Archives mensuelles : mai 2019

Compte rendu de la séance du 25 mai 2019 : « Les révolutions épistémologiques du corps au XIXe siècle »

Étaient présents : Manon Amandio, Paul Brocart, Fanny Drouot, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Edouard Garancher, Yeon Jeong, Hélène Köll, Mathilde Leichlé, Lucie Nizard, Anne Orset.

La séance s’est ouverte sur une introduction d’Anne Orset et Romain Enriquez : elle portait sur la manière dont la littérature du XIXe siècle contribue à une révolution épistémologique sur le corps, de façon à la fois concurrentielle et alternative aux discours scientifiques.

A l’appui de cette idée, se sont ensuite succédé trois communications dont voici les résumés :

Fanny Drouot (Université Bourgogne Franche-Comté), « Zola et l’anthropologie : le corps du “sauvage” »

Au cours du XIXe siècle, le processus de naturalisation de l’homme amorcé par Buffon trouve une forme de conclusion avec les publications de Darwin, L’Origine des espèces en 1859 puis La Filiation de l’homme en 1871. Dès lors est actée l’origine simienne de l’homme qui remet radicalement en cause le dogme biblique et la vision d’un homme créé par Dieu. Ce bouleversement, perçu par Darwin lui-même comme un « meurtre », engendre des résistances fortes et son onde de choc se répercute aussi bien dans la vulgarisation scientifique que dans la littérature. C’est à cette révolution épistémologique que nous nous intéressons, à l’occasion d’un parcours pluridisciplinaire reliant l’anthropologie préhistorique et l’œuvre d’Émile Zola. Il s’agira de montrer comment la naturalisation de l’homme et l’affirmation de son animalité orientent les préoccupations de l’anthropologie préhistorique et trouvent une expression littéraire dans la description des corps des « sauvages » zoliens.

Romain Enriquez (Université d’Artois), « Une révolution épistémologique du corps : l’hystérie traitée par la littérature »

Pendant une grande partie du XIXe siècle, l’hystérie est presque unanimement regardée comme un mal féminin et organique, d’origine utérine, suivant son étymologie. Nous cherchons cependant comment le roman du second XIXe siècle (Flaubert, Zola, Mirbeau, Daudet et Villiers de l’Isle-Adam) dialogue avec les sciences (médecine, anatomie, physiologie, psychologie) sur la représentation, voire sur le « traitement » de l’hystérie et des hystériques. Non content d’attaquer les discours sociaux, médicaux, moraux en vogue, le récit de fiction parvient en effet à formuler des contre-théories ou des contre-pratiques de l’hystérie, des traitements concurrents et alternatifs qui contribuent à infléchir la façon dont on considère l’hystérique. Il s’agit ainsi de mettre à l’épreuve la capacité de la littérature à formuler une nouvelle épistémologie. 

Anne Orset (Paris Sorbonne Université), « Le Lavater des savants romanesques, ou l’art de connaître les scientifiques de la seconde moitié du xixe siècle d’après les traits de leur physionomie »

« Science du rapport qui lie l’intérieur et l’extérieur, la surface visible à ce qu’elle couvre d’invisible », la physiognomonie, théorisée dès la fin du XVIIIe siècle par Johann Kaspar Lavater, produit « un ensemble de figures-types, reconnaissables et facilement identifiables[ », dont l’étude des particularités physiques garantit le parfait déchiffrement des qualités morales. Nous souhaitons montrer que ce pseudo-savoir, introduit dans la fiction par Balzac dès l’Avant-propos de La Comédie humaine, est à la fois mobilisé et remodelé dans les portraits romanesques de savants de la seconde moitié du XIXe siècle, et qu’il contribue, malgré son apparente obsolescence épistémologique, à l’élaboration d’un personnage moderne, reflétant à sa manière la « crise des élites] » qui éclate au lendemain de la Révolution. En étudiant successivement le modèle physiognomonique archétypal du savant, sa dégradation en type « physiologiste », ainsi que sa transmutation en figure symboliste, à travers des exemples empruntés principalement à Bourget, Flammarion et Villiers de l’Isle-Adam, nous nous proposons de mettre au jour les ambivalences de l’autorité scientifique dans les fictions de l’époque.

Journée d’Étude « Le personnage romanesque au miroir du lecteur. Procédés et formes de l’identification »

Voici un appel à communication qui pourrait intéresser les jeunes chercheurs et chercheuses dix-neuviémistes : il s’agit d’une journée d’étude, organisée par Émilie Pézard et Antonia Zagamé, intitulée « Le personnage romanesque au miroir du lecteur. Procédés et formes de l’identification ». Elle aura lieu à l’Université de Poitiers le 13 décembre 2019 et la date limite pour les propositions est fixée au 15 juin prochain.

Argumentaire

Depuis les années 1990, l’essor des théories de la fiction a permis la réhabilitation d’une conception mimétique du personnage, selon laquelle l’« existence » du personnage aux yeux du lecteur doit moins être pensée comme la «superstition littéraire» que dénonçait Paul Valéry, que comme une illusion structurante de la lecture. « L’être romanesque, pour peu qu’on oublie sa réalité textuelle, se donne à lire comme un autre vivant susceptible de maints investissements(1) », écrit Vincent Jouve dans L’Effet-personnage. Cette projection du lecteur dans le personnage, qui assure son immersion dans l’univers fictionnel, peut être perçue, non comme une modalité de lecture naïve à opposer à la lecture savante, mais comme la manifestation de cette «suspension volontaire de l’incrédulité » où se combinent illusion et lucidité, ainsi que l’analysait déjà R. L. Stevenson : « Les personnages ne sont que des pantins. Le poing osseux du marionnettiste les anime très visiblement, leurs ressorts n’ont rien de secret, leurs figures sont de bois, leurs ventres bourrés de son, et malgré cela nous partageons le cœur battant leurs aventures(2). »

Pour penser les formes que prend ce « partage » entre lecteur et personnage, la théorie littéraire s’appuie sur deux concepts: l’empathie, c’est-à-dire le fait d’éprouver les sentiments du personnage, et l’identification. On peut supposer que si, comme l’écrit Françoise Lavocat, « le concept d’empathie a largement supplanté celui d’identification(3) », c’est notamment parce que celui-ci, dans le spectre large d’attitudes qu’il embrasse, peut davantage prêter le flanc à l’accusation de naïveté : la notion d’identification peut en effet impliquer que le lecteur partage, non seulement les émotions, mais aussi les valeurs, le caractère et le comportement du personnage ; elle suggère que ce partage déborde le temps de la lecture pour infuser l’existence du lecteur. En ce sens, l’identification semble glisser vers l’horizon psychopathologique du bovarysme, défini par Jules de Gaultier comme « la faculté de se concevoir autrement qu’on n’est ». Longtemps accusée d’être le signe d’une abolition de toute distance entre le lecteur et le texte, l’identification peut pourtant également se situer du côté du jeu et de l’émancipation. La circulation entre la littérature et la vie suggérée par l’identification croise la notion d’exemplarité pour mettre en valeur la puissance pragmatique de la littérature.

1 Vincent Jouve, L’Effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, coll. Écriture, 1992, p. 108.
2 Robert Louis Stevenson, « À bâtons rompus sur le roman » [1882], Essais sur l’art de la fiction, Paris, Payot, 2007, p. 222.
3 Françoise Lavocat, Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, coll. Poétique, 2016, p. 348.

En s’appuyant sur les acquis des théories de la fiction et de la lecture, cette journée d’études, organisée par l’équipe B2 du FoReLLIS (Université de Poitiers) vise à apporter un éclairage historique à la question de l’identification, nourri par l’analyse des lectures réelles qui ont été faites des fictions romanesques. Il s’agira d’aborder dans une perspective littéraire cette notion déjà examinée par les sociologues, les experts des sciences de l’éducation, les psychologues et psychanalystes, les spécialistes d’arts du spectacle (projet IdEm).

Les propositions de communication (environ 2000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 15 juin 2019 aux adresses suivantes : emilie.pezard[at]univ-poitiers.fr et antonia.zagame[at]gmail.com. La réponse sera envoyée à la fin du mois de juin.

Plus d’informations sur le carnet de recherche du FoReLLIS B2 : https://anranticip.hypotheses.org

Quant à la prochaine séance des Doctoriales de la SERD, elle aura lieu le samedi 15 juin à partir de 10h à l’université Paris Diderot. Elle sera l’occasion de voter pour le prochain thème de la Journée d’Études des Doctoriales, qui aura lieu au printemps 2020. Tout jeune chercheur qui assiste au séminaire peut proposer un sujet et faire partie du Comité Organisateur de cet événement.

Prochaine séance des Doctoriales, samedi 25 mai 2019 : « Les révolutions épistémologiques du corps au XIXe siècle »

La prochaine séance des Doctoriales est organisée par Romain Enriquez et Anne Orset à l’université Paris-VII-Diderot samedi 25 mai, exceptionnellement dans la salle 579F du bâtiment Halle aux Farines, de 10h à 13h.
Elle abordera les révolutions épistémologiques du corps à travers une présentation générale du thème, suivie de trois communications dont voici les résumés :

Fanny Drouot (Université Bourgogne Franche-Comté), « Zola et l’anthropologie : le corps du “sauvage” »

Au cours du XIXe siècle, le processus de naturalisation de l’homme amorcé par Buffon trouve une forme de conclusion avec les publications de Darwin, L’Origine des espèces en 1859 puis La Filiation de l’homme en 1871. Dès lors est actée l’origine simienne de l’homme qui remet radicalement en cause le dogme biblique et la vision d’un homme créé par Dieu. Ce bouleversement, perçu par Darwin lui-même comme un « meurtre », engendre des résistances fortes et son onde de choc se répercute aussi bien dans la vulgarisation scientifique que dans la littérature. C’est à cette révolution épistémologique que nous nous intéressons, à l’occasion d’un parcours pluridisciplinaire reliant l’anthropologie préhistorique et l’œuvre d’Émile Zola. Il s’agira de montrer comment la naturalisation de l’homme et l’affirmation de son animalité orientent les préoccupations de l’anthropologie préhistorique et trouvent une expression littéraire dans la description des corps des « sauvages » zoliens.

Romain Enriquez (Université d’Artois), « Une révolution épistémologique du corps : l’hystérie traitée par la littérature »

Pendant une grande partie du XIXe siècle, l’hystérie est presque unanimement regardée comme un mal féminin et organique, d’origine utérine, suivant son étymologie. Nous cherchons cependant comment la littérature du second XIXe siècle dialogue avec les sciences sur la représentation, voire sur le « traitement » de l’hystérie et des hystériques. Non content d’attaquer les discours sociaux, médicaux, moraux en vogue, le récit de fiction parvient en effet à formuler des contre-théories ou des contre-pratiques de l’hystérie, des traitements concurrents et alternatifs qui contribuent à infléchir la façon dont on considère l’hystérique. Il s’agit ainsi, plus globalement, de mettre à l’épreuve la capacité de la littérature à formuler une nouvelle épistémologie. 

Anne Orset (Paris Sorbonne Université), « Le Lavater des savants romanesques, ou l’art de connaître les scientifiques de la seconde moitié du xixe siècle d’après les traits de leur physionomie »

« Science du rapport qui lie l’intérieur et l’extérieur, la surface visible à ce qu’elle couvre d’invisible », la physiognomonie, théorisée dès la fin du XVIIIe siècle par Johann Kaspar Lavater, produit « un ensemble de figures-types, reconnaissables et facilement identifiables[ », dont l’étude des particularités physiques garantit le parfait déchiffrement des qualités morales. Nous souhaitons montrer que ce pseudo-savoir, introduit dans la fiction par Balzac dès l’Avant-propos de La Comédie humaine, est à la fois mobilisé et remodelé dans les portraits romanesques de savants de la seconde moitié du XIXe siècle, et qu’il contribue, malgré son apparente obsolescence épistémologique, à l’élaboration d’un personnage moderne, reflétant à sa manière la « crise des élites] » qui éclate au lendemain de la Révolution. En étudiant successivement le modèle physiognomonique archétypal du savant, sa dégradation en type « physiologiste », ainsi que sa transmutation en figure symboliste, à travers des exemples empruntés principalement à Bourget, Flammarion et Villiers de l’Isle-Adam, nous nous proposons de mettre au jour les ambivalences de l’autorité scientifique dans les fictions de l’époque.