en dépit de l’explosion de leur production au XIXe siècle et de leur diffusion massive au sein de l’espace public, l’histoire de l’art est longtemps estée indifférente à ces images, produites en séries, anonymement, et commercialisées dans des lieux externes aux “mondes de l’art”, tels la rue, le boulevard, les épiceries-merceries et grands magasins. Ces images, associées à un public populaire, au divertissement et à la publicité, ont ainsi été reléguées à une marge historiographique, alors même qu’elles sont l’une des productions visuelles les plus répandues de leur temps. Leur aspect jugé naïf et peu sérieux les a longtemps rendues “indignes” d’une valeur artistique justifiant leur étude.

Cette marginalité première se conjugue, dans le cas des albums de chromos, à celle de leurs créatrices, des jeunes femmes issues de la bourgeoisie espagnole, dont bon nombre de traités, de manuels et de lois définissent la place souhaitée dans l’ordre social. Assignées à l’espace privé du foyer, à l’intime, et entièrement dévouées à leur rôle de mère et d’épouse, les femmes en Espagne dans la seconde moitié du XIXe siècle sont exclues de l’espace public, du monde politique mais aussi artistique, tolérées dans les Académies des Beaux-arts dans la mesure où elles se consacrent à des genres dits “mineurs”, tels la nature morte ou le paysage. Leur créativité est ainsi marginalisée, acceptée dans le cadre d’activités jugées enfantines, parmi lesquelles ces albums de chromos, fruits de pratiques en apparence inoffensives qui consistent à manipuler un ensemble d’images flirtant avec le kitsch.

Je souhaite relativiser cette “marginalité au carré” en étudiant l’agentivité qu’offrent ces albums aux femmes de l’époque. J’étudierai ainsi en quoi ces objets peuvent constituer une stratégie créative permettant l’expression de singularités écartées des sphères artistiques officielles, comme une sorte d’interstice, de refuge, de lieu de résistance pour leurs créatrices, d’autant plus libre qu’on le juge insignifiant. Outre cet aspect expressif, je souhaite nuancer également la marginalité de ces pratiques dans le paysage artistique de l’époque, en montrant ce que ces albums ont de commun avec des expérimentations avant-gardistes qui seront portées aux nues quelques années plus tard, afin d’y voir le lieu d’explorations bien plus centrales qu’on a tendance à le penser.

– Eva Belgherbi (Ecole du Louvre / Université de Poitiers), “Sculptrices “en marges” ? Réflexions sur la construction d’un canon excluant.”

– Claire Dupin de Beyssat (Université de Tours), “Manipuler un corpus large et pluriel à l’aide d’une base de données.”

Séance des Doctoriales, samedi 19 juin 2021 : « Le marginal et le pathologique : représentations littéraires de la déviance au XIXe siècle »

La dernière séance des Doctoriales de la SERD de l’année 2020-2021 à eu lieu le samedi 19 juin 2021 en présentiel à la bibliothèque Jacques Seebacher (Université de Paris) et en ligne via Zoom.
 
La séance, intitulée “Le marginal et le pathologique : représentations littéraires de la déviance au XIXe siècle”, a été composée de deux communications :
 
 
Clara Joubert (ENS Paris-Saclay), “La figure de la vampiresse au XIXe siècle chez Baudelaire, Le Fanu et Whyte-Melville.”
 

Nous proposons d’interroger trois représentations littéraires de la vampiresse, et les diverses façons dont ces personnages sont en marge du monde, en nous penchant sur les modalités d’expression de leur(s) déviance(s). Dans Bones and I, l’interlocuteur du narrateur lui raconte sa rencontre avec Mme de St. Croix, une femme fatale qu’il soupçonne d’être un vampire, qui détruit ses amants successifs. Dans la nouvelle Carmilla, Laura, la narratrice adolescente et Carmilla deviennent très proches, mais la santé de Laura décline et les cauchemars se font nombreux, jusqu’à la révélation de la vraie identité de Carmilla, vampiresse. Enfin, le poème de Baudelaire “Les Métamorphoses du Vampire” offre la description macabre d’un rapport sexuel avec une femme séductrice et monstrueuse.

La vampiresse est historiquement la figure la plus ancienne de vampire et probablement la plus répandue géographiquement. Son origine est liée à la mort des nourrissons et l’idée que les mères en étaient responsables. Trois mille ans avant Jésus Christ apparaît la déesse Lilith, réputée pour épuiser les hommes de leur force vitale (Brodman, 2013, introduction). Les trois vampiresses que nous étudions aussi évoquent ces ces figures terrifiantes, et sont semblables en de nombreux points : ce sont des femmes sensuelles et voluptueuses, typiques de la “femme fatale” ; elles sèment violence et destruction ; elles sont caractérisées par un dualisme attraction/répulsion. Leur aspect marginal s’illustre de diverses manières.

Les vampiresses sont en marge de l’humanité, d’abord. Leur aspect monstrueux transparaît dans le thème de l’hybridation, notamment à travers de nombreuses comparaison avec les animaux, et dans certaines de leurs caractéristiques physiques menaçantes (les cheveux serpentins de Carmilla, la description de la vampiresse baudelairienne). Si elles ont une apparence humaine à première vue, afin de mieux séduire leurs victimes, elles sont en réalité à la périphérie de l’humanité.

Elles sont à la marge entre la réalité et le rêve ; comparées à des fantômes, des esprits, elles évoquent “l’inquiétante étrangeté” freudienne, notamment Carmilla, que Laura croit avoir déjà rencontrée dans ses rêves de petite fille. Elles peuvent également être analysées à la lumière de la séduction de Baudrillard, pour qui la séduction féminine repose sur le leurre (Baudrillard, 1990). Leur nature secrète et leurs talents pour les déguisements ne sont pas accidentels ; elles menacent l’ordre rationnel associé au masculin et leur séduction constitue “une magie noire de détournement de toutes les vérités, une conjuration de signes, une exaltation des signes dans leur usage maléfique” (Baudrillard, 10).

En marge de la nation (Carmilla est hongroise, suscite des interrogations quant à ses pratiques religieuses, et sa mère est française ; Mme de St. Croix est d’origine française), elles inquiètent par la sauvagerie associée à la France, par leur extranéité menaçante et évoquent l’anxiété d’un retour du Catholicisme.

Enfin, et c’est peut-être cette déviance qui est la source de toutes les autres, ces femmes sont en marge du genre, des rôles sexo-spécifiques. Loin d’être de passifs objets désirables, elles deviennent des sujets désirants, et adoptent des comportements sexuels perçus comme déviants : séduction destructrice chez Whyte-Melville et Baudelaire, lesbianisme chez Le Fanu. Leur violence, bien éloignée de la figure de la mère tendre et aimante, tient également du renversement des rôles : Carmilla se procure l’épée de Spielsdorf, symbole phallique suggérant qu’elle s’empare du pouvoir masculin, et, à la manière d’un fauve, la vampiresse baudelairienne adopte une rhétorique guerrière (“seins triomphants”, “j’étouffe”, “bras redoutés”, etc.).

Notre projet est ainsi de montrer que les vampiresses détruisent les distinctions binaires en embrassant un rôle profondément marginal. Poser la question de leur marginalité permet d’initier une réflexion sur la nationalité, l’humanité et la monstruosité, la féminité et le genre, et surtout la déviance vis-à-vis de ces concepts : monstrueuses, étrangères, ni femmes ni hommes, comment les vampiresses remettent-elles en question ces classifications ?

Clara Joubert
M2 FESup – ENS Paris-Saclay

Bibliographie

Sources primaires

Baudelaire, Charles. “Les Métamorphoses du Vampire,” in Les Epaves (pièces censurées des Fleurs du Mal). Hambourg : Tredition Classics, 2012.

Le Fanu, Joseph Sheridan. Carmilla. Wroclaw : CreateSpace Independent Publishing Platform, 2016.

Whyte-Meville, George John. Bones and I; or, The Skeleton at Home. Miami : HardPress Publishing, 2013.


Sources secondaires

Auerbach, Nina. Woman & the Demon. The Life of a Victorian Myth. Cambridge, Massachusetts : Harvard University Press, 1982.

Baudrillard, Jean. De la Séduction. Saint-Amand : Folio Essais, 1990.

Berthin, Christine. “Le monde Gothique de Le Fanu : cryptonymes et mots étrangers.” Cahiers victoriens et édouardiens, 78 Automne, 01 septembre 2013. http://journals.openedition.org/cve/795

Brodman, Barbara and James E. Doan. The Universal Vampire. Origins and Evolution of a Legend. Lanham, Maryland : Fairleigh Dickinson University Press, 2013.

Currie, Stuart. “George Whyte-Melville, Vampirism, and the Crimean War.” Victorian Web. http://www.victorianweb.org/authors/whyte-melville/currie1.html

Dijkstra, Bram. Fantasies of Feminine Evil in fin-de-siècle culture. New York : Oxford University Press, 1986.

Edwards, Meghan. “The Devouring Woman and Her Serpentine Hair in Late-Pre-Raphaelitism.” Victorian Web. 2004. http://www.victorianweb.org/painting/prb/edwards12.html

Freud, Sigmund. The Uncanny. Great Britain : Penguin Modern Classics, 2003.

Mitchell, Donna. ” “If you were less pretty I think I should be very much afraid of you”: A Female Personification of Death in Irish Gothic Literature.” 2015. https://www.lib.latrobe.edu.au/ojs/index.php/wfb/article/viewFile/450/505

 
– Ye Xu (ENS Paris), “À la marge de l’esprit équilibré : la névrose dans la littérature française de la fin du XIXe siècle.”
 

     La société française de la seconde moitié du XIXème siècle a connu un mythe de l’épidémie de « névrose » — dans son sens préfreudien et dix-neuviémiste : maladie du système nerveux. A l’époque les médecins et puis la presse voyaient ou croyaient voir une croissance importante du nombre de détraquements mentaux, ou même parmi les gens qui ne montraient pas de symptômes pathologiques de l’aliénation, un nervosisme ambiant épidémique présent dans l’état d’esprit du public. L’idée que la névrose est la maladie du siècle était largement acceptée. En particulier dans les trois dernières décennies du siècle, la névrose est devenue un trait caractéristique de ce temps. La presse ne cesse de confirmer cette constatation : « On ne contestera pas que nous sommes à une époque de nervosisme. » (Les névrosés, Figaro : journal non politique, 20 avril 1894)

     Dans ce contexte du souci pour l’hygiène mentale, la littérature commença aussi à s’intéresser ou même à se focaliser sur les gens qui étaient censés vivre à la marge de la normalité ou l’équilibre psychique. De nombreux écrits fictionnels donnent aux lecteurs des scènes ou des discussions sur la névrose, ou les sous-catégories de la névrose : « névrosisme », « nervosisme », « hystérie », « hyperesthésie », « neurasthénie », « névralgie » etc. Sans parler du répertoire de névropathes dans les œuvres de Huysmans et de Zola, il y a des romans spécifiquement consacrées à ce sujet : Les hystériques de Paris, Le Mal du Cœur. Roman Parisien, L’hystérique, Névrosé, Les Amours d’un interne, La dernière Héloïse etc. Ce genre de romans décrivent des crises de folie : « C’était des hystériques. Les unes enfoncées dans un mutisme volontaire, absurde et entêté ; les autres livrées à une étrange surexcitation. » (Les Amours d’un interne, Jules Claretie ) De plus, ces romans simplifient les symptôme complexes de la névrose, et caricaturent particulièrement trois traits principaux : hypersensibilité, irrationalité, dépression. Sous les plumes de littérateurs, ce qui constituent la névrose est à priori ces trois caractères,  qui sont à la marge du concept de la normalité de l’époque.

     La marginalisation de ces trois caractères névrotiques rejoigne un courant de pensée médico-sociologique — celui de la dégénérescence, qui se manifeste également dans ces romans. N’étant pas prouvé par la science médicale, la notion de dégénérescence ressemble plus à un terme moral qu’à un terme scientifique, capable de ramasser tous les éléments humains jugés être « déviés » du « type primitif » — dont le sens est visiblement sensé se charger d’une forte connotation idéologique. « Il permet de se débarrasser (moralement d’abord) des fous, des délinquants, des vagabonds, des faibles d’esprit, des fainéants, des « détraqués », des hystériques, des « races serviles », de ceux que Vacher de Lapouges nomme « les déchets » de la société. » (1889. Un État du discours social, Marc Angenot)

     L’attention portée par les littérateurs sur la névrose ne se limite aux romans, mais se diffuse jusqu’à la critique littéraire et la vie personnel des écrivains. D’un côté, des critiques dont Max Nordao, cherchèrent à diagnostiquer des organisations pathologiques d’un auteur, à partir de ses écritures soupçonnées d’être des expressions symptomatiques de maladies. De l’autre côté, la névrose symbolisa certaines valeurs estimées par ces poètes, de sorte qu’ils se réjouissaient de porter l’étiquette de la névrose pour se démarquer. En revanche, tout ce qui « était une existence d’équilibre et de santé parfaite » « aurait constitué, aux yeux d’un poète décadent et névrosé, la pire des infernales existences» (Des Fous , Émile Goudeau). 

AAC / DE LA MARGE AU SCANDALE AU XIXE SIÈCLE / Journée d’études 2022 des Doctoriales de la SERD

DE LA MARGE AU SCANDALE AU XIXE SIÈCLE

Journée d’études 2022 autour de la thématique des Doctoriales de la SERD :

« Marges et marginalités au xixe siècle »

 

Le but de cette journée d’études est de réfléchir à la manière dont les discours et les esthétiques « de marge » ou sur la marge et la marginalité au xixe siècle font « événement » à travers le scandale, des voix artistiquement avant-gardistes, ou encore différentes stratégies publicitaires. Les discours et les esthétiques de marge doivent-ils nécessairement faire « effraction » pour s’imposer médiatiquement au xixe siècle ? Si tel est le cas, en quoi consiste cette effraction exactement, et dans quelle mesure coïncide-t-elle avec « les premiers protocoles modernes de publicité littéraire »[1] ?

Chaque époque définit des normes ; l’ensemble des individus et des discours se positionnant en dehors de celles-ci peuvent donc être représentés ou se revendiquer comme étant « en marge ». Le modèle « centre-périphérie » en littérature engage, outre une certaine répartition des rôles entre les institutions et les acteurs qui les incarnent, un rapport au prestige, au pouvoir et à la notoriété. Les discours littéraires et les esthétiques « en marge » ou portant sur la marge constituent des zones périphériques « moins doté[e]s en moyens matériels ou symboliques »[2] que le centre. Leur diffusion et leur reconnaissance par le grand public sont ainsi compromises par une relation hiérarchique de domination médiatique. Quant au scandale, il est depuis l’Antiquité un des moyens les plus efficaces de faire entendre la voix des auteurs, des discours et des pratiques artistiques marginaux. Ce qui définit le scandale, c’est la hardiesse de la prise de parole, qu’elle soit artistiquement avant-gardiste ou politiquement réfractaire, ainsi que sa résonnance dans la sphère publique : il fait partie d’une stratégie communicationnelle qui permet aux auteurs de discours et d’esthétiques « de marge » d’être entendus. Les notions de « marge » et de « scandale » entretiennent de fortes affinités avec le champ littéraire. La compréhension de leur articulation doit néanmoins toujours se faire en fonction du contexte social et politique : les mœurs du moment les désignent comme tels et signalent un objet artistique non identifié, récalcitrant aux formes existantes et provocateur dans sa forme et son contenu. Dans le cas des discours et des esthétiques « de marge », « faire événement » s’impose avant tout dans une perspective de lutte contre une doxa qui les exclut en les bâillonnant ou en les invisibilisant.

Au xixe siècle, l’utilisation du scandale pour donner à entendre des discours « marginaux » ou portant sur la marge a connu une importante croissance, pour des raisons à la fois politiques et médiatiques. De la Restauration à la Troisième République, diverses phases de censure ont pu pousser les auteurs et leurs éditeurs à inventer des modalités de publicité différentes selon les possibilités conférées par la succession de régimes autoritaires et de régimes plus libéraux. Ce sont dans le même temps les modalités médiatiques de la prise de parole publique qui ont été bouleversées, avec le considérable développement de la diffusion de la presse – des petites revues aux journaux de masse.

Dans Illusions perdues, Balzac fait dire à Madame d’Espard présentant Lucien de Rubempré à l’écrivain Canalis à l’Opéra : « Il n’a pas encore d’ennemis qui puissent faire sa fortune en l’attaquant ». La notoriété parisienne s’acquiert alors de façon privilégiée par le scandale, y compris en littérature. On peut aussi penser aux polémistes et aux écrivains qui se situent aux marges des grands courants esthétiques de la seconde moitié du xixe siècle (malgré l’ample diffusion médiatique que les écoles réaliste, naturaliste ou symboliste promettent), ayant tout à gagner de l’éreintement, surtout dans Paris, « meilleure scène pour l’étalage », « centre de tous les échos, [ville] à travers laquelle passent toutes les nations du monde ! »[3]. Par exemple, le goût de Barbey d’Aurevilly et de Léon Bloy pour l’exercice polémique participe activement d’une stratégie de communication ; l’un et l’autre savent qu’on existe surtout par ses contradicteurs. Barbey d’Aurevilly attend « with anxiety » leur charge, car « rien ne [lui] est plus agréable, pas même l’éloge, que les témoignages de la haine de [ses] Ennemis. Être scié en quatre dans la Liberté de penser [constitue] pour [lui] la volupté la plus moelleusement dissolvante » ; et s’ils ne réagissent pas, il leur « récri[t] pour [leur] demander s’il manque[nt] de cœur »[4]. Baudelaire se réjouit lui aussi d’avance, dans sa correspondance, après la parution des Fleurs du Mal, du « bel éreintage général qui attirera la curiosité »[5] et qui signale le début de sa notoriété.

Le scandale n’arrive toutefois pas que par le biais de la presse : on peut songer à Alfred Jarry, dont le travail de dramaturge prône des rapports de force et de conflit avec le lecteur-spectateur. Si l’iconoclasme de Jarry reste exceptionnel dans le monde du théâtre de la fin-de-siècle, il n’en rebaptise pas moins la scène comme un lieu où les discours et les gestes sont d’un soir à l’autre potentiellement subversifs et nouveaux, et où la parole officielle, celle du pouvoir et du « bon goût national », est dédramatisée. Jarry affiche dans ses articles une radicalité théorique qui mènera à l’« anti-théâtralité »[6] et au scandale provoqué par la représentation d’Ubu Roi. Ce scandale repose avant tout sur « l’insertion d’un terme apparemment grossier à l’initiale d’un spectacle, sa répétition constante agrémentée de bruits évocateurs » et le « renversement total des propositions scéniques traditionnelles » qui introduit « la pratique de guignol dans un spectacle d’adultes »[7]. Il est certes une composante esthétique de la dramaturgie de Jarry, mais il est également prémédité afin de provoquer un public réduit à « une foule inerte », « incompréhensive et passive », que Jarry entend frapper « de temps en temps, pour qu’on connaisse à ses grognements d’ours où elle est – et où elle en est »[8]. Ce goût de la provocation se retrouve dans les happenings de divers groupes artistiques et littéraires qui s’inscrivent dans le sillage des dadaïstes et des surréalistes.

Le scandale n’est pas l’apanage d’artistes « marginaux » : il suffit de songer aux premières représentations d’Hernani de Victor Hugo en 1830, qu’on qualifia dans un premier temps de « bataille d’Hernani », pour évoquer paradoxalement, dans un second temps, le « devenir classique »[9] de cette œuvre tout au long du xixe siècle. Peut-on comparer l’usage du scandale chez un auteur de premier plan avec celui d’un inconnu qui cherche à se faire une place dans le monde des lettres ? La provocation engage-t-elle une efficacité sur le long terme afin de faire reconnaître la valeur d’un discours ou d’une œuvre « marginaux », ou n’a-t-elle vocation qu’à assurer une visibilité de court terme ? La notion de « canon » et la façon dont ce dernier se construit sont étroitement liées aux modes d’articulation du scandale et de la marginalité. Beaucoup d’écrivains évalués aujourd’hui comme « canoniques » ont été perçus à un moment ou à un autre comme scandaleux à leur époque, mais beaucoup d’autres, oubliés aujourd’hui, n’auront rencontré qu’un succès bref en dépit de leur aura scandaleuse. Le scandale est-il un outil nécessaire pour imposer à un public récalcitrant une beauté esthétique perçue comme marginale et neuve ? On se réfèrera pour ces questions aux recherches en cours de Florence Naugrette et au récent colloque qu’elle a contribué à organiser sur « Le canon théâtral à l’épreuve de l’histoire »[10].

Il s’agira donc, lors de cette journée d’études, de mettre en relation les discours et les esthétiques en marge ou portant sur la marge et la marginalité avec des pratiques éditoriales et/ou médiatiques contestataires, spectaculaires et innovantes, visant à faire entendre leur voix. Comment ces discours, qui, à l’époque de leur parution, constituent des discours et des esthétiques de marge, prétendent-ils habiter un espace social excluant et à quelles stratégies rhétoriques et discursives ont-ils recours pour exister ? Quels types de pratiques scandaleuses ou spectaculaires peuvent être identifiées à un « événement littéraire » voué à faire apparaître des esthétiques et des discours nouveaux, iconoclastes et marginaux, prétendant à de plus ample diffusion et reconnaissance médiatiques et historiques ? Quand leur réception est houleuse, laborieuse ou difficile, quelles stratégies discursives les écrivains mettent-ils en place pour préparer le public à des discours et à des esthétiques hors-norme ?

 

Nous serons particulièrement attentifs aux propositions de communication se situant dans les axes de réflexion suivants :

  • Discours de marge, scandale et genre littéraire au xixe siècle

Le scandale en poésie, au théâtre ou dans un roman n’ont pas les mêmes objectifs ni la même portée : en quoi les modalités scandaleuses diffèrent-elles en fonction du genre littéraire ? Existe-t-il un genre qui serait perçu comme particulièrement « scandaleux » par le public pour diffuser des discours « marginaux » ?

  • Discours de marge et scandale au théâtre au xixe siècle

Les travaux de François Lecercle sur l’ingéniosité spectaculaire au théâtre ont montré combien l’histoire même du théâtre était en partie liée à celle du scandale[11]. Florence Naugrette quant à elle interroge les mises en récit de l’histoire du théâtre : les dramatisations des scandales, des succès et des chutes, ou encore la « légendarisation » des chefs de file novateurs, afin de mieux cerner les a priori mémoriels de cette histoire. À l’aune de ces pistes, il s’agira donc de s’interroger sur la spécificité du scandale théâtral au xixe siècle : quelles en sont les modalités pratiques ? Quelle serait la meilleure typologie du « scandale » de théâtre au xixe siècle, en fonction du type de marginalité du discours, de la pièce, de la salle où elle est mise en scène ?

  • Voix mineures, censure et scandale

De par leur nature marginale, les voix mineures peinent à imposer leurs œuvres sur la scène médiatique. La voix mineure porte un discours collectif en contradiction avec le centre et semble par essence condamnée à la censure. On pourra s’intéresser à la double condamnation à l’invisibilité que constitue la censure pour les voix mineures. Ne sont-elles pas alors amenées à s’autocensurer, lisser leur discours, dans un premier temps, pour exister ? On pourra comparer les types de pratiques scandaleuses ainsi que leurs conséquences pénales selon la place qu’occupent les auteurs dans la société et sur la scène littéraire. On pensera notamment aux voix féminines et à leurs stratégies médiatiques, de Flora Tristan à Louise Michel.

  • Discours et esthétiques de marge et transgression des normes du bien-dire 

Des polarisations idéologiques apparaissent dans la littérature et l’écriture au cours du xixe siècle, qui voit notamment naître une révolte sociale provoquée par les nouvelles conditions de travail liées à la Seconde Révolution industrielle en Europe occidentale. Les écrivains sensibles aux courants socialistes, proudhoniens ou anarchistes dénoncent par exemple souvent le « bon goût » et la « respectabilité » des classes privilégiées, qui abusent d’une situation économique en pleine expansion capitaliste. Parfois, ils leur opposent une transgression des normes du bien-dire et choisissent des supports (journaux, pamphlets, brochures) et des langages mineurs ou de marge, seuls aptes à exprimer les sentiments radicaux qui animent leurs pensées et leurs actions. Par quelle transgression du « bon goût » ou du « bien-dire » les voix idéologiquement rebelles et réfractaires du xixe siècle s’expriment-elles et dans quelle mesure cette transgression participe-t-elle de leur tentative de visibilité ?

  • Discours de marge, spectacle et mise en scène de soi 

Comme l’a montré José-Luis Diaz, la fabrication de l’écrivain à partir de l’époque romantique est rendue nécessaire par son éloignement avec le lecteur d’Ancien Régime : « Parce qu’il suppose communication théâtralisée d’un dire solitaire, l’exercice littéraire rend nécessaire cette auto-mise en scène de soi »[12]. Celle-ci passe par la construction d’un ou de plusieurs personnages qui le représentent au sein des œuvres fictionnelles, mais également par un accroissement du paratexte : préfaces, correspondances, journaux intimes, voix critique… Aux époques réaliste et naturaliste, cette fabrication de l’image auctoriale est accentuée par les interviews de presse dans lesquelles les écrivains se mettent en scène au sein d’autoreprésentations catégorisantes et idéologiquement orientées. Comment les auteurs des discours de marge ou sur la marge saisissent-ils ces nouvelles opportunités médiatiques et éditoriales pour se mettre en scène et dans quelle mesure adoptent-ils une « spectacularisation », parfois scandaleuse, d’eux-mêmes ? Qu’en est-il par ailleurs des auteurs qui refusent la mise en scène publique de soi – phénomène qui touche autant des auteurs « littéraires » (Flaubert) que « grand public » (Labiche) ?

  • Stratégies publicitaires et scandale au xixe siècle

Les nouvelles possibilités de prise de parole au xixe siècle sont « assortie[s] de tensions et de malaises »[13]. Yoan Vérilhac parle d’une « surexposition médiatique du débat littéraire » aux alentours de 1890 et montre la résistance qu’affichent les petites revues vis-à-vis des nouvelles pratiques publicitaires de la grande presse, qui refusent de « faire de la chronique littéraire une parole sociale, tournée vers l’abonné et façonné selon le bon sens et les discours communs […] contre le littéraire »[14]. Marie-Eve Thérenty rappelle que le xixe siècle voit l’apparition de constructions publicitaires « pensée[s] et orchestrée[s] » autour de la parution d’une œuvre, afin qu’écrivains et éditeurs en tirent un parti commercial. On pourra réfléchir aux types de stratégies mises en place par les auteurs, les éditeurs ou les journalistes pour faire parler d’une œuvre, aux arrangements conclus pour imposer un discours ou un auteur sur la scène médiatique, et à leur efficacité sur les court, moyen et long termes.

***

Ayant vocation à favoriser un dialogue interdisciplinaire, cet appel est ouvert à tous chercheurs et jeunes chercheurs en littérature, en histoire de l’art et en arts visuels. Les propositions de communication (une demi-page) devront être adressées au plus tard le 30 novembre 2021, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, à l’adresse suivante :

journeedetudesserd2022@gmail.com

Cette journée d’études est organisée par Fanny Arama (Université Paris Diderot), Claire Lépinay et (Université Clermont Auvergne) et Agnès Parmentier (UVSQ-Université Paris-Saclay).

 

Bibliographie indicative :

  • Angenot, Marc, La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1995.
  • Bertrand, Jean-Pierre et Lise Gauvin (dir.), Littératures mineures en langue majeure. Québec / Wallonie-Bruxelles, Bruxelles – Montréal, P.I.E. Peter Lang et Les Presses Universitaires de Montréal, 2003.
  • Boulomié, Arlette, Errance et marginalité dans la littérature, Recherches sur l’imaginaire, Presses d’Université d’Angers, 2007.
  • Deleuze, Gilles et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Les Éditions de Minuit, 1975.
  • Dosse, François, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre Sphinx et Phénix, Paris, PUF, 2010.
  • Dufief, Pierre-Jean, et Perrin-Daubard, Marie (dir.), Violence politique et littérature au xixe siècle, Actes du colloque de l’université Paris-Ouest Nanterre, avril 2010, Paris, éditions Le Manuscrit, Coll. « L’esprit des lettres », 2012.
  • Garrait-Bourrier (Anne) (dir.), De La norme à la marge. Écritures mineures et voix rebelles, Presses Universitaires Blaise Pascal, Coll. « Littératures », 2010.
  • Lecercle, François, et Thouret, Clotilde (dir.), La haine du théâtre : controverses européennes sur le spectacle. Vol. 1, Controverses et polémiques et Vol. 2, Discours et arguments, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, Coll. « Littératures classiques », 2019.
  • Léger, Céline, Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870), Saint-Étienne : Presses Universitaires de Saint-Étienne, Coll. « Le xixesiècle en représentation(s)», 2021.
  • Michaud, Stéphane (dir.), Un fabuleux destin : Flora Tristan, éditions universitaires de Dijon, 1985. Actes du colloque de Dijon, mai 1984.
  • Naugrette, Florence, Le Théâtre romantique. Histoire, écriture, mise en scène, Seuil, « Points Essais», 2001 [rééd. 2012].
  • Naugrette, Florence, Le Théâtre français du XIXe siècle, sous la direction de Hélène Laplace-Claverie, Sylvain Ledda et Florence Naugrette, Anthologie de l’Avant-Scène Théâtre, 2008.
  • Naugrette, Florence, Le Texte de théâtre et ses publics, actes du colloque de Rouen (2007) réunis par Ariane Ferry et Florence Naugrette, Revue d’Histoire du Théâtre, 1er trimestre 2010.
  • Perrot, Michelle, Des femmes rebelles : Olympe de Gouges, Flora Tristan, George Sand, Tunis, Elyzad Poche, 2014.
  • Riot-Sarcey, Michèle, La doctrine saint-simonienne : textes et enjeux, d’hier à aujourd’hui, texte de Michèle Riot-Sarcey, Philippe Régnier, Neil McWilliam [et al.], Conférence de la Bibliothèque Nationale de France, copie numérisée, 2007.
  • Riot-Sarcey, Michèle, Bouchet, Thomas et Picon, Antoine, Dictionnaire des utopies, 2è édition, Paris, Larousse, 2008.
  • Saminadayar-Perrin, Corinne et Millot, Hélène (dir.), Spectacles de la parole, éditions des Cahiers intempestifs, Coll. « Lieux littéraires », 2003.
  • Saminadayar-Perrin, Corinne (dir.), Qu’est-ce qu’un événement littéraire au xixe siècle ? Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2008.
  • Spivak, Gayatri Chakravorty, Les subalternes peuvent-elles parler ?, traduit par Jérôme Vidal, Paris Éditions Amsterdam, 2009 [1988].

 

[1] Marie-Eve Thérenty, « Le puffisme littéraire. Sur les steeple-chases romanesques au XIXe siècle », dans Corinne Saminadayar-Perrin, Qu’est-ce qu’un événement littéraire au XIXe siècle ? Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2008, p. 221.

[2] Benoît Denis et Rainer Grutman, entrée « Centre et périphérie » du Dictionnaire du littéraire de Paul Aron, Denis Saint-Jacques et Alain Viala (dir.), PUF, 2002, p. 83.

[3] Jules Barbey d’Aurevilly, formule de la duchesse d’Arcos de Sierra-Léone dans La Vengeance d’une femme, Les Diaboliques, Œuvres romanesques complètes, textes présentés, établis et annotés par Jacques Petit, Paris, Gallimard, Coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1966.

[4] Lettre de Barbey d’Aurevilly à Trébutien du 8 juillet 1851, Lettres à Trébutien, 1832-1858, édition intégrale présentée et révisée par Philippe Berthier d’après le texte de la Correspondance générale, Paris, Bartillat, 2013, p. 443 et 444.

[5] Charles Baudelaire à Auguste Poulet-Malassis, lettre du 9 décembre 1856, Correspondance I, (janvier 1832 – février 1860), 2 volumes, texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois, avec la collaboration de Jean Ziegler, Gallimard, Coll. « La Pléiade », Paris, 1973, t. I, p. 364.

[6] Julien Schuh, Alfred Jarry, le colin-maillard cérébral, Paris, Honoré Champion, 2014, p. 451.

[7] Henri Béhar, La dramaturgie d’Alfred Jarry, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 107.

[8] Alfred Jarry, « Textes relatifs à Ubu Roi », Œuvres complètes, textes établis, présentés et annotés par Michel Arrivé, Paris, Gallimard, Coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, p. 417.

[9] Myriam Roman, « La « bataille » d’Hernani racontée au xixe siècle », dans Saminadayar-Perrin, Corinne (dir.), Qu’est-ce qu’un événement littéraire au XIXe siècle ? Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2008, p. 147

[10] Détails accessibles en ligne : https://www.fabula.org/actualites/colloque-international-le-canon-the-tral-l-epreuve-de-l-histoire_102314.php

[11] Lecercle, François, et Thouret, Clotilde (dir.), La haine du théâtre : controverses européennes sur le spectacle. Vol. 1, Controverses et polémiques et Vol. 2, Discours et arguments, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, Coll. « Littératures classiques », 2019.

[12] José Luis Diaz, L’écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, Coll. « Romantisme et modernité », 2007, p. 43.

[13] Corinne Saminadayar-Perrin, introduction à Spectacles de la parole, avec Hélène Millot, éditions des Cahiers intempestifs, Coll. « Lieux littéraires », 2003, p. 5.

[14] Yoan Vérilhac, « ‘L’art et le journalisme sont incompatibles’ : l’effort des petites revues dans le spectacle de la critique fin-de-siècle », dans Saminadayar-Perrin, Corinne et Millot, Hélène (dir.), Spectacles de la parole, éditions des Cahiers intempestifs, Coll. « Lieux littéraires », 2003, p. 352.

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 13 mars 2021 : « Perspectives ethnocritiques sur la marginalité »

La prochaine séance des Doctoriales de la SERD, intitulée « Perspectives ethnocritiques sur la marginalité », aura lieu en ligne le samedi 13 mars 2021, de 10h00 à 12h30. Elle s’intéresse à une branche de la critique littéraire, l’ethnocritique, que n’ont que peu exploré les Doctoriales jusqu’à présent et nous nous réjouissons beaucoup de cette séance inédite pour nous.

Deux interventions sont prévues :

– Simon Lanot (Université de Lorraine / Université de Caen Normandie), « René, un itinéraire dans les marges du monde moderne. Pour une approche ethnocritique de René de Chateaubriand ».

– Marion Caudebec (Université Toulouse Jean Jaurès / UQAM), « Devenir homme, devenir réfractaire : embrasser la marginalité dans L’Enfant et Le Bachelier de Jules Vallès ».

À cause de la situation sanitaire, la séance aura lieu à distance, via la plateforme Zoom. Pour y participer, il suffit de nous envoyer un message à contact.doctoriales.serd@gmail.com et nous vous ferons suivre le lien de connexion. La séance ne sera pas enregistrée, mais nous en publierons un compte rendu sur ce site.

Doctoriales de la SERD / Marges et marginalités au XIXe siècle (2020-2022) / Calendrier des séances de la première année

Samedi 10 octobre 2020, Paris, musée d’Orsay : « Artistes et femmes au XIXe siècle :  visite des collections du Musée d’Orsay », visite guidée de Mathilde Leïchlé (Université de Paris / CERILAC).

Samedi 12 décembre 2020, en ligne : « Marginalité du / dans le spectacle vivant, en pratique et en représentation romanesque », communications de Léa de Truchis (Université Paul Valéry Montpellier 3) et Hélène Thil (Sorbonne Université).

Samedi 13 février 2021, en ligne : « Figurations de l’auteur en marginal : entre mythes et réalités littéraires », communications de Silvia Giudice (Université Paris Nanterre) et Loïc Le Sayec (Université Picardie Jules Verne), point méthodologique de Fanny Arama (Université de Paris).

Samedi 13 mars 2021, en ligne : « Perspectives ethnocritiques sur la marginalité », communications de Simon Lanot (Université de Lorraine / Université de Caen Normandie) et Marion Caudebec (Université Toulouse Jean Jaurès / UQAM).

Samedi 17 avril 2021, en ligne : « Personnages secondaires et figurants dans le roman français au XIXe siècle », communications de Marie-Agathe Tilliette (Université Paris Nanterre) et Eva Le Saux (Université Sorbonne Nouvelle).

Samedi 29 mai 2021, en ligne : « Marginalités des “genres” : artistes femmes et genres mineurs », communications d’Aliénor Asselinot (Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle) et Eva Belgherbi (Ecole du Louvre / Université de Poitiers), point méthodologique par Claire Dupin de Beyssat (Univeristé de Tours).

Samedi 19 juin 2021, Paris, bibliothèque Jacques Seebacher et en ligne : « Le marginal et le pathologique : représentations littéraires de la déviance au XIXe siècle », communications de Clara Joubert (ENS Paris-Saclay) et Ye Xu (ENS Paris).

Séance des Doctoriales, samedi 10 octobre 2020 : « Figurations de l’auteur en marginal – entre mythes et réalités littéraires »

Silvia Giudice (Université Paris Nanterre) : « Leopardi et Baudelaire marginaux ? Déconstruction sociale, philosophique et poétique de la marginalité. » 
 
La comparaison entre Leopardi et Baudelaire dans une étude sur les marges et la marginalité peut paraître curieuse, voire artificieuse, si l’on songe à leur place dans le canon littéraire occidental. C’est ce qui m’a amenée à approfondir la question, et à vouloir interroger les possibilités et les limites d’un discours sur trois sortes de marges qui les rapprochent. Tous deux, en tant que hommes, ont vécu partiellement à l’écart ; ils ont revendiqué, en tant que penseurs, une posture marginale par rapport aux modes et aux convictions de leur temps ; et enfin, en tant que poètes, ils ont choisi de se situer à l’intérieur de la tradition pour en remodeler les marges.

L’histoire littéraire a gardé de Leopardi le portrait d’un poète malade, bossu, solitaire, à l’écart de la vie et du bonheur. En effet, avant de pouvoir timidement s’aventurer dans quelques milieux intellectuels urbains, le poète était isolé au milieu des États pontificaux et des livres de la bibliothèque paternelle. En comparaison, la situation de Baudelaire relève plutôt d’une automarginalisation, d’une construction : sa conduite que l’on a définie bohémienne ressemble plus à un choix, comme sa prédilection pour les milieux en marge de la société.

De tels portraits, peints par les contemporains des deux poètes et relayés – bien volontiers – par l’histoire littéraire, semblent apparemment très différents. Pourtant, la figure du poète en marge de la société est commune aux deux.

Cette marginalité, plus ou moins construite, est d’autant plus intéressante que les penseurs Leopardi et Baudelaire l’exploitent de manière comparable. La mise à l’écart devient prise de position indignée, emblème d’une certaine supériorité intellectuelle par rapport au siècle des gazettes et des illusions progressistes. Les deux poètes se retrouvent coincés dans un cercle vicieux intrinsèque au rapport entre écrivain et société au XIXe siècle : tantôt suffoqués par la paralysie du mélancolique marginalisé, tantôt fiers de leur isolement les opposant à la crédulité et à l’aveuglement ambiants.

Difficile d’affirmer qui, entre la société et le poète, a rejeté l’autre en premier. Il est sans doute plus intéressant de nous questionner sur la pertinence même du concept de marginalité dans ce contexte. Lorsqu’elle est revendiquée, voire construite, la marginalité garde-t-elle sa portée sociale ? Et si la marginalité devient un phénomène historique – comme pourrait l’être l’abandon progressif, dans la société du XIXe siècle, du statut de vates du poète – ne deviendrait-elle pas une marginalité mainstream ?

Le concept de marginalité appliqué dans sa polysémie à Leopardi et à Baudelaire me semble tout aussi complexe et ambigu lorsqu’on l’interroge à propos de leur création poétique. Ce dernier aspect glisse de la marginalité vers les marges : tout en revendiquant leur opposition par rapport au courant dominant du siècle, les deux poètes se gardent bien de démanteler la tradition poétique. Ils choisissent plutôt de se placer à l’intérieur de celle-ci pour en renouveler les marges : de la canzone libera aux « sonnets libertins1  », du « miracle d’une prose poétique2 », à « certe prosette satiriche3 », les deux poètes semblent partager une nécessité intrinsèque à leur poétique d’intégrer et assumer la tradition pour en étirer les marges.
 
Ma communication propose donc un approfondissement qui questionne plus qu’il n’affirme, en analysant trois étapes de la polysémie et de l’ambiguïté de la marginalité à travers la comparaison des postures sociale, philosophique et poétique de deux poètes au centre du canon littéraire occidental.
 
Loïc Le Sayec (Université de Picardie Jules Verne – CERCLL) : « Octave Mirbeau : le plus central des marginaux ? Quelques réflexions sur la construction d’une posture auctoriale. » 
 
Si les termes « marge » et « marginalité » ainsi que leurs dérivés ne font guère partie du vocabulaire d’Octave Mirbeau, ils n’en sont pas moins féconds pour penser l’œuvre et la carrière de l’auteur, tant du point de vue de sa situation réelle dans le champ littéraire de son temps que de celui de la construction réfléchie d’une posture auctoriale singulière. En mêlant des considérations de l’ordre de l’histoire littéraire et de la poétique, la communication se propose d’étudier la pertinence de ces concepts dans l’étude de l’œuvre de l’écrivain-journaliste. 
 
Il s’agira d’abord d’analyser rapidement la situation littéraire de Mirbeau dans le champ littéraire contemporain. Compagnon de route des naturalistes, critique attitré des impressionnistes et publiant dans les plus grands quotidiens du temps, l’auteur semble loin de la marginalité qu’on pourrait se figurer en constatant par exemple son absence des programmes et manuels scolaires actuels. Il refusa cependant d’être considéré comme membre d’une école ou thuriféraire d’une esthétique particulière, faisant valoir son indépendance, voire sa marginalité au regard de modes et de camaraderies littéraires toujours critiquées.
 
Ce positionnement qu’il ne fut pas le seul à exhiber est indissociable de la construction d’un ethos d’écrivain indépendant et à la marge d’un certain nombre d’hommages ou de circuits officiels. On s’intéressera donc à la manière dont Mirbeau, en bon pamphlétaire, revendique une certaine marginalité pour mieux asseoir sa parole contestataire. Cette posture n’est cependant pas sans ambiguïté puisque l’auteur cherche par ailleurs à créer une certaine complicité avec ses lecteurs et à faire communauté autour d’un certain nombre de valeurs tout en revendiquant les pouvoirs de la marge et en insistant sur son irréductible solitude.
 
Tout en dégageant un certain nombre d’invariants rhétoriques et poétiques témoignant de l’affirmation constante de la position marginale de l’auteur, on tentera enfin de questionner les mutations de sa posture auctoriale accompagnant son apparente évolution idéologique. Il s’agira en effet d’interroger la pérennité de la revendication de la marginalité et sa compatibilité avec la naissance d’un nouveau statut d’écrivain : l’intellectuel. L’engagement dans l’affaire Dreyfus et les combats libertaires de l’auteur le poussent en effet à participer à des actions communes et à s’associer avec d’autres, si ce n’est à renoncer à une certaine forme de marginalité jusqu’alors revendiquée.
 
Ces deux communications ont été suivies d’un point méthodologique sur la soutenance de thèse, développé par Fanny Arama (Université de Paris)
  1. Charles Baudelaire, « Théophile Gautier », L’Artiste, 13 mars 1859, p. 161-170. []
  2. Id., « À Arsène Houssaye », La Presse, 26 août 1862, p. 1. []
  3. Lettre de Giacomo Leopardi à Pietro Giordani du 4 septembre 1820. [« Certaines petites proses satiriques ».] []

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 12 décembre 2020 : Marginalité du / dans le spectacle vivant, en pratique et en représentation romanesque

La prochaine séance des Doctoriales se tiendra sur Zoom et sur inscription (en écrivant à contact.doctoriales.serd@gmail.com) le samedi 12 décembre de 10h30 à 12h30.

Elle sera composée de deux communications : “Le cirque entre marginalité et culture de masse” de Léa de Truchis (Université Paul Valéry Montpellier 3) et “‘D’un côté l’univers et de l’autre cette baraque’ : La marginalité comme espace utopique dans les romans de comédiens” d’Hélène Thil (Sorbonne Université).

Léa de Truchis (Université Paul Valéry Montpellier 3), “Le cirque entre marginalité et culture de masse”

Parmi les formes marginales qui divertissent le public durant les XVIIIème et XIXème siècles, il y a celle du cirque, qui apparaît à cette période. A la naissance de cette forme de spectacle, que l’on date à 1768 avec la première représentation de Philip Astley à Londres, le cirque est un art d’extérieur, et Astley est le premier à faire payer ses représentations en instituant l’espace de la piste. Ainsi, même s’il né dans un espace de spectacles marginalisé – les foires –, le cirque tente dès ses débuts d’entrer dans un modèle culturel. D’ailleurs, les spectacles d’Astley sont des représentations de voltige et de dressage équestre (une culture et un savoir-faire bourgeois) qu’il les édulcore grâce aux exploits forains (jonglage, danse sur corde etc.).

Cependant, en faisant du cirque un espace de représentation payant, Astley et ses concurrents doivent faire face aux impératifs dus aux privilèges des théâtres. La parole étant interdite sur la piste, Astley se retrouve plusieurs fois en prison pour non-respect de cette consigne. Ces passages devant la justice permettront d’obtenir gain de cause, et de se voir accorder le droit à la parole, à travers la reconnaissance du cirque comme un « théâtre équestre ». La mise en place d’un lieu et la popularisation du cirque malgré sa position marginale ont donc de fortes répercussions sur l’économie de cet art : on passe à une reconnaissance de la forme et à une économie du divertissement de masse.

Le cirque oscille entre une contre-culture, qui inspire les avant-gardes du théâtre, et un art de masse qui se construit des lieux dignes des temples de théâtre. Des montreurs de foire et des alchimistes dans leurs baraques, on est passé aux acrobates et aux magiciens dans les cabarets et les cirques-théâtres en dur. Si les side shows, les attractions, sont toujours très présents pour montrer les bizarreries et les raretés, la monstration de la marginalité s’est déplacée avec le convoi de caravanes américaines, et non dans les cirques en dur qui naissent partout en Europe. Aux Etats-Unis, les convois de cirque développent une nouvelle économie, celle du nomadisme sous chapiteau. Or même si le système médiatique du cirque crée une starification des artistes qui se joue sur la bienséance de leur vie et sur leurs qualités athlétiques, le nomadisme reste l’apanage du marginal. C’est une image qui contribuera à rendre les caravanes de cirque des lieux peu fréquentables à mesure que le cirque perdra de sa superbe.

La marginalité des monstruosités montrées dans les side shows finit par contaminer toute la caravane, comme on peut le voir dans le film Freaks de Tod Browning (1932). Le cirque reste donc pendant toute cette période le spectacle de la marginalité attirante, quelle que soit sa reconnaissance dans l’industrie du spectacle. Cette communication aura pour but de déployer l’oscillement du cirque entre marginalité et culture de masse tout au long de la période, dans ses formes européenne et américaine. Cependant, la richesse du sujet peut aussi se prêter à devenir une thématique de séances pour approfondir les perspectives sociales, institutionnelles ou artistiques de la marginalité du cirque au XIXème siècle.

Léa de Truchis, doctorante en arts du spectacle à l’université Paul Valéry Montpellier 3, pratique le cirque amateur depuis toujours. Après des études universitaires de théâtre, elle commence en 2017 une thèse questionnant les arts du cirque actuels sous le prisme de la notion de dramaturgie, sous la direction de Philippe Goudard. Elle fait ses recherches en parcourant la France de festival en festival, en tant que bénévole ou stagiaire (avec des pôles nationaux cirque ou des compagnies), pour aller à la rencontre des artistes de cirque. En parallèle, elle donne des cours d’histoire du cirque et d’analyse de spectacles à l’université Toulouse Jean Jaurès.

Hélène Thil (Sorbonne Université), “‘D’un côté l’univers et de l’autre cette baraque1 ’ : La marginalité comme espace utopique dans les romans de comédiens”

La seconde moitié du XIXe siècle est marquée par la fascination des romanciers pour le motif de la troupe ambulante. Dans la lignée du Roman comique de Scarron et des Années d’apprentissage de Wilhelm Meister de Goethe, des œuvres comme Le Capitaine Fracasse de Théophile Gautier (1863), L’Homme qui rit (1869) de Victor Hugo, Pierre qui roule (1869) et Le Beau Laurence (1870) de George Sand, ou encore César Cascabel (1890) de Jules Verne, mettent en scène les tribulations d’une compagnie théâtrale. Dans Portrait de l’artiste en saltimbanque, Jean Starobinski analyse l’intérêt des écrivains et des peintres du XIXe siècle pour l’univers forain et la figure du saltimbanque : « le monde du cirque et de la fête foraine représentait dans l’atmosphère charbonneuse d’une société en voie d’industrialisation, un îlot chatoyant de merveilleux, un morceau demeuré intact du pays d’enfance2 ». La troupe ambulante, qui appartient à cet univers, est porteuse d’une dimension fantasmatique parce qu’elle renvoie aux motifs du voyage, de l’errance et de l’aventure. La marginalité apparaît donc, dans ces romans de comédiens, comme une possibilité d’échapper à une société incapable de répondre aux aspirations des personnages.

Dans Pierre qui roule de George Sand, la troupe, appelée le « bercail ambulant3 », est présentée comme un « sanctuaire, ouvert à tous les vents4 », une microsociété idéale qui, par son fonctionnement égalitaire et républicain, oppose à la société du Second Empire un modèle proche de l’idéal socialiste rêvé par Sand. Ainsi, les comédiennes et comédiens de la troupe se « partag[ent] intégralement par portions égales les bénéfices5 ». Leur existence « extra-social[e]6 », « en dehors de toutes les conventions7 », leur permet de mettre en pratique un mode de vie collective qui prend le contre-pied du modèle social dominant. De la même façon, la « Green-Box » de L’Homme qui rit apparaît comme un sanctuaire qui échappe à la violence et à l’inégalité de la société anglaise du début du XVIIIe siècle : « Sitôt le spectacle fini, […] la Green-Box redressait son panneau comme une forteresse son pont-levis, et la communication avec le genre humain était coupée. D’un côté l’univers, et de l’autre cette baraque ; et dans cette baraque il y avait la liberté, la bonne conscience, le courage, le dévouement, l’innocence, le bonheur, l’amour, toutes les constellations8. » C’est donc cet isolement, cette séparation avec le monde extérieur, caractéristique de l’espace utopique, qui préserve l’harmonie du groupe. Celle-ci sera rompue à l’instant même où Gwynplaine sera arraché à son existence marginale.

Nous nous proposons d’interroger la représentation de la marginalité dans ces romans de comédiens pour mettre au jour le lien entre cet écart, à la fois social et géographique, avec la société dans son ensemble et la possibilité d’inventer d’autres modes de vie collective, d’autres formes de sociabilité.

Au terme de sa scolarité à l’École normale supérieure, Hélène Thil a obtenu l’agrégation de Lettres modernes en 2017, puis un poste de doctorante contractuelle à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Sa thèse, qu’elle prépare sous la direction de Florence Naugrette, porte sur « L’aventure collective : la troupe théâtrale comme utopie sociale dans la fiction française, du Capitaine Fracasse de Gautier au Molière de Mnouchkine ». Les œuvres qu’elle se propose d’étudier dans cette communication appartiennent à son corpus.

Trois articles sont à paraître dans les actes des colloques auxquels elle a participé :  « Le motif du chariot dans la représentation littéraire de la troupe de Molière » (colloque « Si Molière m’était conté9 », Sorbonne Université), « Du “sanctuaire” au “bercail ambulant” : la troupe comme utopie sociale dans les romans de comédiens de George Sand » (22e colloque international George Sand10, Universités de Berne et Lausanne) et « La troupe ambulante dans les romans de comédiens : une aventure collective ? » (colloque « L’aventure au-delà de l’aventure11 , Université de Bucarest). Elle a également publié un article dans les actes du colloque George Sand comique12  : « De Paul Scarron à Maurice Sand : les sources du comique dans Pierre qui roule et Le Beau Laurence de George Sand ».

  1. Victor Hugo, L’Homme qui rit (1869), in Œuvres complètesRomans, tome 3, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2002, p. 565. []
  2. Jean Starobinski, Portrait de l’artiste en saltimbanque, Paris, Éditions Gallimard, 2004, p. 7. []
  3. George Sand, Pierre qui roule (1869) suivi du Beau Laurence, Paris, Paradigme, coll. Hologrammes, 2007, p. 129. []
  4. Ibid. p. 66. []
  5. Ibid. p. 142. []
  6. Ibid. p. 251. []
  7. Ibid. []
  8. Victor Hugo, op. cit., p. 565. []
  9. « Si Molière m’était conté… », colloque international organisé par Georges Forestier, Florence Naugrette, Élodie Bénard et Marc Douguet, 8-10 novembre 2017, Sorbonne Université. []
  10. « Mondes et sociabilité du spectacle autour de George Sand », 22e colloque international George Sand, organisé par Corinne Fournier Kiss et Valentina Ponzetto, 24-27 juin 2019, Universités de Berne et de Lausanne. []
  11. « L’aventure au-delà de l’aventure », colloque international organisé par Le Centre de Recherche HETEROTOPOS et le CEREFREA de l’Université de Bucarest, 7-8 novembre 2019, Université de Bucarest. » []
  12. Olivier Bara, François Kerlouégan (dir.), George Sand comique, Grenoble, UGA Éditions, 2020 []

Séance d’ouverture des Doctoriales, samedi 10 octobre 2020 : « Artistes et femmes au XIXe siècle : visite des collections du musée d’Orsay »

Étaient présent.e.s : Loïc Le Sayec, Fanny Arama, Anne Orset, Romain Enriquez, Corentin Zurlo-Truche, Eva Le Saux, Vincent Berthelier, Grégoire Tavernier, Édouard Garancher, Ariane Faraldi, Sina Phan.

La séance d’ouverture du cycle Marges et marginalités au XIXe siècle, organisée par Mathilde Leïchlé, a eu lieu au musée d’Orsay.

Intitulée « Artistes et femmes au XIXe siècle : visite des collections du musée d’Orsay », cette visite a été l’occasion d’aborder la question de la place des artistes femmes au XIXe siècle et dans les collections publiques françaises. Nous nous sommes intéressé.e.s à la relativité de l’anonymat des femmes représentées par des hommes ainsi qu’à la marginalité supposée des créatrices. Quels étaient les enjeux sociaux et économiques propres aux artistes femmes ? Dans quelle mesure étaient-elles reconnues, célèbres et célébrées ? Quels pouvaient être leurs rapports à la postérité ? Nous avons interrogé également les enjeux des monographies, du collectif, de la distinction entre beaux-arts et artisanat ainsi que de l’avant-garde. Enfin, nous nous sommes demandé qui écrit l’histoire de l’art.

Appel à contribution pour les prochaines séances des Doctoriales | 2020-2022 “Marges et marginalités au XIXe siècle”

Marges et marginalités au XIXe siècle

Doctoriales de la SERD – années 2020-2022

            De l’ancien français jusqu’à la langue actuelle, le terme « marges » a une longue histoire polysémique. Issu du latin margo, « bord, bordure », il s’emploie surtout, à partir du XIIIe siècle, dans le vocabulaire technique de l’imprimerie, « espace blanc autour d’un texte écrit ». À côté de cette signification principale, le terme fait l’objet d’emplois métaphoriques (sens abstrait, vocabulaire commercial et économique) jusqu’à acquérir, dans la seconde moitié du XXe siècle, le sens socio-topologique qui nous est aujourd’hui familier. De telles notions permettent donc de développer une réflexion large, qui peut s’appliquer à de nombreux domaines, tout en conservant une cohérence propre : penser les marges, c’est s’efforcer de caractériser et d’analyser les espaces frontières, les zones d’entre-deux ou de périphérie, c’est encore poser la question de la productivité spécifique de ces espaces, de leurs particularités culturelles et épistémologiques.

Dans le contexte du XIXe siècle, plusieurs domaines s’avèrent particulièrement productifs et demandent à être analysés dans les représentations littéraires et artistiques qui leur sont liées. Si le XIXe siècle n’emploie pas le terme « marginaux » au sens social aujourd’hui dominant, il multiplie les appellations pour les désigner, depuis la plèbe jusqu’aux « damnés de la terre », en passant par le terme ambigu de « barbares », qui peut désigner aussi bien le prolétariat industriel que les populations colonisées. Notre vocabulaire actuel recoupe donc bien une réalité proprement dix-neuviémiste, qui invite à faire jouer toute la plurivocité sémantique des « marges » et « marginalités » :

(1) Au sens littéral : les marges recouvrent au moins deux réalités concrètes, lorsque l’on s’inscrit dans l’histoire du livre et de l’édition. Elles désignent avant tout les illustrations (calligraphies, gravures, dessins) qui parent les ouvrages populaires et les éditions de luxe qui se répandent avec l’invention de la lithographie dès la fin du XVIIIe siècle. Pensons par exemple aux célèbres frontispices qui accompagnent la parution de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo ou Les Fleurs du Mal de Baudelaire. Mais les marges font également référence à ce que l’on appelle les « marginalia », c’est-à-dire les notes et commentaires rédigés par des lecteurs, en « marge » des textes. Au XIXe siècle, on en trouve entre autres dans les keepsakes, ces petites anthologies illustrées, souvent offertes en cadeau aux femmes, et qui font chez Flaubert les délices d’Emma Bovary. La pratique se généralise par ailleurs chez les grands écrivains de l’époque. Stendhal, par exemple, se plaît à composer des fragments décousus dans les marges de ses lectures et de ses manuscrits. Ces notes seront réunies dans des Mélanges intimes et Marginalia. Edgar Allan Poe, de son côté, publie sous le titre de Marginalia des notes de lecture et des réflexions littéraires dans plusieurs revues américaines.

(2) Au sens géographique : au XIXe siècle, le mot « marge » est avant tout synonyme de « bord » et de « bordure ». Si elles ne sont pas encore désignées en ces termes, apparaît néanmoins à cette époque un intérêt pour de nouvelles zones reculées, le plus souvent hors des centres urbains, qui amène à s’interroger sur l’opposition, exacerbée au XIXe siècle, entre nature et culture, civilisation et sauvagerie. Certains romanciers conçoivent la littérature comme le conservatoire d’un folklore et d’une tradition locale (songeons par exemple au Cotentin fantasmé des romans de Barbey d’Aurevilly, au Berry de George Sand ou encore à la Bretagne merveilleuse de Paul Féval), qui ont de plus en plus nettement tendance à se retirer du paysage mental de l’époque. D’autres laissent entrevoir dans leurs écrits les contours de nouveaux espaces urbains, en marge des centres historiques, modernes et effrayants. C’est par exemple le cas de Baudelaire, qui, dans Le Spleen de Paris, donne une visibilité nouvelle aux « plis sinueux des vieilles capitales ». Par ailleurs, les savants et les penseurs de l’époque se penchent sur les cas d’enfants sauvages (tel le docteur Itard auprès de Victor de l’Aveyron) qui mettent à l’épreuve leurs catégories mentales. En outre, se pose tout au long du XIXe siècle la question coloniale, qui oppose les centres de pouvoir métropolitains et les espaces périphériques dominés, autre forme de marge, non pas tant géographique ou démographique que politique. Les récits de voyage (Chateaubriand, Gautier, Maxime Du Camp…), la littérature exotique (Pierre Loti ou Jules Verne), ou encore la peinture orientaliste (Delacroix) proposent des représentations des colonisé.e.s qui contribuent à leur marginalisation tant idéologique qu’artistique et culturelle.

(3) Au sens social : il s’agit avant tout d’étudier la représentation littéraire et artistique des marginaux, figures situées à la lisière de toute appartenance sociale et nationale : mendiants, vagabonds, Bohémiens, prostituées occupent dans les champs littéraire et artistique une place ambiguë, entre rejet et fascination. Plus généralement, la question des marginalités invite à considérer également les groupes minoritaires et les comportements déviants qui peuvent avoir pour conséquence une forme de discrimination voire d’exclusion (définie, avec Robert Castel, comme un processus qui renvoie à un jugement prononcé par une instance officielle). Il convient alors de rappeler que la marginalité n’est pas seulement un état, mais aussi le résultat d’un parcours, d’un processus. Enfin, en examinant ces représentations et situations à la lumière des sciences humaines actuelles, il est intéressant de penser l’agentivité des marginalisé.e.s. Comment les personnes marginalisées par le genre, la race, la classe peuvent-elles accepter ou remettre en question ces classifications et notamment les distinctions binaires ? Dans le cas des femmes, marginales non par leur nombre mais par les places qui leur sont assignées, comment la tension se joue-t-elle entre la marge et le centre chez les romancières, poétesses, peintres et sculptrices, penseuses et figures de l’ésotérisme qui reprennent certains mythes et imaginaires, en inventent de nouveaux – des académiciennes du début du XIXe siècle aux femmes recevant la Légion d’honneur, de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne à l’organisation de mouvements féministes ?

(4) Au sens poétique et esthétique, la marginalité invite à interroger la création à différents niveaux. À l’échelle la plus large, la question de la reprise de certaines formes désuètes telles que le sonnet ou des formes poétiques plus anciennes peut être lue comme un phénomène de retour ou de revendication des marges. De manière plus générale, on peut se demander si toute tentative de « singularisation » esthétique ne revendique pas une forme de marginalité s’opposant à des esthétiques conformistes ou sclérosées. Sur le plan poétique on peut se demander dans quelle mesure le concept de marginalité s’applique à la dynamique des récits et aux personnages, notamment en ce qui concerne les personnages secondaires du roman réaliste, ces figures qui restent à la limite de l’intrigue. Le lien entre trajectoires narrative et sociale des personnages mérite également d’être interrogé. Les parcours des personnages romanesques impliquent constamment le passage de la marginalité à la consécration ou l’inverse, mettant souvent en question ces deux notions, qu’on pense par exemple à Julien Sorel ou à Jean Valjean. Poser la question de la marginalité ou du conformisme des personnages par rapport à un certain nombre de normes invite à interroger l’axiologie et la construction de la valeur dans les textes, par exemple à l’aune du concept de héros problématique défini par Georg Lukács. L’adéquation et la dissonance entre les représentations littéraires et la réalité sociale méritent enfin d’être questionnées. Certains personnages omniprésents et valorisés dans les textes sont en effet des marginaux dans la société du XIXe siècle et vice-versa.

(5) Au sens institutionnel : la production littéraire et artistique est marquée par une hiérarchie formalisée par des institutions (académies, salons, prix, etc.), qui prennent une importance particulière au XIXe siècle. On peut alors s’interroger sur la spécificité (sujets, genres, etc.) des œuvres produites à la marge de ces cadres normatifs et parfois regroupées en contre-institutions à l’instar du Salon des refusés de 1863. Au-delà de la stricte question institutionnelle doit également être examinée la revendication explicite d’une esthétique anti-conformiste, à l’instar de la Bohème parisienne ou de la Scapigliatura milanaise, qui illustrent bien comment des postures artistiques excentriques peuvent s’inscrire à leur tour dans un programme attendu. Enfin, l’histoire littéraire du XIXe siècle est marquée par un recours fréquent à l’idée de littérature mineure, comme le souligne l’expression de « petits romantiques », catégorie d’auteurs voués à rester à la marge du canon littéraire et dont les frontières fluctuantes demandent à être questionnées.

Une telle liste n’a aucune prétention à l’exhaustivité, mais vise simplement à montrer la richesse des domaines sémantiques des marges et des marginalités, présents dans les champs littéraires et artistiques et qui pourront donner lieu à des séances de séminaire portant sur l’ensemble du spectre épistémologique du XIXe siècle.

* * * * * * * * * * * *

Nous invitons tout.e jeune chercheur.se dix-neuviémiste (en littérature française et comparée, histoire, histoire de l’art, etc.) à proposer des thèmes de séances ou des communications en rapport avec cet argumentaire, pour l’année universitaire 2020-2021 (la première séance de ce cycle de séminaires aura lieu à l’automne). Vous pouvez nous soumettre vos propositions, d’une longueur maximale de 600 mots, à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com.

Le comité organisateur des Doctoriales, composé de Fanny Arama (Université Paris Diderot), Mathilde Leïchlé (Université PSL / École Pratique des Hautes Études), Loïc Le Sayec (Université de Picardie Jules Verne), Anne Orset (Sorbonne Université) et Marie-Agathe Tilliette (Université Paris Nanterre), se tient à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Vous trouverez de plus amples informations sur le site des Doctoriales : https://doct19serd.hypotheses.org/. Vous pouvez également nous rejoindre sur Facebook : https://fr-fr.facebook.com/people/Doctoriales-de-la-Serd/100005950157187.

 

Bibliographie indicative

BECKER, Howard, Outsiders. Studies in the Sociology of Deviance, London, The Free Press, 1966.

BENNHOLDT-THOMSEN, Anke, GUZZONI, Alfredo, Der « Asoziale » in der Literatur um 1800, Königstein im Ts., Athenäum, 1979.

BOULOUMIÉ, Arlette (éd.), Figures du marginal dans la littérature française et francophone, Recherches sur l’imaginaire, n°29, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2003.

CASTEL, Robert, « Les marginaux dans l’histoire », dans PAUGAM, Serge (dir.), L’Exclusion. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1996, p. 32-41.

DAUNAIS, Isabelle, « Le personnage secondaire comme modèle : réflexions sur un déplacement”, Fabula / Les colloques, Le personnage, modèle à vivre. En ligne : https://www.fabula.org/colloques/document5080.php.

DIAZ, José-Luis, « Grotesques, illuminés, excentriques : le spleen des fantaisistes », dans Jean-Louis Cabanès et Jean-Pierre Saïdah (éd.), La Fantaisie post-romantique, actes du colloque « La fantaisie post-romantique de 1845 à 1860 » tenu à Bordeaux en novembre 1999, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, coll. « Cribles », 2003, p. 171-190.

L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, coll. « Romantisme et modernités », 2007.

FEUILLEBOIS-PIERUNEK, Ève et BEN LAGHA, Zaïneb (éd.), Étrangeté de l’autre, singularité du moi : les figures du marginal dans les littératures, Paris, Classiques Garnier, 2015.

FOUCHER-ZARMANIAN, Charlotte, Créatrices en 1900 : femmes artistes en France dans les milieux symbolistes, Paris, Mare & Martin, 2015.

FRAISSE, Luc (éd.), Pour une esthétique de la littérature mineure, actes du colloque « Littérature majeure, littérature mineure », Strasbourg, 16-18 janvier 1997, Paris, Honoré Champion, 2000.

GARB, Tamar, Sisters of the Brush: Women’s Artistic Culture in Late Nineteenth-Century Paris, New Haven, Londres, Yale University press, 1994.

GONNARD, Catherine et LEBOVICI, Élisabeth, Femmes artistes, artistes femmes : Paris, de 1880 à nos jours, Paris, Hazan, 2007.

HAMON, Philippe, Imageries. Littérature et image au XIXe siècle, Paris, José Corti, 2001.

HOHNSBEIN, Axel, « Pittoresques magasins : représenter la science dans les frontispices de la presse de vulgarisation scientifique du second XIXe siècle », 2020. En ligne : https://serd.hypotheses.org/6095.

KALIFA, Dominique, Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

LAFONT, Anne, Une Africaine au Louvre en 1800. La place du modèle, Paris, Éd. de l’INHA, 2019.

LE BAIL, Marine « George Sand, au cœur des marges : Mauprat et Consuelo », Cycle « Romancières » de l’Université Populaire de Bordeaux, mars 2017, Bordeaux, France.

LEROY-TERQUEM, Mélanie, « L’envers du canon littéraire : le cas des petits romantiques français », dans José-Luis Diaz (dir.), Le XIXe siècle face aux canons littéraires Persistance, remises en cause, transformations, Revue d’histoire littéraire de la France, 114/1, janv-mars 2014, p. 123-130.

MAYER, Hans, Außenseiter, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1975.

MÉNARD, Sophie, « Le “personnage liminaire” : une notion ethnocritique », Litter@ Incognita, Toulouse, Université Toulouse Jean Jaurès, n°8 « Entre-deux : Rupture, passage, altérité », automne 2017, disponible en ligne, http://blogs.univ-tlse2.fr/littera-incognita-2/2017/09/24/le-personnage-liminaire-une-notion-ethnocritique/.

MICHEL, Pierre, Un mythe romantique : les barbares, 1789-1848, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981.

MILNER, Max, « Romantics on the fringe (Les Romantiques marginaux) » dans D. G. Charlton (éd.), The French Romantics, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, t. ii, p. 382-422.

MOUSSA, Sarga (dir.), Littérature et esclavage (XVIIIe-XIXe siècle), actes de colloque, Institut des sciences de l’Homme de Lyon, 18-20 juin 2009, Paris, Desjonquères, 2010.

NOCHLIN, Linda, Femmes, art et pouvoir et autres essais, Paris, Éditions Jacqueline Chambion, 1993.

Misère: The Visual Representation of Misery in the 19th Century, London, Thames and Hudson, 2018.

PARKER, Rozsika et POLLOCK, Griselda, Old Mistresses : Women, Art, and Ideology, Londres, Pandora Press, 1995.

PLANTÉ, Christine, La Petite sœur de Balzac : essai sur la femme auteur, Presses Univ. de Lyon, 1985.

SAMOYAULT, Tiphaine, « La banlieue du roman : l’espace du personnage secondaire », texte initialement paru dans l’Agenda de la pensée contemporaine, 10, printemps 2008. Disponible en ligne : http://www.fabula.org/atelier.php?Espace_du_personnage_secondaire.

SANGSUE, Daniel, Le Récit excentrique : Gautier, de Maistre, Nerval, Nodier, Paris, J. Corti, 1997.

SCARPA, Marie, « Le personnage liminaire », Romantisme, 2009/3, n°145, p. 25-35.

— « Figures du sauvage », dans B. Laville et F. Pellegrini (dir.), La Fortune des Rougon. Lectures croisées, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2015, p. 203-216.

SEILLAN, Jean-Marie, Aux sources du roman colonial. L’Afrique à la fin du XIXe siècle, Paris, Karthala, 2006.

SOFIO, Séverine, Artistes femmes. La parenthèse enchantée XVIIIe-XIXe siècles, Paris, CNRS Editions, 2016.

STEINMETZ, Jean-Luc, « Jeune-France, bousingos, marginaux », dans l’édition illustrée de l’Histoire littéraire de la France, t. viii, éd. sociales, 1977.

STOICHITA, Victor I., L’Image de l’Autre. Noirs, juifs, musulmans et « gitans » dans l’art occidental des temps modernes, Paris, Hazan / Louvre Éditions, 2014.

WOLOCH, Alex, The One vs. the Many: Minor Characters and the Space of the Protagonist in the Novel, Princeton, Princeton University Press, 2003.