Archives mensuelles : novembre 2018

Appel à communication

La séance des Doctoriales du samedi 9 mars 2019 aura lieu à la bibliothèque Jacques Seebacher de l’université Paris VII. Organisée par Hélène Dubail, cette séance est encore ouverte à des propositions de communication. Dans le cadre de notre séminaire sur « Les Révolutions du corps au XIXe siècle », elle portera sur la notion de silhouette et est intitulée « Formes convexes, formes concaves : la littérature face à l’invention de la silhouette ».

Argumentaire 

Parmi les révolutions du corps qui s’opèrent au XIXe siècle, l’invention de la silhouette marque une étape importante. Georges Vigarello y voit « un moment précis de la culture occidentale : celui où l’individualisation spécifique du paraître est soumise à investigation, celui où le corps, plus que jamais, se donne comme le corps d’un sujet » (2012, p. 22). Le mot, né quelques décennies plus tôt pour désigner une technique particulière de dessin, semble en effet rapidement témoigner d’un regard nouveau porté sur les corps lorsqu’il quitte le domaine du seul graphisme pour passer dans le langage courant. On prend conscience, au XIXe siècle, que les contours sont parlants. La forme générale des corps peut être révélatrice de caractères ou de sentiments ; elle dévoile l’identité et fonctionne comme un assemblage d’indices à déchiffrer pour qui sait les observer.

Loin des corps idéalisés de la peinture académique, loin également des études qui se centrent sur les cas de difformité, l’intérêt pour la silhouette correspond d’abord à une attention portée au corps banal. On prend conscience de la diversité des morphologies – un autre néologisme du siècle – et on tâche ainsi, en s’attardant sur les détails des contours de chacun, à faire ressortir la singularité des individus. Parallèlement, comme le note l’historien, la silhouette opère une nouvelle classification. Tout en soulignant les particularités de chaque corps, la notion permet de rétablir une hiérarchie sociale mise à mal dans les premières décennies du siècle. Les corps ne sont plus, en effet, aussi lisibles qu’ils l’étaient avant la Révolution française car les habits se sont uniformisés ; les distinctions de morphologies vont donc remplacer les distinctions de vêtements pour juger, au premier coup d’œil, de l’appartenance d’un individu à telle classe sociale.

Or, dans ce nouvel uniforme qu’est la silhouette, ce sont d’abord les formes convexes et concaves qui servent de critères. À l’opposition que l’on faisait déjà entre grand et petit –question de taille – ou gros et maigre – question d’épaisseur – s’ajoute une distinction, plus nuancée, concernant la répartition des formes entre le haut et le bas du corps. La notion de silhouette invite à raisonner, avant tout, en termes d’équilibre. Courbure du dos, proéminence du ventre ou de la poitrine, arc des jambes et creux de la taille sont autant de formes convexes et concaves qui attirent désormais l’œil car elles se prêtent à une lecture sociologique. L’inflexion du corps par rapport à un hypothétique axe vertical devient signifiante, que l’on pense à la posture voûtée du mendiant, à la forme en poire du bourgeois profiteur dont la silhouette semble couler ou au redressement fier du torse du dandy, sans oublier la cambrure féminine qui se teinte d’érotisme.

Avec la notion de silhouette est donc apparu un nouvel état d’esprit, qui mènera à la naissance de la culture physique – pour « garder la ligne » – et aux grandes évolutions de lamode au début du XXe siècle. Mais si Georges Vigarello démontre bien comment les images –vignettes, caricatures et autres affiches publicitaires – ont influencé les mentalités, il n’aborde que très peu les effets qu’a pu avoir ce nouvel état d’esprit sur la littérature. Ne trouve-t-on pas, dans les écrits de l’époque, des procédés similaires à ceux des caricaturistes ? Les écrivains n’ont-ils pas cherché, eux aussi, à faire une lecture sociologique des morphologies ?

Il serait dès lors intéressant d’étudier la manière dont le concept a pu être transposé des arts graphiques à la littérature :

Retrouve-t-on sous la plume des écrivains un équivalent du tracé cursif des dessinateurs ? Les représentations littéraires des corps se simplifient-elles comme c’est le cas pour les représentations visuelles ? Comment relève-t-on, en littérature, le défi de l’économie de moyens ? Les genres littéraires marqués par la brièveté, d’ailleurs, font-ils un usage privilégié de la silhouette ? Tel est le type de questions que l’on peut se poser.

On s’interrogera également, bien entendu, sur la signification donnée aux formes des corps dans la littérature, quel que soit le genre littéraire abordé. Les formes convexes et concaves des personnages sont-elles données à lire comme des faisceaux d’indices ? Les postures élancées, affaissées ou cambrées traduisent-elles des caractères, des sentiments ? Les écrivains mettent-ils en évidence des silhouettes nouvelles qui n’auraient pas existé avant le XIXe siècle ? Créent-ils des types morphologiques à la manière des physiologistes et des caricaturistes ? Est-il d’ailleurs possible de décrire à grands traits des personnages sans tomber dans la caricature ? Enfin, quelles idéologies se cachent derrière la réduction d’êtres humains à des formes géométriques permettant de les classer ?

Bibliographie indicative

CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques et VIGARELLO Georges (dir.), Histoire du corps, t. II, De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, coll. Points, 2005.

LE MEN Ségolène (dir.), Pour rire ! Daumier, Gavarni, Rops, L’invention de la silhouette, Paris, Somogy, 2010.

VIGARELLO Georges, La Silhouette. Naissance d’un défi du XVIIIe siècle à nos jours,Paris, Seuil, coll. Point, 2012.

Afin de proposer une communication d’environ 400 mots, accompagnée d’une bio-bibliographie, vous pouvez nous écrire à l’adresse contact.doctoriales.serd@gmail.com

Actualités dix-neuviémistes

Deux journées d’études sont organisées par le Groupe d’Études Balzaciennes et le Groupe international de Recherches Balzaciennes à propos du Cousin Pons : elles ont lieu les 23 et 24 novembre 2018, à l’École Normale Supérieure de Paris. 

Programme 

Vendredi 23 novembre 2018
Matin
(45, rue d’Ulm, salle des Actes, esc. A, 1er étage)

9h : accueil et ouverture par Thomas Conrad, Bernard Gendrel et Jacques-David Ebguy. Les romans d’un roman

Présidence : Michel Lichtlé.
9h 30 : Gérard Gengembre, « Le Cousin Pons, roman parisien ».

10h: Françoise Gaillard,«LeCousinPons,leromandequelletransgression?».10h30 : discussion et pause.

Spleen et Idéal
11h : Mireille Labouret, « Les Deux Casse-noisettes ou le détour par l’enfance ».

12h : discussion et pause.

Vendredi 23 novembre 2018

Après-midi
(29, rue d’Ulm, salle 236, 2e étage)

Les liaisons dangereuses

14h 30 : Céline Duverne, « L’Éros balzacien dans Le Cousin Pons ».

Présidence : Jacques-David Ebguy.
11h 30 : Sylvie Thorel, « Le laid idéal dans Le Cousin Pons ».

Présidence : Françoise Gaillard.
15h : Jacques-David Ebguy, « “La fin de l’homme” : la question du lien social dans Le Cousin Pons ».

15h 30 : discussion et pause.

In et ex fabula

Présidence : Thomas Conrad.

16h : Bernard Gendrel, « Balzac fabuliste dans Le Cousin Pons ».
16h 30 : Christèle Couleau, « “Renverser les faux dieux de cette littérature bâtarde” : Balzac, le roman et lefeuilleton ».

17h : discussion.

Samedi 24 novembre 2018

Matin
(45, rue d’Ulm, salle Dussane, rez-de-chaussée)

Invention sous bénéfice d’inventaire

9h 30 : Laélia Véron, « Les discours du narrateur dans Le Cousin Pons ».

10h 30 : discussion et pause.

Un roman à la limite ?

Présidence : Mireille Labouret.
11h: Aude Déruelle, « Le Cousin Pons, roman de la mort ».

11h 30 : Thomas Conrad, « Petites gens et petites choses dans Le Cousin Pons ».

12h : discussion et conclusions.

Compte-rendu de la séance du 10 novembre 2018 : « Souffrance et dégoût au XIXe siècle : les émotions face aux corps »

Étaient présents : Manon Amandio, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Paul Faggianelli Brocart, Édouard Garancher, Yeon Jeong, Hélène Köll, Loïc Maille, Anne Orset, Loïc Le Sayec, Grégoire Tavernier, Marie-Agathe Tilliette, Anna Hanotte-Zawiscak.

Cette séance à donné lieu à deux communications. Les résumés sont disponibles ici :

Manon Amandio : « Ce que le corps souffrant met en lumière : le cas de Bérénice d’Edgar Allan Poe »

À partir de la représentation du corps féminin dans la nouvelle « Bérénice » d’Edgar Allan Poe, cette communication propose d’étudier les modalités de lecture du corps dans la nouvelle fantastique à une période de développement du discours médical dans les oeuvres littéraires. La nouvelle Bérénice nous semble être un bon exemple pour cette étude, car elle met en scène une tentative de diagnostic du narrateur, qui s’improvise médecin pour tenter d’exercer du contrôle sur le corps souffrant de Bérénice. Mais cette tentative d’une analyse rationnelle du corps souffrant est à l’origine d’une autre forme de pathologie pour le narrateur : une obsession pour les dents de la jeune épouse, qui finira par mener le narrateur à sa perte. Nous verrons que les modalités de la représentation de ces mécanismes changent lorsque l’on inscrit la nouvelle dans un système plus vaste, celui de la réception de l’auteur américain en France et de la constitution d’un corpus national. 

Loïc le Sayec : « Dégoût et des couleurs (on ne dispute pas?) ». A propos de quelques corps dégoûtants chez Octave Mirbeau.

En étudiant différents passages des nouvelles et des romans d’Octave Mirbeau, cette communication se propose d’apporter des éléments de compréhension de la description du corps dégoûtant. Qu’est-ce qui rend un corps dégoûtant et pourquoi ? Il semble qu’un certain nombre de « lois » du dégoût président à la description des corps dégoûtants qui jalonnent les récits de Mirbeau. Loin d’être de simples passages sensationnalistes ou des évocations de spécimens tératologiques, les descriptions de corps dégoûtants semblent répondre à une poétique concertée, comme le montre l’existence d’en certain nombre d’archétypes. C’est souvent le même type de corps qui dégoûte, toujours décrit avec le même vocabulaire : Mirbeau semble avoir ses obsessions. À y regarder de plus près cependant, les choses se compliquent. Des corps semblables semblent ne pas dégoûter. Comment comprendre de telles différences ? Il semble que l’écriture du corps dégoûtant relève de lois plus complexes que celles de la simple perception des corps, révélant des enjeux politiques et moraux. Le narrateur qui prend en charge la description d’un corps porte aussi un jugement moral sur son propriétaire. Le corps dégoûtant s’inscrit dans une série de dispositifs littéraires dépendant de l’axiologie du récit ou visant à la construire. Ces rapports feront l’objet d’une interrogation visant à dégager quelques pistes pour comprendre les lois du dégoût à l’œuvre dans les textes.

Prochain rendez-vous le 7 décembre pour l’atelier d’Amandine Lebarbier, puis le 26 janvier pour une séance sur la représentation de la sexualité féminine.

Si vous souhaitez communiquer lors d’une prochaine séance du séminaire des Doctoriales de la SERD, n’hésitez pas à nous envoyer une proposition de communication d’environ 400 mots à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com

Séance du 10 novembre 2018

Bonjour à toutes et à tous, 

Nous nous réunissons samedi 10 novembre 2018 pour une nouvelle séance des Doctoriales, intitulée « Souffrance et dégoût au XIXe siècle : les émotions face aux corps », et organisée par Manon Amandio.

Le séminaire aura lieu à l’Université Paris Diderot (Paris VII), dans la Halle aux Farines, en salle 280 F.

Notre rencontre se déroulera en deux temps. La première partie de la séance donnera lieu aux deux communications suivantes : 
– Manon Amandio : « Ce que le corps souffrant met en lumière : le cas de Bérénice d’Edgar Allan Poe »
– Loïc Le Sayec : « Dégoût et des couleurs (on ne dispute pas ?). A propos de quelques corps dégoûtants chez Octave Mirbeau »
En deuxième partie de séance, Hélène Dubail fera une présentation de l’outil Lipotexte, une bibliothèque thématique collaborative qui a pour objectif de numériser plusieurs thèmes littéraires et de suggérer des interprétations nouvelles.

Nous espérons vous y retrouver nombreux. Pour toute question, n’hésitez pas à nous écrire à l’adresse habituelle :

contact.doctoriales.serd@gmail.com

Rencontres Frankenstein: 23-24 novembre 2018

Les deuxièmes Rencontres Dix-neuviémistes du CL19 (Comité de Liaison des Associations dix-neuviémistes), sont consacrées cette année à Frankenstein. Elles se dérouleront les 23 et 24 novembre à la Fondation Thiers, 27 place Saint Georges, 75009 Paris. 

Programme 

Vendredi 23 novembre 2018
9h30 : Accueil des participants et ouverture du colloque par
M. François d’Orcival, président délégué de la Fondation Dosne-Thiers, conservateur de l’Hôtel Thiers,
Mme Sandrine Folpini, Administratrice de la Fondation Dosne-Thiers
et Mme Antonia Fonyi, présidente du CL 19

Premier axe : postérités d’un mythe
9h45-10h25 : Béatrice Didier (École Normale Supérieure de Paris, Société des Amis de Chateaubriand) « Mary Shelley et le roman féminin »
10h25-11h05 : Daniel Compère (Université Paris III, laboratoire CRP19) « Frankenstein et le mythe polaire »
11h15-11h55 : Michel Faucheux (Institut National des Sciences Appliquées de Lyon / Institut Gaston Berger) « Frankenstein, machine littéraire »
11h55-12h35 : Ada Ackerman (CNRS, laboratoire THALIM) « Retour sur l’exposition Golem ! Avatars d’une légende d’argile du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (2017) »

Second axe : enjeux de représentation
14h-14h40 : Shane Lillis (Université de Nantes, laboratoire LAMO) « Voir et montrer l’informe et l’innommable dans Frankenstein de Mary Shelley »
14h40-15h20 : Jacqueline Razgonnikoff (Comédie Française) « Avatars d’une poupée – Mary Shelley et Jacques Audiberti »
16h-16h40 : Jean-François Peyret, metteur et scène : présentation du spectacle La Fabrique du monstre, avec Jeanne Balibar et Jacques Bonnaffé, commande de l’IRCAM pour la MC Montreuil, 2018
17h30-18h : Présentation du film Frankenstein de Thomas Edison par Ada Ackerman

Samedi 24 novembre


Troisième axe : enjeux éthiques contemporains
9h30-10h10 : Ugo Batini (Université de Poitiers, laboratoire MAPP) « Frankenstein, symptôme monstrueux »
10h10-10h50 : Alexandre Moatti (Mines, Université Paris VII-Paris Diderot, laboratoire SPHERE) « Du vitalisme au transhumanisme : science, technique et représentation de la science dans Frankenstein »
11h-11h40 : Jean-François Chassay (UQAM) : « Frankenstein et l’animalité »

Conférence de clôture
11h45-12h30 : Mme Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences, « Frankenstein dans les discours scientifiques et l’imaginaire des sciences »