Archives par étiquette : AAC

[AAC JOURNÉE D’ÉTUDES ] :  LE DÉFI AU XIXe SIÈCLE

Doctoriales de la SERD

Appel à communication pour la journée d’études — 15 juin 2024

Université Paris Cité — Bibliothèque Jacques-Seebacher

Les Doctoriales de la SERD organisent une journée d’études samedi 15 juin 2024 pour clôre sa deuxième année de séminaire sur les incapacités au XIXe siècle. La thématique privilégiée pour cette journée d’études est celle du défi, prise dans l’acception large du terme. Elle a été suggérée par Rose-Lucie Cahoua. Vous pouvez nous soumettre vos propositions, d’une longueur maximale de 300 mots, à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com jusqu’au 30 avril 2024. Elles seront complétées par une notice bio-bibliographique indiquant notamment le laboratoire et l’université de rattachement.

Comité d’organisation : Victor Kolta, Guilhem Pousson, Florelle Isal et Laurène Sinnappu.

Quelques pistes de réflexion :

Philosophique

« Mettre au défi » ou encore « défier », cela suppose un rapport à l’altérité et à plus forte raison à l’adversité qui s’éprouve dans le conflit ou dans l’émulation. 

Est d’abord défi ce qui pose problème, ce qui constitue une forme d’adversité et ce à quoi, traditionnellement, le héros doit se confronter. Le héros cependant n’en est plus nécessairement un, il n’est plus celui qui relève le défi, celui qui répond à la provocation (ex : Frédéric Moreau dans L’Éducation sentimentale, Flaubert). Dès le début du siècle, l’héroïsme est à envisager sous un nouveau jour, l’exceptionnalité n’est plus celle du statut social ou de l’exploit guerrier et le héros romantique, inadapté au monde qui est le sien, est d’ailleurs condamné à l’échec. La nature du défi elle-même a changé. Celui qui adhère au monde n’est plus porté par de hautes valeurs aristocratiques mais il est celui qui s’adapte à une reconfiguration sociale du monde que le Dieu argent régit.

D’autre part et dans le contexte d’émancipation des autorités spirituelles de l’Aufklärung, le défi est plutôt celui de la connaissance. Ludique, il peut servir l’apprentissage, voire l’élévation. Il pose la question d’une nouvelle approche dans la recherche de la vérité : scientifique et rationnelle, comme celle de Schelling (qui prétend à une vérité fondée sur des données factuelles et vérifiables) ou sinon intuitive au moins poétique, à l’instar d’Hölderlin ou encore de Novalis. L’homme souverain, à l’heure de la révolution kantienne, est mis au défi de penser le monde, par la critique et la Raison, hors du donné obligeant, en acceptant la part d’insaisissable et d’impensable qu’il contient. 

 

Études de genre

La logique du défi sous-tend la confrontation voire l’affrontement, elle suppose un adversaire, un esprit de compétition ou autant de schémas et de conditions propices au développement de qualités viriles. Que l’on pense à la pratique de compétitions sportives ou à celle du duel, le défi s’inscrit d’abord dans des pratiques réservées aux masculinités et donc dans une histoire de la virilité que le XIXe siècle fait triompher. Il questionne en un sens les nouvelles formes d’intégration de l’idéal viril, ses codes et ses normes. Il soulève la question de l’affirmation de soi en donnant à la virilité les moyens de s’exprimer et de faire ses preuves dans le cadre d’un entre-soi masculin.

La notion soulève aussi et a contrario la possibilité de l’échec : l’incapacité à relever un défi et avec elle, la paralysie et l’angoisse (ex : « Un lâche » de Maupassant). En même temps que l’hégémonie d’une masculinité, le « triomphe » de la virilité produit en effet un « en-dehors » viril. La honte et le tabou apparaissent alors sous-jacents à ce qui dès lors devient une impuissance, à la faiblesse physique ou morale, à l’effémination, à l’homosexualité ou autant de transgressions que dessine la norme au négatif.

Ces transgressions interrogent la norme genrée qui se défie alors elle aussi et il est possible d’aborder la question du point de vue de la contestation, franche ou détournée, d’une autorité, d’une voix majoritaire ou dominante, ainsi d’un certain dandysme ou des minorités, comme ces voix de femmes qui échappent au silence, personnages féminins ou autrices mêmes : de celles qu’on appelle les « bas-bleu » à celles qu’on affuble du nom de « pétroleuses ».

 

Esthétique

Le domaine de l’esthétique, défini comme « science de la connaissance sensible »,(A. G. Baumgarten, Esthétique, Paris, L’Herne, 1988) pose d’emblée un défi inhérent à cette discipline, celui de la conciliation entre savoir et sensations, raison et émotions.

Si au début du XIXe siècle, la pluralité des arts offre la possibilité de suggérer une œuvre totale, il s’ensuit une époque de matérialisme galopant et de désacralisation qui modifie la place des artistes. Face aux nouvelles techniques de reproduction qui marquent le progrès, quelle position adopter dans une société qui s’industrialise ? La rencontre de l’art et de l’industrie est un axe à étudier car elle conditionne les transformations matérielles et sociales du monde en modifiant inéluctablement les finalités, les valeurs et les moyens d’action des artistes. Quelles solutions trouver pour éviter une véritable déshumanisation du monde et de l’art, un triomphe de la matérialité sur l’homme ? Cette question s’inscrit dans le grand débat de l’utilité de l’Art et des critères de beauté.

Avec l’essor de la grande presse, le journal et la caricature, considérée comme « cri de l’artiste », (Champfleury, Histoire de la caricature moderne, Ressouvenances, 2010. La caricature comme “cri du citoyen”) sont des armes esthétiques qu’il pourra être pertinent d’observer. La naissance de la photographie modifie, quant à elle, considérablement les rapports entre la réalité et l’art et devient l’objet de polémiques entre artistes et écrivains dans sa fonction de représentation du monde. À une échelle plus globale, on pourra s’intéresser aux limites que la mimésis semble avoir atteintes puis dépassées au XIX siècle, ce qui se manifeste par des réflexions critiques sur le style, des recherches d’innovation, ou encore des tentatives de collaboration entre les arts.

L’observation de la vie artistique en France au XIXe siècle peut être une autre porte d’entrée pour comprendre les défis nouveaux que les artistes vont devoir relever. En se référant le moins possible à des individus ou à des courants artistiques particuliers, il s’agira d’évoquer un « système des beaux-arts », en grande partie hérité de l’Ancien Régime, mais profondément transformé par la Révolution et le premier Empire, en même temps que sa contestation grandissante jusqu’à sa désintégration finale au tournant des XIXe et XXe siècles. Marchands, galeries, collectionneurs : l’émergence d’un nouveau système de l’art moderne modifie la place de l’artiste dans la société. Sur les ruines du système du Salon unique se dessine peu à peu une nouvelle configuration du marché de l’art. Elle repose sur le développement des galeries privées, le marchand d’art, à la fois fin connaisseur et commerçant avisé, devenant l’intermédiaire privilégié entre les artistes, dont les plus novateurs, et un nouveau public d’amateurs et de collectionneurs dont le goût s’est émancipé de l’académisme des expositions officielles.

C’est ainsi qu’il pourra être abordé le domaine de la réception. Au gré du scandale suscité par telle ou telle œuvre, chacun prend parti, s’engage, se situant dans un des « camps » en présence, celui des « conservateurs » ou celui de l’ « avant-garde », métaphore militaire qui commence à s’appliquer au domaine des arts dès les années 1840-50. La réception est également à envisager dans sa dimension affective. L’artiste, qu’il propose un art engagé, collectif ou un art plus personnel pour exposer ses tiraillements existentiels, a toujours pour mission d’avoir un effet sur son public. La question du défi au goût du public pourra être abordée (« La gifle au goût du public », 1912). L’enjeu est alors du côté d’une réception sensible, la question du plaisir esthétique et de la place de l’imagination sera une piste de réflexion possible à considérer. Un défi réside alors dans la capacité de créer une œuvre destinée à émouvoir, mais aussi capable d’être un outil efficace de connaissance du monde et de soi.

 

Défi et Récit

Dans cet axe, le défi pourra d’abord être considéré en tant qu’élément de la diégèse. Il s’agit alors d’événements, de postures ou d’invites ressentis par les personnages comme des défis, soit qu’ils enfreignent les normes et les dogmes du monde diégétique (ex : réquisitoire de Julien Sorel contre la monarchie, monologue de Hernani) ; soit qu’ils soient explicitement identifiés comme « défis » par le texte ou le paratexte (ex : défi de Rastignac). Il nous a semblé pertinent d’explorer les fonctions narratives de ces passages, en les rapprochant de catégories bien établies comme la scène de reconnaissance ou les ruptures d’espace induites par la trajectoire du « personnage mobile » lotmanien. Dans cette perspective, il serait par exemple possible d’étudier la coordination récurrente de certaines scènes, comme le duel suivi de la disparition ou du départ du vainqueur : Pierre Bezoukhov dans Guerre et Paix, Stavroguine dans Les Démons. Nous soulignons également le fait que le défi comme épreuve imposée et possiblement « qualifiante » (A. J. Greimas), semble jouer un rôle dans la construction des intrigues et la maturation des subjectivités fictionnelles. 

Le défi pourra également être envisagé à un niveau métadiégétique. Il s’agit alors de passer du substantif au verbe pour en explorer l’étymologie (diffidere : « ne pas se fier à », « douter de la capacité à ») et aborder la question de l’adresse. Plus que d’un défi, il sera question d’une défiance pouvant marquer l’interaction entre auteurs et lecteurs, influencer la façon dont les textes sont reçus, interprétés et discutés. Il peut s’agir, d’une part, de discours émanant d’un public qui éprouve une réticence devant la transformation des usages de la fiction et des modalités de sa circulation (massification) au XIXe siècle. Il pourra, d’autre part, être question des réserves de l’écrivain quant à son lectorat et sa capacité à “bien recevoir” les œuvres. Ce dernier peut produire dans certains cas un discours sur le lecteur idéal et le lecteur défaillant, opposer « bonne » et « mauvaise » lecture, décliner toute une gamme de réflexes appropriatifs, préventifs, défensifs voire offensifs, visant à s’arroger le monopole herméneutique de ses œuvres.

 

Social et sociologique

Le défi, au XIXe siècle, répond à un certain nombre de codes inhérents à un certain statut social mais qui se démocratisent en même temps que l’éducation militaire et avec elle, ses valeurs et ses effets sur les consciences et les corps. La pratique du duel en témoigne, elle est en effet un rituel raffiné et codifié opposant deux individus mus par un reste de valeurs aristocratiques : « Mais le duel n’est qu’une cérémonie. Tout en est su d’avance, même ce que l’on doit dire en tombant. » (Stendhal, Le Rouge et le noir). De même, l’activité sportive, de plus en plus répandue et dont les compétitions sont de plus en plus populaires au cours du siècle, en entrant dans un processus de civilisation, supplante la violence et, comme le défend Norbert Elias, la maîtrise (ex : le duel d’escrime dans « Le Bonheur dans le crime » in Les Diaboliques de Barbey d’Aurevilly).

Parce qu’il renvoie à la confrontation, le défi soulève cependant également la question du rapport de force, voire du rapport de domination, social ou économique. Le terme prend alors un sens plus actif, il dit le refus de se soumettre à la force ou à l’action. Le champ de la contestation sociale et politique s’ouvre ici : il s’agit de défier l’ordre établi ou de s’y conformer. Dès lors, il est également question de penser la place de l’individu à l’heure d’une atomisation de la masse et de la perte de l’intérêt collectif. Quelle nouvelle place pour le défi quand les cartes du déterminisme sont rebattues ? La notion pourrait être envisagée à l’aune de la perte de l’idée d’un destin, conséquence d’une structure religieuse affaiblie et de la disparition progressive d’un ordre passé dès le début du siècle.

 

D’autres axes d’étude pourront être envisagés et approfondis, tels que le lien entre histoire et politique, dans la mesure où l’instabilité politique constitue un défi majeur.

 

Bibliographie

  • ARIÈS, Philippe, « Réflexions sur l’histoire de l’homosexualité », Communications, 1982.
  • CHARRETON, Pierre, Les Fêtes du corps : histoire et tendances de la littérature à thème sportif en France 1870-1970, Saint-Etienne, CIEREC, 1985.
  • CHKLOVSKI Viktor, « L’art comme procédé », in TODOROV Tzvetan (ed.), Théorie de la littérature. Texte des formalistes russes [1965], Point, 2001.
  • COMPAGNON, Antoine, Les Chiffonniers de Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires, Série illustrée », 2017.
  • CORBIN, Alain, COURTINE, Jean-Jacques, VIGARELLO, Georges, Histoire de la virilité, t. 2, Seuil, 2011.
  • DENIZEAU, Gérard, Le Dialogue des arts (architecture, peinture, sculpture, littérature, musique, Larousse, 2008. 
  • EISENZWEIG, Uri, Le Duel introuvable. La fascination du duel dans la littérature du XIXe siècle, PU Vincennes, « Culture et Société », 2017.
  • ELIAS, Norbert, DUNNING, Eric, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Fayard, 1994.
  • FERRY, Luc, L’invention de la vie de bohème : 1830-1900, Éditions Cercle d’art, 2012.
  • GUILLET, François, La mort en face. Histoire du duel de la Révolution à nos jours. Aubier, coll. « Historique », 2008.
  • GREIMAS, Algirdas Julien, « Éléments pour une théorie de l’interprétation du récit mythique », Communications, vol. 8, no 8,‎ 1966, p. 28-59
  • HARKNESS, Nigel, « Le Roman Bâtard : Femmes Auteurs et illégitimité sous la Monarchie de Juillet », Romantisme, 2006/2 (n° 132).
  • HELIOS, Jaime, Le défi de la créativité dans la littérature, la musique, l’art et la science, Paris, Fauves éditions, 2019.
  • HERITIER, Françoise, Masculin/Féminin I. La pensée de la différence, Odile Jacob, 1995, 2012.
  • KREMER, Nathalie, « Diderot, Balzac, Michon : la création par la destruction », Fabula-LhT, N° 13, « La Bibliothèque des textes fantômes », novembre 2014.
  • LACOSTE, Jean, L’Esthétique romantique en France. Une anthologie, prés. par Claude Millet, Romantisme, N°89, Critique venue d’ailleurs, 1995.
  • LEJEUNE, Dominique, Histoire du sport : XIXe-XXe siècles, Editions Christian, 2001.
  • LEJEUNE, Philippe, « Autobiographie et homosexualité en France au XIXe siècle. », Romantisme, 1987.
  • LUKACS, Georg, Théorie du roman, trad. de Jean Clairevoye, Gallimard, 1989.
  • MAAG, Georg, « Les machines ne sont rien sans l’art. De l’union des arts et de l’industrie du comte de Laborde, et les réactions de la presse », Romantisme, n° 41, 1983, pp. 41-56. 
  • MAÏAKOVSKI, Vladimir, « La gifle au goût du public », 1912 in : ROBEL, Léon, Manifestes futuristes russes, Les éditeurs français réunis, 1972.
  • MARCEL, Gabriel, Être et Avoir, Aubier, coll. « Philosophie de l’esprit », 1935.
  • MARTIN-FUGIER, Anne Martin-Fugier, La vie d’artiste au XIXe siècle, L. Audibert, 2007.
  • MONOD, Jean-Claude, La querelle de la sécularisation, De Hegel à Blumenberg, Vrin, coll. « Problèmes et controverses », 2002.
  • MOSSE, George Lachman, L’image de l’homme. l’invention de la virilité moderne, Agora, 1999.
  • NAHON, Pierre, Les marchands d’art en France, XIXe et XXe siècles, La Différence, coll. « Les Essais » , 1998.
  • NANCY, Jean Luc, LACOUE-LABARTHE, Philippe, L’absolu littéraire, Théorie de la littérature du romantisme allemand, Seuil, coll. « Poétique », 1978.
  • PASSERON, René, « Pour une approche “poïétique” de la création », Encyclopaedia Universalis, Vol. Symposium, 1985.
  • PLANTÉ, Christine, « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique ? », Revue d’histoire littéraire de la France, 2003/3 (Vol. 103).
  • REID, Martine (dir.), Femmes et littérature. Une histoire culturelle, II, Gallimard, 2020.
  • SANCHEZ, Pierre, Dictionnaire de l’Union des femmes peintres et sculpteurs : répertoire des artistes et liste de leurs œuvres : 1882- 1965 ; introd. historique de Chantal Beauvalot, Dijon, l’Échelle de Jacob, 2010, 3 Vol.
  • SOURIAU, Paul, La beauté rationnelle. Nouvelle édition, Rennes, P.U.R, 2023.
  • TERRET, Thierry, Histoire du sport, P.U.F, coll. « Que sais-je ? », 2023. 

 

AAC / DE LA MARGE AU SCANDALE AU XIXE SIÈCLE / Journée d’études 2022 des Doctoriales de la SERD

DE LA MARGE AU SCANDALE AU XIXE SIÈCLE

Journée d’études 2022 autour de la thématique des Doctoriales de la SERD :

« Marges et marginalités au xixe siècle »

 

Le but de cette journée d’études est de réfléchir à la manière dont les discours et les esthétiques « de marge » ou sur la marge et la marginalité au xixe siècle font « événement » à travers le scandale, des voix artistiquement avant-gardistes, ou encore différentes stratégies publicitaires. Les discours et les esthétiques de marge doivent-ils nécessairement faire « effraction » pour s’imposer médiatiquement au xixe siècle ? Si tel est le cas, en quoi consiste cette effraction exactement, et dans quelle mesure coïncide-t-elle avec « les premiers protocoles modernes de publicité littéraire »[1] ?

Chaque époque définit des normes ; l’ensemble des individus et des discours se positionnant en dehors de celles-ci peuvent donc être représentés ou se revendiquer comme étant « en marge ». Le modèle « centre-périphérie » en littérature engage, outre une certaine répartition des rôles entre les institutions et les acteurs qui les incarnent, un rapport au prestige, au pouvoir et à la notoriété. Les discours littéraires et les esthétiques « en marge » ou portant sur la marge constituent des zones périphériques « moins doté[e]s en moyens matériels ou symboliques »[2] que le centre. Leur diffusion et leur reconnaissance par le grand public sont ainsi compromises par une relation hiérarchique de domination médiatique. Quant au scandale, il est depuis l’Antiquité un des moyens les plus efficaces de faire entendre la voix des auteurs, des discours et des pratiques artistiques marginaux. Ce qui définit le scandale, c’est la hardiesse de la prise de parole, qu’elle soit artistiquement avant-gardiste ou politiquement réfractaire, ainsi que sa résonnance dans la sphère publique : il fait partie d’une stratégie communicationnelle qui permet aux auteurs de discours et d’esthétiques « de marge » d’être entendus. Les notions de « marge » et de « scandale » entretiennent de fortes affinités avec le champ littéraire. La compréhension de leur articulation doit néanmoins toujours se faire en fonction du contexte social et politique : les mœurs du moment les désignent comme tels et signalent un objet artistique non identifié, récalcitrant aux formes existantes et provocateur dans sa forme et son contenu. Dans le cas des discours et des esthétiques « de marge », « faire événement » s’impose avant tout dans une perspective de lutte contre une doxa qui les exclut en les bâillonnant ou en les invisibilisant.

Au xixe siècle, l’utilisation du scandale pour donner à entendre des discours « marginaux » ou portant sur la marge a connu une importante croissance, pour des raisons à la fois politiques et médiatiques. De la Restauration à la Troisième République, diverses phases de censure ont pu pousser les auteurs et leurs éditeurs à inventer des modalités de publicité différentes selon les possibilités conférées par la succession de régimes autoritaires et de régimes plus libéraux. Ce sont dans le même temps les modalités médiatiques de la prise de parole publique qui ont été bouleversées, avec le considérable développement de la diffusion de la presse – des petites revues aux journaux de masse.

Dans Illusions perdues, Balzac fait dire à Madame d’Espard présentant Lucien de Rubempré à l’écrivain Canalis à l’Opéra : « Il n’a pas encore d’ennemis qui puissent faire sa fortune en l’attaquant ». La notoriété parisienne s’acquiert alors de façon privilégiée par le scandale, y compris en littérature. On peut aussi penser aux polémistes et aux écrivains qui se situent aux marges des grands courants esthétiques de la seconde moitié du xixe siècle (malgré l’ample diffusion médiatique que les écoles réaliste, naturaliste ou symboliste promettent), ayant tout à gagner de l’éreintement, surtout dans Paris, « meilleure scène pour l’étalage », « centre de tous les échos, [ville] à travers laquelle passent toutes les nations du monde ! »[3]. Par exemple, le goût de Barbey d’Aurevilly et de Léon Bloy pour l’exercice polémique participe activement d’une stratégie de communication ; l’un et l’autre savent qu’on existe surtout par ses contradicteurs. Barbey d’Aurevilly attend « with anxiety » leur charge, car « rien ne [lui] est plus agréable, pas même l’éloge, que les témoignages de la haine de [ses] Ennemis. Être scié en quatre dans la Liberté de penser [constitue] pour [lui] la volupté la plus moelleusement dissolvante » ; et s’ils ne réagissent pas, il leur « récri[t] pour [leur] demander s’il manque[nt] de cœur »[4]. Baudelaire se réjouit lui aussi d’avance, dans sa correspondance, après la parution des Fleurs du Mal, du « bel éreintage général qui attirera la curiosité »[5] et qui signale le début de sa notoriété.

Le scandale n’arrive toutefois pas que par le biais de la presse : on peut songer à Alfred Jarry, dont le travail de dramaturge prône des rapports de force et de conflit avec le lecteur-spectateur. Si l’iconoclasme de Jarry reste exceptionnel dans le monde du théâtre de la fin-de-siècle, il n’en rebaptise pas moins la scène comme un lieu où les discours et les gestes sont d’un soir à l’autre potentiellement subversifs et nouveaux, et où la parole officielle, celle du pouvoir et du « bon goût national », est dédramatisée. Jarry affiche dans ses articles une radicalité théorique qui mènera à l’« anti-théâtralité »[6] et au scandale provoqué par la représentation d’Ubu Roi. Ce scandale repose avant tout sur « l’insertion d’un terme apparemment grossier à l’initiale d’un spectacle, sa répétition constante agrémentée de bruits évocateurs » et le « renversement total des propositions scéniques traditionnelles » qui introduit « la pratique de guignol dans un spectacle d’adultes »[7]. Il est certes une composante esthétique de la dramaturgie de Jarry, mais il est également prémédité afin de provoquer un public réduit à « une foule inerte », « incompréhensive et passive », que Jarry entend frapper « de temps en temps, pour qu’on connaisse à ses grognements d’ours où elle est – et où elle en est »[8]. Ce goût de la provocation se retrouve dans les happenings de divers groupes artistiques et littéraires qui s’inscrivent dans le sillage des dadaïstes et des surréalistes.

Le scandale n’est pas l’apanage d’artistes « marginaux » : il suffit de songer aux premières représentations d’Hernani de Victor Hugo en 1830, qu’on qualifia dans un premier temps de « bataille d’Hernani », pour évoquer paradoxalement, dans un second temps, le « devenir classique »[9] de cette œuvre tout au long du xixe siècle. Peut-on comparer l’usage du scandale chez un auteur de premier plan avec celui d’un inconnu qui cherche à se faire une place dans le monde des lettres ? La provocation engage-t-elle une efficacité sur le long terme afin de faire reconnaître la valeur d’un discours ou d’une œuvre « marginaux », ou n’a-t-elle vocation qu’à assurer une visibilité de court terme ? La notion de « canon » et la façon dont ce dernier se construit sont étroitement liées aux modes d’articulation du scandale et de la marginalité. Beaucoup d’écrivains évalués aujourd’hui comme « canoniques » ont été perçus à un moment ou à un autre comme scandaleux à leur époque, mais beaucoup d’autres, oubliés aujourd’hui, n’auront rencontré qu’un succès bref en dépit de leur aura scandaleuse. Le scandale est-il un outil nécessaire pour imposer à un public récalcitrant une beauté esthétique perçue comme marginale et neuve ? On se réfèrera pour ces questions aux recherches en cours de Florence Naugrette et au récent colloque qu’elle a contribué à organiser sur « Le canon théâtral à l’épreuve de l’histoire »[10].

Il s’agira donc, lors de cette journée d’études, de mettre en relation les discours et les esthétiques en marge ou portant sur la marge et la marginalité avec des pratiques éditoriales et/ou médiatiques contestataires, spectaculaires et innovantes, visant à faire entendre leur voix. Comment ces discours, qui, à l’époque de leur parution, constituent des discours et des esthétiques de marge, prétendent-ils habiter un espace social excluant et à quelles stratégies rhétoriques et discursives ont-ils recours pour exister ? Quels types de pratiques scandaleuses ou spectaculaires peuvent être identifiées à un « événement littéraire » voué à faire apparaître des esthétiques et des discours nouveaux, iconoclastes et marginaux, prétendant à de plus ample diffusion et reconnaissance médiatiques et historiques ? Quand leur réception est houleuse, laborieuse ou difficile, quelles stratégies discursives les écrivains mettent-ils en place pour préparer le public à des discours et à des esthétiques hors-norme ?

 

Nous serons particulièrement attentifs aux propositions de communication se situant dans les axes de réflexion suivants :

  • Discours de marge, scandale et genre littéraire au xixe siècle

Le scandale en poésie, au théâtre ou dans un roman n’ont pas les mêmes objectifs ni la même portée : en quoi les modalités scandaleuses diffèrent-elles en fonction du genre littéraire ? Existe-t-il un genre qui serait perçu comme particulièrement « scandaleux » par le public pour diffuser des discours « marginaux » ?

  • Discours de marge et scandale au théâtre au xixe siècle

Les travaux de François Lecercle sur l’ingéniosité spectaculaire au théâtre ont montré combien l’histoire même du théâtre était en partie liée à celle du scandale[11]. Florence Naugrette quant à elle interroge les mises en récit de l’histoire du théâtre : les dramatisations des scandales, des succès et des chutes, ou encore la « légendarisation » des chefs de file novateurs, afin de mieux cerner les a priori mémoriels de cette histoire. À l’aune de ces pistes, il s’agira donc de s’interroger sur la spécificité du scandale théâtral au xixe siècle : quelles en sont les modalités pratiques ? Quelle serait la meilleure typologie du « scandale » de théâtre au xixe siècle, en fonction du type de marginalité du discours, de la pièce, de la salle où elle est mise en scène ?

  • Voix mineures, censure et scandale

De par leur nature marginale, les voix mineures peinent à imposer leurs œuvres sur la scène médiatique. La voix mineure porte un discours collectif en contradiction avec le centre et semble par essence condamnée à la censure. On pourra s’intéresser à la double condamnation à l’invisibilité que constitue la censure pour les voix mineures. Ne sont-elles pas alors amenées à s’autocensurer, lisser leur discours, dans un premier temps, pour exister ? On pourra comparer les types de pratiques scandaleuses ainsi que leurs conséquences pénales selon la place qu’occupent les auteurs dans la société et sur la scène littéraire. On pensera notamment aux voix féminines et à leurs stratégies médiatiques, de Flora Tristan à Louise Michel.

  • Discours et esthétiques de marge et transgression des normes du bien-dire 

Des polarisations idéologiques apparaissent dans la littérature et l’écriture au cours du xixe siècle, qui voit notamment naître une révolte sociale provoquée par les nouvelles conditions de travail liées à la Seconde Révolution industrielle en Europe occidentale. Les écrivains sensibles aux courants socialistes, proudhoniens ou anarchistes dénoncent par exemple souvent le « bon goût » et la « respectabilité » des classes privilégiées, qui abusent d’une situation économique en pleine expansion capitaliste. Parfois, ils leur opposent une transgression des normes du bien-dire et choisissent des supports (journaux, pamphlets, brochures) et des langages mineurs ou de marge, seuls aptes à exprimer les sentiments radicaux qui animent leurs pensées et leurs actions. Par quelle transgression du « bon goût » ou du « bien-dire » les voix idéologiquement rebelles et réfractaires du xixe siècle s’expriment-elles et dans quelle mesure cette transgression participe-t-elle de leur tentative de visibilité ?

  • Discours de marge, spectacle et mise en scène de soi 

Comme l’a montré José-Luis Diaz, la fabrication de l’écrivain à partir de l’époque romantique est rendue nécessaire par son éloignement avec le lecteur d’Ancien Régime : « Parce qu’il suppose communication théâtralisée d’un dire solitaire, l’exercice littéraire rend nécessaire cette auto-mise en scène de soi »[12]. Celle-ci passe par la construction d’un ou de plusieurs personnages qui le représentent au sein des œuvres fictionnelles, mais également par un accroissement du paratexte : préfaces, correspondances, journaux intimes, voix critique… Aux époques réaliste et naturaliste, cette fabrication de l’image auctoriale est accentuée par les interviews de presse dans lesquelles les écrivains se mettent en scène au sein d’autoreprésentations catégorisantes et idéologiquement orientées. Comment les auteurs des discours de marge ou sur la marge saisissent-ils ces nouvelles opportunités médiatiques et éditoriales pour se mettre en scène et dans quelle mesure adoptent-ils une « spectacularisation », parfois scandaleuse, d’eux-mêmes ? Qu’en est-il par ailleurs des auteurs qui refusent la mise en scène publique de soi – phénomène qui touche autant des auteurs « littéraires » (Flaubert) que « grand public » (Labiche) ?

  • Stratégies publicitaires et scandale au xixe siècle

Les nouvelles possibilités de prise de parole au xixe siècle sont « assortie[s] de tensions et de malaises »[13]. Yoan Vérilhac parle d’une « surexposition médiatique du débat littéraire » aux alentours de 1890 et montre la résistance qu’affichent les petites revues vis-à-vis des nouvelles pratiques publicitaires de la grande presse, qui refusent de « faire de la chronique littéraire une parole sociale, tournée vers l’abonné et façonné selon le bon sens et les discours communs […] contre le littéraire »[14]. Marie-Eve Thérenty rappelle que le xixe siècle voit l’apparition de constructions publicitaires « pensée[s] et orchestrée[s] » autour de la parution d’une œuvre, afin qu’écrivains et éditeurs en tirent un parti commercial. On pourra réfléchir aux types de stratégies mises en place par les auteurs, les éditeurs ou les journalistes pour faire parler d’une œuvre, aux arrangements conclus pour imposer un discours ou un auteur sur la scène médiatique, et à leur efficacité sur les court, moyen et long termes.

***

Ayant vocation à favoriser un dialogue interdisciplinaire, cet appel est ouvert à tous chercheurs et jeunes chercheurs en littérature, en histoire de l’art et en arts visuels. Les propositions de communication (une demi-page) devront être adressées au plus tard le 30 novembre 2021, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, à l’adresse suivante :

journeedetudesserd2022@gmail.com

Cette journée d’études est organisée par Fanny Arama (Université Paris Diderot), Claire Lépinay et (Université Clermont Auvergne) et Agnès Parmentier (UVSQ-Université Paris-Saclay).

 

Bibliographie indicative :

  • Angenot, Marc, La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1995.
  • Bertrand, Jean-Pierre et Lise Gauvin (dir.), Littératures mineures en langue majeure. Québec / Wallonie-Bruxelles, Bruxelles – Montréal, P.I.E. Peter Lang et Les Presses Universitaires de Montréal, 2003.
  • Boulomié, Arlette, Errance et marginalité dans la littérature, Recherches sur l’imaginaire, Presses d’Université d’Angers, 2007.
  • Deleuze, Gilles et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Les Éditions de Minuit, 1975.
  • Dosse, François, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre Sphinx et Phénix, Paris, PUF, 2010.
  • Dufief, Pierre-Jean, et Perrin-Daubard, Marie (dir.), Violence politique et littérature au xixe siècle, Actes du colloque de l’université Paris-Ouest Nanterre, avril 2010, Paris, éditions Le Manuscrit, Coll. « L’esprit des lettres », 2012.
  • Garrait-Bourrier (Anne) (dir.), De La norme à la marge. Écritures mineures et voix rebelles, Presses Universitaires Blaise Pascal, Coll. « Littératures », 2010.
  • Lecercle, François, et Thouret, Clotilde (dir.), La haine du théâtre : controverses européennes sur le spectacle. Vol. 1, Controverses et polémiques et Vol. 2, Discours et arguments, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, Coll. « Littératures classiques », 2019.
  • Léger, Céline, Jules Vallès, la fabrique médiatique de l’événement (1857-1870), Saint-Étienne : Presses Universitaires de Saint-Étienne, Coll. « Le xixesiècle en représentation(s)», 2021.
  • Michaud, Stéphane (dir.), Un fabuleux destin : Flora Tristan, éditions universitaires de Dijon, 1985. Actes du colloque de Dijon, mai 1984.
  • Naugrette, Florence, Le Théâtre romantique. Histoire, écriture, mise en scène, Seuil, « Points Essais», 2001 [rééd. 2012].
  • Naugrette, Florence, Le Théâtre français du XIXe siècle, sous la direction de Hélène Laplace-Claverie, Sylvain Ledda et Florence Naugrette, Anthologie de l’Avant-Scène Théâtre, 2008.
  • Naugrette, Florence, Le Texte de théâtre et ses publics, actes du colloque de Rouen (2007) réunis par Ariane Ferry et Florence Naugrette, Revue d’Histoire du Théâtre, 1er trimestre 2010.
  • Perrot, Michelle, Des femmes rebelles : Olympe de Gouges, Flora Tristan, George Sand, Tunis, Elyzad Poche, 2014.
  • Riot-Sarcey, Michèle, La doctrine saint-simonienne : textes et enjeux, d’hier à aujourd’hui, texte de Michèle Riot-Sarcey, Philippe Régnier, Neil McWilliam [et al.], Conférence de la Bibliothèque Nationale de France, copie numérisée, 2007.
  • Riot-Sarcey, Michèle, Bouchet, Thomas et Picon, Antoine, Dictionnaire des utopies, 2è édition, Paris, Larousse, 2008.
  • Saminadayar-Perrin, Corinne et Millot, Hélène (dir.), Spectacles de la parole, éditions des Cahiers intempestifs, Coll. « Lieux littéraires », 2003.
  • Saminadayar-Perrin, Corinne (dir.), Qu’est-ce qu’un événement littéraire au xixe siècle ? Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2008.
  • Spivak, Gayatri Chakravorty, Les subalternes peuvent-elles parler ?, traduit par Jérôme Vidal, Paris Éditions Amsterdam, 2009 [1988].

 

[1] Marie-Eve Thérenty, « Le puffisme littéraire. Sur les steeple-chases romanesques au XIXe siècle », dans Corinne Saminadayar-Perrin, Qu’est-ce qu’un événement littéraire au XIXe siècle ? Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2008, p. 221.

[2] Benoît Denis et Rainer Grutman, entrée « Centre et périphérie » du Dictionnaire du littéraire de Paul Aron, Denis Saint-Jacques et Alain Viala (dir.), PUF, 2002, p. 83.

[3] Jules Barbey d’Aurevilly, formule de la duchesse d’Arcos de Sierra-Léone dans La Vengeance d’une femme, Les Diaboliques, Œuvres romanesques complètes, textes présentés, établis et annotés par Jacques Petit, Paris, Gallimard, Coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1966.

[4] Lettre de Barbey d’Aurevilly à Trébutien du 8 juillet 1851, Lettres à Trébutien, 1832-1858, édition intégrale présentée et révisée par Philippe Berthier d’après le texte de la Correspondance générale, Paris, Bartillat, 2013, p. 443 et 444.

[5] Charles Baudelaire à Auguste Poulet-Malassis, lettre du 9 décembre 1856, Correspondance I, (janvier 1832 – février 1860), 2 volumes, texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois, avec la collaboration de Jean Ziegler, Gallimard, Coll. « La Pléiade », Paris, 1973, t. I, p. 364.

[6] Julien Schuh, Alfred Jarry, le colin-maillard cérébral, Paris, Honoré Champion, 2014, p. 451.

[7] Henri Béhar, La dramaturgie d’Alfred Jarry, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 107.

[8] Alfred Jarry, « Textes relatifs à Ubu Roi », Œuvres complètes, textes établis, présentés et annotés par Michel Arrivé, Paris, Gallimard, Coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, p. 417.

[9] Myriam Roman, « La « bataille » d’Hernani racontée au xixe siècle », dans Saminadayar-Perrin, Corinne (dir.), Qu’est-ce qu’un événement littéraire au XIXe siècle ? Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2008, p. 147

[10] Détails accessibles en ligne : https://www.fabula.org/actualites/colloque-international-le-canon-the-tral-l-epreuve-de-l-histoire_102314.php

[11] Lecercle, François, et Thouret, Clotilde (dir.), La haine du théâtre : controverses européennes sur le spectacle. Vol. 1, Controverses et polémiques et Vol. 2, Discours et arguments, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, Coll. « Littératures classiques », 2019.

[12] José Luis Diaz, L’écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, Coll. « Romantisme et modernité », 2007, p. 43.

[13] Corinne Saminadayar-Perrin, introduction à Spectacles de la parole, avec Hélène Millot, éditions des Cahiers intempestifs, Coll. « Lieux littéraires », 2003, p. 5.

[14] Yoan Vérilhac, « ‘L’art et le journalisme sont incompatibles’ : l’effort des petites revues dans le spectacle de la critique fin-de-siècle », dans Saminadayar-Perrin, Corinne et Millot, Hélène (dir.), Spectacles de la parole, éditions des Cahiers intempestifs, Coll. « Lieux littéraires », 2003, p. 352.

AAC / Fictions du mariage / Université Paris Nanterre

Fictions du mariage (XIXe-XXIe siècles)

Journée d’études co-organisée par Hélène Dubail et Amandine Lebarbier


Université Paris Nanterre, le 15 avril 2022


Détournement du mariage arrangé, nuit de noces privilégiant le plaisir féminin, présence d’une scène perçue par certain.e.s téléspectatrices et téléspectateurs comme un viol conjugal de la femme sur son mari : voilà une vision du mariage XIXe siècle revu par le prisme du XXIe siècle, telle que nous l’a proposée récemment la série à succès La Chronique des Bridgerton, diffusée sur Netflix en décembre 2020. Au-delà de cette réappropriation fantasmée de l’institution du mariage, retravaillée par des problématiques sociétales contemporaines, il est intéressant de se demander pourquoi la fiction de mariage en tant que telle – et ce même quand elle assume les attributs les plus rose bonbon kitsch – continue de fasciner un large public, alors même que, dans nos sociétés occidentales, cette dernière est remise en question, peut être jugée caduque et est désormais confrontée à d’autres modèles.

Souvent, les produits culturels contemporains ménagent justement un repli temporel vers le XIXe siècle, grand siècle du roman de mariage, pour justifier la construction d’un récit dont le noyau est bien la bonne vieille intrigue amoureuse, allant de la scène de première rencontre à l’autel.

Avec cette journée d’études, nous aimerions à la fois nous replonger dans la fiction du mariage telle que le XIXe siècle l’a construite, tout en ouvrant la réflexion à la manière dont nos sociétés contemporaines s’emparent aujourd’hui de cette même fiction, en la remodélisant ou non.

Aussi, cette journée d’études se veut-elle ouverte à des genres littéraires et à des productions culturelles variées (films, séries…) et s’inscrira dans une perspective comparatiste, essayant de mettre au jour les particularités de ces représentations de la conjugalité en fonction des aires culturelles et linguistiques envisagées.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants, sans nécessairement s’y limiter :

  •  On pourra s’intéresser aux fictions qui se focalisent sur le temps des fiançailles et qui interrompent leur intrigue à la célèbre formule “Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants…” Dans ce premier cas, le point de vue des fiancés est parfois autant évoqué que celui des parents qui arrangent l’union (Frau Jenny Treibel). Mais en s’arrêtant aux portes de l’intimité des jeunes mariés, quelle image de la conjugalité est ainsi construite ? Cette temporalité tronquée du mariage participe-t-elle à nourrir le mythe de l’union idéale (Pride and Prejudice) ou peut-elle aussi être porteuse d’un regard critique sur l’institution, par le biais d’un traitement ironique de ce temps “édénique” de l’avant ?
  • Dans cette perspective, on pourra s’intéresser à des fictions comme Les Malheurs
    d’Henriette Gérard d’Edmond Duranty qui dénoncent la violence des mariages
    arrangés et des amours contrariées ou à des intrigues qui mettent au jour les stratégies dont sont victimes les jeunes filles à marier. Pensons par exemple au cri de la baronne Hulot dans La Cousine Bette : “Marier sa fille et mourir !” ou aux stratégies militaires déployées par Mme Josserand dans Pot-Bouille pour caser ses filles. Pensons aussi, à l’inverse, aux fictions de ces mariages qui dérangent la bien-pensance, les mariages mixtes notamment (Guess Who’s Coming to Dinner), dont la représentation reflète les problèmes et injustices rencontrés par certaines minorités (sexuelles, ethno-raciales, etc.).
  • En corollaire, on pourra travailler sur des fictions qui, dans la lignée de la Physiologie du mariage de Balzac, interrogent davantage la conjugalité dans sa douloureuse
    temporalité. La plupart du temps d’ailleurs, le mariage vire à la déception (Effi Briest, Love and Mr Lewisham, Cat on a Hot Tin Roof), au cauchemar (mariage de Gwendolen
    et Grandcourt dans Daniel Deronda, Une vie), pour aboutir parfois aux pires extrêmes (La Sonate à Kreutzer, Thérèse Desqueyroux, “Première neige” de Maupassant, le film Hantise). Les fictions peuvent ainsi se faire le reflet des avancées – ou stagnations – juridiques liées au mariage, notamment concernant la question de l’adultère et du divorce, et ce, en fonction des aires culturelles et des imaginaires de la conjugalité qui lui sont associés. Moretti estime à ce titre que si la littérature victorienne privilégie tant l’intrigue de mariage, c’est parce qu’elle est incapable, au fond, de penser l’adultère (Jane Eyre).
  • À l’inverse, existe-il une fiction du mariage heureux ? Quelle place la fiction ménage-telle pour des (vieux) couples mariés heureux, héritiers de Philémon et Baucis ?
  • On pourra aussi axer les communications sur un moment particulier qui fonde la
    mythologie du mariage : première rencontre, demande en mariage (Buddenbrooks),
    cérémonie nuptiale, mariage clandestin (Vanity Fair), etc. Quelle place, par exemple,
    tient la scène de la nuit de noces dans la littérature au XIXe siècle, très exploitée au
    cinéma et dans les séries aujourd’hui ? Quelles lectures ou relectures peut-on donner d’un tel topos, où se joue tant la question de la place accordée à la voix féminine ? Entre la violence des deux nuits de noces évoquées dans La Sonate à Kreutzer de Tolstoï et la mise en scène offerte par la série Bridgerton, à la fois réaliste – la gêne est au rendez-vous – et idéalisée, le topos a pu donner lieu à des représentations et des interprétations tout à fait opposées.
  • Fictions à l’eau-de-rose et fictions érotiques : sexe et mariage font-ils bon ménage ? Si la saga Twilight de Stephenie Meyer a châtré la figure du vampire, la romance sadomasochiste d’E.L.James, Fifty Shades of Grey, a tenté d’y offrir une réponse plus osée, sans pour autant abandonner l’idée que les personnages devaient bien finir par se marier, et cautionnant, au passage, l’image de la femme soumise.
  • L’incontournable happy end ? Dans quelle mesure le thème du mariage participe-t-il à une standardisation des imaginaires, la scène finale de l’œuvre servant alors à promouvoir la valeur bourgeoise du bonheur, par opposition à la valeur, plus “artiste”, de la liberté ? Des romans les plus sentimentaux de Jules Verne, pourtant opposé au mariage (Le Rayon vert), aux comédies romantiques hollywoodiennes (Sabrina, Pretty Woman, Four Weddings and a Funeral, You’ve Got Mail, Love Actually…), la scène finale du mariage semble souvent avoir pour unique fonction de ranger, définitivement, les individus.

Les propositions de communication, d’environ 400 mots, sont à envoyer avant le 30
septembre 2021, à l’adresse suivante : a.lebarbi@parisnanterre.fr.


Bibliographie indicative

  • LAVOCAT Françoise et HAUTCOEUR Guiomar (dir.), Le Mariage et la loi dans la
    fiction narrative avant 1800 [actes du XXIe colloque de la SATOR, Université Paris
    VII-Denis Diderot, 27-30 juin 2007], Peeters, coll. «La République des Lettres »,
    2014.
  • CHAFFIN Laurence, « Les romans de mariage au XIXe siècle » dans Paul Pasteur,
    Marie-Françoise Lemmonier-Delpy, Martine Gest et Bernard Bodinier (dir.), Genre &
    éducation. Former, se former, être formée au féminin, Mont-Saint-Aignan, Presses
    universitaires de Rouen et du Havre, 2009, p.117-126.
  • DION Laetitia, Histoires de mariage. Le mariage dans la fiction narrative française
    (1515-1559), Classiques Garnier, 2017.
  • GOUGELMANN Stéphane et VERJUS Anne (dir.), Écrire le mariage en France au
    XIXe siècle, Saint-Etienne, Presses universitaires de Saint-Etienne, coll. « Des deux
    sexes et autres », 2017.
  • HAGER Kelly, Dickens and the Rise of Divorce. The Failed-Marriage Plot and the
    Novel Tradition, Ashgate, 2010.
  • LASCAR Alex, « Apprêts et cérémonies du mariage : réalisme, satire et symbolisme
    dans le roman français (1825-1850) », Revue d’histoire littéraire de la France,
    2011/1, vol.III, p.213-228 (https://www.cairn.info/revue-d-histoire-litteraire-de-lafrance-2011-1-page-213.htm).
  • MAGEE William H., « Instrument of Growth: The Courtship and Marriage Plot in
    Jane Austen’s Novels », The Journal of Narrative Technique, vol.17, n°2, 1987,
    p.198-208.
  • MORETTI Franco, Le Roman de formation (Il romanzo di formazione, 1986), trad.
    Camille Bloomfield et Pierre Musitelli, CNRS Editions, 2019, p. 24-25.
  • O’CONNELL Lisa, The Origins of the English Marriage Plot: Literature, Politics and
    Religion, Cambridge University Press, 2019.
  • OTIS-COUR Leah, « Mariage d’amour, charité et société dans les “romans de couple”
    médiévaux », Le Moyen Âge, 2005/2, t.CXI, p. 275-291.
  • PSOMIADES Kathy Alexis, « The Marriage Plot in Theory », Novel: A Forum of
    Fiction, vol.43, n°1, Duke University Press, 2010, p.53-59.
  • SHAFFER Julie A., « The Ideological Intervention of Ambiguities in the Marriage Plot:
    Who Fails Marianne in Austen’s Sense and Sensibility ? » dans Karen Hohne et Helen
    Wussow (dir.), A Dialogue of Voices: Feminist Literary Theory and Bakhtin,
    Minneapolis, University of Minnesota Press, 1994, p.128-151.
  • WILSON Kate et RIDLER Anne, « Marriage in Literature », The British Journal of
    Social Work, vol.19, n°1, 1989, p.111-128.